fbpx

FLORILÈGE DE LA PROPAGANDE ANTIRUSSE !

La fiction pure au service de la communication

Cet article sera un florilège des dernières campagnes de propagande antirusse de ces dernières semaines, sortez le pop-corn, Hollywood n’a qu’a bien se tenir.

Commençons par ce clip de Paris sous les bombes.

La campagne de communication de Zelensky a sorti le CGI de qualité pour arracher des larmes aux bobos parisiens afin qu’ils continuent de cracher leur haine sur ce monstre de Vladimir.

Certes, ce clip est techniquement bien réalisé :

Au départ de la vidéo une jolie touriste qui capte notre attention et ensuite explosions, cris etc.

Petite mention spéciale du « bébé qui pleure » lorsque la sirène retentit, le tout filmé au smartphone pour un maximum d’immersion.

Nos sommes touchés aux tripes et lorsque les avions russes disparaissent, le message d’appel au soutien de l’OTAN apparaît.

À qui est adressé ce clip ? Aux hommes bien entendu, c’est pourquoi on ne les voit pas dedans, et que des femmes sont mises en avant subrepticement (pour attirer l’attention masculine).

Quel est le message ?

Soutenez-nous face à Poutine. Par tous les moyens. Prenez les armes, envoyez de l’argent et validez l’OTAN, s’il vous plait.

La face caché de la ville de Paris

Critique artistique made in Géopolitique Profonde :

Sociologiquement aucun Parisien n’est, je pense, prêt à risquer un quelconque Kopeck pour défendre quoi que ce soit d’autre que ses intérêts propres.

Si vous excluez : les rentiers, les étudiants, les touristes, et les retraités de Paris-centre, les riverains actifs sont minoritaires dans la ville.

Donc, si vous n’avez pas votre gagne-pain en jeu comme argument pour vous mobiliser, c’est déjà plié d’avance.

Il suffit juste de regarder la vague de migration qu’à subit la capitale lors du premier confinement, des milliers de Parisiens ont fuient leur ville chérie pour se réfugier en Province.

De plus, est idéalisé dans ce clip, le Paris du « Fabuleux destin d’Amélie Poulain », du pur cinéma donc.

Sont exclus, les migrants soudanais de la colline du crack Porte de la Chapelle, l’invasion de rats au champ de Mars près de la tour Eiffel, les Indiens qui grillent du maïs sur une grille de caddie de supermarché à la sortie de la gare du Nord, bref le progrès quoi.

Ce clip manque cruellement d’inclusivité.

Dernière absurdité ? Symboliquement ce clip affiche la tour Eiffel touchée par les tirs russes.

Le peuple, s’est-il mobilisé lorsque Notre-Dame (qui est un bijou historique plus précieux que la tour Eiffel) a brûlé dans des circonstances bien obscures ? Une enquête ? Un résultat d’analyse scientifique ?

Les réseaux sociaux au service de l’Occident

Un nouvel épisode de la saga « Tous contre Poutine ? »

En voici un fervent soutien. Qui donc ? Et bien notre brave Zucky.

Bien sûr, les réseaux sociaux sont autant, voire plus fort que les journaux télévisés pour diffuser leur message dominant.
C’est pourquoi Facebook a jugé bon d’autoriser le lynchage médiatique de la Russie, sans retombées particulières.

Il semblerait que cette plateforme soit d’une neutralité exemplaire, un peu comme Twitter qui a censuré le compte de Donald Trump.

La politique de Facebook à géométrie variable, ou l’éternel deux poids deux mesures.

Nous vivons une drôle d’époque, pendant ces 70 dernières années, les nazis ont toujours été les méchants (pour faire simple) que cela soit dans le cinéma, dans l’histoire, dans l’inconscient collectif etc.

Mais à présent si toute forme d’antisémitisme est remplacée par de l’idéologie antirusse, alors là, ça passe comme une lettre à la poste.

Pour tous les bien-pensants aux idées généreuses qui se battraient – sur les réseaux sociaux bien évidemment – contre toute forme de fascisme, actuellement, la dissonance cognitive est puissante.

Que faire ? Comment se positionner ? Ce n’est pas simple, nous sommes d’accord.

Par contre, nous apprendrons plus tard que le Président ukrainien a remercié Mark Zuckerberg sur Twitter. Que lui a-t-il exactement dit ?

Traduction :

« La guerre n’est pas seulement une opposition militaire sur la terre ukrainienne. C’est aussi une bataille acharnée dans l’espace informationnel, Je veux remercier @Meta et les autres plateformes qui ont une position active qui aide et qui se tiennent aux côtés des Ukrainiens »

En somme, la fin justifie les moyens même si cela doit recourir à des moyens très peu orthodoxes comme laisser diffuser des « fake news », notamment l’attaque supposée d’un mémorial de l’Holocauste à Kiev qui n’a jamais eu lieu. Salir le devoir de mémoire, l’horreur, quasiment l’ukro-nazisme…

Les stars fatiguées, toujours au service de la bien-pensance

Allez une dernière propagande anti-russe pour avoir une recette complète ?

Qu’en pense l’acteur et réalisateur profondément humaniste qu’est Mathieu Kassowitz ?

Il semble profondément touché par la cause ukrainienne. Cet élan de solidarité est tout à son honneur.

Cependant, là où le bât blesse Kassovitz, c’est qu’être nationaliste et défendre son pays contre un envahisseur c’est bien, mais il semblerait que ce soit bien uniquement si c’est en dehors de la France.

C’est comme vouloir faire du « tourisme humanitaire » en Afrique mais baisser les yeux devant le SDF de sa rue.

Ses valeurs profondément humanistes étaient beaucoup plus discrètes lorsqu’il s’exprimait au sujet des gilets jaunes.

Peut-il nous expliquer la raison ?

S’il n’était pas né dans la « grande famille du cinéma », probablement qu’il serait bien plus empathique des intérêts de classe de ses compatriotes. Ceux qui, aujourd’hui par exemple, font des pleins d’essence à plus de 100€.

C’est sûr qu’entre deux avions et deux Uber, ces tracas de « pauvres » ne sont que des caprices d’enfant-roi pour ce gauchiste caviar.

Mais en somme, il n’y a pas de mal, il est animé par son combat qu’il pense juste, et au final peu importe, ce qui est important c’est que cette journaliste soit tombée « un peu par hasard » sur notre VRP des droits de l’Homme.

Interroger un « influenceur », surtout « bien-pensant », sur une chaîne de télévision appartenant au groupe TF1, n’est pas un hasard.

Il est important de comprendre qui donne la parole à qui, et donc de savoir quelle est la « bonne » chose à penser.

Peut-être est-ce son logiciel de pensée gauchiste qui le force à adopter ce discours ou peut-être qu’étant Juif il se sent éternellement lié à Zelensky (quand même) qui l’est lui aussi.

Dans ce monde, aucune relation n’est désintéressée à part peut-être celui d’une mère et de son enfant. Alors attention Mr Kassovitz, l’argument « Je ne peux pas prendre les armes, j’ai des gosses » c’est une excuse uniquement réservée aux mères, pas d’appropriation sexuelle, s’il vous plaît.

Si on commence à confondre identité de genre et expression de genre, la guerre sera loin d’être finie.

Á défaut d’être un bon ou mauvais nationaliste, soyez un bon résistant contre la lutte globale à venir en devenant indépendant économiquement :

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *