fbpx

LA RUSSIE FAIT SAUTER L’ALLIANCE OCCIDENTALE, IMPUISSANTE…

La prétendue « unification » de l’OTAN remise en question

Rappelons que Biden, il y a quelques jours à Bruxelles, a décrit l’OTAN comme « plus unie que jamais »… Et comme l’ont rapporté France24 et d’autres : Le président russe Vladimir Poutine avait misé sur la scission de l’OTAN lorsqu’il a lancé l’invasion de l’Ukraine le mois dernier, mais Poutine a en fait déclenché le contraire, l’alliance étant désormais plus unie que jamais, a déclaré le président américain Joe Biden lors d’un sommet OTAN-G7 à Bruxelles.

Or, les alliés de l’OTAN seraient désormais divisés sur la question de leurs rapports avec Poutine, après des semaines de pression intense sur le français Emmanuel Macron, l’un des seuls dirigeants occidentaux disposés à tenir des appels téléphoniques fréquents avec Poutine en vue d’un apaisement. Macron, rappelons-le, a été le premier à critiquer Biden à propos de ces remarques et ces suggestions concernant le changement de régime en Russie. « Nous ne devons pas escalader, avec des mots ou des actions », a déclaré Macron.

Alors que les alliés de l’OTAN discutent d’une paix potentielle entre la Russie et l’Ukraine, des signes de divisions stratégiques émergent dans leurs rangs, écrit Bloomberg. « Avec la guerre qui en est maintenant à son deuxième mois, une série de dilemmes se précisent sur les conditions qui pourraient être jugées acceptables par l’Ukraine, en particulier en ce qui concerne les garanties de sécurité que les membres de l’alliance pourraient offrir à Kiev. »

Sommet d’urgence à Bruxelles

Les divergences sont également devenues publiques, étant donné que le président ukrainien Zelensky a ouvertement reculé sur l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN, affirmant que la « neutralité » est désormais sur la table (mais tout en souhaitant également des alliances de sécurité individuelles avec les partisans de Kiev). En parlant des documents de sécurité de l’OTAN faisant l’objet de vifs débats, Bloomberg précise : « Le Royaume-Uni, la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale et orientale – à l’exception de la Hongrie – doutent que le président russe envisage sérieusement de négocier un accord de paix acceptable. »

Mais un diplomate de l’OTAN a insisté sur le fait qu’en fin de compte, les alliés devront trouver un moyen de traiter avec Poutine, qu’ils le veuillent ou non, a ajouté le deuxième responsable.

Du côté russe, de nouveaux rapports publiés lundi suggèrent fortement que Poutine renonce à l’objectif déclaré de « dénazification » – laissant entendre qu’un changement de régime complet n’est pas l’objectif final. L’Ukraine prétend que la Russie pourrait envisager de diviser le pays en plusieurs moitiés, l’une occidentale et l’autre orientale.

La « communauté Internationale » en jaune.
Qui a sanctionné la Russie ? Très peu de pays tout compte fait, majoritairement les pays industriels et démocratiques

Il existe également des désaccords sous-jacents au sein de l’alliance de l’OTAN sur le type d’arme et dans quelle mesure les armes devraient continuer à être déversées en Ukraine depuis l’Occident. Il semblerait que le discours de Biden à Varsovie samedi, qui, selon les critiques, conduirait potentiellement à une escalade directe inutile entre l’OTAN et la Russie, a également servi à mettre au jour les divergences d’opinions entre l’OTAN. Bloomberg poursuit :

Berlin est sur une longueur d’onde similaire. Le porte-parole en chef du chancelier Olaf Scholz, Steffen Hebestreit, a déclaré aux journalistes lundi que « compte tenu des images horribles que nous devons actuellement digérer depuis plusieurs jours et en fait des semaines, la plus haute priorité pour l’instant est de pouvoir parvenir à un cessez-le-feu afin que les tueries puissent s’arrêter. »

Mais les coins les plus bellicistes de l’alliance craignent que tout dialogue avec Poutine ne soit considéré comme un signe de faiblesse occidentale et ne serve qu’à enhardir le Kremlin.

« Je me fous de ce qu’il pense », rétorque le Président des Etats-Unis lorsqu’on lui demande si Poutine
risque utiliser ces propos comme prétexte pour faire monter les tensions en Ukraine

Et sans aucun doute, il y aura de nombreux dilemmes inter-OTAN plus importants qui surgiront, alors que d’autres questions urgentes arriveront à leur point critique, en particulier la question de la dépendance énergétique.

Laissez le G7 nous expliquer :
_Pourquoi la Russie accepterait des Euros ou des Dollars si ceux là se voient confisqués ?
_Où trouveront-ils leurs importations d’énergies ?

La Russie refuse de faire preuve de charité envers les occidentaux

La Russie a publié, il y a quelques jours, une réponse ferme et inflexible aux ministres du G-7 qui avaient qualifié d’inacceptable son projet prévoyant le paiement du gaz russe en roubles pour les pays « inamicaux ».

Un peu plus tôt, le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, a déclaré depuis Berlin que la demande du Kremlin pour que les contrats de gaz naturel soient payés en roubles est une « violation unilatérale et claire des contrats » – affirmant que les contrats doivent être honorés, selon Bloomberg

« Cela signifie qu’un paiement en roubles n’est pas acceptable et nous exhortons les entreprises concernées à ne pas se conformer à la demande de Poutine », a déclaré Habeck. « L’effort de Poutine pour creuser un fossé entre nous est évident mais vous pouvez voir que nous ne nous laisserons pas diviser et la réponse du G-7 est claire : les contrats seront honorés. »

Le rejet rapide par le Kremlin des déclarations du ministre allemand de l’économie et de la position du G-7 sur le rouble est parvenu lundi via un législateur russe : « Le législateur russe Abramov dit que le refus du G7 de payer en roubles russes pour le gaz conduira certainement à l’arrêt des approvisionnements. »

Le Kremlin a déclaré qu’il ne dirigeait pas une « association caritative » – ​​selon TASS :

Moscou s’occupe des détails de ses plans de livraison de gaz aux pays hostiles pour le paiement en roubles, mais il ne s’engagera pas dans la charité si l’Europe refuse de payer en devise russe, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov aux journalistes.

Le porte-parole du Kremlin est resté discret sur les mesures que la Russie pourrait prendre si l’Europe refusait de payer le gaz en roubles, notant que ces « problèmes devraient être réglés au fur et à mesure qu’ils se développent ». « Mais nous ne fournirons certainement pas de gaz gratuitement, c’est sûr. Il n’est guère possible et raisonnable de faire de la charité dans notre situation », a-t-il souligné.

Poutine aurait déjà fixé un délai pour les entreprises…

Vladimir Poutine demande à Gazprom et la Banque centrale russe de se préparer aux transferts en roubles
à propos des exportations de gaz naturel

Les dernières avancées du conflit

Prenez une tasse de café et découvrez tous les derniers développements, nouvelles et fausses nouvelles en provenance d’Ukraine :

Négociations/Discussions

  • Le président ukrainien Zelensky a déclaré qu’il souhaitait un échange de prisonniers avec la Russie. Zelensky a ajouté qu’il ne discuterait pas des pourparlers avec la Russie si les discussions portaient sur « la démilitarisation et une sorte de dénazification ». Zelensky a déclaré que l’Ukraine est prête à discuter de la neutralité et du statut non nucléaire si elle est soutenue par des garanties de sécurité, tout en ajoutant qu’un accord n’est possible qu’avec un retrait des troupes et qu’il souhaite un compromis avec la Russie concernant le Donbass.

  • Le conseiller du ministère ukrainien de l’Intérieur a déclaré qu’il ne s’attendait à aucune avancée majeure pour la paix.

  • Le président turc Erdogan a déclaré au président russe Poutine, lors d’un appel, qu’il devait y avoir un cessez-le-feu rapide avec l’Ukraine et qu’ils devaient améliorer la situation humanitaire dans la région, alors qu’il a également été signalé que la prochaine série de pourparlers en face à face entre la Russie et l’Ukraine se déroulera en Turquie du 28 au 30 mars.

  • Un haut responsable turc a déclaré que les pourparlers entre les négociateurs ukrainiens et russes commenceront à Istanbul plus tard dans la journée. Cependant, le Kremlin a déclaré que les pourparlers ne devraient pas commencer lundi et pourraient commencer mardi. Pas de réalisations/percées substantielles dans les pourparlers, pas de progrès ni une potentielle rencontre Poutine-Zelensky.

  • Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a déclaré que le président Poutine ne refusait pas de rencontrer le président ukrainien Zelensky, mais que comme les réunions présidentielles doivent être bien préparées, une rencontre maintenant serait contre-productive.

  • Le vice-Premier ministre ukrainien a déclaré qu’aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd’hui, les renseignements suggérant de potentielles provocations russes sur les routes menant au couloir.

Autres officiels

  • Le président américain Biden a déclaré que l’OTAN est une alliance défensive et qu’elle n’a jamais cherché la disparition de la Russie et que les coûts « rapides et punitifs » sont les seules choses qui inciteront la Russie à changer de cap. Biden a ajouté que les forces américaines sont en Europe pour défendre les alliés de l’OTAN, et non pour s’engager contre les forces russes. Il a déclaré que le président russe Poutine ne pouvait pas rester au pouvoir.

  • Un responsable de la Maison Blanche a déclaré que le président Biden n’appelait pas à un changement de régime en Russie et l’envoyé américain auprès de l’OTAN a également déclaré que les États-Unis ne menaient pas de politique de changement de régime en Russie. Un porte-parole du Kremlin a répondu que ce n’était pas au président américain Biden de décider et a déclaré que le président de la Russie était élu par les Russes.

  • Le chancelier allemand Scholz a déclaré qu’un changement de régime en Russie n’était pas l’objectif de l’OTAN. En outre, Scholz a déclaré que l’Allemagne envisageait d’acheter un bouclier antimissile.

  • Le secrétaire d’État américain Blinken a déclaré que les efforts israéliens de médiation sur l’Ukraine et la Russie sont importants et étroitement coordonnés avec les États-Unis.

Défense/Militaire

  • La Russie a lancé samedi 70 missiles sur des cibles en Ukraine, ce qui était le plus grand nombre quotidien depuis le début de la guerre, bien que des rapports aient ajouté que seuls 8 des 70 missiles avaient atteint la cible, selon la Pravda, la plupart ayant été abattus par la défense ukrainienne.

  • Le ministère britannique de la Défense a déclaré que la Russie maintenait un blocus à distance de la côte ukrainienne de la mer Noire et isolait efficacement l’Ukraine du commerce maritime, tout en notant que les forces navales russes poursuivaient leurs frappes sporadiques de missiles contre des cibles dans toute l’Ukraine. Le ministère britannique de la Défense a également déclaré que la Russie intensifiait ses tentatives pour encercler les forces ukrainiennes dans les régions séparatistes à l’est, avançant vers Kharkiv au nord et Marioupol au sud, selon Bloomberg.

  • Les États-Unis doivent fournir 100 millions de dollars supplémentaires d’aide à la sécurité civile de l’Ukraine, selon le département d’État.

  • Le vice-ministre ukrainien de la Défense a déclaré que les forces russes se regroupaient mais ne pouvaient avancer nulle part en Ukraine, via Reuters. Par la suite, des rapports suggèrent que la Russie attaque à l’est et au nord-ouest de Kiev, essayant de prendre des routes et des colonies clés, selon un journaliste de guerre basé en Ukraine.

Sanctions énergétiques/économiques

  • Les États-Unis doivent sanctionner les entreprises fournissant des technologies à l’armée russe, selon un rapport du Wall Street Journal vendredi soir.

  • Le ministre japonais des Finances, Suzuki, a déclaré que le gouvernement ne pouvait pas confisquer les réserves des banques centrales étrangères déposées auprès de la BoJ (Bank Of Japan) en vertu des lois actuelles. Tandis que le secrétaire en chef du Cabinet, Matsuno, a déclaré qu’il réviserait rapidement les lois sur le contrôle des changes pour renforcer les sanctions contre la Russie et espère soumettre un projet de loi à l’actuelle session parlementaire.

  • Le Kremlin a déclaré que le président Poutine avait demandé à la CBR (Banque Centrale de Russie) et à Gazprom d’utiliser le RUB dans les transactions de vente de gaz à des pays hostiles d’ici le 31 mars, via AJA Breaking.

Autres

  • Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni étaient d’accord sur le texte et que les États-Unis « acceptaient » de devoir résoudre certains problèmes restants, tout en déclarant que l’accord dépendait du retrait du CGRI (armée iranienne) de la liste des acteurs terroristes, selon Bloomberg. En outre, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que Téhéran se félicitait de la normalisation des relations avec l’Arabie saoudite et était déterminé à étendre la coopération avec la Syrie, selon la télévision d’État.

  • Borrell, haut représentant de l’UE, a déclaré qu’un accord nucléaire avec l’Iran était très proche.

  • L’envoyé spécial américain pour l’Iran Malley a déclaré qu’il ne pouvait pas être sûr qu’un accord soit imminent et a déclaré qu’ils pensaient également qu’ils étaient proches il y a quelques mois.

  • Le secrétaire d’État américain Blinken a déclaré qu’un retour au JCPOA (Accord de Vienne sur le nucléaire iranien) est le meilleur moyen de remettre le programme nucléaire iranien dans la boîte et que l’engagement américain envers le principe selon lequel l’Iran n’acquiert jamais d’arme nucléaire est inébranlable. Il a ajouté que les États-Unis continueront à se tenir debout face à l’Iran s’il menace les États-Unis et ses alliés.

  • Le Premier ministre israélien Bennett a déclaré qu’il espérait que les États-Unis répondraient aux appels contre le retrait du CGRI de la liste noire du terrorisme, tandis que le ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’Israël et les États-Unis continueraient à travailler ensemble pour empêcher un Iran nucléaire.

  • Deux policiers ont été tués et quatre personnes ont été blessées lors d’une fusillade à Hadera en Israël, dont l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité.

  • Le dirigeant nord-coréen Kim a déclaré que la Corée du Nord continuerait à développer de formidables capacités de frappe et que sa force d’autodéfense ne pouvait être ni échangée ni achetée selon KCNA (agence de presse coréenne), alors qu’il a été rapporté séparément que la Corée du Nord devait accélérer la restauration de son site d’essais nucléaires anciennement démoli.

Au-delà de l’invasion de l’Ukraine par la Russie se terrent des enjeux dont l’importance et la profondeur échappent au grand public, pour les saisir :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

2 thoughts on “LA RUSSIE FAIT SAUTER L’ALLIANCE OCCIDENTALE, IMPUISSANTE…

  • 4 avril 2022 à 8h33
    Permalink

    Bonjour et merci
    Pourrais-tu confirmer que lors de l’intervention du ministre russe des affaires étrangères (si ma mémoire est bonne ?) a demandé de payer le gaz russe en « or » ou éventuellement en devise russe … le rouble ?
    Ce « détail » exacerbant la perte de confiance dans les monnaies dollar et euros suite au blocages des réserves russes dans ces devises … semble systématiquement éludé par la presse et les intervenants…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.