fbpx

LES VACCINS CONTRE LE COVID-19 AFFAIBLIRAIENT LE COEUR HUMAIN

Le vaccin attaquerait-il le système cardiovasculaire ?

Une nouvelle étude a trouvé une corrélation entre une augmentation des problématiques cardiovasculaires urgentes chez les moins de 40 ans et les premiers mois du programme israélien de vaccination contre le COVID-19.

Publiées dans la revue Nature, les chercheurs ont utilisé les données des services médicaux d’urgence nationaux israélien entre 2019 et 2021, et ont extrait les données relevant des 16 à 39 ans « avec des facteurs potentiels tels que l’infection au COVID-19 et le taux de vaccination »

Ils ont constaté qu’il y avait une augmentation de 25 % des appels aux SAMU entre janvier 2021 et mai 2021, par rapport aux années 2019 et 2020. Israël, qui utilise principalement le vaccin à ARNm de Pfizer, a lancé son programme de vaccination contre le COVID-19 fin décembre 2020.

« Le nombre hebdomadaire d’appels d’urgence était significativement associé aux taux de 1ère et 2ème doses de vaccin administrées à ce groupe d’âge, mais pas au taux d’infection au COVID-19 », ont-ils constaté. « Bien qu’ils n’établissent pas de relations causales, les résultats soulèvent des inquiétudes concernant les effets secondaires cardiovasculaires graves, non détectés, induits par les vaccins et soulignent la relation causale déjà établie entre les vaccins et la myocardite, une cause fréquente d’arrêt cardiaque chez les jeunes. »

Les effets secondaires étudiés avec énormément d’attention et pour notre bien

Ils recommandent que lors de l’évaluation des effets secondaires possibles du vaccin et des résultats du COVID-19, les responsables intègrent les données du SAMU pour identifier les nouvelles tendances, telles qu’une augmentation des appels d’urgence, et « enquêtent rapidement sur les causes sous-jacentes potentielles ».

Une étude récente menée par des chercheurs suédois sur des populations en Finlande, au Danemark, en Suède et en Norvège a suggéré que l’inflammation cardiaque nécessitant des soins hospitaliers était plus fréquente chez les personnes qui ont reçu des vaccins COVID-19 que chez les personnes qui n’en ont pas reçu.

« Ces cas supplémentaires chez les hommes âgés de 16 à 24 ans correspondent à un risque 5 fois plus élevé après Comirnaty (vaccin de Pfizer) et à un risque 15 fois plus élevé après Spikevax (celui de Moderna) par rapport aux non vaccinés », a déclaré le Dr Rickard Ljung, professeur et médecin à l’Agence suédoise des produits médicaux et ayant participé à l’étude. 

Son équipe a découvert que les taux de myocardite ou de péricardite sont plus élevés que les niveaux habituels chez les non-vaccinés, soit 38 pour 100 000 après l’administration d’une deuxième dose de vaccins à ARNm.

L’équipe de recherche israélienne a déclaré dans son étude, publiée le 28 avril, qu’elle pensait que « les désavantages de la vaccination contre le COVID-19 étaient clairs, en particulier pour les populations à haut risque, et que celles-ci pouvaient développer une maladie grave et potentiellement mortelle » comme les personnes âgées ou les personnes immunodéprimées. Cependant, ont-ils noté, « il est important de mieux comprendre les risques potentiels pour minimiser les dommages potentiels ».

Les fameux « biais d’auto-déclaration », et vas-y que je te prends pour un con

Lors de la recherche, les scientifiques israéliens ont noté plusieurs défauts potentiels, y compris un « biais d’auto-déclaration » lorsque les individus signalent des symptômes, eux-mêmes, via des systèmes de rapport, notamment sur les événements indésirables des vaccins (VAERS).

« Même l’étude israélienne, basée sur une collecte de données plus proactive, mentionne que certains des cas potentiellement pertinents n’ont pas fait l’objet d’une enquête approfondie », ont-ils déclaré.

Un deuxième problème rencontré par les chercheurs est la façon dont les symptômes de la myocardite, un type d’inflammation cardiaque, se présentent.

« La myocardite est une maladie particulièrement insidieuse avec de multiples manifestations signalées », ont-ils noté. « Il existe une vaste littérature qui met en évidence des cas asymptomatiques de myocardite, qui sont souvent sous-diagnostiqués. »

Pendant ce temps, « les lésions myocardiques et la myocardite [sont] répandues chez les patients infectés par le COVID-19 », et pas seulement parmi ceux qui ont reçu le vaccin, a-t-il déclaré.

« Comme les déploiements de vaccins COVID-19 ont souvent lieu suite à des infections au COVID-19, il pourrait être difficile de déterminer si l’augmentation de l’incidence de la myocardite et des affections cardiovasculaires associées… est due aux infections au COVID-19 ou induite par les vaccins COVID-19 », il a ajouté.

Les Centers for Disease Control and Prevention (Centres de Contrôle et de Prevention des Maladies) des États-Unis et la plupart des agences de santé du monde ont déclaré que les avantages des vaccins COVID-19 l’emportent sur les risques potentiels. Le CDC sur son site Web indique que la plupart des patients qui développent une myocardite ou une péricardite et qui ont reçu des soins médicaux ont bien répondu au traitement.

Les symptômes comprennent des douleurs thoraciques, un essoufflement et des sensations de tachycardie.

Chers amis, dans le monde apocalyptique que sera le monde de demain, une fois que le Great Reset aura abouti et qu’ils auront tué la population avec leurs vaccins à la con, il va nous falloir survivre !

Source : The Epoch Times

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.