fbpx

AVOIR PLUS D’OR, D’ARGENT MÉTAL ET DE BITCOIN (ROBERT KIYOSAKI)

Pour les épargnants et investisseurs

L’écrivain du best-seller « Père riche, père pauvre » Robert Kiyosaki a annoncé sur Twitter :
 
« La bonne nouvelle est que le meilleur moment pour les riches est pendant le krach.
La mauvaise nouvelle est que le prochain krach sera long.
Obtenez plus d’Or, d’Argent et de Bitcoin pendant que vous le pouvez. »

Mise à jour

Ricardo Salinas Pliego, fondateur d’entreprises de télécommunication et 166e personne la plus riche du monde, a annoncé sur Twitter qu’une de ses sociétés vise être la première banque du Mexique à accepter le Bitcoin. Dans une récente interview, le milliardaire a également annoncé qu’il détenait 10% de son portefeuille en Bitcoin. Il a ajouté que toutes les monnaies fiduciaires sont des « fraudes » et que le Bitcoin « doit faire partie intégrante des placements de chaque investisseur ».

Conflit d’intérêts ?

La cryptomonnaie n’est pas populaire au sein du système financier mexicain. En effet, la banque centrale du Mexique, le régulateur bancaire et le ministère de la Finance ont posé un drapeau rouge au sujet de la cryptomonnaie. De plus, Arturo Herrera, le ministre des Finances du pays, s’est exprimé sur le sujet et a souligné qu’il était interdit d’en utiliser au sein du pays.

Intéressant

La plateforme d’échange de cryptomonnaie Coinbase a annoncé qu’elle offrait désormais des taux d’épargne à intérêt élevé, à hauteur de 4% annuel sur l’USDC (un équivalent du dollar basé sur la blockchain), soit un taux 8 fois plus élevé que celui du livret A.

Rappel : la Stratégie 3D va encore plus loin avec des rendements annuels de 15 à 35%, en plus de vous débancariser et sortir votre épargne légalement de votre pays de résidence pour échapper à l’État.

Crypto-compte à rebours

Le gouverneur de la Banque de France, Francois Villeroy Galhau, a annoncé lors d’un colloque que l’ensemble du territoire européen devrait légiférer les cryptomonnaies. Il estime qu’il ne reste que « 1 à 2 ans » à l’Union européenne pour réguler ces actifs. Ne pas agir rapidement, a-t-il déclaré, risquerait « d’éroder notre souveraineté monétaire » et éventuellement d’affaiblir l’euro.

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *