fbpx

LA LISTE DES CLIENTS D’UN CULTE SEXUEL ÉLITISTE A FUITÉ !

Sur la piste de Jeffrey Epstein ?

Le procès en cours du leader du culte sexuel du collège Sarah Lawrence, vient de mettre en lumière une foule d’élites New-Yorkaises qui auraient été des « clients » de Claudia Drury, une étudiante prostituée impliquée dans l’affaire.

Drury a témoigné contre le chef présumé de la secte, Larry Ray, lors du procès. L’information fut révélée après que le ministère de la Justice ait accidentellement publié une liste de 121 noms, qui a ensuite été capturée puis passé en revue par le Daily Mail.

« Une cadre supérieure de l’entreprise de vêtements The Gap et son mari étaient l’un des deux couples mariés inclus. Un ancien juge de la Cour suprême de l’État de New York est également nommé », a écrit le Daily Mail. La liste comprenait également un peintre avec des studios dans l’East Village et à Manhattan, ainsi qu’un architecte « célèbre » et « un directeur d’investissement qui était également dans le tristement célèbre petit livre noir de contacts du pédophile Jeffrey Epstein ».

Le Daily Mail a poursuivi que la liste comprenait « un gestionnaire de fonds spéculatifs qui a donné des millions à des œuvres caritatives et dont le nom figure sur un bâtiment de musée à New York, un lobbyiste de Washington DC, un lobbyiste qui a travaillé pour un mouvement de résistance étranger et un diamantaire international ».

Un cadre de la MTA [Metropolitan Transportation Authority] et d’Amazon sont également inclus.

Claudia Drury

L’énorme gaffe du Ministère de la justice

La liste aurait été compilée par Drury et se trouvait dans un document « scellé » qui a été accidentellement mis en ligne. Le ministère de la Justice aurait alors fait des pieds et des mains pour tenter de retirer l’information du Web.

Peu de temps après que le document ait été mis hors ligne, un porte-parole du ministère de la Justice a écrit : « Par ordre de la Cour, la pièce à conviction n° 3217 (GX 3217) du gouvernement a été admise sous scellés. Ce fichier a été mis en ligne par inadvertance sur le partage de fichiers U.S. v. Ray. Veuillez ne pas reproduire, partager ou utiliser cette pièce de quelque manière que ce soit. Si vous l’avez téléchargé, veuillez le supprimer. »

« Ce n’est pas une liste exhaustive, mais elle inclut tous mes principaux clients / habitués et bien d’autres », a écrit Drury.

Ray a été libéré de la prison du New Jersey en 2010 avant d’emménager dans la chambre de sa fille au collège Sarah Lawrence. Il aurait dirigé une secte sexuelle pendant près de dix ans qu’il a déguisée en « séances de thérapie », a rapporté le Daily Beast.

Ray a plaidé non coupable des accusations de trafic sexuel, d’extorsion et de complot de racket.

Réagissez avant que l’élite n’efface toutes les preuves :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.