fbpx

MANIFESTATIONS ANTISÉMITES ANTI-PASS SANITAIRE

L’antisémitisme ou la liberté, peut-on choisir ?

Alors que depuis un mois, le nombre de manifestants ne cessait d’augmenter chaque samedi dans les rues du pays contre le pass sanitaire, il semble qu’il y ait eu une légère baisse de fréquentation hier, samedi 14 août, selon Le Parisien.

Environ 215 000 personnes ont donc défilé en France, selon le ministère de l’Intérieur.

Même si nous pouvons penser que ces chiffres soient quelque peu sous-estimés, cela reste un record exceptionnel de mobilisation en plein mois d’août.

Entre les anti-vax, l’accusation d’antisémitisme à toutes les sauces et, en somme, la « gilet-jaunisation » des esprits, l’exécutif désespère de la montée du complotisme et de la désinformation au sein de ces manifestations.

Pourtant, loin du complotisme bas de gamme, il semble que beaucoup de manifestants s’insurgent principalement contre une restriction infinissable de leurs libertés individuelles et ceci sans raison rationnelle.

Mais le préfet de police de Paris, Didier Lallement (ça ne s’invente pas), préfère signaler à la justice des pancartes « antisémites » dans un défilé parisien contre le pass sanitaire.

Les pancartes visées portent la fameuse inscription « Qui ? », devenue récemment une référence « discrète » chez les « militants antisémites » selon les journalistes.

Ou simplement, les gens cherchent des coupables à tous leurs maux.

Alors, qui va endosser la responsabilité de cette politique sanitaire catastrophique ?

C’est vrai qu’une simple pancarte « Enculés » fait l’affaire :

Image

Et pendant ce temps, le pass sanitaire se généralise petit à petit dans les commerces, grands et petits.

Préparez-vous à une baisse de votre niveau de vie et/ou à une augmentation des impôts pour compenser les pertes économiques de la dictature sanitaire (la bonne excuse) :

La vaccination fonctionne très bien

Un nouveau variant du Covid, cette fois-ci d’origine colombienne, a causé la perte de sept résidents d’une maison de repos à Zaventem à Bruxelles.

Il est à savoir que leur état de santé était somme tout relatif, certain étant âgés et/ou malades donc fragiles.

Cependant, ce qui semble incompréhensible, c’est que l’ensemble du corps soignant, ainsi que tous les résidents de cette maison de repos étaient vaccinés.

Comment se fait-il alors qu’ils aient pu être infectés ? Le flou demeure en ces terres bruxelloises, le mystère reste entier.

Je ne pense pas qu’encore un peu plus de vaccination, de mise en quarantaine et de désinfection de masse résoudront tous les problèmes.

Nouvelles ressources censurées (mises à jour) sur le Covid-19, les vaccins, la dictature sanitaire… Vous y trouverez des livres, des vidéos, des reportages et des analyses gratuites :


Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *