fbpx

UNE VICTOIRE SUPPLÉMENTAIRE POUR POUTINE FACE À L’EUROPE

Non, Poutine n’a pas retiré ses exigences quant au paiement en rouble de l’énergie

Poutine ne recule pas sur le paiement des énergies en roubles
Forbes – Poutine recule sur le paiement en roubles du gaz naturel
Bloomberg – Les sanctions russes : l’Allemagne affirme que Poutine retire ses demandes de paiement en roubles pour le gaz

Comprendre la tactique du Kremlin

Le président russe Vladimir Poutine a exigé des roubles pour l’énergie. Il craignait que de nouvelles sanctions de l’UE ne gèlent les comptes libellés en euros des fournisseurs d’énergie russes.

L’une des craintes de Poutine vient de la date des paiements du gaz, distribué en avril et payé en mai selon le contrat. La deuxième interrogation concerne les sanctions européennes contre Gazprombank.

L’UE a dit non à sa demande. Pourtant, le gaz coulera toujours. Cela a suscité des rapports erronés selon lesquels « Poutine aurait reculé ».

Que se passe-t-il vraiment ?

  • Le chancelier allemand Olaf Scholz a accepté la manière intelligente de Vladimir Poutine de contourner le problème des paiements en roubles. 

  • L’UE paiera en euros et via un compte séparé chez Gazprom, les euros seront immédiatement convertis en roubles.  

Poutine assurera la distribution de gaz malgré le passage aux roubles

Selon cet article, la Russie continuera à fournir du gaz malgré le passage aux roubles :

Lorsque Poutine a annoncé pour la première fois la demande de paiement en roubles la semaine dernière, les responsables européens l’ont rejetée, affirmant que cette décision violerait les termes du contrat. Mais le Kremlin a publié jeudi un décret présidentiel décrivant le mécanisme permettant aux acheteurs étrangers de convertir leurs dollars et euros en monnaie russe par l’intermédiaire d’une banque contrôlée par l’État.

Le décret du Kremlin exige que les livraisons à partir du 1er avril soient payées en roubles. Les acheteurs étrangers doivent ouvrir des comptes spéciaux en roubles et en devises auprès de la Gazprombank pour gérer le paiement, qui peut être effectué à distance. Les acheteurs transfèrent des devises étrangères pour payer le gaz sur leurs comptes, Gazprombank convertit les fonds en roubles à la Bourse de Moscou et transfère les roubles sur le compte de l’acheteur. Le paiement est considéré comme terminé lorsque les roubles atteignent le compte de Gazprom.

Poutine a déclaré que l’objectif du nouveau mécanisme était d’empêcher les gouvernements occidentaux de tenter de saisir les paiements en devises étrangères ou les comptes par lesquels ils passaient.

« Si le gaz est fourni et payé dans le cadre du système traditionnel, les nouveaux paiements en dollars et en euros peuvent être gelés », a-t-il déclaré.

« Je pense qu’en fin de compte, la Russie voulait envoyer un message : tant que son gaz est payé à temps et en intégralité (quelle que soit la devise utilisée), le gaz continuera à couler », a déclaré Katja Yafimava, chercheuse principale à l’Institut d’études énergétiques d’Oxford. « Si l’Europe devait perdre ses approvisionnements en gaz russe, ce ne serait pas parce que la Russie les couperait, mais parce que l’Europe ne les paierait pas. »

Une autre motivation a peut-être été de protéger Gazprombank, l’une des rares grandes banques russes à avoir jusqu’à présent évité les sanctions occidentales les plus sévères, a-t-elle déclaré.

Finalement, la Russie échappe aux sanctions et sort victorieuse des négociations

Éviter les sanctions

Cette solution de contournement met en évidence l’incohérence du débat selon lequel il faudrait des dollars pour acheter du pétrole ou du gaz alors que les dollars ne sont que l’unité de tarification. Dans ce cas, la Russie exige des roubles et les obtient par conversion immédiate en euros ou, dans certains cas, en dollars américains, selon le contrat.

Étant donné que les devises sont fongibles (sanctions mises à part), peu importe la tarification ou l’unité de paiement. Tout ce processus consiste à éviter les sanctions et être payé à temps. L’UE pourrait retarder ses paiements, auquel cas elle serait alors coupée du pétrole et du gaz.

Ainsi, malgré les informations contradictoires dans la presse, cette solution de contournement que Scholz a acceptée convient aux exigences de Poutine : la Russie est payée et Gazprom est protégé des sanctions. 

L’impact du rouble est minime

L’impact sur le rouble est limité car les entreprises russes sont déjà tenues de posséder 80 % de leurs recettes en roubles dans le cadre des contrôles de capitaux imposés par les pays occidentaux après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Cette nouvelle manœuvre signifie que les fournisseurs d’énergie devront vendre 100 % des euros et des dollars à la banque centrale russe contre des roubles.

Les sanctions européennes ont de telles incohérences qu’elles sont pour la plupart inutiles. Ainsi, proclamer la dépendance de l’UE vis-à-vis de la Russie n’est qu’un battage médiatique et non une réalité.

Comprendre ce qu’il s’est passé

  • La Banque centrale de Russie reçoit des euros. Exactement comme avant. Le reste n’est qu’une illusion. Cela ne fait vraiment aucune différence fondamentale si le passage de l’euro au rouble se produit en l’Allemagne ou à la fin par la banque centrale de Russie. 

  • Que ce soit par l’UE, un intermédiaire, ou plus tard par la Russie, la banque centrale russe reçoit des euros. Gazprombank reçoit des roubles de la banque centrale russe en échange d’euros. 

  • La légère différence est que la banque centrale russe reçoit 100 % des fonds en euros au lieu de 80 %. Et cela profiterait à Poutine.

  • Cependant, Poutine a manœuvré pour que Gazprombank ne soit pas sanctionné. Et il peut se vanter d’être parvenu à faire accepter à Scholz un système qui rapporte des roubles à Gazprombank.

  • Les menaces pour la Russie sont les sanctions de l’UE vis-à-vis de Gazprombank, auquel cas Poutine fermerait la distribution de gaz. Mais cela est en vigueur depuis le début des contrats. Donc, à part l’obtention d’un accord de Scholz, il n’y a aucune différence. Mais avec l’immunité dont jouit désormais Gazprombank, Poutine peut probablement se servir des euros qui lui seront donnés, même s’il s’agit techniquement d’euros de la banque centrale.

  • Poutine peut échanger ces euros avec la Chine contre des pièces américaines sanctionnées via Gazprombank.

  • En bout de ligne, il n’y a pas de réel changement technique. Mais Poutine peut se vanter d’honorer ses contrats et il dispose d’un engagement de Scholz pour que l’UE fasse de même. 

  • Il est également maintenant plus difficile pour Biden de faire pression sur l’UE pour qu’elle sanctionne Gazprombank ou Gazprom.

  • C’est une victoire pour Poutine.

Les sanctions ne fonctionnent pas

Ceci était un résumé en quelques mots de l’article suivant : Les âmes malavisées ne comprennent toujours pas cette simple vérité : les sanctions ne fonctionnent pas.

Pendant ce temps, Biden fait tout son possible pour faire grimper le prix du pétrole.

Enfin, la politique de sanctions des États-Unis pousse la Chine dans les bras de la Russie.

Pourquoi le rouble continue-t-il de grimper après l’invasion de l’Ukraine par la Russie ?

Pour tout comprendre sur les monnaies, leurs fluctuations, et comment vous pouvez vous en servir pour gagner de l’argent, voici ce qu’il vous faut :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.