fbpx

CHAOS ÉCONOMIQUE MONDIAL SUITE A L’INVASION DE L’UKRAINE !

« Il y a des décennies où rien ne se passe, et il y a des semaines où des décennies se passent. »

_Vladimir Lénine

Les conséquences de l’invasion de l’Ukraine sur l’économie mondiale

Bien que je ne me considère certainement pas comme un fan de Lénine, je dois admettre qu’il a compris comment les changements géopolitiques peuvent passer d’un crawl à un sprint en un clin d’œil. Il identifierait probablement les actions de sa Russie natale au cours des deux dernières semaines comme l’un de ces moments catalyseurs. Et bien que l’accent soit mis à juste titre sur leur terrible bilan humanitaire, les investisseurs feraient également bien de comprendre ce que cette offensive pourrait entraîner au niveau financier : une accélération de la « démondialisation », avec des implications claires sur la manière dont les gouvernements, les entreprises et les consommateurs mondiaux allouent les ressources à l’avenir.

Considérez certains des résultats apparents de l’invasion de l’Ukraine :

  • Un « Ouest » unifié par la crise : Les joueurs de poker reconnaîtront le résultat de l’invasion comme un « coup de bluff » qui a mal tourné. Le gouvernement russe a peut-être supposé que les nations occidentales étaient trop désorganisées et trop tournées vers l’intérieur pour répondre par des sanctions énergiques et un soutien substantiel à l’Ukraine. Ils semblent avoir tort, compte tenu des actions coordonnées menées par l’Europe et qui semblaient peu probables il y a quelques semaines à peine. Celles-ci incluent la sanction de la banque centrale russe, l’abandon par l’Allemagne de sa politique de non-exportation d’armes vers les zones de conflit et la fermeture par la Turquie de l’accès militaire russe à la mer Noire. La Russie pourrait finalement parvenir à un changement de régime en Ukraine, mais pourrait aussi raviver l’unité occidentale et risquer son propre isolement économique à long terme.
  • Un partenariat sino-russe incomplet : Alors que de nombreux investisseurs nous ont fait remarquer que le « communiqué olympique » bilatéral signifiait qu’un bloc clair se formait, les deux dernières semaines ont éclairci les relations entre les pays, le message de la Chine sur l’Ukraine se concentrant sur une solution négociée. La Chine est sûrement toujours intéressée par la possibilité de s’associer à la Russie dans un bloc économique qui rivalise avec l’Occident (c’est-à-dire, un monde, deux chaînes de valeur, des systèmes de paiement, etc.). Mais la Chine peut préférer jouer le long jeu, considérant la stabilité mondiale comme un soutien à son ascendant économique et à son pouvoir de négociation géopolitique croissant. Les actions de la Russie suggèrent qu’elle ne pense pas que le temps joue en sa faveur. Cette dynamique, ainsi que d’autres problématiques collatérales (c’est-à-dire l’Inde), risquent de maintenir la relation sino-russe davantage orientée vers la commodité que vers l’alliance.
  • Une accélération potentielle de la « slowbalisation » ou « démondialisation » : Ces points semblent souligner que les puissances mondiales ont de facto pris conscience des limites de la mondialisation. Pour le dire en termes d’investissement, les puissances agissent au-delà du compromis entre PIB et sécurité. C’est ce que j’interprète suite à l’adoption par l’Europe de sanctions sévères, qui risquent implicitement d’augmenter les coûts de l’énergie en échange de la sécurité. Les États-Unis font de même, entre autres, en limitant leurs activités d’exportation de semi-conducteurs et en favorisant potentiellement le développement d’un système de paiement mondial alternatif. Tout cela fait partie des manuels politiques de « ralentissement » et de « monde multipolaire » que nous avons soulignés pour la première fois il y a quelques années. À l’époque, c’était principalement dirigé par les États-Unis et progressif, mais maintenant, cela s’accélère.
chaos-poutine-ukraine-mondial-économique

Ce que les investisseurs doivent désormais prendre en compte

Pour les investisseurs qui essaient de regarder au-delà du court terme, ce dernier point est crucial – nous pourrions assister à un recâblage rapide de l’économie mondiale compatible avec la slowbalisation : les préférences révélées par la réaction du monde à la crise ukrainienne sont compatibles avec la création de sphères économiques où les chaînes d’approvisionnement et de technologie sont isolées des préoccupations géopolitiques. Bien que cela ait une myriade d’implications potentielles sur le marché, nous voyons très clairement ce qui suit :

  • Augmentation des investissements dans la défense et la cybersécurité : Les États-Unis ont longtemps pressé leurs alliés de l’OTAN d’augmenter leurs dépenses de défense, en vain. Mais en réponse aux actions de la Russie, l’Allemagne a annoncé qu’elle augmenterait ses dépenses de défense à 2% du PIB, conformément à l’accord de 2006 avec l’OTAN. Nous voyons d’autres pays emboîter le pas et nous estimons avec nos collègues l’augmentation potentielle des dépenses liées à la Défense de 60 milliards de dollars supplémentaires par an au sein de l’OTAN. Les secteurs de la défense et des logiciels pourraient en être les principaux bénéficiaires. Plus tard, cela pourrait également être une étape vers une action budgétaire plus coordonnée de la part de l’Europe en général, avec des implications macroéconomiques plus larges.
  • Coûts élevés des matières premières pendant un certain temps : La Russie et l’Ukraine sont les principaux producteurs de plusieurs métaux, énergie et matières premières agricoles. Bien que les sanctions contre les banques russes aient été conçues pour permettre le paiement de divers produits, il existe toujours des restrictions et des perturbations dans leur transport. Prenons le pétrole, où l’offre était déjà tendue. La Russie produisant 10 % du pétrole mondial, il n’est pas surprenant que les stocks mondiaux de pétrole aient diminué. Par conséquent, nos collègues voient le prix du baril de pétrole rester au-dessus de 100 $ US et le potentiel de surperformance du secteur pétrolier E&P en résulte.
  • Coûts élevés de la chaîne d’approvisionnement pendant un certain temps : Alors que de nombreuses multinationales investissaient déjà dans la diversification géographique de leurs chaînes d’approvisionnement à la suite des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, les événements récents pourraient accélérer cette tendance. Les sanctions, et la réponse de la Russie à celles-ci, comprenaient de nouvelles barrières non tarifaires et des contrôles de capitaux. Cela peut rappeler aux décideurs des entreprises les risques juridictionnels sur les marchés émergents. Cela pourrait ajouter aux pressions sur les coûts, soulignant la pertinence des vues d’ensemble de notre équipe de stratégie selon lesquelles les estimations de bénéfices pourraient être trop élevées et, par conséquent, les marchés boursiers dans leur ensemble pourraient rester agités, même si les secteurs que nous notons ci-dessus pourraient surperformer.

Si vous voulez survivre au désordre économique mondial qui s’annonce, c’est par là :

Sources : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.