fbpx

LA CHINE FAIT FACE À L’ENFER

Alors que la guerre fait rage dans le grenier à blé du monde, le risque de Troisième guerre mondiale est le plus élevé depuis la crise des missiles cubains. Les matières premières atteignent chaque jour de nouveaux sommets historiques, l’inflation (même la version édulcorée de l’IPC, l’Indice des Prix à la Consommation) devrait atteindre 10 % en quelques mois, et la Fed (réserve fédérale américaine) se précipite pour augmenter les taux si haut qu’elle plonge les États-Unis dans une récession pré scénarisée (car elle espère en quelque sorte faire un « atterrissage en douceur » alors même que les contrats à terme sur les fonds fédéraux signalent un atterrissage brutal et au moins 50 points de base de baisses de taux après la fin de la vague de hausses plus tard cette année), il est facile d’oublier que la Chine est toujours là.

Voici donc un rappel frappant que non seulement rien n’a été réparé dans le pays qui a, à lui seul, sorti le monde de la dépression pendant le GFC (Crise Financière Globale entre 2007 ou 2009), mais également que les choses vont de mal en pis.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

Entre COVID-19 et crise économique, la Chine ne s’en sort pas

1. La Chine au bord de la plus grande crise de Covid-19 depuis Wuhan alors que les cas augmentent

La Chine se démène pour faire face à sa plus grave épidémie de Covid-19 en deux ans, signalant une augmentation des cas dans une nouvelle vague qui a vu le pays ajuster sa politique zéro-Covid en autorisant des tests antigéniques rapides à usage public. Après avoir dépassé les 1 000 cas pendant deux jours consécutifs, les nouveaux cas transmis localement ont bondi à plus de 3 100, cette fois en raison d’un pic d’infections symptomatiques, a rapporté dimanche la Commission nationale de la santé. Cela s’est produit alors que 16 provinces ont signalé de nouvelles infections à coronavirus, tout comme les quatre mégapoles de Pékin, Tianjin, Shanghai et Chongqing.

À la suite de la dernière épidémie de covid, le gouvernement chinois a fermé la ville de Shenzhen, une ville de 17,5 millions d’habitants connue sous le nom de Silicon Valley chinoise, et restreint l’accès à Shanghai en suspendant les services de bus. Toutes les entreprises, à l’exception de celles qui fournissent de la nourriture, du carburant et d’autres produits de première nécessité, ont reçu l’ordre de fermer ou de travailler à domicile. Cela inclut Foxconn, les esclaves chinois d’Apple :

  • FOXCONN SUSPEND LA PRODUCTION DE SON SIÈGE EN CHINE, SITE PRODUISANT DES IPHONES À SHENZHEN (20% DE LA PRODUCTION TOTALE)

Et puisque le port de Shenzhen – l’un des postes à conteneurs les plus fréquentés au monde – est désormais également verrouillé, attendez-vous à une nouvelle série de catastrophes dans les chaînes d’approvisionnement transpacifiques, s’ajoutant à celles touchant déjà les chaînes d’approvisionnement transatlantiques alors que la guerre en Ukraine paralyse tous les transports maritimes mondiaux.

crise-chine-effondrement-ukraine-marchés
Port de Shenzhen

2. Les actions chinoises s’effondrent

L’indice technologique Hang Seng a plongé de 61% par rapport à son sommet de l’année dernière. L’indice Nasdaq Golden Dragon China des actions négociées aux États-Unis a fait encore pire, en baisse de 68 %, et avec un autre mauvais jour ou deux, le déclin pourrait dépasser son effondrement de 72 % lors de la crise financière mondiale de 2008Pendant ce temps, aux États-Unis, les ADR (certificats de dépôts américains) chinois se sont effondrés de 10 % en une seule journée, la pire vente depuis 2008, après que la SEC (Commission de sécurité des échanges) a répertorié 5 entreprises chinoises risquant d’être retirées des listes si elles refusaient de montrer leurs comptes aux « auditeurs » (contrôleur des comptes) américains, attisant la panique à chaque ADR. « Le marché est en panique », a déclaré à Bloomberg Paul Pang de Pegasus Fund Managers Ltd., qui a vendu la quasi-totalité de ses actions au groupe Alibaba. « Des sanctions contre la Chine ne sont pas impossibles si la Chine refuse de prendre parti dans la guerre en Ukraine. Les actions technologiques font partie de ces investissements à risque exposés à la montée des tensions sino-américaines. »

La crainte d’une nouvelle répression réglementaire par Pékin s’est intensifiée ces derniers temps alors que les décideurs politiques proposaient davantage de restrictions sur les jeux en ligne. Jusqu’à présent, les résultats des bénéfices n’ont pas été en mesure d’apaiser les inquiétudes concernant les perspectives de croissance dans un contexte de réduction de la demande des consommateurs en Chine. L’indice Hang Seng Tech est l’un des indicateurs technologiques les moins performants au monde depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine et a chuté de 17 % en mars, proche de sa plus forte baisse mensuelle jamais enregistrée.

crise-chine-effondrement-ukraine-marchés

« Nous ne voyons aucun signal de rebond pour le moment », a annoncé Yan Kaiwen, analyste chez China Fortune Securities. Le marché est préoccupé par l’inflation en raison de la hausse des prix du pétrole et d’autres matières premières, qui aura un impact négatif sur l’économie mondiale, a-t-il déclaré.

3. Les obligations chinoises s’effondrent

Bien que rien de nouveau pour ceux qui ont suivi l’effondrement du marché chinois des obligations en bois – étroitement lié au secteur immobilier chinois – le stress du crédit chinois a atteint de nouveaux extrêmes sur le marché offshore en USD (dollars), où les rendements moyens ont dépassé 25 %, ce qui signifie que le marché primaire ne fonctionnera pas correctement de sitôt. La contagion a transformé de forts promoteurs et projets immobiliers en paris risqués. Le promoteur immobilier de luxe Shimao Group, qui était autrefois considéré comme un indicateur de sûreté pour les constructeurs chinois, a été profondément remis en cause ces derniers mois. L’entreprise a été classée en territoire triple C par Moody’s Investors Service et Fitch Ratings. Logan Group a également été déclassé en raison de problèmes de dette et de gouvernance non divulgués. Des fissures apparaissent également sur le marché chinois des obligations d’État.

crise-chine-effondrement-ukraine-marchés

4. Le secteur immobilier chinois s’effondre (toujours)

Le secteur immobilier chinois a été secoué par au moins 14 défauts de paiement de promoteurs depuis que les autorités ont commencé à réprimer les emprunts excessifs et la spéculation sur le marché du logement en 2020, ce qui a conduit à un défaut de paiement historique du groupe China Evergrande. Alors que les décideurs politiques signalent désormais une plus grande tolérance en encourageant l’achat de maisons dans les villes de niveau inférieur, en réduisant les taux hypothécaires et en autorisant davantage de prêts bancaires pour les promoteurs, il y a peu de signes que cela contribue à stimuler les ventes. Malheureusement, ces nouvelles mesures n’ont pas encore porté leurs fruits, car les plus grands promoteurs chinois voient les ventes de maisons s’effondrer cette année dans un marché effectivement gelé.

crise-chine-effondrement-ukraine-marchés

Les ventes de maisons ont chuté au cours des deux premiers mois de cette année. China Vanke, le deuxième développeur du pays en termes de ventes, a enregistré une baisse de 44 %. Chez Country Garden Holdings Co., dont les obligations en dollars sont records, les ventes ont chuté de 24 %. Même la société d’État China Overseas Land & Investment Ltd. les a vu chuter de 48 %.

Alors que d’autres ajustements sont attendus après la tenue de l’Assemblée populaire nationale cette semaine, on craint une « spirale descendante inarrêtable » selon les analystes de Nomura International HK. 

« Nous devenons de plus en plus inquiets de savoir si les changements de politique seront efficaces et suffisamment opportuns pour empêcher une nouvelle correction des ventes immobilières » au premier semestre de cette année, ont écrit les analystes Jizhou Dong et Stella Guo dans une note fin février.

5. Le crédit chinois s’effondre

Les données à propos des crédits du mois de février étaient plus faibles que prévu après la chute des prêts hypothécaires pour la première fois en 15 ans. Après un mois de janvier record, l’expansion du crédit en Chine a ralenti en février en raison de longues vacances et les entreprises et particuliers ont moins emprunté du fait de l’effondrement du marché du logement. Les banques ont prêté 1 200 milliards de yuans (194 milliards de dollars) au cours du mois , contre 4 000 milliards de yuans en janvier. Un indicateur clé des prêts hypothécaires a diminué pour la première fois en au moins 15 ans malgré les efforts de la banque centrale et d’autres institutions financières pour stimuler l’emprunt en réduisant les taux et les acomptes.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

La nouvelle augmentation des prêts à moyen et long terme des entreprises non financières est tombée à 505 milliards contre 1 100 milliards de yuans il y a un an, ce qui indique que les entreprises étaient également réticentes à emprunter et à investir. Les baisses sont survenues malgré la vente par les provinces d’obligations spéciales, une source clé de financement des infrastructures, à un rythme plus rapide en février que les années précédentes.

« C’est un ensemble de données assez mauvais », a déclaré Zhou Hao, économiste principal des marchés émergents chez Commerzbank AG. « Il y a un manque de moteur de croissance et la demande de l’économie réelle est faible », a-t-il déclaré, affirmant que « la PBOC (Banque centrale chinoise) devra réduire ses taux tôt si la conjecture l’impose », car l’inflation et les pressions de sortie de capitaux commenceront à limiter son espace au cours de l’année, dit-il.

6. Didi (équivalent d’Uber en Chine) plante

Didi arrête les projets d’introduction en bourse à Hong Kong . Les régulateurs chinois ne sont pas encore satisfaits de la sécurité de ses données utilisateur sensibles. L’action a plongé de 44% dans les échanges américains vendredi, sa plus forte baisse jamais enregistrée en une journée.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

Pour ne pas sombrer avec la Chine, préparez-vous :

La Chine lâchée par les marchés mondiaux et les investisseurs étrangers

7. Le blues ESG

Le fonds souverain norvégien de 1,3 billion de dollars, le plus grand au monde, snobe le stock de vêtements de sport chinois Li Ning en raison de préoccupations concernant ses liens avec le Xinjiang. D’autres fonds « verts » suivront-ils en abandonnant leurs investissements chinois ? « Le déchargement du fonds souverain norvégien Li Ning suscite des inquiétudes quant à l’attitude à l’égard des actions chinoises et hongkongaises à l’avenir », a déclaré Castor Pang, responsable de la recherche chez Core Pacific Yamaichi. La nouvelle de mercredi a fait chuter l’indice boursier chinois CSI 300 pour sa sixième journée de baisse – la plus longue série de pertes depuis mars 2020, et l’indice Hang Seng a terminé à son plus bas depuis juillet 2016 – et seule une intervention tardive de l’État a évité une déroute encore pire. 

Le CSI 300 a perdu 27%, alimenté par un effondrement du marché immobilier chinois et la politique Covid-zéro. Le sentiment s’est encore aggravé mercredi lorsque le fonds souverain norvégien de 1 300 milliards de dollars a annoncé son exclusion de Li Ning Co. en raison du risque que le fabricant de vêtements de sport contribue à de graves violations des droits de l’homme au Xinjiang. Cette décision a alimenté les inquiétudes quant à un retrait potentiel d’autres investisseurs à long terme. Li Ning a plongé de 9 %.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

8. La Chine double la bande commerciale du yuan contre le rouble

La PBOC (Banque centrale chinoise) doublera la bande de négociation du yuan contre le rouble au milieu de signes de liquidités en difficulté alors que les banques s’éloignent des marchés. Selon Bloomberg, la paire de devises sera autorisée à s’échanger à 10% autour du taux de fixation pour répondre à la demande de développement du marché à partir du 11 mars, a déclaré le China Foreign Exchange Trade System dans un communiqué. Cela se compare à une limite précédente de 5 %. Ce changement montre comment les institutions financières mondiales tentent de faire face à la volatilité du rouble, alors que la Russie est de plus en plus coupée des marchés après avoir envahi l’Ukraine. Le yuan a atteint un niveau record face au rouble la semaine dernière, certaines banques chinoises ayant suspendu la négociation de la paire de devises.

La limite de 10% se compare au 5% en vigueur pour la plupart des paires de devises étrangères du yuan onshore. La dernière fois que la Chine a élargi la bande de négociation pour une devise étrangère, c’était en 2014, lorsqu’elle a doublé la fourchette autorisée pour le dollar-yuan à 2 %. 

« C’est la mesure politique en réponse à la volatilité des échanges RUB », a déclaré Ken Cheung, stratège Asia FX chez Mizuho Bank Ltd. « La mesure est de donner aux marqueurs du marché la possibilité de fixer le prix et d’améliorer la liquidité des échanges RUB/CNY. »

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

La volatilité a entraîné une baisse de l’intérêt pour le commerce de la paire de devises, l’écart entre le prix acheteur et vendeur atteignant un record de 197 pips (Price Interest Point, soit un indice de variation des cours) mercredi. L’écart s’est rétréci à 106 pips après la dernière annonce. Le yuan a acheté 13,6 roubles le 25 février sur le marché au comptant onshore chinois. Le commerce bilatéral total entre les deux pays était évalué à 112 milliards de dollars en 2020. Les présidents Xi Jinping et Vladimir Poutine n’ont signé que le mois dernier une série d’accords pour stimuler l’approvisionnement russe en gaz, pétrole et blé.

9. Les étrangers vendent des obligations chinoises en quantités record

Le mois dernier, les investisseurs étrangers ont réduit leurs avoirs en obligations d’État chinoises comme jamais auparavant. Les investisseurs étrangers ont vendu pour 35 milliards de yuans (5,5 milliards de dollars) d’obligations d’État chinoises en février, marquant la plus forte réduction mensuelle jamais enregistrée et la première baisse depuis mars 2021, selon les données compilées par Bloomberg. Leurs avoirs sont tombés à 2 480 milliards de yuans contre un record de 2 520 milliards en janvier.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

La liquidation des obligations a suscité des rumeurs selon lesquelles certaines ventes pourraient provenir de Russie, car les sanctions des États-Unis et de l’Union européenne ont coupé l’accès de la banque centrale russe à une grande partie de ses 643 milliards de dollars de réserves de change. En juin, le yuan chinois représentait 13 % de ces réserves, selon les données de la banque centrale. Les analystes d’Australia & New Zealand Banking Group ont estimé que la banque centrale et le fond souverain de Russie détiennent probablement 140 milliards de dollars d’obligations chinoises.

La réduction de la prime de rendement de la Chine par rapport aux obligations américaines, résultat de politiques monétaires divergentes, a également érodé l’attrait des titres chinois. À environ 2,8 %, les rendements des obligations chinoises à 10 ans sont supérieurs d’environ 1.05% (ou 105 points de base) à ceux des bons du Trésor, contre un écart de plus de 2.20% (ou 220 points de base) fin 2020.

10. Le PIB au bord de la contraction

En réponse à une consommation plus faible et à un impact négatif sur les chaînes d’approvisionnement, alors que la Chine redouble d’effort pour maintenir sa politique du Covid-zéro en pleine vague Omicron, Morgan Stanley a réduit le PIB de la Chine au premier trimestre de 0.06%, à une croissance nulle QoQ (Quarter on Quarter, soit trimestre sur trimestre), et a réduit le PIB de l’année entière de 0.2% à à 5,1 %. Et cela s’accentuera.

chine-chaos-deficit-recession-effondrement

11. Tentatives d’assouplissements

À la suite de toutes ces catastrophes, le China Securities Journal, un porte-parole de la PBOC (Banque centrale chinoise) et le lieu où Pékin lance des prévisions sur ce qu’il pourrait arriver, annonce que la PBOC pourrait réduire le RRR (Required Rate of Return, soit le rendement minimum qu’un investisseur est prêt à accepter pour acheter les actions d’une société) et les taux d’intérêt pour stabiliser la croissance. Une politique monétaire souple est actuellement nécessaire pour soutenir la croissance, indique le rapport, faisant écho à ce que nous prévoyons depuis la mi-2021. La Chine devrait encore réduire le taux de réserves obligatoires des banques et les taux d’intérêt pour stabiliser encore davantage la croissance économique malgré la hausse imminente des taux de la Fed américaine, a déclaré lundi le China Securities Journal dans le rapport en première page. Une nouvelle baisse du RRR et des taux d’intérêt a peut-être déjà été inscrite à l’ordre du jour de la banque centrale chinoise.

Cela soulève la question suivante : combien de temps les politiques monétaires américaines et chinoises peuvent-elles diverger, la première augmentant et la seconde réduisant, avant que quelque chose ne se brise définitivement ? Une chose est sûre : pour que la Chine atteigne son objectif d’environ 5,5 % de croissance cette année, avec un marché immobilier en chute libre, les contaminations du coronavirus en hausse, une inflation toujours élevée et une demande d’exportation menacée par les effets de la guerre en Europe, seule une crise monétaire massive peut empêcher la Chine de tomber dans une récession catastrophique. C’est pourquoi le Premier ministre Li Keqiang a déclaré aux journalistes vendredi qu’il ne sera pas facile d’atteindre l’objectif de croissance. Il leur a également dit qu’il démissionnait cette année; les deux sont liés…

Pour éviter d’être, comme la Chine, ballotée entre les aléas économiques et géopolitiques qui traversent notre époque, débancarisez et internationalisez votre patrimoine maintenant :

Sources : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.