fbpx

GÉOPOLITIQUE : LE MONDE SE DIVISE… EN DEUX

Poutine maitre du jeu

Alors que nous sommes distraits par l’Ukraine, le président Poutine a fait progresser ses objectifs géopolitiques. Avec l’aide et la complicité du président Xi, Poutine est en train de prendre le contrôle du continent asiatique. Cette mission est en bonne voie. Il attend maintenant les mois d’hiver pour forcer enfin l’UE à rejeter l’hégémonie américaine. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’extrémité occidentale du continent eurasien sera véritablement libérée de l’ingérence américaine.

Cet article explique comment il atteint ses objectifs stratégiques. Il examine la géopolitique de la masse continentale asiatique et des nations qui y sont liées et qui, sur le plan commercial et financier, tournent le dos à l’alliance occidentale dirigée par les États-Unis.

J’aborde la géopolitique du point de vue du président russe Poutine, car il est le seul dirigeant national qui semble avoir une vision claire de ses objectifs à long terme. Sa stratégie active est très proche de l’analyse prédictive de Halford Mackinder d’il y a près de 120 ans. Mackinder est considéré par de nombreux experts comme le fondateur de la géopolitique.

Poutine est déterminé à éliminer la menace américaine à ses frontières occidentales en pressant l’UE à cette fin. Mais il construit également des relations politiques fondées sur le contrôle de l’approvisionnement mondial en combustibles fossiles – une voie qui lui est ouverte par les obsessions américaines et européennes sur le changement climatique. En partenariat avec la Chine, la consolidation de son pouvoir sur la masse continentale eurasienne a progressé rapidement au cours des dernières semaines.

Pour l’Alliance occidentale, le moment est particulièrement mal choisi sur le plan financier et économique, puisqu’il coïncide avec la fin d’une période de 40 ans de baisse des taux d’intérêt, de hausse de l’inflation des prix à la consommation et d’aggravation de la récession due à la contraction du crédit bancaire.

C’est la poursuite d’une guerre financière par d’autres moyens, et il semble que Poutine ait une main imbattable. Il est en passe de faire basculer notre fragile système financier basé sur la monnaie fiduciaire.

L’héritage de Mackinder

Dans un document présenté à la Royal Geographic Society en 1904, le père de la géopolitique, Halford Mackinder, a effectivement prédit ce qui se passe aujourd’hui. Dans sa présentation, il s’interrogeait :

« La région pivot de la politique mondiale n’est-elle pas cette vaste zone d’Euro-Asie qui est inaccessible aux navires, mais qui, dans l’Antiquité, était ouverte aux nomades à cheval et qui, aujourd’hui, est sur le point d’être couverte par un réseau de chemins de fer ?

« En dehors de la zone pivot, dans un grand croissant intérieur, se trouvent l’Allemagne, l’Autriche, la Turquie, l’Inde et la Chine. Et dans un croissant extérieur, la Grande-Bretagne, l’Afrique du Sud, l’Australie, les États-Unis, le Canada et le Japon. »

C’est ce que montre la figure 1, tirée du document original présenté à la Société.

En 1919, après la Première Guerre mondiale, dans son ouvrage « Idéaux et réalités démocratiques », il résume sa théorie dans un langage légèrement différent :

« Qui gouverne l’Europe de l’Est commande le centre du pays ;

Celui qui gouverne le centre commande l’île mondiale ;

Qui domine l’île mondiale domine le monde. »

Tel est le destin de Poutine. En conjonction avec la Chine (plutôt qu’une Allemagne unie, ce qui inquiétait des politiciens comme Balfour avant la Première Guerre mondiale), la Russie semble poursuivre avec succès son objectif de contrôle de l’Île mondiale de Mackinder. Aujourd’hui, nous pouvons élargir le concept de croissant intérieur pour inclure l’Iran, le Moyen-Orient, ainsi que les nouvelles nations issues de l’ancienne Union soviétique. Du croissant intérieur original de Mackinder, seules l’Allemagne et l’Autriche sont omises aujourd’hui. L’Autriche était le centre de l’empire des Habsbourg à l’époque et n’a donc plus d’importance géopolitique.

Dans le cercle extérieur, nous pouvons maintenant inclure la majeure partie de l’Afrique et une partie de l’Amérique du Sud, qui dépendent de plus en plus de l’île-monde pour la demande de leurs produits de base. Sans que les médias et le public occidentaux ne semblent s’en rendre compte, il y a eu et il continue d’y avoir une extension du pouvoir russe par le biais de partenariats asiatiques qui éclipsent maintenant celui de l’Amérique en termes de population mondiale. Et si l’on ajoute la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est, l’Amérique et ses alliés de l’OTAN apparaissent comme une minorité quelque peu isolée.

Le pouvoir politique s’éloigne de l’Occident, tout comme le pouvoir économique. Entravées par un socialisme démocratique de plus en plus coûteux et anticapitaliste, leurs économies se débattent sous le poids de leurs gouvernements. Et tandis que l’Occident décline, l’île-monde connaît sa propre révolution industrielle. Le réseau de chemins de fer, auquel Mackinder faisait référence en 1904, s’est étendu du transsibérien aux nouvelles routes de la soie terrestres de la Chine, reliant la Chine à l’Europe occidentale et aux grandes nations situées au sud de la route de la soie originale.

La Russie et ses anciens satellites soviétiques occupent la moitié du continent eurasien. Le continent eurasien a une superficie de 34 millions de kilomètres carrés, soit plus de trois fois la taille l’Amérique du Nord. L’Amérique centrale et l’Amérique du Nord mesurent ensemble quelque 15 millions de kilomètres carrés, soit plus de deux fois la superficie de l’Europe. Même sans ses anciens satellites soviétiques, la Russie reste de loin la plus grande nation en termes de superficie. Et avec la Chine, la Russie est presque trois fois plus grande que les États-Unis.

La Russie est la plus grande source d’énergie, de produits de base et de matières premières du monde et, comme nous le voyons maintenant, elle peut contrôler les prix que l’Occident paie pour ces produits. À la suite des récentes sanctions, l’Occident paie le prix fort, tandis que les alliés asiatiques de la Russie se voient proposer de l’énergie et des matières premières à un prix réduit, payable dans leur propre monnaie, ce qui mine encore davantage la position économique relative de l’Occident.

Quant à savoir si Poutine a étudié Mackinder, ce n’est qu’une supposition. Mais il ne fait aucun doute que s’il n’est pas ainsi guidé, Poutine suit la même voie prédite. En tant que leader incontesté de la Russie, il a joué le jeu géopolitique de manière magistrale. Il ne tombe pas dans les pièges qui guettent le socialisme occidental. Il suit les lignes directrices des Britanniques à l’époque du Premier ministre Lord Liverpool, il y a deux cents ans, lorsque la politique consistait à ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des nations étrangères, sauf dans la mesure où elles affectaient les intérêts britanniques.

Pour Poutine, c’est une réalité que de compter parmi ses alliés certains régimes très désagréables. Mais cela ne le concerne pas. Ses affaires sont les intérêts de la Russie et, comme les Britanniques dans les années 1820, il les poursuit sans relâche.

La logique de l’Ukraine

L’Ukraine est un cas inhabituel où Poutine a pris l’initiative d’agir contre l’alliance de l’OTAN dirigée par les Américains. Mais dans la période précédant l’Ukraine, il a vu la Grande-Bretagne quitter l’UE. La Grande-Bretagne était le vicaire de l’Amérique sur la terre de l’UE, donc le Brexit représentait un déclin significatif de la capacité des États-Unis à influencer Bruxelles. Après le Brexit, le président Biden a quitté précipitamment l’Afghanistan, entraînant avec lui le reste de l’OTAN. La voie était ouverte pour que Poutine aille plus loin et expulse l’Amérique des frontières occidentales de la Russie.

Pour ce faire, il devait affronter l’OTAN. Et il ne fait aucun doute que c’est ce que Poutine avait à l’esprit lorsqu’il a intensifié son « opération militaire spéciale » contre l’Ukraine. Il a dû anticiper la réaction de l’OTAN, qui a imposé des sanctions, dont la Russie a largement profité. Dans le même temps, c’est l’UE qui a été durement écrasée, un écrasement qu’il peut intensifier à volonté.

Le drame se joue encore. Il doit maintenir une certaine pression sur l’Ukraine. Il n’est pas prêt à faire des compromis. L’hiver dans l’UE sera encore plus rude, les pénuries d’énergie et de nourriture risquant de provoquer des émeutes de plus en plus nombreuses parmi les citoyens de l’UE. Poutine ne s’arrêtera que lorsque les Européens réaliseront que l’Amérique les sacrifie dans la poursuite de son hégémonie. Zelensky n’est guère plus qu’une marionnette dans ce drame.

En ce qui concerne la guerre sur le terrain, la Russie a déjà sécurisé son accès à la mer Noire en cultivant sa relation avec la Turquie. En tant que membre de l’OTAN, la Turquie se protège. La mer Noire est vitale pour ses intérêts économiques. C’est pourquoi la Turquie entretient ses relations avec la Russie, tout en calmant son antipathie à l’égard d’Israël (le président Herzog s’est rendu à Ankara en mars) et en se réconciliant avec les Émirats arabes unis – tout cela fait partie du rapprochement de l’île du monde.

Zelensky plie face à Poutine

Pour les États-Unis, Erdogan est un partenaire peu fiable de l’OTAN. Les États-Unis auraient tenté de l’écarter en fomentant une tentative de coup d’État en 2016, alors qu’il a été mis au courant par les services de renseignement russes et que le coup a échoué. Bien qu’il doive une faveur à Poutine, l’appartenance de la Turquie à l’OTAN l’amène à être prudent. Et en tant que sunnite convaincu, il semble désireux d’étendre l’influence turque aux nations musulmanes d’Asie centrale, rêvant peut-être des jours de gloire de l’Empire ottoman.

Pour renforcer le pouvoir de la Russie sur les sources d’énergie dont dépendent les belligérants occidentaux, Poutine a cultivé l’Iran, et a également fait des ouvertures accueillantes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Sergei Lavrov, le ministre des affaires étrangères de Poutine, a pris soin d’informer pleinement les membres de la Ligue arabe de la politique énergétique de la Russie au Caire le mois dernier. L’argument est simple : l’Occident a tourné le dos aux combustibles fossiles et prévoit de les éliminer complètement d’ici une dizaine d’années. En tant que producteurs de pétrole et de gaz, leur avenir est de rester collés à l’île mondiale de Mackinder et à son croissant intérieur. C’est tellement évident que même l’Arabie saoudite chercherait à s’associer au groupe des BRICS.

Quels que soient les mérites des politiques axées sur le changement climatique, l’Occident semble s’être lancé dans une mission suicide en matière d’énergie. Mais le message de la Russie à ses partenaires est qu’il est possible d’obtenir du pétrole et du gaz naturel à un prix inférieur à celui que l’Europe doit payer. Poutine propose de les libérer totalement de l’idéologie occidentale sur le changement climatique.

Avec la pression qu’il exerce sur l’Europe occidentale, Poutine suppose presque certainement que les politiciens européens seront amenés à abandonner leur soutien aux sanctions américaines pour adopter une position plus neutre. Et la Russie s’attend probablement à ce que les nations non alignées souffrant de pénuries de céréales fassent également pression sur l’Occident pour qu’il mette fin aux sanctions. Mais avant que Poutine ne renonce à la pression sur les nations de l’UE, il est encore probable qu’il insiste pour que l’influence américaine en Europe occidentale soit retirée, ou du moins qu’elle soit retirée des frontières occidentales de la Russie.

La phase 1 est terminée. Que la phase 2 commence

Nous devons maintenant passer de la mégalomanie supposée de Poutine aux conditions auxquelles sont confrontés ses ennemis occidentaux, en particulier les nations d’Europe et de la zone euro. La figure 2, qui représente un panier de produits de base et de matières premières dont le prix est exprimé en euros, montre qu’après une hausse importante, les prix se sont détendus en Europe au cours des derniers mois.

Pour les Européens assiégés, la pause dans une hausse substantielle des prix des matières premières depuis l’introduction des taux d’intérêt zéro par la Fed en mars 2020 leur a apporté un soulagement temporaire et mineur face à un casse-tête inflationniste. Peut-être est-ce prématuré, mais les investisseurs des marchés occidentaux considèrent le repli des prix des matières premières comme la preuve que la crise des matières premières est probablement terminée, et qu’avec elle, le problème de l’inflation des prix à la consommation diminuera également.

En effet, dans son rapport du 1er août pour le Credit Suisse, Zoltan Pozsar a indiqué qu’il avait récemment rendu visite à 150 gestionnaires d’investissement dans huit villes européennes et que le consensus était le suivant : ils pensent que l’inflation est terminée, que la récession est proche et que les taux d’intérêt vont donc bientôt baisser.

Mais tant qu’il tient les rênes des prix de l’énergie, Poutine peut jouer avec l’euro à sa guise. En manipulant son quasi-monopole sur l’énergie, les céréales et les engrais, il peut accroître la pression sur les dirigeants de l’UE pour qu’ils rejettent l’hégémonie américaine. Et pour apprécier pleinement le pouvoir entre les mains de Poutine, il est important de comprendre la véritable relation entre les monnaies fiduciaires et les matières premières.

Il est évident que la volatilité des prix des matières premières est liée à la monnaie fiduciaire dans laquelle ils sont fixés, et non aux matières premières elles-mêmes. La figure 3 illustre cette relation en comparant le prix du pétrole mesuré en monnaie légale (or) et en monnaie fiduciaire, l’euro.

Le prix du pétrole en or n’a jamais autant varié à la hausse qu’au moment de la faillite de Lehman, alors qu’en euros, il était seize fois plus élevé. Jusqu’à présent cette année, il a été encore plus volatil lorsque le prix en or est tombé à 70 % du prix de 1950, alors qu’en euros, il a atteint 15 – soit 21 fois plus volatil.

Cette constatation bouleverse toutes les hypothèses relatives au prix de l’énergie. Le graphique montre que ce qui était vrai avant la fin de Bretton Woods ne l’était plus après 1971. [L’euro n’a commencé qu’en 2000, la monnaie utilisée avant cette date était le mark allemand]. Étant donné que les prix du pétrole sont entièrement déterminés sur des marchés dont les participants supposent tous que la volatilité des prix est dans la matière première, toute la base de la prévision des prix est sapée. Cela étant, si un analyste obtient une prévision à moitié juste, c’est plus par chance que par jugement.

C’est là tout l’intérêt de la monnaie saine. Avec une monnaie saine, les négociants en matières premières et tous les autres biens supposent à juste titre que le moyen d’intermédiation est une constante. Ils supposent que lorsqu’ils reçoivent un paiement, son utilité est invariable. Mais avec la monnaie fiduciaire non adossée, c’est différent. Pour les transactions individuelles, si nous supposons toujours qu’un dollar est un dollar et qu’un euro est un euro, nous savons tous que l’utilité d’une monnaie varie. Alors pourquoi, à des fins d’analyse, les prévisionnistes partent-ils toujours du principe que ce n’est pas le cas ? Pourquoi les analystes n’en tiennent-ils jamais compte dans leurs prévisions ?

La figure 3 ci-dessus prouve que les approches conventionnelles des prix et les prévisions économiques qui les impliquent n’ont aucun sens. La même chose est manifestement vraie pour toutes les autres matières premières, et pas seulement pour le pétrole. Dans les circonstances actuelles, la base d’une analyse incorrecte est utilisée pour soutenir les prévisions selon lesquelles les prix commencent à refléter une perspective croissante de récession, ce qui, pour un esprit keynésien ou monétariste, signifie que la baisse de la demande de matières premières et d’énergie entraîne une baisse des prix. Il n’en reste pas moins que, du jour au lendemain, Poutine peut à nouveau mettre la pression sur l’UE. Et sachant que la volatilité des prix est dans la monnaie, nous savons que la chute de l’euro fera la plus grande partie du travail pour lui.

À l’approche de l’hiver européen, il ne faudra pas grand-chose pour faire grimper considérablement les prix de l’énergie en euros. Il est peu probable que Poutine commette l’erreur d’être vu en train de le faire délibérément. Mais, selon toute probabilité, il n’aura pas besoin de prendre la moindre mesure significative pour voir les prix de l’énergie et des denrées alimentaires en monnaie occidentale augmenter à nouveau à l’approche de l’hiver.

Il existe une autre erreur d’appréciation commune aux marchés de capitaux occidentaux : cette fois-ci sur les taux d’intérêt. Dans presque toutes les analyses prévoyant une récession, l’hypothèse sous-jacente est qu’avec le ralentissement des économies, la demande de biens, de services et de crédit diminuera. Pour ces raisons, les pressions sur les taux d’intérêt devraient diminuer.

Cette hypothèse ne tient pas compte de la nature du crédit. La quasi-totalité des supports en circulation sont des crédits de banques commerciales. Par conséquent, le PIB est simplement la somme de tous les crédits bancaires utilisés pour les transactions admissibles. Le PIB nominal est donc déterminé par la disponibilité du crédit bancaire et non, comme on le suppose généralement, par un ralentissement de l’activité économique. Lorsque la cohorte bancaire contracte son bilan collectif, les taux d’intérêt augmentent initialement en raison d’une pénurie de crédit.

Les marchés financiers sont désormais confrontés à ces conditions. Les banques commerciales ne peuvent que chercher des moyens de se protéger en période d’incertitude. Elles cherchent déjà à réduire le rapport entre leurs actifs et leurs fonds propres avant que les créances douteuses ne s’aggravent vraiment. Les banques de la zone euro ne sont pas les seules à connaître ce changement de perspective. La soi-disant récession mondiale n’est pas vraiment due à d’autres facteurs économiques, mais principalement à la tendance du crédit bancaire à se retirer des secteurs économiques financiers et non financiers.

C’est un problème mal compris et jamais mentionné par les analystes dans leurs prévisions économiques. Mais dans l’environnement économique et financier actuel, les conséquences conduisent à une conclusion sur les taux d’intérêt à l’opposé de celle communément admise.

Il ressort de ce qui précède que, contrairement aux attentes exprimées partout par les gouvernements occidentaux et leurs banques centrales, ainsi que par l’ensemble des investisseurs, le problème de l’inflation et des taux d’intérêt ne disparaît pas. Parce que les taux d’intérêt ont été supprimés et ne pouvaient pas descendre plus bas et plus longtemps, il y a eu un changement fondamental, passant d’une baisse à long terme à ce qui est de plus en plus sûr d’être une tendance à long terme à la hausse. Comme ailleurs, l’environnement des prêts bancaires en Europe se détériore pour des raisons évidentes. En outre, elle survient à un moment où l’effet de levier des bilans bancaires atteint des niveaux record, laissant les banques fortement exposées au changement.

Une contraction sévère du crédit bancaire n’en est qu’à ses débuts. Une deuxième phase de la guerre économique et financière contre la Russie de Poutine va bientôt apparaître. Actuellement, nous semblons être dans une pause estivale après la première, indiquée par la consolidation des prix des matières premières. Les rendements des obligations d’État ont baissé par rapport aux sommets atteints précédemment. Les marchés boursiers se sont redressés. Le bitcoin s’est redressé. L’or, qui est la seule monnaie légale permettant de s’échapper de tout cela, a baissé. Tout cela indique un faux optimisme, vulnérable au plus gros des chocs.

La Chine pourrait être le seul joker de Poutine

Avec son économie basée sur des matières premières dont les valeurs sont alignées sur l’or et tant que la situation géopolitique actuelle ne dégénère pas en un conflit militaire plus large, la Russie semble être dans une position économique renforcée alors que ses adversaires sont en déclin. S’il existe une menace pour sa position, elle provient probablement de son alliance avec la Chine, qui est exposée aux folies de l’Occident par le biais du commerce. La Chine a quelques problèmes de joker.

Depuis la mort de Mao, dans son développement rapide, la Chine s’est appuyée sur l’expansion du crédit par le biais de banques d’État. Les dirigeants des banques sont des fonctionnaires d’État, et non des gestionnaires au service d’actionnaires soucieux de réaliser des bénéfices. C’est cette différence qui a isolé l’économie nationale des cycles du crédit bancaire qui ont affligé le modèle économique occidental de crises de crédit répétitives.

Si cette absence de cyclicité destructrice peut être considérée comme une bonne chose, elle a permis aux mauvais investissements de s’accumuler sans interruption au cours des dernières décennies. Ainsi, alors que les autorités chinoises exercent toujours un contrôle important sur les prêts, le degré de distorsion économique est devenu une menace pour la poursuite du progrès.

Cela se manifeste par une crise immobilière croissante, avec des promoteurs qui se mettent au pied du mur en masse. Ce n’est pas qu’il n’y ait pas de demande pour des propriétés commerciales et résidentielles à l’avenir : les épargnants sont là pour acheter, les classes moyennes sont de plus en plus nombreuses et l’économie a encore du chemin à faire dans son développement. Le problème est que le marché immobilier s’est emballé.

En tant que secteur, l’immobilier et les activités connexes représentent, selon les estimations, un tiers de l’activité économique de la Chine. Les promoteurs ont suspendu l’achèvement des propriétés vendues à l’avance, que les citoyens ont achetées sur la base d’un prépaiement. En conséquence, les acquéreurs en colère ont suspendu leurs paiements hypothécaires. Les banques privées ont été touchées, certaines d’entre elles faisant l’objet de retraits massifs. Une trentaine de sociétés immobilières n’ont pas remboursé leur dette extérieure, Evergrande étant la société la plus connue pour ses 300 milliards de dollars de dettes.

Les problèmes liés à l’immobilier ont été et sont encore aggravés par la politique de tolérance zéro de Pékin en matière de covid. Plus encore que dans d’autres pays, les répressions ont frappé la production et sapé la logistique, des facteurs qui ont inévitablement miné les performances économiques. Alors que les exportations vers d’autres pays se sont bien maintenues – principalement en raison de l’escalade des déficits de dépenses des gouvernements étrangers qui ne sont pas compensés par une augmentation de l’épargne personnelle – les bénéfices des exportateurs chinois sont voués à être comprimés par la récession croissante de l’Occident. À moins que la politique de change de la Chine ne consiste à affaiblir délibérément le yuan par rapport aux monnaies occidentales. Mais cela ne ferait que déstabiliser l’économie nationale, alors que la hausse des prix à la consommation s’accélère.

Enfin, si Pékin met à exécution ses menaces d’annexion de Taïwan, ne serait-ce que pour détourner l’attention des échecs économiques intérieurs, il est probable qu’une suite d’événements sera mise en branle et pourrait aggraver les tensions avec l’Amérique et ses alliés, au détriment de tous.

Mais malgré les gros titres de la crise immobilière chinoise, il est trop tôt pour supposer que la Chine s’enfonce dans des difficultés bien plus profondes. Elle doit abandonner les politiques macroéconomiques guidées uniquement par les statistiques et veiller à ce que ses citoyens et leurs entreprises disposent d’une monnaie stable. Il n’est pas certain que cela soit compris à Pékin.

La différence fondamentale avec son partenaire russe est sa plus grande dépendance économique à l’égard de la consommation de matières premières, par opposition à leur production. Les conséquences des politiques économiques occidentales visant à miner le pouvoir d’achat de leurs propres monnaies seront davantage ressenties par la Chine que par la Russie. Néanmoins, une crise bancaire et monétaire de plus en plus probable en Occident peut être surmontée par la Chine avec une approche économique correcte.

La fin du pétrodollar un changement de paradigme

L’ère du dollar se termine

Si Poutine semble prendre le contrôle de l’île mondiale, laissant quelques nations en marge de celle-ci adhérer à l’hégémonie des États-Unis et de leur monnaie, il doit en grande partie son succès à l’échec lamentable de l’Occident dans ce plus grand jeux géopolitiques. Une caractéristique notable du déclin de l’Occident réside dans son adhésion à des cultures anticapitalistes et woke. Dans cet article, nous perdrions notre objectif si nous dérivions vers le débat sur le changement climatique, si ce n’est pour souligner qu’en cherchant à éliminer les combustibles fossiles dans les dix prochaines années environ, l’Occident est sur la voie de l’autodestruction économique par rapport aux partenaires de la Russie, qui se voient offrir du pétrole, du gaz et du charbon à prix réduit.

Lorsque le président Nixon a transformé le dollar en une monnaie entièrement fiduciaire en août 1971, il a déclenché une série d’événements qui se terminent aujourd’hui. Depuis l’établissement du dollar comme monnaie de réserve mondiale, et son accord avec l’Arabie Saoudite qui a conduit à la création du pétrodollar, l’instabilité mondiale des monnaies fiduciaires a commencé, comme le montre la figure 3 de cet article. Mais le dollar fiduciaire a donné au gouvernement américain et au système bancaire américain un pouvoir énorme. Ils l’ont exercé efficacement, en forçant les nations récalcitrantes à s’incliner devant le puissant dollar.

Ce pouvoir n’a pas été utilisé judicieusement, ce qui a conduit à une alliance entre la Russie et la Chine pour se protéger des actions américaines. Les leçons qu’elles ont tirées de l’impérialisme américain n’ont pas été perdues. Malgré les promesses antérieures faites à la Russie, l’armée américaine a directement menacé sa frontière occidentale. Quant à la Chine, bien que sa révolution économique et industrielle ait été initialement saluée, elle a commencé à être considérée comme une menace pour les intérêts américains.

Cet impérialisme a fait de l’Amérique peu d’amis et de nombreux ennemis latents. Avec les échecs répétés de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Ukraine et, plus récemment, en Afghanistan, les États-Unis peuvent désormais compter sur des nations qui ne représentent qu’environ 19% de la population mondiale de 8 milliards d’habitants, contre 54% d’alliés de l’île mondiale. C’est ce que montre la figure 4.

Bien que la répartition des nations dans ces catégories soit quelque peu subjective, elle donne une approximation de la puissance relative du partenariat de l’île mondiale par rapport à celle de l’US/NATO. Au fur et à mesure que l’emprise du partenariat dirigé par les États-Unis se relâche, les intérêts particuliers ne manqueront pas de pousser les nations non alignées vers le camp des îles du monde, en particulier lorsqu’elles ont des produits de base à vendre.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions qui ont suivi, aucune des 170 nations du tableau ne pouvait se passer du dollar. La Russie a été obligée de trouver d’autres monnaies de règlement et ses proches alliés de l’Union économique eurasienne envisagent de créer une nouvelle monnaie de règlement des échanges pour éliminer le dollar. Mais le prix international des produits de base et des matières premières en dollars est impossible à surmonter, même pour la Russie.

L’île mondiale ne peut pas se débarrasser complètement du dollar – il est trop bien établi. Si le pouvoir du dollar est en déclin, la destruction de son quasi-monopole dans le commerce international devra venir de la politique monétaire américaine elle-même, un processus qui est sans doute en cours.

Depuis la financiarisation des économies occidentales au milieu des années 80, le dollar a conservé sa crédibilité en tant que monnaie de réserve mondiale. Ce résultat a été obtenu en garantissant une offre prête à l’usage international, comme l’avait prévu Robert Triffin dans sa description du dilemme du dollar à la fin des années cinquante. La demande a été soutenue par le développement de marchés dérivés réglementés et non réglementés, qui ont obligé les étrangers à acheter des dollars pour acheter des produits dérivés. Essentiellement, il s’agissait d’une demande synthétique en dollars créée pour satisfaire la demande des spéculateurs pour les matières premières, y compris les métaux précieux, en créant une offre synthétique.

Lorsqu’on saisit ce concept, on comprend mieux l’importance de la fin de la tendance à long terme de la suppression des taux d’intérêt. La suppression des prix des matières premières par l’augmentation de l’offre synthétique est devenue partie intégrante de la baisse des taux d’intérêt. Les taux d’intérêt ne sont plus en baisse mais en hausse. Il y aura des conséquences inattendues sur les prix des matières premières, sur lesquelles nous reviendrons dans un instant.

Il y a deux conséquences immédiates pour le crédit bancaire : leurs marges de crédit s’améliorent, et les incidents de créances douteuses et irrécouvrables augmentent. Par conséquent, les bilans bancaires surendettés sont réduits par les banques qui n’ont plus besoin de les travailler aussi durement pour maintenir leurs bénéfices. Et avec l’escalade du risque de prêt, c’est une raison supplémentaire de contracter le crédit bancaire dans son ensemble. Le crédit va se faire de plus en plus rare.

Il faut également tenir compte des conséquences pour les marchés financiers, y compris l’offre de matières premières synthétiques. En vertu des nouvelles réglementations de Bâle 3 récemment introduites, le négoce et la tenue de marché des produits dérivés constituent une utilisation inefficace de la capacité du bilan, de sorte que ces activités sont appelées à être réduites au fil du temps sous la pression des départements de trésorerie des banques. En effet, les conditions qui ont permis aux banques de développer le crédit pour financer l’augmentation des activités de négociation de produits dérivés entre 1985 et 2021 sont en train de s’inverser.

or-monnaie-marchande-adossée-révolution

Selon la Banque des règlements internationaux, la valeur notionnelle des contrats à terme réglementés mondiaux s’élevait à 40.7 trillions de dollars en mars dernier, et celle des options 54 trillions supplémentaires. À cela s’ajoutent plus de 610 trillions de produits dérivés négociés de gré à gré. Pour l’instant, ce sont les variations de cette offre synthétique qui déterminent les relations de prix entre les monnaies fiduciaires et les matières premières. Mais l’impact de la contraction du crédit bancaire entraînera presque certainement une hausse des prix des matières premières, car cette offre synthétique se tarit et est de plus en plus retirée.

En outre, la contraction du crédit bancaire entraîne invariablement des faillites bancaires. Et comme les banques d’importance systémique mondiale de la zone euro et du Japon ont un effet de levier de plus de 20 fois en moyenne, l’ampleur des faillites bancaires sera probablement beaucoup plus importante que celle de Lehman, qui a fait faillite il y a quatorze ans.

Enfin, en guise d’assurance contre une catastrophe généralisée de la monnaie fiduciaire, la Russie et la Chine ont toutes deux stocké des lingots physiques. La Russie est connue pour en posséder environ 12 000 tonnes, dont 2 300 tonnes sont détenues comme réserves monétaires. Elle extrait 330 tonnes par an, qu’elle ajoute actuellement à son stock. Ayant accumulé la majeure partie de son stock avant de permettre au public chinois d’acheter de l’or, l’État chinois possède probablement plus de 30 000 tonnes, dont seulement 1 776 tonnes sont déclarées réserves officielles. Depuis sa création en 2002, les citoyens chinois ont pris livraison de 20 000 tonnes supplémentaires à la Bourse de l’or de Shanghai, dont une partie sera retournée sous forme de ferraille.

Par conséquent, les États russe et chinois détiennent à eux deux plus de 40 000 tonnes d’or, alors que les réserves américaines sont officiellement de 8 133 tonnes. En tant que nations, ils sont également les deux plus grands exploitants d’or en termes de production.

Il ne fait aucun doute que la Chine et la Russie ont une meilleure compréhension que les banques centrales occidentales de la relation entre l’argent, qui est légalement et en réalité de l’or, et le crédit. Elles ne peuvent qu’avoir construit leurs réserves et leur capacité minière en prévision du fait que leurs monnaies auront besoin, un jour, d’être protégées d’une crise de la monnaie fiduciaire. C’est d’abord la Chine qui a accumulé la plupart de ses réserves pendant le marché baissier de 1980 à 2002, à des prix aussi bas que 275 dollars, avant de laisser ses citoyens acheter de l’or. Avec la Russie, l’accumulation a été plus récente, sans doute considérée par Poutine comme un élément essentiel de ses ambitions géopolitiques. Les deux pays ont dissimulé leur véritable position en or, vraisemblablement pour ne pas menacer directement l’hégémonie du dollar et pour leur permettre d’accroître secrètement leurs réserves.

Dans l’éventualité d’une crise de la monnaie fiduciaire pour le dollar, le rouble et le yuan disposent d’une projection monétaire plus importante que toutes les monnaies de leurs adversaires. Et si l’on ne sait pas encore si le président Xi a le sens de la géopolitique, il ne fait guère de doute que Poutine fera tout ce qu’il faut pour protéger la Russie, le rouble et ses plans géostratégiques contre toute crise qui pourrait envelopper l’Occident.

A la lumière de cet article, vous comprendrez mieux l’absolue nécessité de la débancarisation !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

4 thoughts on “GÉOPOLITIQUE : LE MONDE SE DIVISE… EN DEUX

  • Ping : Le monde se divise… en deux – Monde25

  • Ping : Le monde se divise… en deux - Exoconscience.com

  • 13 septembre 2022 à 8h57
    Permalink

    Le monde se divise… en deux : FAUX
    Le monde ne se divise pas en deux, car il est depuis longtemps déjà divisé, brisé en mille morceaux, quasi atomisé à tous les niveaux.
    Malgré cela, et au grand dam de ceux dont la devise permanente, voire éternelle, est le « diviser pour mieux régner », il semble, au contraire, que l’heure soit venue pour la « reconstitution ».
    NB : D’un point de vue exotérique, cette opération de « reconstitution » n’est pas sans rappeler une pratique traditionnelle très caractéristique qui est aux origines du mot « symbole », d’où « sumbolon », en grec (sum-bolon ou ballein, qui unit, rassemble), qui désignait la tessère coupée en deux, dont deux hôtes gardaient chacun une moitié transmissible aux descendants ; ces deux parties « rapprochées » ou « mises ensemble » permettaient de faire reconnaître leurs porteurs. Dans l’ordre ésotérique, chez les Pythagoriciens notamment, ce terme comportait également l’idée de « mise en commun », de « complémentarité », mais de quelque chose d’un ordre plus intime… idée que l’on retrouve dans la réalisation du « samâdhi » (substantif du verbe « samâdha », rassembler complètement), de la Bhagavad-Gitâ. Enfin, souvenons-nous que l’antonyme étymologique du mot « symbole » est le mot « diable » (de dia-bolos ou ballein, qui désunit, diviseur).
    To be continued : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    Répondre
  • 10 septembre 2022 à 17h29
    Permalink

    En quoi des difficultés militaires en Ukraine remettraient elles en cause la stratégie de Poutine telle que vous l’exposez.
    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.