fbpx

CELUI QUI CONTRÔLE L’INFORMATION, CONTRÔLE LE MONDE

Dans une récente enquête sur Twitter, près de 90 % des personnes interrogées ont qualifié leur confiance envers les médias grand public de « très faible » ou de « faible ». Et est-ce une surprise ? La consolidation croissante des médias a réduit les enjeux dont le public a connaissance, la propriété et le financement de ces sociétés sont criblés de conflits d’intérêts, des affaires cruciales continuent d’être enterrées de manière suspecte et les grandes entreprises censurent et exproprient les voix discordantes. Les médias sont censés fonctionner comme un contre-pouvoir et comme un moyen d’accès à des informations vitales pour façonner la société dans laquelle nous voulons vivre. Et pourtant, il n’a jamais été une industrie aussi importante.

Dans cette série, j’aborderai chacun des faits menaçants la capacité des médias à servir notre démocratie – avec la contribution de journalistes, de critiques et de professionnels des médias et d’autres experts.

En résumé :

  • Alors que les réglementations relatives à la propriété ont continué de se relâcher au cours des 40 dernières années, le pouvoir sur les médias s’est de plus en plus concentré. L’un des principaux coupables est la loi sur les télécommunications signée par le président de l’époque, Bill Clinton, en 1996, où 72% du public n’étaient même pas au courant et sur laquelle personne n’a voté.

  • Aujourd’hui, Comcast, Disney, AT&T, Sony, Fox et Paramount Global contrôlent 90 % de ce que vous regardez, lisez ou écoutez. Ces entreprises dépensent des millions en lobbying chaque année pour faire pencher la législation en leur faveur.

  • Les nouvelles locales sont en train de disparaître, avec plus de 2 000 comtés américains (63,6 %) sans quotidien.

  • Les directions partagées – qui montrent des situations dans lesquelles un membre du conseil d’administration d’une entreprise de médias siège également au conseil d’autres entreprises, créent également des conflits d’intérêts. Les journaux américains cotés en bourse sont interconnectés avec 1 276 connexions à 530 organisations, y compris des annonceurs, des institutions financières, des entreprises technologiques et des entités gouvernementales/politiques. Ces verrouillages ne sont divulgués aux lecteurs qu’environ la moitié du temps.

  • Plus de 30 % des rédacteurs en chef déclarent avoir subi une forme quelconque de pression dans la rédaction de la part de leur société mère ou de son conseil d’administration. Les rédacteurs sous pression admettent adopter une approche moins rigoureuse dans les reportages concernant des individus ou des organisations amis.

  • La moitié des journalistes d’investigation déclarent que les articles dignes d’intérêt ne sont souvent ou parfois pas rapportés parce qu’ils pourraient nuire aux intérêts financiers de leur organisation, et 61 % pensent que les propriétaires d’entreprise exercent au moins une influence importante sur les décisions concernant les articles à couvrir.

La constitution progressive du monopole médiatique : la concentration de l’information entre quelques mains

Les monopoles médiatiques
Lavage de cerveau en cours…

« Nous pouvons avoir la démocratie dans ce pays, ou nous pouvons avoir une grande richesse concentrée entre les mains de quelques-uns, mais nous ne pouvons pas avoir les deux. » —  Le juge de la Cour suprême Louis D. Brandeis

Par une fraîche journée de novembre 2014, alors que je me précipitais dans le Downtown Crossing de Boston à l’heure de pointe, j’ai reçu un appel qui allait changer le cours de ma carrière : on m’a proposé mon premier emploi de journaliste à plein temps, en tant que journaliste tech et startups pour un site en ligne appelé BostInno. Quand je repense à ce moment et que je me souviens de l’excitation vertigineuse qui m’avait prise, je me vois telle une jeune femme idéaliste qui n’a pas encore compris le fonctionnement réel de la machine médiatique. J’aimerais pouvoir tempérer ses attentes d’une manière ou d’une autre. J’aimerais pouvoir la protéger de la déception écrasante qui accompagne le fait de réaliser que cette industrie qu’elle a choisie n’est pas celle qu’elle croyait naïvement.

Peu de temps avant mon embauche, BostInno avait été acquis par American City Business Journals, le plus grand éditeur d’hebdomadaires d’affaires métropolitains aux États-Unis. Lors de mes premières conversations avec des collègues, il était évident qu’ils étaient encore en train de s’adapter à leur vie de journaliste. Bien sûr, il y avait des avantages liés à ces posts – mais la pression qu’ils subissaient pour atteindre une audience élevée signifiait que les écrivains devaient désormais donner la priorité à certaines histoires par rapport à d’autres. De plus, je me souviens très bien de la rigidité sur la quantité. Les écrivains devaient produire au moins trois ou quatre histoires par jour pour atteindre un public aussi large que possible. Ce qui signifiait que nous n’avions souvent pas le temps de couvrir des sujets complexes avec la profondeur requise, cela était frustrant. Il s’avère que notre expérience est tout à fait partagée dans le monde journalistique.

Dans une enquête récente que j’ai menée, 60 % des journalistes ont déclaré avoir travaillé pour une publication qui a été rachetée par une grande entreprise pendant leur séjour – et 40 % de ce groupe ont admis avoir été témoins de changements négatifs dans leurs attentes professionnelles ou leur environnement de travail.

Si vous examinez l’histoire d’innombrables fusions et acquisitions de médias au cours des dernières décennies, vous arriverez à une découverte troublante : les médias locaux et indépendants disparaissent en masse. Le résultat? La grande majorité des nouvelles que vous digérez sont conçues pour servir les intérêts des entreprises et de leurs dirigeants, plutôt que ceux des citoyens.

Cristian Nyari : Le Grand Monopole Médiatique se poursuit : -Ney York Times rachète the Athletic – BuzzFeed rachète Complex – VOX rachère GroupNine – Axel Springer rachète Politico – Dot Dash rachète Meredith – Minute Media rachète Player’s Tribune
Quelle est la suite ?

Cela va peut-être de soi mais les médias jouent un rôle presque nauséabond dans notre vie quotidienne, surtout ici aux États-Unis. En fait, les Américains passent en moyenne 12 heures et demie par jour à consommer des informations via la télévision, Internet, les journaux, les magazines et la radio. Les médias façonnent notre société de multiples façons. Il nous indique quels événements mondiaux méritent notre attention. Ils ont le pouvoir d’influencer ce que nous achetons. En façonnant nos opinions sur tout, l’immigration, la santé, l’éducation, l’environnement, jusqu’au aux élections, cela peut également avoir une influence significative en matière de politique. Des études ont montré que la couverture médiatique a parfois un fort impact sur les décisions des tribunaux pénaux, en particulier pour les crimes violents. Et en influençant les consommateurs et les investisseurs, nos actualités en temps réel, 24 heures sur 24, peuvent avoir un impact sur notre climat économique, entraînant la valeur marchande de certaines industries et entreprises (c’est ce que l’on appelle « l’effet CNN »).

Mais aviez-vous déjà remarqué qu’une si grande partie de ce que vous lisiez, voyiez et entendiez, a commencé à raisonner à l’unisson ? Ce n’est pas votre imagination. Il y a même un nom pour ce phénomène : « l’illusion du choix ». On nous présente ce qui ressemble à une gamme infinie d’options pour savoir où obtenir nos nouvelles. Mais en réalité, les informations émanant de la plupart de ces sources proviennent des mêmes conglomérats. Année après année, le pouvoir économique s’est de plus en plus concentré dans de nombreux secteurs, notamment la technologie, la santé, la banque, les compagnies aériennes et les produits pharmaceutiques. En fait, les fusions ont atteint un niveau record de 5,8 billions de dollars en 2021. Si vous avez déjà suivi le cours d’économie 101, vous savez probablement que les monopoles sont bons pour les fournisseurs et mauvais pour les consommateurs – en éliminant la concurrence, ils n’incitent pas les entreprises qui contrôlent à s’améliorer, à innover ou à répondre à nos besoins, nos désirs et attentes.

L’illusion du Choix

Alors, comment en sommes-nous arrivés là ? Au cours des années 1940, la Federal Communications Commission (FCC, Commission Fédérale des Communications) a adopté un certain nombre de règles pour limiter la propriété des entreprises en ce qui concerne les stations de radio et stations de télévision locales, ainsi que les réseaux de diffusion nationaux. Puis, dans les années 70, la FCC a interdit à une entreprise de posséder à la fois un journal et une station de télévision ou de radio sur le même marché. Mais au cours des années 80, d’importantes mesures de déréglementation prises par le Congrès et la FCC sous l’administration du président de l’époque, Ronald Reagan, ont augmenté le nombre de chaînes de télévision qu’une seule entité pouvait posséder, déclenchant une vague de fusions médiatiques. 

Le coup de grâce pour les informations locales s’est produit en 1996 lorsque le président Bill Clinton a signé la loi sur les télécommunications, qui permettait aux grandes entreprises qui dominaient déjà le marché des médias d’étendre davantage leur contrôle via des acquisitions et des fusions. Seuls 3% du Congrès ont voté contre ce projet de loi, dont Bernie Sanders, alors membre de la Chambre des représentants. Dans les années qui ont suivi, de plus en plus de petits points de vente et de stations ont été engloutis par les grands ou ont carrément échoué parce qu’ils ne pouvaient tout simplement pas rivaliser avec eux.

Puis, en 2017, la FCC a annulé une réglementation qui ouvrait encore plus les vannes de la création de monopole (ou consolidation). Cette réglementation avait empêché une entreprise de posséder plusieurs stations de télévision sur des marchés qui ne comptaient pas plus de huit stations indépendantes, et avait empêché une entreprise de posséder à la fois un journal et une station de radiodiffusion ou une station de télévision et de radio sur le même marché. Enfin, en 2021, la Cour suprême a annulé une décision d’appel demandant à la FCC d’étudier l’impact potentiel sur la propriété des femmes et des minorités dans l’industrie des médias avant d’assouplir les restrictions à la propriété. À l’époque, le juge Brett Kavanaugh – qui a rédigé la décision – a affirmé que non seulement il n’y avait aucune preuve que l’assouplissement de ces règles causerait un préjudice, mais que la consolidation pourrait profiter aux consommateurs.

Quant aux conséquences de toute cette déréglementation – alors que 50 entreprises dominaient le paysage médiatique en 1983, celui-ci est tombé à neuf entreprises dans les années 1990. Et ce fut de pire en pire.

Aujourd’hui, seuls six conglomérats – Comcast, Disney, AT&T, Sony, Fox et Paramount Global (anciennement connu sous le nom de ViacomCBS) – contrôlent 90 % de ce que vous regardez, lisez ou écoutez. Pour mettre cela en perspective : cela signifie qu’environ 232 dirigeants de médias ont le pouvoir de décider à quelles informations 277 millions d’Américains peuvent accéder. En 2021, les « six grands » ont encaissé un total de plus de 478 milliards de dollars de revenus. C’est plus que les PIB de la Finlande et de l’Ukraine combinés.

Le problème s’étend également aux géants de la presse écrite et de la radio : iHeartMedia possède 863 stations de radio dans tout le pays, tandis que Gannett possède plus de 100 quotidiens américains et près de 1 000 hebdomadaires.

Au fur et à mesure que le pool contrôlant les médias se rétrécit, l’étendue des informations rapportées diminue également. C’est pourquoi les milliers de médias d’aujourd’hui produisent souvent un contenu tout à fait similaire.

Tout se passe dans notre dos, en coulisse, et c’est pourquoi il nous faut rester vigilant

Le problème flagrant, avec ces changements réglementaires, est qu’ils ont été discrètement adoptés, ce qui signifie que les citoyens n’ont eu que peu ou pas l’occasion de les repousser. En fait, une étude de Pew Research de 2003 a révélé que 72% des Américains n’avaient absolument rien entendu à propos de la modification des règles de propriété des médias. Mais lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils pensaient de l’assouplissement des règles sur le nombre de médias que les entreprises pouvaient posséder, beaucoup d’Américains ont affirmé que cela aurait un impact négatif plutôt que positif.

Selon Jeff Cohen, fondateur de Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR) et RootsAction et auteur de « Cable News Confidential : My Misadventures in Corporate Media » (Actualités confidentielles : Mes Mésaventures au sein des Compagnies Médiatiques), la loi sur les télécommunications a largement progressé sous les radars.

« Le public n’a pas voté ou n’était pas au courant », m’a-t-il dit dans une interview. « L’agglomération et le rétrécissement de la diversité des médias se sont produits à cause de la législation et de l’élaboration de règles en coulisses, hors de la vue du public. »

En fait, lorsqu’un groupe de consommateurs a tenté d’acheter de l’espace publicitaire sur CNN pour critiquer le projet de loi sur les télécommunications, Cohen a déclaré que CNN ne leur vendrait pas le temps. Ce n’est pas si surprenant quand on considère à quel point les lobbyistes des grands médias sont puissants : un rapport d’OpenSecrets montre que NCTA – The Internet & Television Association (qui représente plus de 90 % du marché américain du câble) – a dépensé plus de 14 millions de dollars pour tenter d’influencer la politique gouvernementale en 2021. Tandis que Comcast a déboursé 13,38 millions de dollars, les plaçant tous les deux dans le top 15 des dépenses de lobbying.

Non seulement les Américains ont été tenus, pour la plupart, dans l’ignorance de ces mesures réglementaires, mais des informations sur leurs implications ont peut-être également été intentionnellement cachées. En 2006, l’ancien avocat de la FCC, Adam Candeub, a affirmé que la FCC aurait enterré une étude fédérale prouvant qu’une plus grande concentration de la propriété des médias nuirait à la couverture des nouvelles locales. Les cadres supérieurs ont ordonné au personnel de détruire « les derniers éléments » du rapport, selon Candeub. Pourtant, d’autres recherches ont depuis révélé les mêmes résultats inquiétants : une étude de 2019 a montré que les stations nouvellement acquises par Sinclair ont augmenté leur focalisation sur la politique nationale d’environ 25 %, au détriment de la couverture de la politique locale.

De nos jours, il y a des villes entières à travers le pays sans couverture locale. Selon une étude de 2018, plus de 2 000 comtés américains (63,6 %) n’ont pas de quotidien, alors que 1 449 comtés (46 %) n’en ont qu’un. Pendant ce temps, 171 comtés – totalisant 3,2 millions d’habitants – n’ont aucun journal. Ces zones sont connues sous le nom de « déserts de l’information » et des études ont montré qu’elles ont moins de candidats à la mairie, une participation électorale plus faible et plus de corruption gouvernementale. Lorsque les citoyens se retrouvent avec un déficit d’information colossal, ils sont obligés de se tourner vers les réseaux sociaux pour s’informer.

L’un des géants des médias responsables de cette tendance est Sinclair Broadcast Group, qui possède ou exploite désormais 185 stations de télévision sur 620 chaînes dans 86 marchés américains. Dans la vidéo de compilation ci-dessus, les présentateurs reprenant exactement le même script sur les dangers des « fausses nouvelles » ont toutes travaillé pour des stations appartenant à Sinclair. Tout en exprimant ses inquiétudes quant aux effets négatifs de la consolidation des médias dans un interview de 2017 avec Democracy Now!, l’ancien commissaire de la FCC, Michael Copps, a qualifié Sinclair de « l’entreprise la plus dangereuse dont les gens n’aient jamais entendu parler » en raison non seulement de l’étendue de son contrôle, mais aussi de son programme idéologique bien connu.

Dans son livre « The New Media Monopoly » (le nouveau monopole médiatique), feu l’auteur Ben Bagdikian affirmait que les six grands d’aujourd’hui ont amassé plus de pouvoir de communication que n’en a jamais exercé aucune dictature dans l’histoire. Pire encore, il note que des hiérarchies étroites comme celles-ci trouvent des moyens de « coopérer » pour continuer à étendre leur pouvoir.

« Ils investissent conjointement dans les mêmes entreprises, et ils passent même par des mouvements qui, en fait, se prêtent de l’argent et échangent des propriétés lorsque cela est mutuellement avantageux », écrit Bagdikian.

Christopher Terry, professeur adjoint de droit des médias à l’Université du Minnesota, a commencé sa carrière dans l’industrie de la radio en tant que producteur pour Hearst et ClearChannel au milieu des années 90 – au moment fort de la création de ces monopoles.

« J’ai vu ce que cela a fait pour les stations pour lesquelles je travaillais, et je n’ai pas aimé ça », m’a-t-il dit dans une interview.

Terry travaillait pour une station de discussion conservatrice à Milwaukee lorsqu’elle a été acquise par ClearChannel, provoquant des réductions drastiques de personnel.

« Avant la consolidation, nous étions une source légitime avec une salle de rédaction entièrement opérationnelle », a-t-il expliqué. « Je n’étais pas nécessairement d’accord avec notre politique tout le temps, mais j’aimais le fait qu’elle soit axée sur les choses sur les besoins des gens et qu’elle ait des liens locaux. C’était une rédaction qui contribuait au bien public. »

Des experts comme Terry et Cohen vous diront qu’il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la consolidation des médias est mauvaise pour notre démocratie. Dans le documentaire La presse est-elle vraiment libre ? le professeur de sociologie et ancien directeur de Project Censored, le Dr Peter Phillips, souligne qu’en conséquence directe des réductions de personnel causées par la consolidation, les journalistes deviennent souvent de plus en plus dépendants de leurs relations pour leurs reportages. Il appelle cela une forme de censure structurelle – lorsqu’une grande partie des nouvelles a été pré-écrite par un professionnel des relations publiques qui travaille pour une bureaucratie publique ou privée, cela signifie que les histoires sont transformées pour répondre aux besoins des entreprises ou du gouvernement. 

Nolan Higdon, professeur d’études médiatiques et d’histoire et auteur de « The Anatomy of Fake News », note également que cette concentration du pouvoir a entraîné moins de freins et de contrepoids – sans la pression qui accompagne la concurrence, les conglomérats ne risquent pas d’être contestés pour leurs pratiques douteuses.

« Lorsque la plupart des informations sont contrôlées par six sociétés et que le trafic Internet est contrôlé par cinq ou six sociétés qui privilégient ces mêmes sociétés à l’aune de la lutte contre les » fausses nouvelles, vous pouvez mentir en toute impunité », m’a dit Higdon. « Et pire, parce que nous sommes un public fragmenté, si le Washington Post me ment chaque jour, je ne vais pas allumer Fox ou lire le Wall Street Journal pour comprendre que l’on me ment. Je vais être dans ma petite bulle d’information. »

Au fur et à mesure que ces sociétés médiatiques étendent leur pouvoir, elles engrangent des profits sans cesse croissants, ce qui se traduit ensuite par une plus grande influence politique. Non seulement les propriétaires des géants des médias contribuent directement aux campagnes, mais leurs médias contrôlent le discours autour d’eux. Et plus le conglomérat est grand, plus il peut facilement et efficacement faire pression pour tuer les réglementations et adopter des lois qui renforcent leur domination.

Mais cette consolidation du pouvoir s’étend au-delà des monopoles et des fusions à gogo – aggravant le problème, les membres du conseil d’administration sont partagés. Toutes les sociétés de médias ont un conseil d’administration, qui est chargé de prendre des décisions qui soutiennent les intérêts des parties prenantes. Lorsqu’une personne siège au conseil d’administration de plusieurs entreprises, cela crée un « interverrouillage ». Faites défiler le conseil d’administration du New York Times,  par exemple, et vous trouverez qu’un certain membre siège également au conseil d’administration de McDonald’s et de Nike et est président d’Ariel Investments. Jusqu’à l’année dernière, une présidente de Disney siégeait au conseil d’administration du géant du capital-investissement The Carlyle Group.

Une étude de 2021 publiée dans Mass Communication & Society (MCS) a révélé que les sociétés de presse américaines cotées en bourse étaient liées par 1 276 connexions à 530 organisations. Les données ont montré qu’environ 36 % de ces connexions étaient avec d’autres médias, 20 % avec des annonceurs, 16 % avec des institutions financières, 12 % avec des entreprises technologiques et 2 % avec des entités gouvernementales et politiques.

Plus précisément, une liste de 2012 compilée par FAIR a révélé les interverrouillages suivants :

  • CBS/Viacom :  Amazon, Pfizer, CVS, Dell, Cardinal Health et Verizon
  • Fox/News Corp :  Rothschild Investment Corporation, Phillip Morris, British Airways et Bourse de New York
  • ABC/Disney :  Boeing, City National Bank, FedEx et HCA Healthcare
  • NBC :  Anheuser-Busch, Morgan Chase & Co., Coca-Cola et Chase Manhattan
  • CNN/TimeWarner :  Citigroup, American Express, Fannie Mae, Colgate-Palmolive, Hilton Hotels, PepsiCo, Sears et Pfizer
  • The New York Times Co : Johnson & Johnson, Ford, Texaco, Alcoa, Avon, Campbell Soup, Metropolitan Life et Starwood Hotels & Resorts

(Et ce ne sont là que quelques exemples des plus de 300 croisements découverts par FAIR.)

Certains disent qu’il serait naïf de ne pas penser que les directions imbriquées ne causent pas de conflit d’intérêts majeur, ceci permettant au contenu de l’actualité d’être potentiellement façonné par des motivations axées sur le profit. Comme l’a dit l’ancien directeur général de Walt Disney, Michael Eisner, dans une note interne divulguée : « Nous n’avons aucune obligation de faire l’histoire. Nous n’avons aucune obligation de faire de l’art. Nous n’avons aucune obligation de dire la vérité. Gagner de l’argent est notre seul objectif. »

Cette domination médiatique est informelle, mais elle n’en est pas moins réelle !

En fin de compte, il existe des preuves pour légitimer cette préoccupation. Dans une étude MCS de 2021, plus de 30 % des rédacteurs en chef ont déclaré avoir subi une forme de pression dans la salle de rédaction de la part de leur société mère ou de son conseil d’administration. Et 29% ont déclaré qu’ils savaient que les journalistes s’étaient « autocensurés » en raison de telles interférences. Les rédacteurs sous pression ont admis avoir adopté une approche moins rigoureuse dans leurs reportages lorsque des individus ou des organisations amis étaient les sujets de couverture de l’actualité. Ils ont également admis avoir été plus laxiste dans leur façon d’enquêter sur les membres du conseil d’administration.

Higdon a noté que cela peut être particulièrement problématique lorsque des membres du conseil d’administration des médias siègent également au conseil d’administration d’entreprises de défense – car un tel emboîtement peut conduire à une poussée croissante des récits pro-guerre. (En 2011, avant que les troupes américaines ne se retirent d’Irak, Raytheon s’est lié au New York Times et Lockheed Martin s’est lié au Washington Post ). La vidéo récente de The Intercept montrant les agissements d’un point de presse de la Maison Blanche sur le conflit Ukraine-Russie en est une parfaite illustration. Dans la vidéo, des membres des médias posent à plusieurs reprises des questions sur les raisons pour lesquelles le président Biden ne fournit pas plus de soutien militaire à l’Ukraine. Si vous comprenez les questions qu’ils posent, vous pouvez à peu près deviner l’angle que leur histoire prendra. Et dans ce cas, chaque journaliste fait en sorte de que le conflit dégénère en une entrée en guerre des États-Unis avec la Russie. Ryan Grim de The Intercept est littéralement le seul journaliste à demander ce que font concrètement les États-Unis pour encourager les négociations de paix.

Ce qui rend tout cela particulièrement gênant, c’est le manque de transparence.

L’étude MCS de 2021 a révélé que les liens entre les journaux et d’autres entreprises n’étaient divulgués aux lecteurs qu’environ la moitié du temps et n’apparaissaient jamais dans les articles publiés par certains conglomérats, comme Gannett et Digital First.

La Société des journalistes professionnels, ainsi que les organisations médiatiques les plus respectables, ont un code de déontologie. Cela inclut d’éviter les conflits d’intérêts dans la mesure du possible et de les révéler lorsqu’ils sont inévitables. Parfois, lorsqu’un écrivain néglige initialement de le faire et qu’il est appelé pour cela, il met à jour l’article après sa publication. Par exemple, un article de Business Insider de 2016 chantant les louanges de Jeff Bezos pour avoir « revitalisé »  le Washington Post comprend désormais un ajout important : « Jeff Bezos est un investisseur dans Business Insider par le biais de sa société d’investissement personnelle Bezos Expeditions. » Une version antérieure de cet article oubliait de mentionner cela. (Pendant que nous parlons de transparence – une divulgation : j’écris pour Insider.)

Mais ce cas particulier ne semble pas être l’exception qui confirme la règle. Selon Higdon, les médias dans leur ensemble ne divulguent généralement pas les conflits d’intérêts.

« Quand vous voyez que le titre d’une chaîne est ‘La Russie aujourd’hui’ (Russia Today, RT), il est très clair que le gouvernement russe la finance », a expliqué Higdon. « C’est littéralement écrit. Mais quand j’allume CNN, je ne sais pas qui finance ce réseau. Je dois creuser un peu pour comprendre. »

Dans un  rapport de 2003 de la Columbia Journalism Review (CJR), l’auteur Aaron Moore s’est dit préoccupé par le fait que les reportages indépendants pourraient être sapés lorsqu’un membre du conseil d’administration est lié à d’autres entreprises couvertes par ses salles de rédaction. Selon Higdon, la plupart des journalistes affirment catégoriquement que personne ne dit quoi écrire et quoi ne pas écrire. Mais qu’ils le sachent ou non, il explique que beaucoup peuvent s’engager dans une forme d’autocensure : oublier certaines histoires afin d’éviter de se faire virer.

Dans une  enquête menée en 2000 par Pew Research et CJR auprès de plus de 300 journalistes de médias locaux et nationaux, 41% ont admis avoir délibérément évité les histoires dignes d’intérêt, « adoucir le ton » des histoires au profit des intérêts de leurs organes de presse, ou les deux. La moitié des journalistes d’investigation ont déclaré que les articles dignes d’intérêt ne sont souvent pas rapportés parce qu’ils pourraient nuire aux intérêts financiers de leur organisation, et 61 % ont déclaré qu’ils pensaient que les propriétaires d’entreprise exerçaient au moins une forte influence sur les décisions concernant les articles à couvrir.

Voici comment fonctionne cette forme d’autocensure. Supposons que vous travaillez pour ABC, mais que vous souhaitez poursuivre un rapport d’enquête sur les pratiques de travail de Disney, qui possède ABC.

« Vous savez que vous risquez votre emploi chez ABC, alors vous pouvez rester à l’écart », a expliqué Higdon. De plus, il existe des études organisationnelles sur la manière dont ils institutionnalisent ces politiques. Donc, ce n’est pas ABC qui dit, « vous ne pouvez pas faire de reportage sur cette histoire à propos de Disney ». Ce n’est qu’une fois que vous présentez le reportage sur Disney ou que vous recueillez quelques interviews que l’éditeur prétend que « oui, nous ne pensons pas que cette histoire soit assez intéressante. Nous préférerions que vous couvriez cela à la place. »

Bien que certaines interventions des propriétaires de médias soient directes, la plupart sont subtiles et inconscientes, selon Bagdikian – comme lorsque les écrivains apprennent à se conformer aux idéologies de leur propriétaire afin de s’assurer qu’ils ne soient pas négligés pour une augmentation ou une promotion.

« Les entreprises disposent de budgets de plusieurs millions de dollars pour disséquer et attaquer les reportages qu’elles n’aiment pas », écrit Bagdikian. « Mais les années passant, ils détiennent un autre pouvoir : ils ne sont pas seulement hostiles aux journalistes indépendants. Ce sont leurs employeurs. »

Exemple concret : une enquête FAIR de 1991 a révélé que General Electric (GE) – qui possédait NBC de 1986 à 2009 – avait conçu, fabriqué ou fourni des pièces pour pratiquement tous les principaux systèmes d’armes utilisés par l’armée américaine pendant la guerre du Golfe. En d’autres termes, comme l’ont déclaré les auteurs, lorsque NBC a fait appel à des correspondants et à des consultants pour louer les performances des missiles, bombardiers et satellites espions américains, ils applaudissaient les produits fabriqués par la société. Pendant la période où GE possédait NBC, il y avait de nombreuses preuves que le média minimisait les affaires sur sa société mère – en particulier autour des usines GE déversant des produits chimiques dangereux dans la rivière Hudson et des problèmes de sécurité dans les centrales nucléaires conçues par GE.

Dans leur livre « Unreliable Sources: A Guide to Detecting Bias in News Media » (Les liaisons dangereuses : Un guide pour détecter les biais dans les médias), Martin Lee et Norton Solomon ont détaillé comment GE a insisté pour qu’un programme NBC supprime toute référence à GE dans les rapports sur les produits de qualité inférieure. NBC a également semblé hésiter à exposer le mauvais bilan environnemental de GE et a interdit les publicités télévisées appelant au boycott des produits GE. NBC est également resté mystérieusement silencieux sur l’affaire selon laquelle GE n’aurait pas payé d’impôts fédéraux en 2010. Apparemment, le média pensait que l’ajout de « OMG » (Oh My god) et « muffin top » au dictionnaire anglais d’Oxford était plus digne d’intérêt à l’époque…

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders a été l’un des premiers critiques de la consolidation des médias. Comme Sanders, Victor Pickard – professeur de politique des médias et d’économie politique à l’Annenberg School for Communication de l’Université de Pennsylvanie et auteur de « Democracy Without Journalism?: Confronting the Misinformation Society » (Démocratie sans journalisme ? Confrontation avec la société désinformée) – soutient qu’à la suite de cette consolidation, nous pourrions manquer d’informations sur des questions cruciales parce que nous ne sommes exposés qu’aux sujets qui servent les sociétés qui en ont le contrôle.

« Il y a un certain nombre de questions importantes qui reçoivent trop peu d’attention dans nos médias grand public », m’a dit Pickard dans une interview. Souvent, ce n’est pas une conséquence directe de la censure des entreprises, mais plutôt de ce que l’on pourrait appeler la « censure du marché ». « Ces enjeux n’attirent pas les regards que convoitent les annonceurs ni ne génèrent les revenus que les propriétaires et les investisseurs privilégient avant tout. Par conséquent, des questions comme le changement climatique, l’incarcération de masse et d’autres inégalités structurelles ne sont pas aussi bien couvertes que, disons, le dernier scandale des célébrités. »

Cohen ajoute que malgré toutes les discussions sur le racisme systémique, il y a très peu d’exploration ou d’analyse du système réel en place qui alimente l’exploitation – en particulier lorsque le blâme peut concerner de puissantes entreprises.

« C’est pourquoi la couverture de l’injustice raciale fait si souvent des victimes, sans agresseurs », a-t-il déclaré. « Il n’est pas surprenant que les agresseurs soient souvent de puissants sponsors de l’actualité – banques, grandes sociétés pharmaceutiques et de santé, et sociétés pétrolières et gazières. Si Sanders ne s’était pas présenté deux fois à la présidence, à quelle fréquence pensez-vous que l’inégalité de classe aurait fait la une des journaux ? Ou la rémunération du PDG par rapport au travailleur moyen ? Ou le fait qu’environ 70 ou 80 millions de personnes dans notre pays n’étaient pas assurées ou sous-assurées même lorsque l’Obamacare était à son apogée ? Ou la richesse des grands dirigeants de l’industrie pharmaceutique alors que les gens n’ont pas les moyens d’acheter des médicaments ? »

La mission de Project Censored, une organisation à but non lucratif de surveillance des médias fondée à l’Université d’État de Sonoma en 1976, est de mettre en lumière ces problèmes peu mis en lumière. Depuis 1993, l’organisation publie un livre annuel des principales affaires qui ont été ignorées ou déformées cette année-là, intitulé « Censuré : les nouvelles qui n’ont pas fait l’actualité ». L’édition 2021 comprend les éléments suivants :

  • YouTube a inexplicablement démonétisé des sources d’information indépendantes ou supprimé des vidéos ou des chaînes entières sans aucune explication quant à la manière/pourquoi elles ont enfreint les règles de la communauté.

  • Une étude a montré que les médias d’entreprise ont systématiquement écarté les experts indépendants de la santé pendant la pandémie de COVID-19, mettant plutôt en vedette des personnes nommées par le gouvernement.

  • Un rapport a révélé que les journalistes enquêtant sur les crimes financiers sont menacés par les élites politiques et commerciales mondiales.

  • Une étude a révélé que plus de 1,1 million de personnes âgées pourraient mourir prématurément au cours de la prochaine décennie simplement à cause des coûts astronomiques des médicaments sur ordonnance. Cela ferait des médicaments inabordables une des principales causes de décès aux États-Unis, devant le diabète, la grippe, la pneumonie et les maladies rénales d’ici 2030.

  • Un rapport alléguait que Google avait embauché une entreprise extérieure pour collecter des données personnelles sur ses employés – un effort de surveillance visant à les empêcher de se syndiquer.

  • De dangereuses lois nationales sur le terrorisme nouvellement proposées pourraient être utilisées pour « réprimer les manifestations politiques légitimes et cibler les militants et les minorités religieuses ou ethniques ».

  • Une enquête révèle que les hommes noirs sont spécifiquement ciblés par les chiens policiers.

Si aucune de ces histoires ne vous dit quelque chose, il est peut-être temps de vous demander pourquoi les médias d’entreprise ne les ont pas jugées dignes d’être couvertes. Les médias grand public citent souvent les contraintes de temps comme excuse pour expliquer pourquoi ils ne parviennent pas à aborder des histoires cruciales. Mais est-il possible que leur silence soit intentionnel ? Après tout, en 2021, ils ont apparemment eu amplement le temps de rendre compte de l’enquête sur le meurtre d’un blogueur de voyage, de détailler les commérages à propos de Melania Trump et d’un Rudy Giuliani sans masque quittant une fête du Nouvel An. (Et ne me lancez pas sur les Oscars #SlapGate).

En 2017, le sénateur Sanders a écrit que plus la question est importante pour les masses ouvrières, moins elle est intéressante pour les médias d’entreprise. Mais si nous ne tirons pas parti de la presse pour faire pression sur le système judiciaire, comment pourra-t-il changer de façon positive ? C’est la question que Mickey Huff — directeur de Project Censored, président de la Media Freedom Foundation et co-auteur de « United States of Distraction : Media Manipulation in Post-Truth America (and what we can do about it) » — m’a posée à la fin de notre entretien. « Comment informer les gens ? C’est pourquoi le journalisme est important. Peu importe ce qu’ils font et ne signalent pas. »

Pour inverser le monopole des médias, il faudrait annuler des décennies de législation qui ont assoupli les restrictions à la propriété. Cela n’arrivera probablement pas dans l’immédiat. Ainsi, comme l’écrivait le journaliste et commentateur des médias Jim Fallows en 2005 : « Ce que nous pouvons faire est de reconnaître l’existence de ce trouble et d’utiliser cette connaissance pour compenser ou limiter ses effets les plus néfastes ».

Comme pour tout problème, reconnaître qu’il existe est la première étape pour le gérer. Et tout espoir n’est pas perdu, car rappelez-vous : vous pouvez choisir où obtenir vos informations. Dans l’ensemble, les experts recommandent de rechercher délibérément des chaînes d’information indépendantes à but non lucratif. Quelques-unes de ces organisations qui n’acceptent pas le soutien des entreprises ou le financement de la publicité incluent : Democracy Now !FAIRProPublicaMedia RootsThe LeverMintPress NewsTruthoutThe ConversationThe NationThe InterceptThe GrayzoneVérité citoyenne et rêves communs.

« Nous ne pouvons pas être cynique au point d’abandonner le combat », a ajouté Huff. « Et détruire les médias d’entreprise n’est qu’une étape. Mais je dirais qu’une fois que vous maîtrisez les médias, vous devez regarder et comprendre pourquoi tout le monde se promène comme un zombie en répétant la même chose. »

Comme Jim Morrison l’a dit un jour, « celui qui contrôle les médias contrôle l’esprit ». Compte tenu de cela, il est grand temps de vous demander : à qui accordez-vous le pouvoir de contrôler votre esprit ? Et étant donné que le but ultime de toute entreprise à but lucratif est de gagner de l’argent, comment ses motivations pourraient-elles vous distraire ou vous garder dans l’ignorance ?

Nous, Géopolitique profonde, faisons partie de ces médias indépendants qui se lèvent et tentent de vous apporter une information de qualité. Mais nous faisons bien mieux que cela, puisqu’en plus d’essayer de briser le joug médiatique, nous proposons également l’émancipation économique. L’un ne pouvant se faire sans l’autre. Alors, avec une information alternative, nous vous proposons le Portefeuille Alternatif :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.