fbpx

⚡️ COMMENT INVESTIR DANS LES SOCIÉTES MINIÈRES ?

Comment investir dans l’or ?

​Il existe de nombreuses méthodes différentes pour investir dans l’or. Nous allons voir aujourd’hui qu’il est possible d’acheter directement des actions de sociétés détenant des mines. Ces investissements font alors partie d’une catégorie d’investissements en or que l’on appelle également « l’or papier ».

De nombreux investisseurs qui choisissent l’or physique par conviction, c’est-à-dire l’or qui existe vraiment, finissent généralement par prolonger leur analyse du sujet en investissant dans les mines d’or et les sociétés aurifères. Bien évidemment, comme tout investissement, il y a des risques à prendre en compte.En effet, on entend souvent parler du risque principal qui est que la mine d’or en question puisse faire faillite. Les sociétés minières ont en réalité un quadruple risque qu’il faut bien garder en tête :

  1. le risque lié à l’or c’est-à-dire à la fois à son cours qui fluctue, à la demande et à la raréfaction du métal ;
  2. le risque lié à l’énergie et à l’augmentation des coûts d’extraction ;
  3. le risque de l’entreprise minière elle-même qui peut avoir des problèmes totalement externes à l’or et qui peuvent faire chuter l’action d’une entreprise ;
  4. le risque marché (qui fluctue sans prendre en compte la situation de l’or et des entreprises minières) car les entreprises minières sont collées aux indices boursiers.

Il faut donc peser le pour et le contre des mines et des entreprises exploratrices et productrices d’or. Une mine peut certes fermer, mais elle a également de nombreux avantages. La fragilité des mines est de plus très souvent exagérée. Une preuve de cette exagération est le krach de 1929. Alors tout s’écroulait, les mines aurifères, elles, étaient l’exception. Toutes les actions perdaient de la valeur à une vitesse folle, alors que celles des sociétés minières étaient au contraire bien portantes. Au grand bonheur des investisseurs de l’époque !

Nous n’entrerons pas dans le détail ici, mais il existe deux grandes catégories de sociétés aurifères. Les sociétés d’exploration et de prospection, que l’on appelle plus communément les sociétés juniors. Et les sociétés qui extraient le métal jaune, que l’on appelle les sociétés seniors.

Quelles sont les différentes façons d’investir dans les minières ?

​Il est possible d’acheter ce que l’on appelle des titres de compagnies minières aurifères. Ces actions se négocient en bourse avec la particularité d’avoir des prix largement inférieurs à celui de l’or. De nombreuses sociétés établissent leurs résultats prévisionnels et leur pérennité sur une évaluation à la hausse du prix de l’or. Ainsi, si l’or gagne de la valeur, les bénéfices de la société bondissent en conséquence.

La très grande majorité des personnes souhaitant investir dans les actions aurifères le font également via des ETF, que l’on appelle également des trackers. Ces trackers ont pour but de suivre l’évolution du prix d’un indice particulier se trouvant dans un lot d’actions minières aurifères. Ces actions peuvent bien évidemment être achetées ou vendues en bourse. En somme, le fonctionnement est le même que pour une action classique. Cependant, c’est bien la simplicité, la liquidité, ainsi que le faible coût à dépenser qui donne sa popularité à l’achat d’un ETF minier.Ces fonds aurifères sont principalement investis sous forme d’actions de sociétés cotées. Ainsi, l’activité est intimement liée à l’exploitation du métal, soit des mines d’or et des sociétés de prospection minière. À noter également que les minières et les fonds composés d’actions sont le plus souvent axés sur cet investissement dans l’or, mais sont également exposés à d’autres produits comme l’argent métal. Les sociétés minières produisent en effet des minerais connexes à l’or comme l’argent, le cuivre, le zinc et beaucoup d’autres, car il est fréquent qu’une mine ne soit pas composée que d’une seule ressource.

Mine et minière à investir

Quels sont les critères de sélection des minières aurifères ?

​Cette question est très importante à poser. En effet, si vous investissez n’importe comment, vous risquez de tout perdre. Alors, vous allez me dire que le risque zéro n’existe pas, et vous avez parfaitement raison. Cependant, la différence entre un bon et un mauvais investisseur est que le bon investisseur a développé une méthodologie et sait parfaitement évaluer le risque qu’il prend. Ainsi, ce qu’il perd doit être compensé ailleurs. A contrario, le mauvais investisseur se base simplement sur des a priori et peut régulièrement se tromper et perdre de l’argent.

Soyez donc un bon investisseur en respectant ces 8 règles simples, il faudra étudier :

  1. Le coût de la production, il faut impérativement vérifier que les titres de la société qu’on achète sont capables de produire de l’or à un bon prix.
  2. Si la quantité d’or des gisements est suffisante pour ne pas provoquer de rupture de stock.
  3. Si la teneur d’or dans le métal extrait est suffisamment élevée.
  4. Le type de mines à privilégier. Il en existe 2 : les mines en plein air et les mines souterraines.
  5. La gestion de la société minière. C’est un point très important, surtout pour les débutants. Il est vivement conseillé de privilégier une minière réputée. C’est-à-dire une entreprise où la direction sait prendre les bonnes décisions et qui a un bon passif de gestion. Pour cela, il vous suffit d’éplucher les dossiers publics de l’entreprise. Les coûts, les bilans, ainsi que tous les flux de trésorerie après les investissements. Ce point est certes fastidieux et personne n’y prend du plaisir, mais c’est précisément cet effort-là qui différencie les bons des mauvais investisseurs.
  6. Le ciblage : il faut tout d’abord cibler les sociétés qui affichent une bonne capitalisation boursière. Qu’est-ce qu’une bonne capitalisation boursière ? À chacun de l’estimer en fonction de la période à laquelle il se trouve. Moins les sociétés ont de capital investi en bourse, plus elles sont spéculatives.
  7. Le potentiel minier : pour cela, il vous suffit là encore d’éplucher quelques documents de la société. Notamment le potentiel d’exploration de la mine, ainsi que la capacité de cette entreprise à investir pour son propre développement économique.
  8. Le contexte géopolitique : il s’agit d’un point fréquemment oublié. Pourtant, savoir où est située votre mine, c’est-à-dire quand quel pays, dans quelle région et dans quel contexte elle se situe pourrait bien sauver votre portefeuille boursier. En effet, si votre mine est localisée en plein cœur d’une instabilité en cours ou à venir, il se pourrait bien que l’activité cesse du jour au lendemain, et ce, pour quelques jours, mois, voire années.

Ainsi, investir dans de l’or minier demande quelques efforts de recherche et d’analyse. Notamment afin d’identifier les sociétés viables, ainsi que les mines avec du potentiel.

La clé de ces investissements est donc de bien se renseigner en amont, d’étudier en profondeur l’entreprise, les dirigeants, la direction, l’éthique de la société, puis sa comptabilité, ses financements, ses projets, ses productions et explorations en cours et à venir…

Plus vous serez conscient des risques que vous prenez, plus vous diminuerez vos chances de pertes.

Si vous voulez avoir tous ces éléments précis pour réussir un bon investissement minier de A à Z, avoir une sélection complète de minières, des stratégies et des opportunités d’investissement régulières, je vous renvoie au Portefeuille Alternatif que j’ai mis en place.

Portefeuille Alternatif
Pour des études mensuelles sur les minières, vous pouvez également vous reporter à la revue Or & Argent qui effectue une veille stratégique pour les investisseurs.
Revue Or & Argent
Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *