fbpx

COVID-19 : ENTRE MANIPULATION DES CHIFFRES ET PROPAGANDE POLITIQUE

Le rôle des centres de données américains dans la falsification des décès liés au Covid-19

Les Centers for Disease Control and Prevention (Centre de Contrôle et de prévention des Maladies), ou CDC, ont supprimé des dizaines de milliers de décès liés au COVID-19, dont près d’un quart des décès qu’ils avaient répertoriés chez les moins de 18 ans.

Receuil des données du Covid-19
Une vue générale du siège des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta le 30 septembre 2014. (Tami Chappell/Reuters)

L’agence de santé a discrètement effectué le changement de ses données sur son site Web le 15 mars.

« Les données sur les décès ont été ajustées après résolution d’une erreur de logique de codage. Cela a entraîné une diminution du nombre de décès dans toutes les catégories démographiques », indique le CDC sur le site.

Le CDC s’appuie sur les États et d’autres juridictions pour signaler les décès dus au COVID-19 et reconnaît sur son site Web que les données n’étaient pas complètes.

Mais les statistiques sont souvent citées par les médecins, et les journalistes notamment, lorsqu’ils font pression pour la vaccination contre le COVID-19, surtout lorsqu’ils essaient de justifier la vaccination de tous les enfants. Le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC, a publié le nombre total de décès enregistrés par le système de suivi en novembre 2021 tout en faisant pression pour qu’un groupe d’experts demande à son agence de recommander la vaccination pour tous les enfants de 5 à 11 ans.

Avant le changement des statistiques, le CDC avait répertorié 1 755 enfants mourant du COVID-19 sur 851 000 décès totaux dus au coronavirus, selon Kelley Krohnert, une résidente de Géorgie qui a suivi les mises à jour. La mise à jour a vu le CDC réduire à 416 les décès d’enfants morts du Covid-19 et à 780 000 le nombre de décès global (une réduction de près de 70 000 morts). L’agence a refusé de fournir un commentaire avant la date limite.

Le CDC avait précédemment ajusté son nombre de décès en août 2021 « après l’identification d’une divergence de données ».

Kelley K : Qu’est-ce donc ? Le CDC a finalement admis qu’ils avaient des erreurs de codification dans les données liées au décès. Ils ont discrètement retiré 416 morts pédiatriques cet après-midi. Y aura-t-il des excuses envers toutes les personnes qui ont été paniqué par ces données vieilles et incorrectes ?!

« La mise à jour est une amélioration, mais c’est au moins la troisième correction de ces données, et elle ne résout toujours pas le problème. Cela souligne simplement que les gens utilisent des données erronées lorsqu’ils discutent des enfants et du COVID », a déclaré Krohnert à Epoch Times dans un e-mail.

Certains journalistes et médecins ont cité les données du CDC tandis que d’autres utilisent un décompte géré par le National Center for Health Statistics (NCHS), Centre National des Statistiques sur la Santé, considéré comme plus fiable.

Le décompte du NCHS, qui est compilé à partir des certificats de décès, répertorie actuellement 921 décès impliquant COVID-19 chez les enfants et quelque 966 000 décès impliquant COVID-19 parmi d’autres groupes d’âge.

Les décès dans le décompte incluent les personnes décédées avec le COVID-19 et les personnes décédées du COVID-19, a déclaré un porte-parole du CDC à Epoch Times dans un e-mail en janvier. Le coronavirus était répertorié comme la cause sous-jacente, ou la principale cause de décès, sur environ 90% des certificats de décès à l’époque.

Covid-19 à la loupe
Une image au microscope électronique montre le SARS-CoV-2 (objets ronds en or), qui cause le COVID-19, émergeant de cellules cultivées. (NIAID)

La question de la comorbidité enfin prise en compte

Certains des décès répertoriés par le CDC ne semblent pas liés au COVID-19. Par exemple, dans les décès liés au covid on en retrouve plusieurs dus à une noyade ; plusieurs autres ont été répertoriés comme provenant d’une décharge d’arme à feu, selon une analyse de The Epoch Times.

Pour l’instant, la mise à jour des données a été qualifiée de « bonne nouvelle » par le Dr Alasdair Munro, chercheur clinique sur les maladies infectieuses pédiatriques à l’hôpital universitaire de Southampton, étant donné que près d’un quart des décès pédiatriques liés au COVID-19 avaient disparu.

Mais Munro, écrivant sur les réseaux sociaux, a qualifié de « légèrement inquiétant le fait que ces données soient largement utilisées aux États-Unis pour guider ou défendre une politique ».

Certaines personnes ont appelé le CDC à présenter des excuses publiques ou au moins à annoncer de telles mises à jour, de la même manière que certaines agences de niveau inférieur avaient clairement indiqué la réduction de leur nombre de décès.

« Il est scandaleux de noter discrètement une erreur aussi conséquente », a déclaré Jessica Adams, ancienne responsable de l’examen réglementaire à la Food and Drug Administration, sur Twitter.

Un ancien porte-parole du CDC, cependant, a noté que le site Web du CDC indique que les données sont estimées et sujettes à changement.

« Il y a beaucoup de complexité dans tous les systèmes qui tentent de suivre et de résumer les données sur les maladies et les décès. D’une part dans la manière dont les données sont collectées et rapportées, leur exhaustivité et leur exactitude, mais aussi dans la manière dont elles sont saisies dans les systèmes de collecte et signalées au CDC, et enfin dans les hypothèses formulées et les procédures utilisées pour déterminer si le COVID-19 était la principale cause de décès, une cause contributive au décès ou non, ou encore un facteur contributif probable au décès de la personne », Glen Nowak, l’ancien porte-parole, aujourd’hui doyen associé pour la recherche et les études supérieures à l’Université de Géorgie.

« Il n’est donc pas surprenant que des ajustements ou des révisions se produisent, y compris en raison de problèmes liés au codage (par exemple, reconnaître, à mesure que davantage de cas et d’informations sont fournis, qu’il existait une meilleure façon de saisir, d’analyser et / ou d’interpréter les données ). »

Nowak a déclaré qu’il n’était pas surpris que le CDC n’ait pas annoncé l’ajustement, compte tenu des clauses de non-responsabilité, affirmant que les annonces des agences fédérales « sont mieux réservées aux événements ou développements qui ont ou pourraient avoir un impact significatif sur les recommandations ou les politiques du gouvernement ».

Cette manipulation des chiffres est, bien entendu, intentionnelle et fait partie d’un vaste plan qu’il nous faut comprendre. Ce plan a pour objectif le « reset » total de l’Occident. Mais tant qu’il n’est pas arrivé à son terme, il nous faut en profiter pour construire notre autonomie :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.