fbpx

LA RUSSIE CONTRE LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

La Russie n’est pas responsable de la flambée des prix en Occident

Jeudi dernier, la Russie a publié sa liste d’exportations interdites en représailles des sanctions occidentales. « Ces mesures sont une réponse logique à celles imposées à la Russie et visent à assurer le fonctionnement ininterrompu des secteurs clés de l’économie », a déclaré le ministère de l’Economie.

Le seul produit majeur interdit est le bois, alors qu’il y a deux jours, lors de l’annonce initiale, le Kremlin a déclaré que « certains produits et matières premières » tomberaient sous le coup de l’interdiction. Bien qu’il ne nomme pas encore la liste précise des articles spécifiques, celle-ci est censée inclure 200 produits au total

« La liste comprend des équipements techniques, de télécommunication et médicaux, des véhicules, des machines agricoles, des équipements électriques – plus de 200 articles au total, y compris des wagons et des locomotives, des conteneurs, des turbines, des machines de traitement du métal et de la pierre, des moniteurs, des projecteurs, des consoles et des panneaux, » dit le communiqué du Kremlin, « Cette mesure est nécessaire pour assurer la stabilité du marché russe. »

Selon Reuters :

« L’agence de presse Interfax a cité une source proche de la législation en cours de préparation, affirmant que la Russie pourrait interdire temporairement les exportations de céréales vers un groupe d’anciens pays soviétiques faisant partie de l’Union économique eurasienne (UEE) du 15 mars au 31 août, ainsi que les exportations de sucre à l’extérieur de la zone EU. »

Jeudi également, le président russe Poutine a évoqué la flambée des prix de l’énergie en Occident et dans le monde, affirmant que Washington était engagé dans une politique de « blâme » sans véritable sens. Il a exhorté le public à ne pas accepter le récit américain selon lequel il est à blâmer. Selon une traduction des médias officiels, Poutine a déclaré :

« Les prix là-bas [pour les vecteurs énergétiques dans les pays de l’UE] augmentent, mais pas par notre faute. C’est le résultat de leurs propres erreurs de calcul. Ils ne devraient pas nous en vouloir pour cela. »

« Il en va de même pour la flambée des prix du pétrole et des produits pétroliers aux États-Unis. Ils ont annoncé qu’ils fermaient l’importation de pétrole russe sur le marché américain, les prix y sont élevés, l’inflation est sans précédent, probablement la plus élevée de tous les temps. Ils essaient de rejeter sur nous la responsabilité des résultats de leurs propres erreurs », a ajouté le dirigeant russe.

TASS (agence de presse russe) nous informe que selon lui, cela est évident pour les experts du marché, « car l’approvisionnement en pétrole russe du marché américain ne dépasse pas 3% ».

« C’est un volume négligeable, et leurs prix augmentent. Nous n’avons absolument rien à voir avec cela, et même ici, l’interdiction des importations de pétrole russe n’a absolument rien à voir avec cela. Ils se cachent juste derrière ces décisions pour une fois de plus tromper leur propre population », a déclaré Poutine.

Il a, en outre, dénoncé l’hypocrisie des États-Unis pour avoir cherché à conclure rapidement des accords avec le Venezuela de Maduro ainsi qu’avec la République islamique :

« Ils sont prêts à faire la paix avec l’Iran, à signer immédiatement tous les documents, et avec le Venezuela. Ils sont allés au Venezuela pour négocier, mais ils n’auraient pas dû introduire ces sanctions illégitimes », a-t-il dit. « Il en sera de même dans les relations avec notre pays, je n’en doute pas. »

L’UE souhaite sortir de la tutelle énergétique dans laquelle est plongée

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a publié jeudi une déclaration provocatrice visant personnellement Moscou et Poutine. Borrell a déclaré que Vladimir Poutine avait envahi l’Ukraine à partir du 24 février avec la conviction qu’il allait rapidement conquérir l’Ukraine, mais qu‘il a échoué. Borrell a déclaré à propos de Poutine : il « croyait qu’il allait conquérir l’Ukraine » mais « il a échoué ». 

Le chef de la diplomatie européenne a poursuivi : 

« Il croyait qu’il allait nous diviser, il a échoué. Il croyait qu’il allait affaiblir la relation transatlantique et il a échoué. Maintenant, il doit arrêter », a-t-il ajouté en s’adressant aux journalistes alors qu’il participait à un sommet des dirigeants européens en France à Versailles.  

Borrell a également évoqué la nécessité pour l’Europe de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, déclarant : « nous serons beaucoup plus en sécurité . Devoir dépenser moins d’essence, en utiliser moins, le climat l’exige. Pour une fois, géopolitique et climat vont de pair. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a adressé un message similaire lors du sommet de Versailles : « Nous allons repenser la défense européenne en lui accordant une place plus importante. Nous allons repenser l’énergie. Nous devons nous débarrasser de la dépendance aux combustibles fossiles russes et pour cela nous besoin d’investissements massifs dans les énergies renouvelables. »

Lors du quatrième round des pourparlers Ukraine-Russie, Kiev aurait offert la « neutralité » sur la question de l’OTAN , mais cela n’a abouti à rien :

Les pourparlers de haut niveau de jeudi en Turquie entre leurs homologues ukrainiens et russes des affaires étrangères n’ont abouti à aucun progrès pour un cessez-le-feu potentiel ou pour la protection des civils dans le Marioupol fortement bombardé, même après que l’Ukraine ait suggéré une proposition de « neutralité » avec les gages de sécurité des puissances mondiales. 

L’interaction la plus importante, depuis que le président russe Vladimir Poutine a lancé l’invasion de l’Ukraine le 24 février, entre le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba et son homologue russe Sergueï Lavrov n’a duré que 90 minutes dans la ville côtière turque d’Antalya. 

La Russie aurait rejeté les propositions de « neutralité » de l’Ukraine qui promettaient des garanties de sécurité internationales, selon le Financial Times. Les deux parties ont discuté d’un cessez-le-feu de 24 heures mais n’ont pas progressé, car la Russie cherchait toujours « la reddition de l’Ukraine », a déclaré Kuleba. 

Et via Bloomberg jeudi, la Russie a signalé qu’elle était prête à rembourser la dette en roubles, dont la valeur est en baisse, en menaçant d’abandonner les sanctions : « La Russie remboursera la dette en roubles si les banques mandataires refusent de dégeler les réserves ou ne répondent pas aux questions », a déclaré le ministre des Finances, Anton Siluanov. Il a en outre stipulé : 

  • Le remboursement de la dette, le paiement des coupons en devises ne seront possibles que si les comptes en devises du gouvernement et de la banque centrale sont « dégelés », dit-il.
  • La Russie « remplira ses obligations envers les investisseurs dans tous les cas », dit-il

Sortez vous aussi de la tutelle financière dans laquelle l’Occident vous a plongé, faites comme la Russie :

L’essentiel des discussions et négociations entre chefs d’Etat

Le flux d’informations en provenance d’Ukraine étant devenu un véritable incendie, des gros titres émouvants à chaque instant, les commerçants sont pardonnés s’ils ont renoncé à suivre le récit. Pour vous aider, voici un aperçu de toutes les dernières nouvelles concernant l’évolution du marché en provenance d’Ukraine ces dernières heures.

Négociations du cessez-le-feu

  • L’Ukraine et la Russie n’ont pas réussi à faire des progrès dans l’arrêt de la guerre lors des premiers pourparlers entre leurs ministres des Affaires étrangères depuis le début de l’invasion russe.

  • Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Kuleba a déclaré qu’il n’y avait aucun progrès sur le cessez-le-feu ; La Russie est restée fidèle à son scénario ; tenir la réunion avec son homologue russe n’a pas été facile ; prêt à poursuivre l’engagement pour arrêter la guerre. Marioupol était la situation la plus difficile, Lavrov ne s’est pas engagé dans un corridor humanitaire à Marioupol. Deux tâches restent maintenant : organiser le corridor humanitaire depuis Marioupol et parvenir à une trêve de 24 heures.

  • « Le récit général qu’il m’a transmis est qu’ils continueront leur agression jusqu’à ce que l’Ukraine réponde à leurs demandes, et la moindre de ces demandes est la reddition« , a déclaré Kuleba.

  • Organisée par le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu dans la station balnéaire méditerranéenne d’Antalya, a eu lieu la plus haute réunion entre l’Ukraine et la Russie depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

  • Le principal point d’achoppement, du moins du point de vue ukrainien, semble être les couloirs humanitaires, car Kuleba a noté qu’il n’y avait aucun progrès sur un cessez-le-feu et que la ville de Marioupol était la situation la plus difficile. Pendant la conférence de presse, le conseil municipal de Marioupol, en Ukraine, a déclaré que la ville était attaquée par les airs ; des bâtiments résidentiels ont été touchés et le vice-Premier ministre ukrainien a ajouté qu’un couloir humanitaire tentant d’atteindre la ville a dû faire demi-tour compte tenu des combats.

  • La Russie est ouverte à des discussions sérieuses entre les deux présidents « mais ces contacts doivent être utile », a déclaré Lavrov aux journalistes après la réunion. Il a répété que la Russie cherchait à démilitariser l’Ukraine.

  • « Nous voulons une Ukraine amicale et démilitarisée, une Ukraine dans laquelle il n’y a pas de risque de création d’un autre État nazi, une Ukraine où il n’y aura pas d’interdiction de la langue russe, de la culture russe », a déclaré Lavrov.

  • Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron se sont entretenus avec Poutine par téléphone jeudi et ont réitéré leur demande d’un cessez-le-feu immédiat. Les trois dirigeants ont convenu de rester en contact étroit dans les prochains jours, selon un communiqué du bureau de Scholz.

  • En termes de réaction du marché, Kuleba a commencé à parler en premier, et ses remarques selon lesquelles il n’y avait aucun progrès de cessez-le-feu et laissant entendre qu’une réunion au niveau présidentiel n’était pas à l’ordre du jour, ont déclenché une certaine pression dans le marché des actions. Entravant le contrat ES March’22 d’environ 15 points, les primes géopolitiques ont également soutenu le WTI (Société W&T Offshore, Inc.) et le Brent (pétrole), atteignant de nouveaux sommets supplémentaires. Cependant, le mouvement le plus significatif a été celui de Spot Gold, qui a testé 2 000 USD/oz à la hausse (plus haut de 2 000,03 USD/oz), gagnant environ 20 USD/oz au milieu des commentaires des ministres.

  • A l’avenir, seront discutés les points essentiels de Kuleba, la création d’un couloir humanitaire depuis Marioupol et l’obtention d’une trêve de 24 heures. En outre, nous devrons attendre, comme suggéré par l’Ukraine, une prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères et/ou une réunion entre les présidents respectifs. A noter que la situation à la centrale nucléaire de Tchernobyl n’a pas évolué suite à la panne d’électricité signalée plus tôt dans la semaine. Lors de la conférence de presse des ministres des Affaires étrangères, le ministre ukrainien de l’Énergie a confirmé le manque d’électricité persistant.

Autres discussions/négociations

  • Le ministre des Affaires étrangères russe, Lavrov, a déclaré qu’une éventuelle rencontre entre les présidents ukrainien et russe avait été discutée ; mais qu’elle avait besoin de plus de préparatifs, la Russie rappelant à l’Ukraine qu’elle avait présenté ses propositions et qu’elle attendait une réponse. Elle se dit prête à discuter des garanties de sécurité pour l’Ukraine. Personne ici aujourd’hui n’a discuté d’un cessez-le-feu ; sur les sanctions relatives au pétrole et au gaz. Lavrov a déclaré n’avoir jamais utilisé le pétrole et le gaz comme des armes.

  • Pour rappel, avant la réunion des ministres des Affaires étrangères, le Kremlin russe a déclaré que la réunion en Turquie pourrait ouvrir la voie à des pourparlers entre le président russe Poutine et le président ukrainien Zelensky, dans l’attente du résultat des pourparlers des ministres des Affaires étrangères d’aujourd’hui.

  • Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré qu’il était prêt à envisager certains compromis sur la demande de la Russie, notamment que son pays abandonne ses ambitions de rejoindre l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord et adopte une position neutre.

  • Zelensky a également déclaré que « ce n’est qu’après les pourparlers directs entre les deux présidents que nous pourrons mettre fin à cette guerre », et qu’il n’y a eu aucun contact direct entre lui et Poutine.

  • L’UE doit soutenir la candidature européenne de l’Ukraine bien qu’une adhésion rapide soit peu probable, selon Sputnik citant des rapports.

Mises à jour énergétiques/économiques

  • Le Premier ministre britannique Johnson a déclaré au président ukrainien Zelensky qu’il s’engageait à renforcer encore les sanctions pour imposer des coûts économiques maximaux à la Russie, selon un porte-parole de Downing Street.

  • Le ministère russe des Finances a déclaré que les banques nationales seraient autorisées à prêter aux entreprises contrôlées par des non-résidents et que cette décision permettra aux entreprises souhaitant continuer à faire des affaires en Russie de travailler comme d’habitude.

  • Les indices Morningstar ont déterminé qu’il était nécessaire de reclasser la Russie de marché émergent à non classé et retireront tous les titres russes des indices de titres à revenu fixe Morningstar à compter du 31 mars.

  • L’opérateur ukrainien du réseau de transport de gaz affirme que les forces russes ont pris le contrôle des stations de compression de gaz, ce qui menace le transit vers l’Europe.

  • L’Union européenne a atteint la limite de ses capacités en matière de sanctions financières contre la Russie, selon NEXTA citant le chef de la diplomatie de l’UE Borrell.

Défense/Militaire

  • La Maison Blanche a déclaré que les affirmations de la Russie concernant les laboratoires américains d’armes biologiques et le développement d’armes chimiques présents en Ukraine étaient fausses et que les États-Unis devraient être à l’affût que la Russie utilise éventuellement des armes chimiques ou biologiques en Ukraine.

  • Le secrétaire d’État américain Blinken a discuté avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères Kuleba à propos d’une assistance sécuritaire et humanitaire supplémentaire pour l’Ukraine et a mentionné les attaques russes contre les centres de population. Le secrétaire américain à la Défense Austin s’est entretenu avec son homologue ukrainien. Ensemble ils ont parlé de la poursuite de l’assistance défensive à l’Ukraine.

  • L’Espagne est prête à envoyer un nouveau lot d’armes à l’Ukraine, selon des informations de Sputnik citant le ministre de la Défense

Remarques de tiers

  • Pimco (Pacific Investment Management Company) risque de perdre des milliards en cas de défaillance de la Russie, le gestionnaire de fonds étant exposé à un pari d’au moins 1,1 milliard de dollars et détient 1,5 milliard de dollars d’obligations souveraines, selon FT.

Autres

  • La Maison Blanche a déclaré que les États-Unis continuaient de dialoguer avec les partenaires de l’accord avec l’Iran, y compris la Russie, tout en estimant que les États-Unis et la Russie partagent un objectif sur l’accord sur le nucléaire iranien.

  • Le secrétaire iranien du Conseil suprême de la sécurité nationale d’Iran, Shamkhani, a déclaré que les pourparlers sur le nucléaire se compliquaient d’heure en heure et que le désir des États-Unis d’un accord rapide indique qu’ils n’ont aucune volonté d’aboutir à un accord nucléaire important.

  • Le guide suprême iranien a déclaré que l’Iran ne céderait pas aux pressions pour réduire la puissance défensive, la présence régionale et les progrès de la technologie nucléaire.

L’enjeu c’est l’indépendance financière, l’autonomie individuelle et collective, et c’est ici ce que ça se passe :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *