fbpx

LA GUERRE ÉCONOMIQUE TOTALE EST DÉCLARÉE CONTRE LA RUSSIE !

Le balbutiement des sanctions économiques contre la Russie

Lorsque le Royaume-Uni, les États-Unis et l’UE ont décidé d’introduire des sanctions dans le secteur financier contre la Russie au cours de la semaine du 21 au 25 février, un ensemble de marchés ont hésité à se joindre à la mêlée comme les marchés OTC des métaux précieux à Londres et, par extension, les marchés à terme géré par le COMEX.

En attente d’instructions : la LBMA et le COMEX s’apprêtent à frapper fort

Alors que la London Bullion Market Association (LBMA, association internationale d’échanges de métaux précieux) a discrètement décidé d’expulser les banques russes VTB, Sovcombank et Orkritie de l’adhésion à la LBMA le 25 février (et sans aucune sorte d’annonce), la LBMA semblait incapable de parvenir à une décision concernant les 6 raffineries de métaux précieux russes accréditées par la LBMA sur ses listes de livraisons. Et ce malgré le fait qu’il était tout à fait évident que la structure et les activités opérationnelles de ces raffineries russes enfreignaient les «règles de bonne livraison» de la LBMA.

Plus précisément, ces six raffineries russes sont Krastsvetmet, Prioksky, Novosibir, Uralelectromed, l’usine d’alliages spéciaux de Moscou et Shyolkosky.

D’où l’article de BullionStar du 28 février intitulé « LBMA un cerf dans les phares alors que les sanctions occidentales montrent les raffineurs d’or russes ».

Cet article soulignait également que chaque raffinerie d’or et d’argent accréditée par la LBMA figure également sur la liste des marques approuvées par le CME (COMEX, entreprise financière américaine issue du marché de Chicago) pour la garantie et la livraison. Une situation qui s’est produite à la suite d’une approbation massive par le CME en août 2020 de 267 LBMA Good Delivery List concernant l’or et les raffineries d’argent. Ce qui signifiait que les 6 raffineurs russes de métaux précieux en question figuraient également sur la liste des marques de raffineurs agréées par le COMEX.

Alors que la semaine commençant le 28 février s’écoulait, la réticence persistante de la LBMA à être décisive a été révélée lorsque, le jeudi 3 mars, Reuters a publié un article indiquant que la LBMA affirmait qu’elle avait simplement « demandé » aux 6 raffineries russes en question si elles avaient des liens commerciaux avec des entités russes. Une situation bizarre étant donné que tout le monde, et surtout la LBMA, connaît la nature du marché de l’or russe, et que bien sûr les raffineries russes ont des relations intimes avec les banques russes, sanctionnées en plus d’être détenues par l’État russe / les oligarques.

D’où le deuxième article de BullionStar sur le sujet daté du 4 mars, qui s’intitulait « La peur de la LBMA d’attiser l’ours russe – Des préoccupations des ETF au chaos monétaire ».           

Cet article du 4 mars a également souligné le nombre massif de lingots d’or et d’argent de raffinage russes détenus dans les plus grands ETF (fonds négocié en bourse) d’or et d’argent du monde, y compris par GLD, SLV et IAU (grands trust), et a également émis l’hypothèse qu’une décision d’exclure les lingots russes de l’accréditation LBMA Good Delivery ne fait qu’accélérer l’utilisation de l’or russe dans le commerce international non-occidental, tout en étant le pire des cauchemars pour le Trésor américain. Comme l’article concluait :

« Car si vous interdisez les lingots d’or russes sur le marché de Londres, cela accélérerait sûrement l’utilisation de l’or russe comme monnaie ultime pour le commerce non occidental, et le déploiement et l’utilisation de ce même or russe partout ailleurs sur le marché mondial, de Shanghai à Mumbai, de Dubaï à Minsk, d’Islamabad à Riyad, d’Astana à Sao Paulo et de Pyongyang à Johannesburg. C’est peut-être le pire cauchemar du LBMA – HM Treasury – du Trésor américain, et la vraie raison pour laquelle la LBMA est au point mort. »

comex-lbma-crise-métaux-précieux

7 mars : Coordination des sanctions

Puis lundi après-midi (heure de Londres) le 7 mars, la LBMA a finalement fait un geste et a annoncé qu’elle suspendait les 6 raffineurs russes de métaux précieux accrédités par la LBMA de ses listes de bonnes livraisons pour l’or et l’argent.

Dans un bref communiqué de presse horodaté (15h33 le 7 mars 2022), intitulé « Mise à jour de la liste de bonnes livraisons : les raffineurs russes d’or et d’argent suspendus« , la LBMA a déclaré que :

« À la lumière des sanctions britanniques/européennes/américaines et pour assurer un marché ordonné, la LBMA a suspendu les raffineurs d’or et d’argent suivants avec effet immédiat :

  • JSC Krastsvetmet (or et argent) 
  • Raffinerie JSC Novosibirsk (or et argent) 
  • JSC Uralelectromed (or et argent) 
  • Usine de traitement des alliages spéciaux de Moscou (or)  
  • Usine Prioksky de métaux non ferreux (or et argent) 
  • Usine Shyolkovsky de métaux précieux secondaires, SOE (or et argent) »

Ces six raffineurs ne seront plus acceptés comme Good Delivery par le London Bullion market jusqu’à nouvel ordre. Le matériel existant reste en bon état de livraison. À la suite d’une suspension ou d’un transfert vers l’ancienne liste, les barres que le raffineur a produites alors qu’il était sur la liste seront toujours considérées comme une bonne livraison.

Quelques heures plus tard, de l’autre côté de l’océan Atlantique, CME Group, opérateur de la plus grande bourse, à terme, sur les métaux précieux, au monde – le COMEX – a publié (à 14 h 52 NYT) une déclaration pratiquement identique à celle de la LBMA, et qui s’intitule « Suspension of Approved Status for Warranting and Delivery of Certain Gold and Silver Brands« , indiquant que ces mêmes 6 raffineurs russes étaient suspendus de la liste des marques approuvées par le COMEX comme suit :

 « À compter de maintenant , Commodity Exchange, Inc. (« COMEX ») a suspendu le statut approuvé pour la garantie et la livraison des marques d’or et d’argent suivantes jusqu’à nouvel ordre :

  • JSC Krastsvetmet (or et argent)
  • Raffinerie JSC Novosibirsk (or et argent)
  • JSC Uralelectromed (or et argent)
  • Usine de traitement des alliages spéciaux de Moscou (or)  
  • Usine Prioksky de métaux non ferreux (or et argent)
  • Usine Shyolkovsky de métaux précieux secondaires, SOE (or et argent) »

L’or et l’argent produits avant le 7 mars 2022 continueront d’être éligibles à la garantie et à la livraison. Le métal produit à partir du 7 mars 2022 et au-delà ne sera pas éligible à la garantie et à la livraison jusqu’à nouvel ordre .

Remarquez la formulation identique des communiqués de presse de la LBMA et du COMEX (« jusqu’à nouvel ordre » « avec effet immédiat », et même la séquence de cotation des six noms de raffineurs est identique dans les deux cas. C’était donc bien un cas de coordination entre le LBMA et le CME/COMEX.

En fait, étant donné que ces 2 plateformes font conjointement (pour l’instant) continuellement de leur mieux pour contrôler les prix internationaux de l’or et de l’argent, il faut s’attendre à ce que la LBMA et la CME (représentant le lien entre le Royaume-Uni et les États-Unis) s’entendent fréquemment, d’autant plus que les deux entités sont dominées par le même cartel de banques de lingots occidentales.

comex-lbma-crise-métaux-précieux
Lingots d’or stockés dans des racks dans les coffres de la Banque de Russie, Moscou

L’irréalisme des autorités américaines ou comment se tirer une balle dans le pied

Présentation du « Stop Russian GOLD Act »

Mais quelque chose de plus dramatique encore s’est produit le lundi 7 mars, un développement qui semble avoir été le catalyseur de l’action de la LBMA et du CME (COMEX).

Cette évolution a été la présentation d’un projet de loi au Sénat américain le 7 mars « pour interdire aux ressortissants des États-Unis de s’engager dans des transactions avec des personnes étrangères qui achètent ou effectuent des transactions sur de l’or de la Fédération de Russie.« 

Ce projet de loi est un projet de loi interpartis (bipartite), parrainé par le sénateur John Cornyn (républicain, Texas) et coparrainé par la sénatrice Margaret Wood Hassan (démocrate, New Hampshire), le sénateur Bill Hagerty (républicain, Tennessee) et Sénateur Angus S. King Jr (Indépendant, Maine).

Même si la nouvelle de ce projet de loi n’a été annoncée aux médias que le mardi 8 mars, le fait que le projet de loi a été présenté le 7 mars et parrainé et coparrainé, rend évident le lien entre les annonces de LBMA et du CM et la promulgation du projet.

La « dernière action » du projet de loi est également le 7 mars et se présente comme suit :

 “Dernière action : Sénat – 03/07/2022 Lu deux fois et renvoyé en commission des banques, du logement et de la ville”

En outre, le texte entier du projet de loi peut être lu sur l’entrée du 7 mars du Congressional Record (pages S1018 – 1019) ici, y compris le texte qui déclare effrontément que cette loi peut être vue comme une volonté d’arrêter le gouvernement russe et les oligarques

La partie principale de l’entrée du dossier du Congrès dit ensuite :

SECONDE. 2. INTERDICTION DES TRANSACTIONS AVEC DES PERSONNES ÉTRANGÈRES QUI ACHÈTENT OU NÉGOCIENT DE L’OR RUSSE.

(a) EN GÉNÉRAL.—Toute transaction par une personne des États-Unis avec une personne étrangère décrite au paragraphe (b) est interdite.

(b) PERSONNE ÉTRANGÈRE DÉCRIT.—Une personne étrangère est décrite dans cette sous-section si la personne étrangère—

(1) achète, effectue des transactions ou transporte entre des pays de l’or reçu du gouvernement de la Fédération de Russie , y compris des réserves de la Banque centrale de la Fédération de Russie détenues en dehors de la Fédération de Russie ; ou

(2) s’engage dans une transaction —

(A) impliquant de l’or ; et

(B) qui a un lien physique ou électronique avec la Fédération de Russie .

(c) DIRECTIVES.— Au plus tard 30 jours après la date de promulgation de la présente loi , le Secrétaire au Trésor publiera des directives à l’intention des ressortissants des États-Unis concernant le respect de la présente section, y compris des directives—

(1) pour s’assurer que les personnes des États-Unis sont en mesure d’ éviter d’investir sans le savoir ou d’effectuer des transactions avec des personnes étrangères décrites au paragraphe (b) par le biais d’actifs groupés ou groupés ; et

(2) pour faciliter le désinvestissement des investissements et des transactions avec ces personnes étrangères .

(d) MISE EN ŒUVRE ; PÉNALITÉS.—

(1) MISE EN ŒUVRE.—Le président peut exercer tous les pouvoirs prévus aux articles 203 et 205 de la loi sur les pouvoirs économiques d’urgence internationale (50 USC 1702 et 1704) pour exécuter la présente section. (2) SANCTIONS.—Une personne qui viole, tente de violer, conspire pour violer ou cause une violation de cette section ou de tout règlement, licence ou ordonnance émise pour exécuter cette section sera passible des sanctions énoncées dans les sous-sections (b) et (c) de l’article 206 de l’ International Emergency Economic Powers Act (50 USC 1705) dans la même mesure qu’une personne qui commet un acte illégal décrit au paragraphe (a) de cet article.

(e) DÉFINITIONS.—Dans cette section : (1) PERSONNE ÉTRANGÈRE.—Le terme « personne étrangère » désigne un individu ou une entité qui n’est pas une personne des États-Unis. (2) PERSONNE DES ÉTATS-UNIS.—Le terme ‘ ‘Personne des États-Unis  » signifie— (A) un citoyen des États-Unis ou un étranger légalement admis pour la résidence permanente aux États-Unis ; ou (B) une entité organisée en vertu des lois des États-Unis ou de toute juridiction aux États-Unis, y compris une succursale étrangère d’une telle entité.

Les États-Unis ont-ils déjà perdu ?

Alors maintenant, vous savez pourquoi la LBMA et le COMEX ont coordonné la suspension des raffineurs d’or et d’argent russes accrédités par la LBMA le 7 mars. Non pas parce qu’ils ont enfreint certaines règles internes de « bonne livraison » sur lesquelles la LBMA a passé 11 jours, mais parce que le gouvernement américain a décidé de déclarer la guerre aux lingots d’or russes.

D’où l’action coordonnée de la LBMA et du CME le jour même où les sénateurs américains ont inscrit le « Stop Russian GOLD Act » dans le registre du Congrès américain. Tout cela a très probablement été coordonné par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Trésor américain.

Et qu’est-ce que cela signifie pour tous les lingots d’or russes détenus dans les ETF adossés à l’or du monde tels que le SPDR Gold Trust (GLD) et iShares Gold Trust (IAU) ?

Après avoir déposé leur Bill to the Record le 7 mars, les 4 sénateurs américains ont rendu public le mardi 8 mars des communiqués de presse coordonnés tels que King’s « To Escalate Russian Sanctions, Senator King Introduces Bipartisan Bill to Freeze Nation’s Gold Reserves ».

Cette loi, selon les propres mots des sénateurs :

« renforcerait les sanctions russes en ciblant leur capacité à vendre des réserves d’or.

Le projet de loi bipartisan appliquerait des sanctions secondaires à toute entité américaine effectuant sciemment des transactions avec ou transportant de l’or des avoirs de la banque centrale russe ou vendant de l’or physiquement ou électroniquement en Russie, et créerait des orientations pour aider les Américains à éviter ces sanctions. »

Pourquoi tant de tapage autour de ce que le Wall Street Journal a appelé un Pet Rock ? À moins que l’or ne soit pas seulement Pet Rock. Et qu’est-il arrivé aux États-Unis en tant que bastion des marchés de capitaux libres ?

sénat-etats-unis-wall-street-métaux
Sénat américain

Compte tenu de la nature des réserves d’or monétaires stratégiques, les commentaires des quatre sénateurs américains dans leurs communiqués de presse semblent naïfs et montrent très clairement qu’ils ne saisissent pas les attributs de l’or physique en tant que forme ultime de monnaie et d’actif de réserve : un actif sans risque de contrepartie et que la Russie a régulièrement accumulé (et non vendu) au cours des 17 dernières années, en préparation de ce qui se passe actuellement.

Les sénateurs ne savent-ils pas non plus que tout l’or de la Banque de Russie est stocké dans des coffres-forts à Moscou, Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg ? Et que la Russie a accumulé 2300 tonnes d’or physique dans ses coffres nationaux précisément parce que l’or est à l’épreuve des sanctions. Et personne ne se soucie de savoir d’où provient cet or et s’il sort d’une raffinerie russe, suisse ou australienne… Pourvu que ce soit bien de l’or.

or-raffinerie-russie-marché

Dans leurs communiqués de presse, le sénateur King pense que l’or peut être sanctionné, affirmant que :

 « L’offre massive d’or de la Russie est l’un des rares actifs restants que Poutine peut utiliser pour empêcher l’économie de son pays de s’effondrer davantage. En sanctionnant ces réserves, nous pouvons isoler davantage la Russie de l’économie mondiale ».

Le sénateur Hagerty pense que la Russie vend de l’or, alors qu’en réalité, la Russie achète de l’or. Hagerty dit :

« Le Congrès doit rendre plus difficile pour Poutine la liquidation de l’or de la Russie. »

Le sénateur Hassan obtient également l’inversion des côtés achat et vente, déclarant que le projet de loi :

« ferme une échappatoire critique qui permettrait à la Russie de vendre ses réserves d’or pour soutenir l’économie russe » et que les États-Unis doivent « veiller à ce que nous bloquions toute échappatoire dont dispose Poutine pour contourner le poids de nos sanctions. »

Le sénateur Cornyn joue la carte du blanchiment d’argent en affirmant que :

« La Russie a retiré une page du livre du Venezuela en exploitant une faille dans les sanctions actuelles qui leur permet de blanchir de l’argent par l’achat et la vente d’or »

Et affirmant ceci :

« La Fédération de Russie achète de l’or pour compenser la dévaluation de sa monnaie, le rouble, et vend ensuite cet or sur les marchés internationaux en échange de devises de grande valeur. » 

Les sénateurs américains ne savent-ils pas non plus que l’or n’a pas besoin d’être vendu pour être mobilisé ? Car il peut être utilisé dans les swaps de localisation d’or, les transactions de prêt d’or et comme garantie dans les prêts d’or-fiat. 

Selon le site politique américain Axios, les sénateurs américains veulent faire adopter et promulguer ce « Stop Russian GOLD Act » le vendredi 11 mars prochain. Incidemment, le 11 mars est exactement 2 ans, jour pour jour, après que l’ OMS ait annoncé la « pandémie » COVID-19 le 3/11 en 2020.

La catastrophe économique qu’engendreront les sanctions américaines

Lorsque ce « US Stop Russian GOLD Act » sera promulgué dans la législation, il déclenchera sûrement des dislocations majeures dans le système monétaire mondial et une réponse féroce de la Russie.

Comme l’a commenté Sergey Shvetsov, premier vice-président de la banque centrale de Russie, en novembre 2017 lors de la conférence Russian Bullion Market à Moscou, où il a expliqué que l’accumulation d’or russe est une question de sécurité nationale :

«Si jamais nos réserves d’or et de devises étrangères étaient saisies, même si ce n’était qu’une intention de le faire, cela équivaudrait à du terrorisme financier.

Cela équivaudrait à une déclaration de guerre financière entre la Russie et la partie tentant de saisir les actifs.« 

C’est sans doute la raison pour laquelle le Kremlin vient de dire que les États-Unis ont déclaré la guerre économique à la Russie.

C’est pourquoi le 7 mars également, Zoltan Pozsar, le gourou de l’infrastructure financière mondiale qui travaille avec le Credit Suisse, a publié un rapport stupéfiant intitulé « Bretton Woods III », dans lequel il déclare :

« Nous assistons à la naissance de Bretton Woods III – un nouvel ordre (monétaire) mondial centré sur les monnaies basées sur les matières premières à l’Est qui affaiblira probablement le système de l’eurodollar et contribuera également aux forces inflationnistes à l’Ouest.

Une crise se prépare, une crise des matières premières. Les matières premières sont des garanties, et les garanties sont de l’argent, et cette crise concerne l’attrait croissant de l’argent extérieur par rapport à l’argent intérieur. Bretton Woods II a été construit sur de l’argent interne, et ses fondations se sont effondrées il y a une semaine lorsque le G7 a saisi les réserves de change de la Russie… »    

Et avec le « Stop Russian GOLD Act » américain ciblant désormais les réserves d’or russes, cela vient d’ accélérer Bretton Woods III à un tout autre niveau.

Si l’or est au cœur de la guerre économique entre la Russie et les Etats-Unis, c’est parce qu’il constitue une valeur refuge universelle qu’il nous faut étudier, comprendre et sur laquelle nous devons miser pour survivre à la crise qui vient :

Source : BullionStar

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *