fbpx

FIN DE L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE AUX ÉTATS-UNIS !

Covid-19_Biden_Crise_Etats-Unis
Le président Joe Biden s’adresse aux journalistes avant le début d’une réunion du cabinet dans la salle du Cabinet de la Maison Blanche le 3 mars 2022. (Anna Moneymaker/Getty Images)
 

Le Sénat américain a approuvé le 3 mars une mesure qui mettrait fin à l’urgence nationale liée au COVID-19

La résolution a été adoptée à 48 voix contre 47 sur un vote de ligne de parti.

Tous les républicains ont voté pour la résolution S.J.Res. 38, qui mettrait fin à l’urgence nationale déclarée par le président Donald Trump le 13 mars 2020. Tous les démocrates ont voté contre la déclaration, prolongée à deux reprises par le président Joe Biden.

Cinq sénateurs ont raté le vote, dont trois démocrates.

«Après près de deux ans à vivre sous cet état d’urgence, le peuple américain est épuisé et souhaite pouvoir respirer librement ; ils aspirent aux libertés données par Dieu et méritent que les dirigeants prennent leur parti. Il ne fait aucun doute qu’il est temps pour notre nation d’apprendre à vivre avec le COVID», a déclaré le sénateur Roger Marshall (R-Kan.), qui a présenté la mesure, dans un communiqué après le vote.

«Je suis fier que mes collègues se soient réunis pour abroger cette déclaration d’urgence et qu’ils aient offert une victoire symbolique à nos citoyens, que la normalité soit toujours de mise et que les limites gouvernementales et les droits constitutionnels règnent toujours en maître. Il est grand temps d’arrêter de parler de restrictions et d’inconnu. Nous devons tracer aujourd’hui une nouvelle voie vers la victoire qui respecte le virus et nos libertés.»

Crise_Covid-19_Etats-Unis_Reset

Avant le début du vote, le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer (DN.Y.) a exhorté les sénateurs à voter non. Il a fait valoir que le moment n’était pas opportun pour mettre fin à la déclaration d’urgence, fin qui permettrait au président de prendre certaines mesures, en invoquant la possible apparition de nouveaux variants du COVID-19. 

La proposition « handicaperait précisément la capacité de l’administration Biden à lutter contre la pandémie et augmenterait le danger que tous nos progrès soient soudainement annulés à l’avenir », a-t-il affirmé, revendiquant le fait que la déclaration « a été l’un des outils les plus puissants et les meilleurs pour mobiliser le gouvernement fédéral pour lutter contre la pandémie. »

Le sénateur Mike Braun (R-Ind.) n’était pas d’accord, disant à l’organisme que le nombre de personnes vaccinées combiné à celles qui bénéficient d’une immunité naturelle signifie « qu’une grande majorité de la nation est déjà protégée » et que le virus est devenu endémique.

« Lorsque cette urgence a été déclarée pour la première fois il y a deux ans cette semaine, elle était nécessaire », a-t-il certifié, mais « il est plus que temps que le président et les gouverneurs du pays renoncent aux pouvoirs supplémentaires qui leur sont accordés dans le cadre des déclarations d’urgence COVID ».

« Si nous voulons vivre avec ce virus et aller de l’avant en tant que pays, nous devons mettre fin à l’autorisation d’urgence nationale, puis d’autres gouverneurs à travers le pays devraient emboîter le pas.

La mesure se dirige maintenant vers la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, qui ont généralement été plus favorables aux restrictions pendant la pandémie que le GOP. Même si la Chambre devait approuver la mesure, la Maison Blanche a déclaré le 3 mars que Biden y opposerait son veto.

Une porte-parole de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (D-Californie) n’a pas répondu sous l’empressement à la demande d’éclaircissement du journal The Epoch Times.

Toutefois, ne vous laissez pas berner, le pire reste à venir. Alors, en attendant, préparez-vous :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.