fbpx

EVENT 202 : QUE PRÉSAGENT LES SIMULATIONS DE PANDÉMIE DE VARIOLE ?

On ne change pas une équipe qui gagne…

De l’événement 201 aux décisions controversées des administrations Obama et Trump de lever le moratoire sur le financement de la recherche sur le gain de fonction, en passant par la déclaration d’Anthony Fauci en 2017 selon laquelle les États-Unis seraient bientôt confrontés à une pandémie, il semble que l’épidémie de COVID-19 était annoncée depuis le début. Alors que les États-Unis annoncent les premiers cas confirmés de variole du singe en 2022, les parallèles avec ce qui a conduit à la pandémie de COVID-19 semblent étrangement similaires. Cette similitude se retrouve en Europe, où les actions des bureaucrates de la santé publique semblent tout aussi analogues. Pour couronner le tout, l’émergence d’un récit mondial soutenu par des ONG a été rédigée par un groupe d’experts mandaté par l’Organisation mondiale de la santé, qui pourrait servir de scénario pour le décor mis en place.

Tout comme l’Event 201 a simulé la réponse mondiale à une pandémie de coronavirus quelques mois avant son déclenchement, l’Allemagne a choisi de procéder à un exercice similaire concernant une épidémie de variole, en accueillant les ministres de la santé des pays du G7. Cette décision fait suite à la publication d’un rapport du groupe indépendant sur la préparation et la réponse aux pandémies (« IPPPR »). Malgré la publication l’an dernier d’un rapport à l’OMS intitulé « Making COVID-19 the Last Pandemic », le rapport de l’IPPPR sur la menace d’une épidémie mondiale de variole prédit, sur une période de 18 mois, que le virus pourrait tuer jusqu’à 250 millions de personnes sur les 3 milliards infectés.

Les ministres de la santé du G7 participeront à un exercice de pandémie en Allemagne, simulant une propagation rapide et dangereuse d’un « virus de la variole » provenant du léopard, rapporte BILD.

Ces simulations de pandémie de variole sont loin d’être les premières du genre. En fait, le Centre pour la santé et la sécurité (« CHS ») a déjà organisé plusieurs de ces exercices des années avant même l’événement 201. À l’instar de la simulation de pandémie en Allemagne, l’opération Dark Winter du CHS a simulé les répercussions d’un vaccin antivariolique dès 2001. L’étude de cas menée par Dark Winter s’est cumulée à la menace terroriste fabriquée par les États-Unis sous l’administration Bush pour adopter la directive présidentielle sur la sécurité intérieure, plus connue sous le nom de directive 51. Cette directive décrit la continuité du gouvernement qui serait mise en place en cas de catastrophe, une action qui a été rendue possible grâce à l’état d’urgence permanent ré-autorisé tous les 90 jours depuis le 14 septembre 2001 en réponse au 11 septembre.

Éclipsé par le terrorisme, la plus grande menace du pays depuis la guerre nucléaire, Dark Winter a mis en évidence le potentiel des épidémies a favoriser un état d’urgence qui pourrait étendre drastiquement les pouvoirs du gouvernement fédéral. La dynamique créée par l’adoption de la directive 51 a été mise en évidence par la réponse américaine à la pandémie de COVID-19, ce qui a grandement facilité l’expansion du pouvoir gouvernemental sur la vie quotidienne des citoyens.

La simulation allemande de pandémie de variole s’inscrit dans cette dynamique en préparant le terrain pour une urgence de santé publique en réponse aux cas de variole du singe qui apparaîtraient en Europe. L’exercice présuppose une zoonose à l’origine de l’épidémie via un récit faisant écho à l’événement 201. Celui-ci désignait les porcs d’élevage comme à l’origine d’un nouveau coronavirus. Ces présupposés étaient essentiels pour les décideurs politiques car ils fournissaient les sous-entendus nécessaires pour promouvoir la théorie selon laquelle le COVID-19 a émergé de la chauve-souris fer à cheval qui a naturellement développé la maladie. L’intérêt de simuler une réponse de santé publique mettant l’accent sur l’origine zoonotique était essentiel pour masquer l’origine apparente du COVID-19, résultat de recherches de gain de fonction à l’Institut de virologie de Wuhan. Dans ce contexte, l’hypothèse selon laquelle les prochains cas de variole pourraient être le résultat d’expériences similaires est surprenante, car elle témoigne de l’absence totale de responsabilité des politiciens à la suite de la pandémie de coronavirus et de la possibilité que les recherches sur le gain de fonction ait été déployée sur une base plus large.

Contrairement au SRAS-COV-2, qui a touché de manière disproportionnée les personnes âgées, les remarques du ministre allemand de la santé, Karl Lauterbach, lors de la première journée de la simulation de pandémie de variole, brossent un tableau différent de ce qui pourrait arriver, en déclarant : « Nous allons faire un exercice très réaliste dans lequel une pandémie de variole résulte d’une morsure de léopard. Le scénario aura la particularité de toucher très durement les jeunes ». Lauterbach, qui a été félicité pour la façon dont l’Allemagne a géré le COVID-19, joue un rôle central dans le changement de direction du pays, après le départ d’Angela Merkel de la chancellerie. Comme Anthony Fauci, Lauterbach est l’instrument du pouvoir exorbitant des technocrates médicaux qui opéraient en dehors des structures étatiques. Leurs actions sont donc bien plus révélatrices de ce qui nous attend que n’importe quelle posture politique.

Karl Lauterbach

Les vaccins sont prêts !

Pendant ce temps, aux États-Unis, le jour même où le CDC a confirmé un cas de variole du singe dans le Massachusetts, la US Biomedical Advanced Research and Development Authority (« BARDA ») a annoncé qu’elle allait acheter environ 13 millions de doses de la version lyophilisée du vaccin antivariolique JYNNEOS à Bavarian Nordic, un fabricant de vaccins basé au Danemark. Cette commande intervient un mois seulement après que le vaccin soit soumis un essai clinique de phase 3.

Étant donné les similitudes génétiques entre la variole et le « monkeypox », l’approbation de JYNNEOS aux États-Unis s’étend déjà à l’administration du vaccin de manière prophylactique. BARDA a déclenché une option dans leur contrat existant avec Bavarian Nordic pour l’achat de doses déjà disponibles avant l’émergence de la variole. Avec plus de 20 cas confirmés dans l’UE : en Angleterre, au Portugal et en Espagne, Bavarian Nordic a également été en mesure de finaliser un contrat avec une nation européenne non divulguée pour fournir le même vaccin antivariolique que celui acheté par BARDA, mais sous la marque Imvanex. Bien que la portée du contrat et de l’achat ne soit pas encore connue, son annonce a fait bondir l’action de Bavarian Nordic de plus de 62% le jour suivant la divulgation.

En 2017, des responsables de BARDA ont participé à une conférence aux côtés d’Anthony Fauci pour discuter de l’avenir des vaccinations contre la grippe. Chacun a affirmé la nécessité d’un vaccin anti-grippal universellement administré pour améliorer l’inefficacité relative des inoculations existantes. Depuis la saison de la grippe 2004/2005, ces vaccins se sont avérés efficaces dans 38,5 % des cas seulement, avec un minimum de 10 % en 2004/2005 et un maximum de 60 % en 2010/2011.

La volatilité de l’efficacité des vaccins contre la grippe a incité l’intelligentsia médicale à promouvoir de nouvelles technologies vaccinales innovantes, plus aptes à traiter le virus, à savoir la technologie ARNm. Malgré plus d’une décennie de développement, les vaccins à ARNm n’ont été approuvés par la FDA qu’en août 2021, lorsque le vaccin à ARNm Comirnaty de Pfizer contre le COVID-19 a été approuvé dans le cadre d’une extension de l’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA.

Même dans ce cas, l’approbation dépendait d’un relâchement sans précédent de la surveillance réglementaire. La surveillance claire d’une telle approbation accélérée est devenue évidente lorsque l’efficacité de Comirnaty et d’autres vaccins à ARNm contre le COVID-19, qui était louée comme étant efficace à 100%, s’est effondrée, détruisant la crédibilité des scientifiques et des politiciens qui les ont promus.

La grande ironie de la menace imminente d’une nouvelle crise pandémique est que les vaccinations ont été acclamées pour leur élimination de la petite variole. Edward Jenner, qui a découvert les vaccinations modernes, a pu démontrer comment les inoculations pouvaient être utilisées pour prévenir la variole en infectant les patients avec le virus de la variole bovine, beaucoup moins grave. C’était il y a plus de deux siècles. Depuis, les progrès réalisés par la médecine moderne font passer l’époque de Jenner pour l’âge des ténèbres. Pourtant, malgré tous ces progrès, la fragilité de la société face à une épidémie semble plus grande que jamais. La panique qu’engendre cette menace montre à quel point les gens seront rapidement prêts à faire à nouveau confiance aux experts, même si cela signifie refaire les mêmes erreurs.

Une pandémie d’un nouveau genre menace, préparez-vous !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.