fbpx

LA LIBERTÉ D’EXPRESSION EST-ELLE UN PROBLÈME DE « BLANC » ?!

La liberté d’expression est devenue un ennemi à combattre

Il est devenu tristement courant de lire des attaques incessantes contre la liberté d’expression dans le Washington Post et d’autres journaux.

Le mouvement anti-liberté d’expression a été adopté par les dirigeants démocrates, y compris le président Joe Biden, ainsi que par des universitaires qui affirment maintenant que « la Chine avait raison » sur la censure.

Cependant, une chronique du magazine Time par la correspondante nationale Charlotte Alter était toujours choquante dans la façon dont les opinions contre la liberté d’expression sont devenues courantes et acceptées.

Alter dénonce la liberté d’expression comme étant fondamentalement une « obsession » de l’homme blanc.

Elon Musk est un mâle blanc privilégié immoral car pour la liberté d’expression

Ce qui est le plus frappant dans la chronique, c’est la confusion apparente d’Alter sur la raison pour laquelle quelqu’un comme Musk se soucierait de la liberté d’expression des autres.

Elle suggère que Musk est en fait immoral pour avoir dépensé de l’argent pour rétablir la liberté d’expression plutôt que sur des questions de bien-être social ou de justice.

La sorcière libérale brûle sous le pouvoir (blanc quelle horreur) de la véritable liberté

Elle suggère que soutenir la liberté d’expression est une extravagance écœurante comme l’achat d’œufs Fabergé.

C’est dégoûtant, et fait par un mâle blanc RUSSE !

« Pourquoi Musk se soucie-t-il tant de cela? Pourquoi un gars qui a repoussé les limites de la fabrication de véhicules électriques et repoussé les limites des vols spatiaux commerciaux se soucierait-il de savoir qui peut dire quoi sur Twitter?

La réponse, sans surprise, est une question de race et de privilège. 

Alter cite Jason Goldman, qui a été l’une des premières figures de la politique de censure de Twitter avant de rejoindre l’administration Obama.

Goldman a déclaré :

« La liberté d’expression est devenue une obsession des membres majoritairement blancs et masculins de l’élite technologique » qui « préféreraient revenir à la façon dont les choses étaient avant ».

Alter cite également Fred Turner, professeur de communication à l’Université de Stanford, qui explique que la liberté d’expression n’est qu’une « obsession dominante pour les plus élitistes… [et] semble être beaucoup plus une obsession chez les hommes. »

La censure est une chose naturelle, évidente et bonne

En plaidant en faveur de la censure, Alter s’engage dans un usage intensif du révisionnisme historique, affirmant que :

« La « liberté d’expression » au 21ème siècle signifie quelque chose de très différent de ce qu’elle était au 18ème, lorsque les Fondateurs l’ont inscrite dans la Constitution. Le droit de dire ce que vous voulez sans être emprisonné n’est pas la même chose que le droit de diffuser de la désinformation à des millions de personnes sur une plate-forme d’entreprise. Cette nuance semble être perdue pour certains technosorciers qui voient toute restriction comme l’ennemi de l’innovation. »

Je ne comprends pas bien.

La censure a toujours été basée sur l’idée que le discours sous-jacent était faux ou nuisible. L’appeler « désinformation » ne change pas matériellement la motivation ou l’impact. 

Ce qu’Alter appelle une « obsession Tech Bro » était l’obsession des « Framers » (les délégués à la création de la Constitution américaine).

Alter confond les valeurs de la liberté d’expression avec la raison d’être du Premier amendement.

Pendant des années, les personnalités anti-liberté d’expression ont rejeté les objections à la liberté d’expression sur la censure des médias sociaux en soulignant que le Premier Amendement ne s’applique qu’au gouvernement, et non aux entreprises privées.

La distinction entre les deux a toujours été un effort malhonnête pour échapper aux implications des contrôles de la parole, qu’ils soient mis en œuvre par le gouvernement ou les entreprises.

Le Premier Amendement n’a jamais été la définition exclusive de la liberté d’expression. 

La liberté d’expression est considérée par beaucoup d’entre nous comme un droit de l’homme; le premier amendement ne traite que d’un seul point pour le limiter. La liberté d’expression peut être sapée par les entreprises privées ainsi que par les agences gouvernementales. Cette menace est encore plus grande lorsque les politiciens utilisent ouvertement les entreprises pour réaliser indirectement ce qu’ils ne peuvent pas réaliser directement.

Les principales figures de la liberté d’expression ont pratiqué ce qu’elles prêchaient chez des amis et des ennemis contestés. Après avoir joué un rôle essentiel avec notre indépendance, Thomas Paine n’a fait qu’irriter les « Framers » avec ses mots, y compris John Adams, qui l’a qualifié de « masse crapuleuse ».

Pourtant, la liberté d’expression était une valeur déterminante pour les rédacteurs (malgré les attaques ultérieures d’Adams sur la droite). Elle était considérée comme la plaque de croissance même de la démocratie. 

Comme Benjamin Franklin l’a déclaré dans une lettre du 9 juillet 1722 : « Sans liberté de pensée, il ne peut y avoir de sagesse ; et rien de tel que la liberté publique, sans la liberté d’expression. »

Le maître du Logos approuve !

Les mêmes voix anti-liberté d’expression ont été entendues à l’époque alors que les citoyens étaient invités à craindre la liberté d’expression. Il était considéré comme signal d’alarme d’appel à la tyrannie.

Franklin a déclaré :

« Dans ces pays misérables où un homme ne peut pas appeler sa langue la sienne, il peut rarement appeler quoi que ce soit la sienne. Quiconque veut renverser la liberté d’une nation doit commencer par soumettre la liberté d’expression; liberté terrible pour les traitres. »

Pourtant, Alter assure aux lecteurs que cela est simplement dû à un manque de connaissances de Musk et à une mauvaise compréhension de la raison pour laquelle la censure est une chose naturelle et bonne :

« Les titans de la technologie ont souvent une compréhension de la parole différente de celle du reste du monde parce que la plupart ont une formation d’ingénieur, pas d’écrivains ou de lecteurs, et un manque d’éducation en sciences humaines pourrait les rendre moins sensibles aux nuances sociales et politiques de la parole. »

Il semble que l’éducation en sciences humaines d’Alter à l’université lui permette de voir des « nuances » qui échappent au reste d’entre nous, y compris certains d’entre nous qui ne sont pas « formés en tant qu’ingénieurs ».

En effet, James Madison nous a avertis de devoir être plus sur nos gardes contre de tels arguments nuancés :

« Il y a plus de cas d’atteinte à la liberté du peuple par des empiétements progressifs et silencieux de ceux qui sont au pouvoir que par des usurpations violentes et soudaines. »

Alors que le Time, le Washington Post, le New York Times et d’autres médias s’alignent sur le mouvement anti-liberté d’expression, il est plus important que jamais que les citoyens se battent pour ce droit essentiel. Il n’y a rien de nuancé dans ni ce mouvement ni dans ses implications pour ce pays.

Pour pouvoir être libre de s’exprimer, il en faut surtout les moyens, comment ? En investissant intelligemment :

Source : Jonathan Turley

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.