fbpx

INFLATION ET OPPORTUNITÉ : COMPRENDRE L’INVESTISSEMENT DANS L’AGRICULTURE ET L’AGROALIMENTAIRE

Résumé rapide

  • L’année commerciale commence le 1er septembre et se termine le 31 août.
  • Les céréales ne sont presque jamais un Buy and Hold (achat et conservation pour un portefeuille à long terme).
  • Corn Dec, Soybean Nov sont les contrats à terme de la nouvelle récolte.
  • Au cours d’une année normale, le 1er octobre ou le premier vendredi d’octobre est le point le plus bas du prix du marché du soja et du maïs.
  • La météo a un effet asymétrique sur les cultures. Il n’a pas besoin de se matérialiser pour influencer les prix.
  • Weather Risk Premium (Prime de risque climatique) est la hausse des prix due aux inquiétudes sur la production.
  • Les prix des céréales suivent une tendance saisonnière, mais cela ne signifie pas qu’il est facile de prévoir les prix chaque année.
  • Soyez conscient des interdictions d’exportation et des lois telles que les quotas d’éthanol pour le maïs.
  • En février, à cause du Nouvel An chinois, les prix du soja baissent pendant les festivités, puis remontent à mesure qu’ils reviennent sur le marché.
  • Ratio maïs/soja : s’il est supérieur à 3, il est rentable de cultiver du soja.
  • Si le Contango (soit le report) est trop raide, il pourrait y avoir une modification des calendriers de l’ancienne récolte/de la nouvelle récolte.
  • Les coûts de stockage et les jeux d’arbitrage expliquent la forme de la courbe à terme de contango.
  • Si le marché est en retard, il y a un problème d’approvisionnement et les gens ont besoin de céréales maintenant.
  • Le WASDE (soit l’estimation sur le rapport entre les offres et les demandes agricoles) sort la deuxième semaine de chaque mois.
  • L’USDA est une référence, mais soyez conscient du consensus.
  • Ne vous concentrez pas sur les chiffres prévisionnels, concentrez-vous sur les réactions des prix.
  • Ne suivez pas le piège des récoltes maximales.
  • Lorsque l’intérêt ouvert (contrats dérivés financiers en cours qui n’ont pas été réglés) est à la baisse, il est temps de passer à la caisse.
céréales-investissement-marché-offre-demande-agriculture-soja-maïs

Résumé de la volatilité 

  • Prix ​​en hausse, volatilité en hausse.
  • Prix ​​en baisse, volatilité en baisse.
  • Ratio stock/utilisation Élevée, volatilité faible.
  • Ratio stock/utilisation Faible, volatilité élevée.

Résumé de la saisonnalité

céréales-investissement-marché-offre-demande

Le prix moyen hebdomadaire doit être considéré comme la référence d’une campagne commerciale normale sans choc significatif entre l’offre et la demande. Il capture le modèle de saisonnalité des grains.

Les facteurs à prendre en compte dans l’analyse de marché

Calendrier des cultures

céréales-investissement-marché-offre-demande

Si nous suivons les prix avec le calendrier agricole, il est plus facile de savoir à quel stade de l’année commerciale nous nous trouvons. Si les prix ne suivent pas la saisonnalité normale, cela signifie qu’il existe de nouvelles informations pertinentes du côté de la demande ou de l’offre. Vous devez vous attendre à une année commerciale où les prix ne suivent pas leur schéma de saisonnalité habituel.

Blocs de construction

Les facteurs les plus importants utilisés dans l’analyse des produits agricoles sont les suivants :

La fourniture

  1. Production de l’année en cours
  2. Stocks excédentaires de l’année précédente, également appelés stocks de report
  3. Importations d’autres pays

Les demandes

  1. Usage domestique
  2. Exportations

L’année commerciale est la clé

L’année commerciale du soja et du maïs commence le 1er septembre. L’année commerciale 2015-2016 commence le 1er septembre 2015 et se termine le 31 août 2016. Une astuce assez simple, mais importante consiste à organiser toutes vos données, telles que les exportations, les données sur l’engagement des commerçants et les données sur les prix, de sorte qu’elles commencent toutes en fonction de l’année commerciale, au lieu de l’année civile. Les grands acteurs comme les producteurs, les silos et les transformateurs de céréales prendront la plupart de leurs décisions commerciales de cette façon. 

Saisonnalité des céréales

Vous avez probablement entendu dire que les prix des matières premières suivent un modèle de saisonnalité, les céréales ne font pas exception à cela. Il est logique que les prix soient bas lorsque la récolte vient de se terminer et qu’il n’y a pas assez de place pour stocker tout le grain. La seule option laissée à un producteur est de vendre ses boisseaux.

Notez également que les agriculteurs ont des factures à payer. Ils doivent également payer des intérêts sur les prêts qu’ils ont contractés pour financer la récolte de l’année. Ainsi, la première partie de la récolte destinée au marché paiera probablement tous leurs coûts de production. Mais puisque tout le monde fait cela, l’offre dépasse la demande et les prix baissent.

De l’autre côté du spectre, le mois précédant la récolte, seules les céréales en stock de la récolte de l’année dernière sont disponibles. L’offre est donc serrée et si quelque chose tourne mal avec la récolte de l’année en cours, les prix devraient monter en flèche. 

Gardez à l’esprit que la saisonnalité des céréales n’est pas un indicateur parfait. Selon les années, les prix ne se comporteront pas toujours de cette façon.

Il n’y a pas de recette miracle. Si vous souhaitez être capable de tirer votre épingle du jeu et dominer le marché agroalimentaire plutôt que de le subir, il faut vous former :

Les grandes étapes de la production céréalière

céréales-investissement-marché-offre-demande

Saison de plantation – avril à juin

Tout commence le dernier jour de mai avec le rapport de plantation prospective de l’USDA (Département de l’agriculture des États-Unis). Les producteurs révéleront leur intention pour la nouvelle récolte. Il s’agit de la première information clé que le marché recevra concernant la récolte de cette année.

Ensuite, tout le monde suivra le rythme de plantation sur le rapport Crop Progress qui est publié tous les lundis par l’USDA. Si le rythme est dans la moyenne, rien ne se passe. Mais si la pluie ou d’autres types de retards se produisent, le rythme de plantation commence à s’écarter de la moyenne et les problèmes de production commenceront à s’aggraver.

(Le maïs et le soja ont une fenêtre de plantation idéale. S’ils ne sont pas dans le sol à ce moment-là, les rendements en souffriront).

Cela continuera jusqu’à ce que les rapports de l’USDA sur les superficies soient publiés en juin. À ce moment-là, le marché sait combien il y a d’acres de maïs et la quantité de soja présente sur le terrain.

Grains au sol – juillet à août

La prochaine grande étape sera le rendement. Si vous savez combien d’acres sont plantés et si vous savez également combien de maïs chaque acre vous rapportera, vous pourrez calculer la taille de la production de cette année.

La progression de la récolte indiquera si les grains sont en bon ou mauvais état. C’est le moment où les céréales sont les plus sensibles aux intempéries, le risque numéro un sur ce marché.

Cette période de l’année est celle où vous pouvez vous attendre à des niveaux élevés de volatilité. Les commerçants s’adonnent à la spéculation puisque les prix peuvent changer rapidement. L’actualité météo est vraiment importante durant cette période.

La récolte – septembre à novembre

Vient ensuite la saison des récoltes. Le rapport d’avancement des cultures indiquera le rythme auquel le grain est ramassé du sol. Tout comme pour le rythme de plantation, le marché s’attend à ce qu’il soit proche de la moyenne. Si cela va trop vite, cela pourrait impliquer une surabondance d’approvisionnement à court terme. Et si cela va trop lentement, cela pourrait entraîner des problèmes de qualité. 

Les pluies ne sont pas favorables à ce stade, en plus de ralentir le rythme de la récolte, elles pourraient endommager une récolte parfaitement bonne ou nuire à sa qualité. Et comme d’habitude, le marché se concentrera sur la météo.

Marché de la demande – décembre à janvier

Maintenant que la récolte est terminée, le marché axé sur l’offre se transformera en un marché axé sur la demande. Tout le monde se concentrera sur le rapport hebdomadaire des exportations.

On s’attend à de bons chiffres et à un bon début d’année commerciale. Si les exportations sont fortes, cela signifie que le marché est sain et que tout se passe bien. 

Si le mauvais temps a un impact sur la distribution et les exportations, les contrats de céréales CME (Chicago Mercantile Exchange – bourse de matières premières) seront à la baisse. Puisque le grain ne peut pas être livré, les gens l’achèteront à d’autres sources.

Plus d’informations – février à mars

Le marché gardera un œil sur la demande jusqu’en février. À ce stade, tout est connu, comme la taille de la récolte et l’évolution de la demande. À moins qu’une nouvelle histoire n’entre en jeu, aucune nouvelle information clé ne sera publiée avant un certain temps. Les marchés ont tendance à être calmes jusqu’à ce que ce soit à nouveau la saison des semailles.

Tout le cycle se répète alors.

Les céréales ne sont presque jamais achetées et conservées

Chaque fois que vous négociez des céréales, vous négociez l’état spécifique de la récolte pour cette année (prévision de l’offre et de la demande pour l’année.)

Lorsque vous achetez une entreprise, elle sera (espérons-le) toujours là après un an, 5 ans, 10 ans, etc. Ce n’est pas comme si leurs bâtiments et leurs infrastructures disparaissaient soudainement de nulle part. Les conditions du marché peuvent changer, comme de nouveaux concurrents ou de nouvelles préférences des consommateurs, mais une entreprise peut s’adapter et être toujours en activité. Le temps peut donc jouer en votre faveur et vous récompenser en augmentant la valeur des actions que vous possédez.

Les grains, en revanche, sont littéralement détruits chaque année. Cette condition est connue sous le nom de « fongible » et est une propriété de la plupart des produits de base. Cela signifie que pour être utilisé, il doit être détruit. Si vous voulez plus de maïs, il doit être créé à nouveau à partir du sol. Vous ne pouvez pas réutiliser une ancienne récolte. 

Chaque fois qu’une récolte est détruite ou (utilisée), vous échangez tout ce qui reste dans les stocks ainsi que les conditions et les attentes de la prochaine récolte. La nouvelle récolte aura un ensemble de circonstances complètement différent de ce qui s’est passé un an auparavant.

Pour la nouvelle récolte, la demande pourrait augmenter à un rythme plus rapide que la production. Ou peut-être y aura-t-il une énorme menace météorologique cette année qui n’existait pas l’année dernière. 

Ce sont ces caractéristiques qui confèrent aux prix des céréales leur caractère saisonnier.

Ainsi, contrairement à une entreprise qui se développe et ajoute de la valeur, le maïs ne peut pas ajouter de valeur. Par conséquent, cela n’a aucun sens de conserver du maïs dans un portefeuille pendant des années à la fois. 

Il est important de se rappeler que chaque fois que vous entrez sur ce marché, vous négociez les conditions et les attentes spécifiques pour la récolte de cette année ainsi que ce qui est disponible en stockage.

Le seul moment où vous voudrez conserver des céréales pendant plus d’un an, c’est lorsqu’une crise alimentaire survient. Une très mauvaise crise peut prendre des années à être résolue du côté de la production.

Astuces de saisonnalité

Au cours d’une année normale, le 1er octobre ou le premier vendredi d’octobre est le prix le plus bas pour le soja et le maïs.

Voyez notre programme pour investir dans la rotation sectorielle agroalimentaire : un secteur clef pour l’humanité !

Sources : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.