fbpx

LA PILULE DE PFIZER CONTRE LE COVID-19 REMISE EN QUESTION PAR LES AUTORITÉS AMÉRICAINES

Enquête sur les rechutes chez les personnes qui ont pris la pilule COVID-19 de Pfizer

Un technicien de Pfizer manipule la pilule COVID-19 de l'entreprise
Un technicien de Pfizer manipule la pilule COVID-19 de l’entreprise, connue sous le nom de Paxlovid, sur une photo d’archive. (Pfizer via AP)

La FDA (Food and Drug Administration : administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) « évalue les rebonds de la charge virale après avoir terminé le traitement au paxlovid et partagera des recommandations si nécessaire », a déclaré un porte-parole de l’agence à The Epoch Times.

Dans un récent rapport, des chercheurs ont rapporté qu’un homme de 71 ans ayant pris la pilule, également connue sous le nom de nirmatrelvir, a connu une « réduction rapide et progressive » de la charge virale du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19.

Mais quatre jours après la fin du traitement, il y eut un « rebond surprenant de la charge virale et des symptômes », ont-ils rapporté.

Le rapport « met en évidence le potentiel de réplication récurrente et symptomatique du SARS-CoV-2 après un traitement précoce réussi » avec la pilule, ont déclaré les chercheurs. Un certain nombre de patients ont déclaré avoir eu de nouveaux symptômes après avoir pris du paxlovid.

Sentez-vous le nouveau scandale pointer le bout de son nez ?

Dans l’évaluation (pdf) de la FDA des données sur le paxlovid, approuvé d’urgence en 2021, l’agence a signalé que dans un essai clinique en phase 2/3 mené par Pfizer, plusieurs participants « semblaient avoir un rebond » de la charge virale, dans les cinq à neuf jours après avoir terminé leur traitement.

À la lumière des nouveaux rapports, des analyses supplémentaires des données de l’essai paxlovid ont été effectuées et ont montré que 1 à 2% des patients avaient un ou plusieurs tests COVID-19 positifs après un test négatif, ou une augmentation de la quantité de charge virale, après la fin du traitement, a déclaré le Dr John Farley de la FDA dans une interview publiée par l’agence le 4 mai.

« Cette découverte a été observée chez des patients traités avec le médicament ainsi que chez des patients ayant reçu un placebo, il n’est donc pas clair à ce stade que cela soit lié au traitement médicamenteux », a-t-il déclaré, ajoutant qu’à l’heure actuelle, les rapports « ne modifient pas les conclusions de l’essai clinique paxlovid qui a démontré une réduction marquée des hospitalisations et des décès ».

Dans le cadre de l’autorisation, la FDA a déclaré que Pfizer devait ultérieurement soumettre des informations concernant « l’excrétion virologique prolongée ou le rebond dans les essais cliniques ».

En attente du scandale…

La société a déclaré à Bloomberg que le taux de rebond dans son essai n’était pas plus élevé chez les personnes qui prenaient du paxlovid que chez les personnes qui prenaient un placebo.

« Cela suggère que l’augmentation observée de la charge virale est peu susceptible d’être liée au paxlovid », a déclaré la société.

Le Dr Clifford Lane, directeur adjoint de la recherche clinique à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré au média que l’agence étudierait la question, la qualifiant de « prioritaire ». Lane et l’agence n’ont pas répondu aux questions de la presse.

La FDA n’a pas autorisé l’utilisation du paxlovid pour le traitement d’un COVID-19 léger ou modéré chez les Américains de 12 ans ou plus. Pour obtenir la pilule, une personne doit être testée positive au COVID-19 et être considérée comme présentant un risque élevé de progression vers une maladie grave.

Si l’on attendait à chaque fois la confirmation des autorités scientifiques pour savoir ce qui est bon ou ce qui ne l’est pas, cela ferait bien longtemps que nous ne serions plus de ce monde ! Alors n’attendez pas de vous faire injecter trois fois, gagnez de l’argent rapidement et tirez-vous :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.