fbpx

LA RUSSIE POURRAIT SE FAIRE PAYER SON GAZ ET SON PÉTROLE EN ROUBLE ET… EN BITCOIN !

En marche pour le pétrorouble ?

Le Kremlin semble avoir trouvé un nouveau moyen de soutenir la monnaie russe en plus des simples interventions de la banque centrale : faire en sorte que les clients étrangers du gaz russe le demandent.

Lors d’un discours à la nation, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie exigerait que les pays qu’elle a qualifiés de « hostiles » (ce qui inclut les États-Unis, le Royaume-Uni et les pays de l’Union européenne) paient en roubles pour le gaz russe, a rapporté InterfaxEn conséquence, Poutine a ordonné à la banque centrale et au gouvernement dans une semaine de déterminer le schéma de paiement du rouble pour le gaz russe, et a également ordonné à Gazprom d’apporter des modifications correspondantes aux contrats gaziers.

Poutine a également déclaré que la Russie continuerait à fournir des volumes contractés, ne changerait que la monnaie de paiement.

Suite aux commentaires de Poutine, le rouble russe s’est renforcé en augmentant de plus de 5% à MICEX après que les prix indicatifs aient brièvement bondi de plus de 8% à deux reprises (son plus grand gain en une seule journée depuis 2014).

Les contrats à terme 1M Rub, qui se négocient sur Bloomberg, ont gagné plus de 4 roubles à ~ 103.

Le dirigeant russe a déclaré qu’il n’avait aucun sens d’exporter des marchandises vers les États-Unis ou l’UE en dollars ou en euros, selon le service de presse.

En avant le pétrobitcoin ?

La Russie a également évoqué le Bitcoin comme un possible moyen de paiement pour son gaz !

Le Bitcoin a brièvement dépassé 45.000 dollars en cours de séance, seuil symbolique proche de sommets inscrits ces mois. Un responsable du Parlement russe a affirmé le lendemain du discours de Poutine que les pays n’ayant pas sanctionné la Russie pourraient, eux, utiliser leurs monnaies locales ou même le Bitcoin, rapporte la presse financière.

« Bitcoin a reçu un coup de pouce après qu’un législateur russe a laissé entendre qu’ils pourraient suggérer Bitcoin pour les paiements pétroliers », a déclaré Edward Moya, analyste chez le courtier Oanda, dans une note.

Mais cet analyste, au moins, n’est pas optimiste quant au développement: « Utiliser la crypto pour contourner les sanctions n’est cependant pas ce dont le milieu crypto a besoin pour une croissance à long terme », a déclaré Moya.

D’autres sont plus optimistes.

« Je pense que cela démontre la malléabilité idéologique de Bitcoin […] cela peut être beaucoup de choses pour diverses personnes, ce qui le rend imparable. », a déclaré Marcus Sotiriou, analyste chez le courtier en actifs numériques GlobalBlock.

La guerre en Europe de l’Est a mis Bitcoin et d’autres cryptos au premier plan, alors que les citoyens russes et ukrainiens se tournent vers les actifs numériques face aux sanctions et aux conflits, respectivement. Les dons à l’Ukraine ont également pris la forme de paiements en cryptomonnaies.

Finalement comme Barron’s l’a rapporté, il est peut-être peu probable que la Russie accepte Bitcoin ou une autre cryptomonnaie en échange de matières premières à une échelle significative. Au contraire, « la simple suggestion met en évidence la situation économique difficile de la Russie ». Ou alors il s’agit vraiment de faire la rupture avec les occidentaux une bonne fois pour toute.

Alors que l’utilisation de la cryptographie semble être devenue plus répandue parmi les individus en Russie et en Ukraine depuis le début de la guerre, l’adoption institutionnelle par les nations est une question très différente. De manière critique, le plus important allié de la Russie, la Chine, a en fait interdit les transactions en cryptomonnaies. Ce qui n’empêcherait pas l’État de recevoir des paiements étrangers en cryptoactifs a priori.

Pour comprendre les enjeux économiques et stratégiques des cryptomonnaies :

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.