fbpx

« C’EST SANS PRÉCÉDENT » : UN MÉDECIN À PROPOS DES EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN ARN SUR LES FEMMES ENCEINTES

Multiplication des problèmes liés à la grossesse depuis le début de la vaccination

Le Dr James Thorp est un médecin de 68 ans largement publié, certifié en obstétrique et gynécologie ainsi qu’en médecine materno-fœtale, qui pratique l’obstétrique depuis plus de 42 ans.

Thorp a déclaré à The Epoch Times qu’il s’occupe de 6 000 à 7 000 grossesses à risque par an et qu’il a vu de nombreuses complications dues aux vaccins COVID.

« J’ai vu beaucoup, beaucoup, beaucoup de complications chez les femmes enceintes, chez les mères et chez les fœtus, chez les enfants, la progéniture », a déclaré Thorp, « mort fœtale, fausse couche, mort du fœtus in utero. »

« Ce que j’ai vu au cours des deux dernières années est sans précédent », a affirmé Thorp.

Thorp a expliqué que bien qu’il ait constaté une augmentation de la mortalité fœtale et des fausses-couches associées à la vaccination contre le COVID-19, les tentatives de quantification de cet effet ont été entravées par l’imposition de clauses de confidentialité aux médecins et aux infirmières en septembre 2021, comme expliqué dans la publication « Patient Betrayal : The Corruption of Healthcare, Informed Consent and the Physician-Patient Relationship » ( pdf ).

Début janvier, la FDA (Food and Drug Administration) a reçu l’ordre de publier un premier lot de documents liés aux essais des vaccins anti-COVID de Pfizer, dont plus de 10 000 pages sur environ 450 000 ont été rendues publiques à ce jour.

Depuis le premier jour du déploiement du vaccin Pfizer-BioNTech du 1er décembre 2020 au 28 février 2021, 1 223 décès et 42 086 événements indésirables ont été signalés à Pfizer.

Parmi les effets indésirables particulièrement alarmants figurent ceux qui ont touché les femmes enceintes. Les documents indiquent qu’il y a eu 274 événements indésirables liés à la grossesse, dont 75, soit 27%, étaient « graves ».

maladies-grossesse-effets-indesirables-vaccins-covid
Plusieurs évènements graves liés à la grossesse détectés après le début de la vaccination

« 49 événements cliniques non graves et 75 graves signalés survenus chez les mères vaccinées. Événements liés à la grossesse signalés dans ces cas en nombre de patients :

  • Avortement spontané : 25
  • Contraction utérine pendant la grossesse : 1
  • Rupture prématurée des membranes : 1
  • Avortement : 1
  • Avortement manqué : 1
  • Mort fœtale : 1

Autres événements cliniques survenus dans plus de 5 cas en nombre de patients :

  • Céphalées : 33
  • Douleur sur la zone de vaccination : 24
  • Douleur aux extrémités : 22
  • Fatigue : 22
  • Myalgie : 16
  • Pyrexie : 16
  • Frissons : 13
  • Nausée : 12
  • Douleur : 11
  • Arthralgie : 9
  • Lymphadénopathie : 7
  • Médicament inefficace 7
  • Douleur thoracique : 6
  • Vertiges : 6
  • Asthénie : 6
  • Malaise : 5
  • COVID-19 : 5 »

Indique le document Pfizer, anciennement confidentiel ( pdf ).

Le site Web du CDC recommande les vaccins COVID pendant la grossesse afin de «prévenir les maladies graves et la mort chez les femmes enceintes».

L’American College of Obstetricians and Gynecologists ( ACOG ) « recommande également fortement que les femmes enceintes soient vaccinées contre le COVID-19 », ajoutant que la vaccination complète des femmes enceintes devrait être une « priorité ».

Thorp a souligné à plusieurs reprises que tout le monde ne s’est pas fait vacciner lorsque le vaccin a été distribué pour la première fois.

« Ils n’ont pas tous été administrés [le 1er décembre 2020] », a déclaré Thorp. « Tous les lots qui ont été envoyés ont été congelés sur place, puis ils ont été administrés lentement au cours de ces huit semaines. »

La quantité de vaccins BioNTech expédiés dans le monde à l’époque a été expurgée du document susmentionné.

« Pourquoi ont-ils rédigé cela ? Cela aurait été une information incroyable qui vous aurait donné le numérateur et le dénominateur exacts », a déclaré Thorp.

Le tableau « aperçu général » indique qu’il y avait 29 914 « cas » liés à des femmes, 9 182 chez des hommes et 2 990 personnes avec « aucune donnée », dont 19 582 classés « guéri/en rétablissement », 11 361 « non guéri au moment du rapport » et 1 223 « mortels ».

données-problèmes-grossesse-vaccin-covid

L’ancien vice-président de Pfizer avait donné des avertissements

Michael Yeadon est un vétéran de l’industrie pharmaceutique avec 32 ans d’expérience. Il a pris sa retraite de Pfizer alors qu’il occupait le poste de recherche le plus élevé dans ce domaine.

« Le 1er décembre 2020, nous avons détaillé une série de problèmes de toxicologie mécaniste que nous pensions raisonnables, à moins et jusqu’à ce qu’il ne soit prouvé qu’ils ne se produisaient pas », a déclaré Yeadon dans un communiqué à The Epoch Times.

« Parmi ceux-ci, les effets néfastes sur la conception et la capacité à maintenir une grossesse étaient prévisibles. »

« Il est important de noter qu’aucun de ces agents à base de gènes n’avait provoqué ce qu’on appelle la « toxicologie de la reproduction ». Plus d’un an plus tard, aucune batterie de tests chez l’animal n’a été réalisée. Il n’y avait donc pas et il n’y a toujours pas d’ensemble de données démontrant l’absence de risques pendant la grossesse ou avant la conception. »

Le Dr Wolfgang Wodarg et Yeadon ont détaillé les préoccupations sur la question : la protéine de pointe du virus codée dans les vaccins était liée dans une moindre mesure à la syncytine qui joue un rôle crucial dans la grossesse jusqu’à terme.

Yeadon avait espéré, à l’époque, que leurs inquiétudes seraient prises en compte, puisqu’ils avaient déjà vu la tragédie de la thalidomide, un médicament sédatif qui provoquait des malformations congénitales, il y a plus de 60 ans.

« En 2021, je suis tombé sur deux autres éléments de preuve qui démontraient de façon probable qu’il y aurait des effets indésirables sur la grossesse venant des ‘vaccins’ COVID-19. »

preuves-vaccin-covid-dangereux
Les preuves s’accumulent contre les vaccins ARNm

« Il semblait que quelqu’un avait tenté de rejeter nos préoccupations en recherchant des preuves concernant le problème particulier que nous avions signalé en décembre 2020. Malheureusement, ils n’ont fait que renforcer nos préoccupations. Nous avions envisagé le risque qu’en réponse à la partie synthétique de la protéine de pointe du virus, le système immunitaire des femmes fournisse également une réponse immunitaire à leur propre protéine placentaire », a déclaré Yeadon. « C’est exactement ce qui a été rapporté dans la pré-publication . »

« Sur la base de cette seule préoccupation, tous cette classe de produits expérimentaux aurait dû être complètement contre-indiqués chez les femmes avant la ménopause. »

Les produits d’ARNm s’accumulent dans les ovaires

Une autre préoccupation qu’ils n’avaient pas remarquée au départ était que « les produits d’ARNm (Pfizer & Moderna) s’accumuleraient dans les ovaires », a déclaré Yeadon.

« Une demande d’accès à l’information adressée à l’Agence japonaise des médicaments a révélé que l’accumulation de produit dans les ovaires s’est produite lors d’expériences sur des rongeurs. J’ai effectué des recherches dans la littérature sur la base de ces préoccupations spécifiques et j’ai trouvé une revue de 2012, attirant explicitement l’attention sur les preuves que les formulations de nanoparticules de classe lipidiques s’accumulent en fait dans les ovaires et peuvent représenter un risque reproductif indésirale pour l’homme. C’était  »un problème bien connu » des experts dans ce domaine. »

Une étude de 2012 indique qu’après des tests avec différentes espèces de souris et des rats Wistar, « une accumulation locale élevée de nanoparticules, de nanocapsules et de nanoémulsions à des endroits spécifiques des ovaires a été trouvée chez tous les animaux ».

Se référant à l’étude, Yeadon a déclaré à The Epoch Times que « les auteurs disent des contrevérités. Ils disent quelque chose comme :

  • Il n’y a pas eu d’augmentation des anticorps anti-syncytine-1.

« Non c’est faux. Leurs données indiquent clairement une augmentation de 2,5 fois après la vaccination, ce qui est statistiquement significatif (la signification fonctionnelle semble confirmée par le taux de fausses couches) », a noté Yeadon.

« Ce qu’ils ont fait est mignon. Ils ont choisi un niveau complètement arbitraire qu’ils ont inscrit sur la figure du dessous et ils prétendent que ce n’est pas important. Il n’y a aucune preuve que ce soit vrai. En fait, dans la discussion, ils avouent que nous ne connaissons pas la relation entre les anticorps et l’impact sur la fonction reproductive. »

L’ancienne vice-présidente de Pfizer estime que l’industrie pharmaceutique « savait parfaitement », depuis 2012, que les nanoparticules lipidiques s’accumuleraient dans les ovaires des femmes vaccinées.

« Personne dans l’industrie ou dans les principaux médias ne pourrait prétendre qu’ils ne connaissaient pas ces risques sur la grossesse. »

Une nanoparticule lipidique est une particule extrêmement petite, c’est une membrane liposoluble qui est la caisse de transport de l’ARN messager, a déclaré Thorp.

Dr-James-Thorp-gynécologue-dangers-vaccin-covid-grossesse
Dr James Thorp

« D’après les données dont nous disposons, il semble y avoir une concentration de nanoparticules lipidiques, qui sont de très très petites particules, qui se trouvent dans le vaccin lorsqu’il est injecté dans le bras », a déclaré Thorp, « et puis la grande majorité sont dispersées dans tout le corps. »

« Elles semblent se concentrer dans les ovaires, et semblent même traverser toutes les barrières créées par Dieu dans le corps humain, la barrière hémato-encéphalique, la barrière placentaire pendant la grossesse, passant dans la circulation sanguine du fœtus et tous les tissus fœtaux à l’intérieur de l’utérus, traversant la barrière hémato-encéphalique chez le fœtus, ce qui est très préoccupant », a-t-il noté, car les ovules produits par les femmes sont en nombre limité, et elles seraient « exposées à une nanoparticule lipidique toxique potentiellement désastreuse ». ”

La Dre Christiane Northrup est une gynécologue-obstétricienne certifiée avec plus de 30 ans d’expérience et est l’ancienne présidente de l’American Holistic Medical Association. Elle a également siégé à leur conseil d’administration dans les années 80 et au début des années 90.

Elle a expliqué à The Epoch Times en octobre dernier comment les femmes étaient affectées par les vaccins.

« Les femmes ont des saignements. Les médecins de notre spécialité font des hystérectomies chez les jeunes femmes, comme dans 30-Something ils disent :

  • Oh, ce n’est pas inhabituel. 

Laissez-moi vous dire, en tant que gynécologue diplômé, c’est très inhabituel . Les règles des femmes sont partout détraquée … Je tenait une page Facebook regroupant des milliers de femmes parlant de cette situation qui a été supprimée », a déclaré Northrup.

Dr-Christiane-Northrup-obsététricienne-effets-néfastes-vaccin-covid-natalité
Le Dr Christiane Northrup au Broadway Rally For Freedom à Manhattan

« Ma profession est célèbre pour avoir proposé des traitements qui se sont ensuite transformés en catastrophes, par exemple :

  • le médicament thalidomide qui a entraîné des malformations chez des centaines de bébés,
  • le DIU Dalkon Shield qui a été présenté comme la méthode contraceptive de choix pour les femmes qui n’avaient jamais eu enfants – et ensuite rendu des centaines d’entre elles stériles. 
  • Et bien sûr, il y a le DES (diéthylstilbestrol) qui a été administré à des milliers de femmes pour les nausées de la grossesse – et entraîne des anomalies de la reproduction chez les enfants filles et garçons – y compris la stérilité »

a ajouté Northrup mardi.

Pfizer et Moderna n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Les effets indésirables des vaccins anti-Covid sur la grossesse ne sont pas les seuls, découvrez-en bien d’autres

Source : The Epoch Times

Je partage maintenant !

One thought on “« C’EST SANS PRÉCÉDENT » : UN MÉDECIN À PROPOS DES EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN ARN SUR LES FEMMES ENCEINTES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.