fbpx

DÉMISSION GÉNÉRALISÉE AUX ÉTATS-UNIS, POURQUOI ?

Les Hommes libres démissionnent ?

Ce graphique représente la courbe de départ volontaire de poste de travail aux États-Unis :

Cette dernière n’a jamais été aussi élevée depuis l’an 2000.

« Plus de 4,3 millions d’Américains ont démissionné en août, a révélé le département du Travail, mercredi. Ce phénomène a pris une telle ampleur aux États-Unis qu’il commence à avoir des répercussions visibles sur l’économie du pays. 

Les Américains l’appellent le “Big Quit” ou “Great Resignation”. Cette “Grande démission” désigne la vague d’employés qui quittent en nombre leur travail aux États-Unis. Ils ont été plus de 4,3 millions à remettre leur lettre de démission en août, d’après les dernières statistiques du département du Travail, publiées mercredi 13 octobre. »

« Il illustrerait, avant tout, un grand ras-le-bol des employés dans les secteurs les plus durement touchés ou sollicités durant la crise sanitaire. Nul hasard au fait que les caissières de supermarchés, les aides-soignantes, les femmes de ménages dans les hôtels et autres titulaires d’emplois peu qualifiés et mal payés soient les plus nombreux à avoir claqué la porte, souligne le Wall Street Journal.

“Maintenant que la reprise économique est là, ces travailleurs se rendent compte qu’il n’y pas de raisons qu’ils continuent à être sous-payés, après avoir été mis sous pression pendant près d’un an alors qu’il y a de plus en plus d’opportunités de trouver un autre emploi”, estime le grand quotidien économique de la côte est. »

Nous avons donc 3 % de la masse salariale états-unienne qui claque la porte de leur job, c’est énorme.

Il y a fort à parier qu’une bonne partie d’employés ayant été mis sous la « pression vaccinatrice » ont démissionné, car ils n’ont pas été soumis à ce chantage. En France, le phénomène semble encore marginal.

Sur le réseau social Tik-Tok, de nombreux salariés se sont même filmés à démissionner et ces vidéos sont devenues virales.

Le confinement, les conditions de travail de plus en plus précaires, et le manque de sens de tous ces « bullshit job » ont vraisemblablement trouvé leur limite.

Peut-être alors que les postes ingrats comme ceux de la restauration (qui ont été le plus touché par cette vague de démission) vont être revalorisés. Ou alors le service sera moindre et il y aura de plus de plus de cantines, faute de mieux dans ces établissements.

Affaire à suivre en France…

Récupérez les ressources pour vous organiser :

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *