fbpx

ARMES BIOLOGIQUES EN UKRAINE : LE MENSONGE DES INSTANCES AMÉRICAINES

Les fact checker américains aux abois : l’Ukraine possède-t-elle des armes chimiques ou biologiques ?

Les « vérificateurs de faits » autoproclamés de la presse d’entreprise américaine ont passé deux semaines à qualifier de désinformation et de théorie du complot l’affirmation selon laquelle l’Ukraine possède des laboratoires d’armes biologiques soutenus par les États-Unis. Ils n’ont jamais présenté aucune preuve de leur position. Comment pourraient-ils le savoir ? Comment pourraient-ils prouver le contraire ? Néanmoins, ils ont usé d’autorité, d’assurance et par-dessus tout d’arrogance pour décréter ce qui est vrai et étiqueter de telles affirmations comme fausses.

mensonge-Victoria-Nuland-revelations-armes-biologiques
WASHINGTON, DC – 08 MARS: La sous-secrétaire d’État aux affaires politiques Victoria Nuland témoigne devant une audience du Comité sénatorial des relations étrangères sur l’Ukraine le 08 mars 2022  (Photo de Kevin Dietsch/Getty Images)

Les affirmations selon lesquelles l’Ukraine possède actuellement de dangereux laboratoires d’armes biologiques sont venues de Russie ainsi que de Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé ce mois-ci que : « Les États-Unis ont 336 laboratoires dans 30 pays sous leur contrôle, dont 26 rien qu’en Ukraine ». Le ministère des Affaires étrangères russe a affirmé que « la Russie a obtenu des documents prouvant que des laboratoires biologiques ukrainiens situés près des frontières russes travaillaient au développement de composants d’armes biologiques ». De telles affirmations méritent le même niveau de scepticisme que les démentis américains : à savoir, rien de tout cela ne devrait être considéré comme vrai ou faux en l’absence de preuves. Pourtant, les « fact checker » américains se sont consciencieusement rangés du côté du gouvernement américain pour targuer de telles allégations de « désinformation » et pour se moquer d’eux comme des théories du complot QAnon.

Malheureusement pour cette opération de propagande habillée en une prétendue vérification des faits, le responsable néoconservateur longtemps en charge de la politique américaine en Ukraine a témoigné lundi devant la commission sénatoriale des relations étrangères et a fortement suggéré que de telles affirmations sont, au moins en partie, vraies. Hier après-midi, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a témoigné, elle aussi, devant la commission sénatoriale des relations étrangères. Le sénateur Marco Rubio (R-FL), dans l’espoir de démystifier les affirmations croissantes selon lesquelles il existerait des laboratoires d’armes chimiques en Ukraine, a demandé avec suffisance à Nuland : « L’Ukraine possède-t-elle des armes chimiques ou biologiques ? »

Rubio s’attendait sans aucun doute à un démenti catégorique de Nuland, fournissant ainsi une « preuve » supplémentaire qu’une telle spéculation est une fake news ignoble émanant du Kremlin, du PCC et de QAnon. Au lieu de cela, Nuland a fait quelque chose de complètement inattendue pour les néoconservateurs et pour les hauts responsables étrangers américains et responsables politiques : elle a dit la vérité, au moins en partie. Sa réponse a visiblement stupéfié Rubio, qui – dès qu’il a réalisé les dommages qu’elle causait à la campagne de propagande américaine en disant ainsi la vérité – l’a interrompue et a exigé d’elle qu’elle affirme que si une attaque biologique devait se produire, tout le monde devrait être « sûr à 100% » que c’est la Russie qui l’a fait. Reconnaissant la bouée de sauvetage, Nuland a dit à Rubio qu’il avait raison.

Mais la bouée lancée par Rubio est venue trop tard. Lorsqu’on lui a demandé si l’Ukraine possédait « des armes chimiques ou biologiques », Nuland n’a pas nié. Au lieu de cela, elle a reconnu, dans un inconfort palpable et un discours hésitant, qui contraste grandement avec son style normalement arrogant lorsqu’elle parle devant des responsables du Département d’État : « euh, l’Ukraine a, euh, des installations de recherche biologique. » Tout espoir de dépeindre de telles « installations » comme bénignes ou banales a été immédiatement anéanti par l’avertissement qu’elle a rapidement ajouté : « nous sommes maintenant très préoccupés par le fait que les troupes russes, les forces russes, pourraient chercher à, euh, prendre le contrôle de [ces laboratoires ], nous travaillons donc avec les Ukrainiahhhns [elle bafouille] sur la façon dont ils peuvent empêcher l’un de ces matériaux de recherche de tomber entre les mains des forces russes si elles s’approchent »- [interruption par le sénateur Rubio] :

L’admission de Nuland selon laquelle « l’Ukraine dispose d’installations de recherche biologique » suffisamment dangereuses pour justifier la crainte qu’elles puissent tomber entre les mains de la Russie constitue, ironiquement, une preuve plus décisive encore de l’existence de tels programmes en Ukraine. Une preuve plus décisive encore que ce qui avait été proposé par ce même Sénat en 2002 et 2003 pour corroborer les allégations américaines sur les programmes chimiques et biologiques de Saddam en Irak. Une véritable confession d’un haut responsable américain sous serment est clairement plus significative que Colin Powell brandissant un tube à essai, contenant une substance inconnue à l’intérieur, et pointant vers des images satellites granuleuses que personne ne peut déchiffrer.

Il va sans dire que l’existence d’un programme ukrainien de « recherche » biologique ne justifie pas une invasion par la Russie, encore moins une attaque aussi complète et dévastatrice que celle qui se déroule : pas plus que l’existence d’un programme biologique similaire sous Saddam ont rendu justifiable l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Mais la confession de Nuland jette un éclairage critique sur plusieurs questions importantes et soulève des questions vitales qui méritent des réponses.

Toutes allégations prétendant que les installations biologiques de l’Ukraine ne sont que des laboratoires médicaux bénins et standard est contredite par la grave préoccupation explicite de Nuland selon laquelle « les forces russes pourraient chercher à prendre le contrôle de « ces installations et que le gouvernement américain est donc, en ce moment même, en train de  » travailler avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que l’un de ces matériaux de recherche ne tombe entre les mains des forces russes. La Russie possède ses propres laboratoires médicaux de pointe. Après tout, c’était l’un des premiers pays à développer un vaccin COVID, un vaccin que le Lancet , le 1er février 2021, a déclaré être  » sûr et efficace  » (même si les responsables américains ont fait pression sur plusieurs pays, y compris le Brésil, pour n’accepter aucun vaccin russe, tandis que des alliés américains tels que l’Australie ont refusé pendant une année entière de reconnaître le vaccin russe du COVID ). La seule raison d’être « vraiment préoccupé » par le fait que ces « installations de recherche biologique » tombent entre les mains de la Russie est que celles-ci contiennent des matériaux sophistiqués que les scientifiques russes n’ont pas encore mis au point par eux-mêmes et qui pourraient être utilisés à des fins néfastes.

Qu’y a-t-il dans ces laboratoires biologiques ukrainiens qui les rendent si inquiétants et dangereux ? Et l’Ukraine, qui n’est pas exactement connue pour être une grande puissance en matière de recherche biologique avancée, a-t-elle bénéficié de l’aide d’autres pays pour développer ces substances dangereuses ? L’aide américaine se limite-t-elle à ce que Nuland a décrit lors de l’audience – « travailler avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher l’un de ces matériaux de recherche de tomber entre les mains des forces russes » – ou l’aide américaine s’est-elle étendue à la construction et au développement de ces « installations de recherche biologique » elles-mêmes ?

revelations-armes-biologiques-russie-Etats-Unis
PolitiFact, 25 février 2022

La réalité derrière les programmes de recherche biologique entre l’Ukraine et les Etats-Unis

Malgré tout le langage dédaigneux utilisé au cours des deux dernières semaines par les « fact checker » autoproclamés, il est confirmé que les États-Unis ont travaillé avec l’Ukraine, pas plus tard que l’année dernière, dans le « développement d’une culture de gestion des risques biologiques ; de partenariats de recherche internationaux ; et l’amélioration de la capacité des partenaires à renforcer les mesures de biosécurité et de biosurveillance ». L’ambassade des États-Unis en Ukraine s’est publiquement vantée de son travail de collaboration avec l’Ukraine « pour consolider et sécuriser les agents pathogènes et les toxines pour la sécurité du pays et pour continuer à permettre à l’Ukraine de détecter et signaler les épidémies causées par des agents pathogènes dangereux avant qu’ils ne constituent des menaces pour la sécurité ou la stabilité nationale ».

Cette recherche biologique conjointe américano-ukrainienne est, bien sûr, décrite par le Département d’État de la manière la moins menaçante possible. Mais cela soulève à nouveau la question suivante : Pourquoi les États-Unis seraient si gravement préoccupés par le fait que des recherches bénignes et communes tombent entre les mains de la Russie ? Il semble également très étrange, et c’est un euphémisme, que Nuland ait choisi de reconnaître et de décrire ces « installations » en réponse à une question claire et simple du sénateur Rubio sur la question de la possession d’armes chimiques et biologiques par l’Ukraine. Si ces laboratoires sont simplement conçus pour trouver un remède contre le cancer ou créer des mesures de sécurité contre les agents pathogènes, pourquoi, dans l’esprit de Nuland, cela aurait-il quelque chose à voir avec un programme d’armes biologiques et chimiques ?

menace-biologiue-guerre-crise-destruction

La réalité incontestable est que, malgré de vieilles conventions internationales interdisant le développement d’armes biologiques, tous les grands pays mènent des recherches qui, au moins, ont la capacité d’être converties en armes biologiques. Les travaux menés sous couvert de « recherche défensive » peuvent, et sont parfois, facilement convertis en armes interdites elles-mêmes. Rappelons que, selon le FBI , les attaques à l’anthrax de 2001 qui ont terrorisé la nation provenaient d’un chercheur de l’armée américaine, le Dr Bruce Ivins, travaillant au laboratoire de recherche sur les maladies infectieuses de l’armée américaine à Fort Detrick, dans le Maryland. L’affirmation était que l’armée menait « simplement » des recherches défensives pour trouver des vaccins et d’autres protections contre l’anthrax, mais pour ce faire, l’armée devait créer des souches d’anthrax hautement militarisées, qu’Ivins a ensuite utilisées comme une arme.

Un programme PBS Frontline de 2011 sur ces attaques à l’anthrax expliquait que : « En octobre 2001, le microbiologiste de l’Université de l’Arizona du Nord, le Dr Paul Keim, a identifié que l’anthrax utilisé dans les lettres contaminées était la souche Ames, un développement qu’il a décrit comme « effrayant » parce que cette souche particulière a été développé dans les laboratoires du gouvernement américain. S’adressant à Frontline en 2011, le Dr Keim a expliqué pourquoi il était si alarmant de découvrir que l’armée américaine avait cultivé des souches aussi meurtrières et dangereuses dans son laboratoire, sur le sol américain :

Nous avons été surpris que ce soit la souche Ames. Et c’était effrayant en même temps, parce que la souche Ames est une souche de laboratoire qui avait été développée par l’armée américaine comme souche vaccinale. Nous savions que c’était très virulent. En fait, c’est pourquoi l’armée l’a utilisé, car il représentait un défi plus puissant pour les vaccins développés par l’armée américaine. Ce n’était pas simplement un type aléatoire d’anthrax que l’on trouve dans la nature; c’était une souche de laboratoire, et c’était très important pour nous, car c’était le premier indice qui indiquait que cela pourrait vraiment être un événement bioterroriste.

Cette leçon sur les graves dangers de la recherche dite à double usage, sur les armes biologiques, a été réapprise au cours des deux dernières années à la suite de la pandémie de COVID. Les origines de ce virus n’aient pas encore été prouvées avec des preuves décisives. Mais rappelez-vous, les fack checker ont déclaré très tôt qu’il était définitivement établi qu’il provenait d’un saut d’espèce et que toute suggestion d’une fuite de laboratoire était une « théorie du complot ». Ceci pour que la Maison Blanche de Biden à la mi-2021 admette qu’elle ne connaissait pas les origines et ordonne une enquête pour déterminer si elle provenait d’une fuite de laboratoire. Ce qui est certain, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan manipulait diverses souches de coronavirus pour les rendre plus contagieux et mortels. La justification était que cela était nécessaire pour étudier la façon dont les vaccins pourraient être développés. Mais quelle que fut l’intention, la culture de souches biologiques dangereuses a la capacité de tuer un grand nombre de personnes. Tout cela illustre que la recherche qualifiée de « défensive » peut facilement être convertie, délibérément ou non, en armes biologiques extrêmement destructrices.

laboratoires-ukraine-russie-armes-chimiques

Au moins, la révélation surprenante de Nuland révèle, une fois de plus, à quel point le gouvernement américain est impliqué et l’a été pendant des années en Ukraine, du côté de la frontière russe. Présence inquiétante que des responsables américains et des universitaires de tous horizons ont passé des décennies à dénoncer. C’était Nuland elle-même, alors qu’elle travaillait pour Hillary Clinton et le département d’État de John Kerry sous Obama, qui était fortement impliquée dans ce que certains appellent la révolution de 2014 et d’autres appellent le « coup d’État » qui a entraîné un changement de gouvernement en Ukraine. Le passage d’un régime favorable à Moscou à un régime beaucoup plus favorable à l’UE et à l’Occident. Tout cela s’est produit alors que la société ukrainienne d’énergie Burisma versait 50 000 dollars par mois, non pas au fils d’un responsable ukrainien, mais au fils de Joe Biden, Hunter : un reflet de qui détenait le pouvoir réel en Ukraine.

Nuland a non seulement travaillé pour les départements d’État d’Obama et de Biden pour diriger la politique ukrainienne (et, à bien des égards, pour diriger l’Ukraine elle-même), mais elle a également été conseillère adjointe à la sécurité nationale du vice-président Dick Cheney, puis ambassadrice du président Bush auprès de l’OTAN. Elle est issue de l’une des familles royales néoconservatrices les plus prestigieuses d’Amérique ; son mari, Robert Kagan, était co-fondateur du célèbre groupe néoconservateur Project for the New American Century, qui prônait un changement de régime en Irak bien avant le 11 septembre. C’est Kagan, avec l’icône libérale Bill Kristol, qui (avec l’actuel rédacteur en chef de The Atlantic Jeffrey Goldberg), était le plus responsable du mensonge affirmant que Saddam travaillait main dans la main avec Al-Qaïda, un mensonge qui a joué un rôle clé pour convaincre les Américains que Saddam était personnellement impliqué dans la planification du 11 septembre.

Le fait qu’un néoconservateur comme Nuland soit admiré et habilité quel que soit le résultat des élections illustre à quel point les ailes de l’establishment des deux partis sont unifiées et solidaires lorsqu’il s’agit de questions de guerre, de militarisme et de politique étrangère. En effet, le mari de Nuland, Robert Kagan, signalait que les néoconservateurs soutiendraient probablement Hillary Clinton à la présidence – le faisant en 2014, bien avant que quiconque n’imagine Trump comme son adversaire – en arguant que le Parti démocrate était désormais plus hospitalier à l’idéologie néoconservatrice que le GOP, où Ron Paul et le néo-isolationnisme de Trump se développaient.

Vous pouvez voter contre les néoconservateurs autant que vous voulez, mais ils ne s’en iront jamais. Le fait qu’un membre de l’une des familles néoconservatrices les plus puissantes des États-Unis dirige la politique ukrainienne pour les États-Unis depuis des années – de Dick Cheney à Hillary Clinton et d’Obama à maintenant Biden – souligne à quel point il y a peu de dissidence à Washington sur de telles questions. C’est la vaste expérience de Nuland dans l’exercice du pouvoir à Washington qui rend sa confession d’hier si surprenante : c’est le genre de choses que les gens comme elle cache, sans jamais l’admettre. Mais maintenant qu’elle l’a confessé, il est crucial que cette révélation ne soit pas enterrée et oubliée.

Ne nous laissons plus manipuler par les instances de l’Etat profond, et devenons autonomes politiquement et économiquement :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *