fbpx

GREAT RESET : DEVANT NOUS SE DRESSE LA BÊTE

Sur fond de guerre russo-ukrainienne, il ne reste que quelques semaines avant les débuts de l’élection présidentielle (si elle a lieu) et la situation économique française, européenne et occidentale, est plus qu’alarmante. Nous sommes véritablement à l’aube du plus grand cataclysme financier de l’histoire.

Vers un démantèlement du système financier international

Depuis le temps que certains l’annoncent, toutes les Cassandres semblent avoir enfin raison quand on examine l’actualité géopolitique et économique de ces derniers jours.

En effet, notre système financier actuel (fondé exclusivement sur la dette depuis 1971) et totalement alchimique depuis mars 2020, vit ses derniers instants.

La crise financière de 2008, première étape de l’effondrement et du recours à la planche à billets et à la dette globale (monétisation par les États), semble sur le point de se terminer dans la souffrance et le sang, au cours des mois à venir.

L’ère de la dette perpétuelle et de la fin de l’Histoire, imposée par la City et Wall Street, semble vouloir laisser la place au tragique et à la guerre, après la suspension temporaire du récit pandémique.

La Bête de l’Événement promise par notre président est désormais face à nous. Le Nouvel Ordre mondial via la Grande Réinitialisation, sont désormais passés à la deuxième phase, c’est à dire : la réduction de la population mondiale par tous les moyens qui sont à sa disposition : la guerre, la faim, les maladies, et le contrôle total de la petite partie qui restera sur terre.

D’ailleurs concernant les maladies, de récentes révélations (d’abord qualifiées de théories du complot) nous ont informés que l’Ukraine disposait de multiples installations biologiques, et qu’ « il était important que la Russie ne mette pas la main dessus », comme l’a indiqué substantiellement Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État des États-Unis aux affaires politiques.

L’hystérie OTANesque autour de l’Ukraine et les tensions avec la Russie ont évidemment pour objectif d’amener l’économie mondiale dans un gouffre infernal, pour ensuite pouvoir faire subir de multiples destructions aux populations, et ainsi nous proposer des solutions clés en main (puçage, surveillance, monnaie numérique de banque centrale, vaccination annuelle, etc.)

Le meilleur exemple à donner pour illustrer ce sabotage organisé de l’économie mondiale est la désactivation du système SWIFT par les puissances atlantistes pour la Russie.

Cette sanction, qui va surtout pénaliser et porter atteinte à la santé déficiente des économies européennes, est même déjà remise en cause par des journaux mainstream comme le journal Le Monde.

Le « casus belli financier » autour de SWIFT, oblige la Russie et d’autres grands pays à poursuivre le phénomène de dédollarisation, enclenché depuis 2008.

La Chine, qui a pour rôle de détruire économiquement les États-Unis, s’en frotte déjà les mains.

Les grandes banques centrales ne vont donc pas remonter leurs taux et provoquer une contraction monétaire. Elles vont, au contraire, encore laisser filer la création monétaire ex nihilo et pratiquer des politiques de rachat massif.

Il est donc maintenant fort probable que nous assistions au célèbre « quoiqu’il en coûte » jusqu’à l’effondrement total de l’économie mondiale, qui viendra d’ailleurs certainement par la voix officielle d’un blackout résultant d’une cyberattaque « russe » sur nos pays.

De toute façon, ne nous trompons pas, les élites occidentales, à la différence de ce que disent certains, ne sont pas idiotes, elles savent très bien ce qu’elles font. Les maîtres du Forum Économique mondial de Davos et leurs employés (Macron, Draghi, Trudeau, Van der Leyen…) sont en guerre, contre la Russie (peut-être), mais surtout contre les peuples qu’ils dirigent…

D’ailleurs, la crise covidienne laisse donc la place pour semaines à une réelle crise aux causes concrètes : la guerre en Ukraine et ses multiples conséquences.

La liquidation de la classe moyenne en marche

À l’heure où le président Emmanuel Macron vient d’annoncer sa candidature avec une lettre aux Français et sans débat préalable sur son bilan, les prix des matières premières essentielles continuent de flamber.

Nous ne rabâcherons pas cette fois notre mantra bien connu « l’hyperinflation est déjà là », car tout le monde désormais le constate. Mais ce qui est sûr, c’est que la hausse des prix généralisée et visible, s’installe à la conséquence de la dépréciation de la monnaie et des chocs énergétiques, eux-mêmes, conséquences de la géopolitique internationale et des comportements hystériques des occidentaux, ces derniers jours.

L’heure est donc grave : l’essence/ gazole dépasse les 2 euros le litre et le gouvernement macronien ne semble néanmoins pas prendre la mesure des conséquences sociales, concernant ce prix de l’essence symbolique. Cela veut dire une chose : « ce n’est que le début ».

Le pouvoir oligarchique caché derrière Emmanuel Macron est tellement confiant, qu’il ne prend même pas le temps de dissimuler ses intentions. A l’aube de la présidentielle, certains sondages n’hésitent pas honteusement à créditer le Golem de la Finance (détesté par les ¾ de la population) de 33% des suffrages au premier tour.

L’establishment transnational sait que tout est en place. Comme en 1973 avec le choc pétrolier et la Guerre du Kippour, un conflit organisé de toute pièce avec un agresseur parfaitement désigné (La Russie jouant le rôle des pays arabes aujourd’hui), va servir à la mutation terminale du capitalisme financier mondialisé.

Avec plus de la moitié du prix de l’essence qui se trouve être de la fiscalité, on aurait pu quand même s’attendre à ce que des mesures provisoires soient prises pour faire « passer temporairement la pilule » quelques semaines seulement, avant le choix officiel des Français pour leur chef d’État.

Or il n’en est rien, le pouvoir ne fait pas un geste. La classe moyenne amorphe, depuis le passe vaccinal, semble étrangement courber l’échine et attendre des jours meilleurs (après le mois d’avril et l’élection présidentielle ?) même si en Corse et dans certains territoires d’outre-mer, la température semble quelque peu différente…

L’objectif réel de l’establishment occidental avec ces provocations hystériques autour de la Russie et ces sanctions, va en réalité davantage punir ce qu’il reste des classes moyennes européennes.

Le but affiché est d’affaiblir et même de soi-disant « faire plier » la Russie de Poutine. Néanmoins, n’importe quel observateur sérieux peut comprendre, qu’en Europe et en particulier en France, ces mesures de sanctions (ridicules pour certaines) vont surtout avoir comme conséquence la destruction totale du maigre tissu industriel et artisanal qu’il nous reste, à nous pays européens.

La Russie quant à elle, malgré il est vrai des heures difficiles à passer, pourraient bien ensuite tirer son épingle du jeu et plus rapidement que ce que certains responsables politiques avancent.

Pour rappel, l’industrie représente 12,4 % du PIB en France, dont 10 % pour l’industrie manufacturière. Tandis qu’en Russie, elle représente plus de 30% du PIB, c’est à dire trois fois plus.

Aujourd’hui en Occident, malgré une peinture verte récente et notre désindustrialisation colossale (tiers-mondisation), l’essence, le gaz et les énergies carbonées en général, sont encore largement au centre de notre vie économique. Mais il semble bien que les valets du Great Reset souhaitent nous faire passer un saut qualitatif en cette année 2022.

Les peuples d’Europe étant encore bien trop gras, il semble donc important pour l’hyperclasse de faire rendre gorge aux classes moyennes, pour imposer leur monde d’après totalitaire. Nos politiques nous demandent déjà de baisser notre chauffage de 3 degrés pour « aider l’Ukraine ».

Et avec une essence à plus de 2 euros en France, une flambée du blé, une pénurie des engrais et une construction en chute libre, les mois qui viennent n’ont pas fini de voir nos sociétés occidentales se désagréger.

Choc sur les matières premières énergétiques et alimentaires

Tout le monde le dit, même la firme fourbe Goldman Sachs, la hausse colossale sur l’ensemble des matières premières va se poursuivre, dans des proportions jamais vues jusqu’à présent.

Dans un futur très proche, il n’est pas impossible que le baril de pétrole atteigne les 200 dollars. Le litre d’essence pourrait donc atteindre dès avril 2022, les 3euros le litre.

Le blé (matière première alimentaire de base) est également très impacté. Il n’est pas impossible que certaines pénuries arrivent dans les prochains mois. Les mauvaises récoltes et les blocages (mer Noire) relatifs au conflit opposant deux énormes producteurs de céréales (Russie-Ukraine) expliquent également la flambée du cours.

Les secteurs de la construction et donc l’ensemble de l’activité économique subissent eux aussi les hausses importantes des matériaux de construction.

La situation économique qui se présente face à nous est tout simplement cataclysmique.

Pour ne rien arranger, il y a quelques jours, l’envoyé présidentiel pour le climat John Kerry, également ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères, a d’ailleurs prononcé une phrase étrange à propos d’éventuelles pénuries alimentaires au cours d’une conférence CERAWeek :

« Nous voyons des réfugiés climatiques dans le monde entier. Si vous pensez que la migration a été un problème en Europe pendant la guerre syrienne… attendez de voir 100 millions de personnes pour lesquelles toute la capacité de production alimentaire s’est effondrée. »

Le Nouvel Ordre mondial va donc nous proposer dans les années à venir un programme réjouissant en matière de sauvetage de la Planète: la misère, la famine, les migrations « incontrôlées », les guerres, et la surveillance de masse pour tous…

Comment contrer le système alchimique de Davos ?

Cependant, l’heure n’est plus à la dépression (maladie très à la mode dans nos sociétés occidentales). Au contraire, le temps est propice à la révolte et à l’action. Depuis deux années, le Covid, le vaccin, les passes et maintenant l’hyperinflation (en réalité la bulle des bulles de l’économie mondiale) ont et vont amener à une prise de conscience pour une partie de la population.

Malgré les efforts du Forum Économique Mondial pour nous imposer son narratif, des poches de résistances nationales ont été créées partout, à travers le monde.

Certes la Bête de l’Événement est là, elle se dresse devant nous, et elle semble sur le point de dévorer et détruire les restes du monde d’avant que nous connaissions et aimions tous : les balades en voiture, le petit pavillon avec son jardin, les vacances à la mer, la viande du boucher, etc.

Le mode de vie occidentale standard (que l’on connaît depuis les années soixante) se disloque sous nos yeux, mais pour autant rien ne semble rédhibitoire. Si nous nous défaisons du récit et de l’emprise mentale que l’on nous impose, tout est encore possible !

Le « Demain vous ne posséderez rien, mais vous serez heureux », ce programme qui nous est destiné à horizon 2030, n’est pas inévitable. L’effondrement peut encore se faire à notre avantage. Et même si Emmanuel Macron, par son premier quinquennat, en a d’ailleurs déjà esquissé les contours et qu’il prétend encore « façonner » la France de 2030, le temps de l’action concrète est arrivé. La colère lourde et contenue des peuples pourrait bien ressurgir en pleine tête des ectoplasmes qui sont aux commandes en Europe actuellement, les Draghi, Macron, Van der Leyen et cie.

Macron n’ayant pas réussi à faire monter la température rapidement dans les premiers mois de son mandat (Gilets jaunes), il n’est pas impossible que la brutalité du déclassement qui attend les Français dans les jours qui viennent, ne se retourne pas méchamment contre lui. La colère est là, à nous de bien l’utiliser.

Une balle d’argent dans la poche

Car oui, il existe un « bug » dans la matrice, une faille dans la cuirasse du projet de Grande Réinitialistion. Et cette « faille » se nomme l’argent métal.

Nous vous le répétons depuis des mois voire des années, l’or et l’argent métal, manipulés depuis des décennies sont les outils qui peuvent nous permettre de gagner du temps et de contrer le récit imposé par les tenants de la Grande Réinitialisation. Ce saut qualitatif entrepris par les tenants du N.W.O est aussi dangereux pour l’establishment.

Ceux qui se vantent d’être « alchimistes » en particulier à Wall Street et à la City (en passant par la London Bullion Market Association, le London Metal Exchange, la BRI, le FMI, la BCE ou encore la Fed) savent que le temps est désormais compté et ils mettent tous leurs efforts à détourner, décourager les peuples de se tourner vers les seules armes financières dont ils disposent (métaux précieux physiques historiques).

Pourquoi vous parler dans un premier temps, d’armes financières ? Tout simplement que la richesse et la monnaie sont le cœur nucléaire du système de domination dans lequel nous vivons. Ce combat doit être le premier et il peut et doit être mené à l’échelle individuelle tout d’abord.

Pour comprendre cette thèse autour de l’argent métal (qui prend forme dans le mouvement Silversqueeze/ WallStreer Silver) et qui se trouve validée de jour en jour par les faits et l’actualité. Il faut simplement comprendre que l’essence même du pouvoir de l’oligarchie qui nous gouverne est le contrôle de la monnaie.

Quand vous avez digéré cet état de fait et que vous en saisissez toutes les conséquences politiques et sociales, vous pouvez appréhender l’explication technique et factuelle qui va suivre et qui consiste à dire qu’avant le mois de mars 2020 (et l’application officielle du Great Reset à la face du monde entier) la plupart des contrats sur les métaux précieux arrivant à expiration étaient soit reportés sur l’échéance suivante, soit délivrée « en cash ».

Cette assertion est fondamentale et il faut la comprendre. En réalité, il n’y a rien de compliqué :

Depuis ce fameux mois de mars 2020 ou les Young Global Leaders sont entrés en guerre, des faits importants qui se sont produits sur le Comex (marché des dérivés financiers) et nous ont fait basculer dans une autre ère financière.

Pour rappel aux non-initiés, le Comex/CME était à la base une bourse des denrées agricoles (matières premières qu’ils traitent toujours). Ce marché financier basé à Chicago, entièrement contrôlé par la City et Wall Street a acquis progressivement diverses missions, et ce fut lui, qui prît l’initiative d’un marché des dérivés financiers à la suite des travaux de finance mathématique des économistes de la célèbre école de Chicago (symbolisée par le diabolique Milton Friedman, prix Nobel d’économie en 1976) dans les années 1950-1970. C’est donc par ce marché financier que l’alchimie financière actuelle s’est développée et a contaminé le monde entier (spéculation sur les matières premières, paris financiers dignes de casinos, etc.).

Juste pour apporter une meilleure compréhension : « Un contrat à terme constitue un engagement d’acheter (pour l’acheteur), de vendre (pour le vendeur) un actif sous-jacent à un prix fixé dès aujourd’hui, mais pour une livraison et un règlement à une date future.

L’actif sous-jacent peut être un produit physique (matières premières), un instrument financier (actions, obligations, taux d’intérêt, cours de change) ou encore un indice boursier ou climatique…

Conçu à l’origine pour les marchés agricoles, le rôle premier des contrats à terme est de minimiser les risques de pertes liés aux fluctuations de cours de l’actif sur lequel ils portent (rôle de « couverture). »

D’ailleurs, pour saisir l’importance du Comex et des produits dérivés financiers dans le système financier mondial, il faut s’intéresser au produit phare du CME, c’est-à-dire la série de contrats sur le Libor,  surnommés « Eurodollar ».

Ainsi pour revenir à l’actualité, au même moment où BlackRock prenait le contrôle de l’économie mondiale en mettant sous tutelle la Réserve Fédérale américaine et le Trésor US en mars 2020, les traders longs sur ce fameux marché du Comex, contrairement à ce qui était pratiqué avant, ont commencé à demander notamment des grandes quantités d’argent métal physique…

Ce qui dans une place qui est censée fixer le prix du métal gris et accessoirement aider à la manipulation des cours, au profit des grands consortiums bancaires de l’oligarchie (Goldman Sachs, Bank of America, JP Morgan), change absolument tout.

C’est-à-dire que dans cette phase totalement alchimique de l’économie mondiale ( le quoiqu’il en coûte occidental), les grands acteurs et acheteurs sur l’argent métal ont décidé de passer du monde de la spéculation pure (faite pour acheter-vendre-acheter) au monde réel ! Ainsi, là où certains se sont vu imposer une illusion monétaire et une destruction des richesses, d’autres en ont profité pour acheter des richesses tangibles…

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces comportements post-mars 2020. Tout d’abord, les demandes industrielles en hausse, des économies en crise, donc des investisseurs qui se tournent vers des actifs tangibles donc des garanties contre les pertes, mais aussi un manque d’investissement chronique dans certains secteurs et donc une productivité en baisse (métaux précieux, pétrole, etc..)

Mais il n’est pas non plus anodin, de constater qu’aux États-Unis et en réalité dans le monde entier, des investisseurs « populistes » ont aussi enclenché un mouvement de révolte. C’est le fameux mouvement du WallStreetSilver/ Gold /Silversqueeze (qui pour l’instant est en échec), gagne progressivement de jour en jour, au gré de la colère des peuples, des sympathisants et même des militants.

Ainsi lors de l’année 2020 (An I du Nouvel Ordre mondial), paradoxalement à la proclamation de l’ère alchimique, le Comex a vu plus de 780 tonnes d’or quitter ses coffres du Comex en raison des demandes exceptionnelles de livraison physique.

À titre de comparaison, c’était tout simplement quatre fois plus qu’en 2019. Et c’était surtout une première historique pour ce marché des futures. D’ailleurs pour ce qui est du métal argent, 8 500 tonnes d’argent physique furent délivrées en 2020 au sein du Comex, ce qui confirme évidemment ce changement de paradigme. Par rapport à 2019, la hausse était de 75%…

Par conséquent, le Comex (établi comme marché des futurs) est désormais devenu un marché de livraison de métal physique, ce qui évidemment n’est pas sa mission initiale.

Vous comprenez bien que cette institution (outil initialement instauré aux profits de Wall Street et de la City pour consolider un futur système financier international , organisé autour du système des changes flottants, de la spéculation et de l’argent Dette) a dû importer des quantités phénoménales d’or et d’argent.

Cela se retrouve d’ailleurs dans les chiffres d’importations aux États-Unis ou l’oncle Sam a importé près de 650 tonnes d’or en 2020…chiffre jamais atteint auparavant. Le mouvement du Silversqueeze, souvent moqué (mais inquiétant pour l’oligarchie financière), a amplifié une situation déjà tendue sur le marché physique de l’argent.

Et comme on le voit avec l’explosion inattendue du Nickel, si la tendance de demande de livraison physique autour de l’or et de l’argent continue, le Comex va se retrouver à un moment donné, sans possibilité matérielle de livrer du physique à ceux qui le demandent.

Le monde réel est donc en train de rattraper les vampires alchimistes des marchés financiers et des banques centrales, indépendamment de leur projet de démantèlement contrôlé et de spoliation des classes moyennes (hyperinflation, taux négatifs etc.). C’est dans cette fenêtre que les minorités agissantes au sein des franges populistes pourraient avoir un rôle à jouer…

Ce sera évidemment plus difficile à réaliser sur le marché de l’or, mais pour ce qui est de l’or du pauvre, le marché de l’argent métal est d’une taille bien plus petite et la situation des stocks est totalement tendue depuis le dernier semestre de l’année 2021.

On peut donc tout à fait imaginer qu’au moment où le Comex fera défaut sur la livraison du métal physique, le prix de l’argent explosera comme jamais dans l’histoire. L’or suivra et même dépassera son frère ensuite. Imaginez si un peuple (en rêve : 25 à 30 % de la population) constituait des réserves importantes d’actifs anti-fragiles historiques (or-argent et autres métaux précieux) dans une période d’effondrement historique, il serait plus compliqué pour les États de « tondre le troupeau »…

Gain et profit sur l'or

L’ours va-t-il tuer la Bête?

Depuis au moins deux décennies, Poutine, quoi qu’on en pense, est incontestablement l’un des dirigeants, si ce n’est le dirigeant le plus habile de la planète pour défendre les intérêts de son pays. Comme le dit le géopolitologue, Youssef Hindi, « les Occidentaux jouent au poker, tandis que Poutine joue aux échecs. » Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Crimée en 2014, la guerre en Syrie et d’autres épisodes récents de l’histoire russe, tendent à confirmer cette analyse.

Mais alors Vladimir Poutine serait-il au courant du point faible financier du bloc atlantiste qui fait face à lui. Pourrait-il comme il l’a souvent fait, prendre à revers le Nouvel ordre mondial (guerre en Syrie/Crimée en 2014) et débloquer une situation avec une chronologie et un mode opératoire qui lui est propre ?

Rien n’est certain, Poutine eux aussi malgré les apparences sont peut-être malgré eux sous-contrôle. Cependant si la révolte de l’ancien directeur du KGB contre Davos est véritable, un autre évènement pourrait provoquer un défaut sur le Comex (pièce angulaire du système financier transnational et apatride). En effet, une grande banque centrale pourrait décider une réforme monétaire indépendante en liant sa monnaie souveraine à l’or.

Et avec les sanctions imposées à la Russie et sa déconnexion de SWIFT, la Russie semble opérer des mouvements dans cette direction. On le sait, la banque centrale de Russie accumule des réserves d’or depuis des années . Poutine, depuis quelques jours, a aussi pris le parti de placer sa monnaie : le rouble, comme solution éventuelle de transactions internationales.

Il exerce concrètement sa souveraineté monétaire au détriment de ceux qui lui sont hostiles. Bien sûr à la Chine, dont la banque centrale est acheteuse d’or nette depuis une dizaine d’années, peut, elle aussi, amorcer ce mouvement.

Et si le Tigre de Papier (la Chine a en réalité d’énormes problèmes économiques cachés ex : Evergrande et sa bulle immobilière) prenait cette décision, ce ne serait bien évidemment plus le Comex qui déterminerait le prix de l’or ou de l’argent, mais bien sa banque centrale.

En réalité, quoiqu’il advienne dans les prochaines semaines, les cours des métaux précieux vont s’apprécier à des niveaux bien plus hauts, malgré les gigantesques manipulations, toujours en cours, auxquelles ils sont exposés.

L’ère de l’alchimie financière reposant sur le contrôle, la fraude des cours et la suppression des cours de l’or et de l’argent par les banques centrales occidentales touchent à sa fin. Les fissures dans le système de monnaie-dette et du commerce international sont en train de s’élargir et elles devraient dans quelques mois ou semaines faire exploser également les marchés du crédit. La crise de liquidité se transformera donc ensuite en crise de solvabilité. Et croyez peu de monde est préparé.

Le vote ou l’action: choisissons !

Ainsi, nous avons le choix : soit, nous attendons de régler le sort de notre peuple dans les urnes, comme le souhaite nos maîtres, au profit d’une élection truquée et sans réel opposant au système (plus aucun candidat ne parle d’un retour au franc) ou soit nous agissons maintenant, dans un premier temps par l’abstention et en laissant le système oligarchique du Nouvel ordre mondial se nécroser sur notre terre, tout en court-circuitant son récit et en agissant concrètement en parallèle.

Le réflexe du boomer qui consiste à voter et croire qu’il a son destin en main grâce à son bulletin, est désormais caduc.

La nouvelle génération ne doit plus être passive. Elle doit passer à l’action et mener le combat dans le monde réel…

Le 24 avril 2022 à 20h30, peu importe le président (très certainement Emmanuel Macron), nous devons être prêts pour proposer au système d’écrire un chapitre inattendu dans son récit, désormais tristement célèbre, du Great Reset

Marc Gabriel Draghi

Vous n’avez pas encore votre Plan Anti Reset ? Il est temps de corriger cela !

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *