fbpx

QUELS ENJEUX SE CACHENT DERRIÈRE L’INFLATION SUR L’IMMOBILIER ?

L’inflation, tout ce qu’il faut savoir à son sujet

L’immobilier est un domaine dans lequel bon nombre de personnes souhaitent investir. Toutefois cette rentabilité avérée dans l’immobilier ne porte pas toujours ses fruits, surtout quand celle-ci est influencée par l’inflation. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’inflation et sa corrélation avec l’immobilier.

Inflation et hausse des prix

Selon les économistes, l’inflation est une disproportion qui s’observe entre l’offre et le pourvoir d’achat. En effet lorsque la demande surpasse l’offre, cela crée la rareté des biens et des services. Cette rareté engendre l’augmentation des prix de ces biens dans le but de restaurer l’équilibre entre l’offre et le pourvoir d’achat.

Aujourd’hui, les monnaies perdent de leur valeur, c’est un peu comme le cas des cryptomonnaies qui connaissent des moments de hausse et de baisse. Vous dépensez plus pour avoir le même produit ou service. Pour connaître la hausse globale des prix des biens et services, il faut mesurer le taux d’inflation. Ce taux est mesurable par la statistique des indices des prix des biens et services, que l’on sollicite régulièrement.

On peut donc réellement parler de l’inflation lorsque la moyenne de tous les indices connait une hausse générale. Mais lorsque certaines hausses sont compensées par une baisse dans d’autres secteurs, dans ce cas, il n’y a pas d’inflation. Tout en gardant à l’esprit que le phénomène inverse à celui de l’inflation peut également subvenir : c’est la déflation.

Les causes de l’inflation

En fonction du domaine de l’économie touchée par l’inflation, les causes peuvent être plurielles et variées. Plusieurs facteurs peuvent régir la hausse des prix et des services pendant une longue durée. L’un des plus importants, d’une part, est la masse monétaire, dont l’accroissement comportent des répercussions sur la valeur même des monnaies. Si la masse monétaire croît de façon ininterrompue, elle finira par excéder les richesses réelles du pays en question. La monnaie se dépréciera alors et perdra en valeur. Les prix des biens et services vont augmenter pour corriger cette dépréciation.

D’autre part, nous avons l’inflation par demande. Elle n’est rien d’autre que la manifestation du déséquilibre entre l’offre le pourvoir d’achat. Ensuite, nous retrouvons l’inflation des coûts. Cette forme d’inflation peut être assimilée à la cherté d’un produit fabriqué ou de ses composantes. Cette cherté est due à une revue à la hausse des salaires des employés pendant la période sur laquelle s’étend l’inflation.

Les matières premières utilisées dans la fabrication des produits peuvent également connaître une augmentation des prix, ce qui engendrera la hausse du prix du produit final. On parle dans ce cas de l’inflation importée. Enfin, nous avons l’inflation structurelle caractérisée par un manque de concurrence entre les entreprises et pouvant s’addition à de nombreux facteurs psychologiques entraînant une entreprise à augmenter ses prix. Par exemple, si une entreprise spécialisée dans la fabrication de la farine connaît une mauvaise récolte de blé, elle sera contrainte de rehausser le prix de ses marchandises.

Les conséquences de l’inflation

L’inflation est un véritable fardeau qui peut peser sur l’économie d’un pays. La hausse des prix des biens et des services entraîne un faible pourvoir d’achat. Cela se répercute au niveau des entreprises et des administrations publiques qui peuvent connaître la faillite. En outre, elle est vue d’un mauvais œil par les épargnants. Ils verront leur argent durement gagné perdre de la valeur au fur et à mesure du temps.

Chez les employés, elle a un caractère ambigu. Les salaires sont revus à la hausse, car ils sont indexés sur la hausse des prix dans la plupart des pays à industrialisés (mais pas en France). Quand les salaires ne sont pas indexés sur l’inflation, cela accentue la baisse du pouvoir d’achat en cas de hausse inflationniste puis les salariés voient le prix de la vie augmenter, mais pas leurs salaires. Et si le prix des marchandises est cher, les pays voisins freineront leurs échanges commerciaux, ce qui peut impacter les exportations du pays.

L’inflation peut tout de même parfois être bénéfique. Elle participe à l’allègement des dettes de toute personne ayant contracté un emprunt dans une institution financière avant la période de l’inflation. Il est également à noter qu’une légère inflation est un bon signe de la santé économique d’un pays. Mais elle doit être toutefois modérée pour ne pas excéder le taux de croissance du PIB.

L’impact de l’inflation sur l’immobilier

Le retour aux périodes inflationnistes a de nombreuses répercussions sur l’immobilier. En effet, une fois que l’inflation refait surface, les banques centrales cherchent des moyens pour la contenir, pour ne pas voir la machine s’écrouler. Cette démarche objective les oblige à augmenter les taux d’emprunt. Cela suscite une augmentation du taux des crédits immobiliers. Donc la somme normale à laquelle un emprunteur pourrait souscrire est revue à la baisse.

À titre d’exemple pour une mensualité de 2000€/mois pour un taux de 4%, vous avez la possibilité de faire un prêt d’une somme de 600.000€ (2000*12/0.04). Au cas où le taux passe à 8%, vous ne serez pas en mesure d’excéder 300.000€. Dans ce cas, le propriétaire voit la valeur de ses biens immobiliers baisser considérablement. Étant conscient de cela, il exige un meilleur taux de rendement sur investissement.

Les loyers connaissent donc une évolution pour compenser la baisse des prix des biens immobiliers. La hausse des revenus est progressive, mais peut aussi être une source de perte de pourvoir d’achat. Cette situation est surtout préjudiciable pour des personnes ayant déjà des biens immobiliers avant l’avènement de l’inflation. Que pouvons-nous dire alors des investisseurs qui veulent anticiper sur l’immobilier avant le retour de l’inflation ?

Investir dans l’immobilier avant l’inflation serait normal. Le faible pouvoir d’achat et la hausse des prix des actifs immobiliers seront bien perçus par un éventuel investisseur. Il profiterait alors de la baisse des actifs immobiliers suivie de l’augmentation progressive des loyers pendant l’inflation pour effectuer son investissement. Cela lui serait très bénéfique après la fin d’inflation, quand les actifs auront pu prendre de la valeur. Comme pendant l’inflation les crédits sont onéreux, les investisseurs sont timides. Cela limite le risque de concurrence sur le marché pour les courageux qui, malgré tout, ont pu investir. En général, l’inflation pèse beaucoup plus sur les détenteurs des biens immobiliers avant qu’elle n’arrive vraiment.

Ils verront leurs actifs perdre de la valeur avec le temps. Mais ils sont quand même soulagés par l’évolution des loyers pour protéger leur investissement. Pour une meilleure rentabilité, les périodes d’inflation seront donc plus préférables pour un investissement immobilier.

Pour devenir expert et investir judicieusement dans des marchés différents de celui de l’immobilier, et pourtant tout aussi prometteur, consultez notre revue stratégique Économie & Investissement :

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.