fbpx

CONTRÔLE ET MANIPULATION MENTALE : LES SECRETS DU PROJET DE DAVOS ET DE LA DARPA

En 2013, le président Obama a accordé une subvention de 100 millions de dollars pour lancer l’initiative BRAIN (Recherche sur le fonctionnement du cerveau à travers le développement des neurosciences). Ce programme mène des recherches neurotechnologiques au nom du traitement de divers troubles neurologiques, notamment la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie et les lésions cérébrales. 

En 2016, l’initiative BRAIN était soutenue par plusieurs agences fédérales et des dizaines de partenaires des secteurs universitaires et privés. Certaines recherches semblent fascinantes. Ils ont étudié des moyens de procurer des sensations naturelles aux amputés, ainsi que de restaurer les fonctions cérébrales chez les personnes ayant subi un traumatisme cérébral grave. C’est une aubaine pour les personnes gravement blessées ou amputées. 

Où est la couille dans le pâté ?

Je regarde le traitement proposé pour les maladies mentales et je ne peux m’empêcher de me rappeler les milliers de lobotomies pratiquées sur les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale dans les années 40 et 50. Nous avons déjà essayé de manipuler des tissus cérébraux pour traiter des personnes souffrant de SSPT (stress post-traumatique). Ça ne s’est pas toujours bien passé.

Les recherches de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, l’agence de défense chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies à usage militaire) portent sur le traitement des réseaux cérébraux. Le programme de neurotechnologie basé sur les systèmes des thérapies émergentes implique des thérapies qui traitent les maladies psychiatriques en enregistrant et en analysant l’activité cérébrale avec une stimulation cérébrale en temps quasi réel pour corriger le dysfonctionnement cérébral.

Cette recherche, commencée dans le cadre de l’initiative BRAIN il y a près de dix ans, s’est traduite par des réussites réelles. Certaines personnes ont en effet connu un réel soulagement des symptômes de la dépression sévère grâce à une stimulation cérébrale ciblée.

Je suis vraiment heureux que certaines personnes aient trouvé un soulagement de la dépression, mais le saut vers des solutions technologiques coûteuses dans le traitement de la maladie mentale, en particulier chez les anciens combattants, réveillera toujours ma méfiance.

les humains de demain
Les humains de demain

Une douce impression que l’on se fiche de nous…

Avec les nouvelles technologies introduites au nom du traitement des anciens combattants, j’ai l’impression que celles-ci sont un moyen pour les gens qui vivent derrière des bureaux, loin du danger physique, de s’ôter la responsabilité de nous avoir entraînés dans des guerres auparavant.

C’est la mentalité d’un enfant qui casse un jouet dans un accès de rage, puis le répare et agit comme si de rien n’était. S’améliorer pour arranger les choses n’absout pas le coupable des torts initiaux commis. 

OTAN drapeau
C’est pas nous

Éviter la guerre devrait être la première priorité

Les membres du Congrès ne devraient pas être autorisés à détenir des actions dans des entreprises de défense car, comme l’a si bien dit le major-général Smedley Butler, récipiendaire de la médaille d’honneur à deux reprises, « la guerre est un racket ».

Il y aura des anciens combattants qui, oui, ont absolument besoin d’interventions médicales. Je suis content que nous ayons les traitements que nous faisons. Mais de nombreux anciens combattants souffrent également de dépression et d’anxiété plus légères. Ils bénéficieraient probablement simplement de missions claires qui leur donneraient un sentiment de fierté de leurs réalisations et fourniraient un contexte significatif à leurs expériences à l’étranger.  

Refuser de s’engager dans des conflits à l’étranger serait également utile

Si, ils ont les armes, c’est sûr !

L’une des raisons pour lesquelles j’étais si déprimé après la mort de mon frère en Afghanistan était que, dès que je disais quelque chose à propos de la perte de mon frère, la mère de banlieue américaine moyenne trouvait une raison pour laquelle c’était en fait la faute de ma famille. De nombreux militaires et leurs familles rencontrent cela, et oui, cela vous est déprimant.

Mais nous n’avons pas besoin de médicaments ou de thérapies expérimentales pour résoudre ce problème. Ce problème est résolu lorsque les individus choisissent de ne pas être insensibles. Il est normal d’éprouver des sentiments tristes lorsque des choses tristes se produisent. Nous pathologisons tout ce qui nous met mal à l’aise ou nous gêne. 

Plus d’une décennie après les faits, j’ai fait la paix avec l’univers en ce qui concerne mon frère. Il me manquera toujours, mais la perte ne domine plus mes pensées éveillées. J’ai dû faire des changements majeurs dans ma vie. Mon mariage a pris fin, j’ai déménagé et j’ai quitté l’église dans laquelle j’ai grandi… mais je me suis fait beaucoup de nouveaux amis, j’ai trouvé un nouveau réseau de soutien et j’ai désormais l’esprit tranquille.

Je n’avais pas besoin de médicaments ou de thérapies expérimentales. J’avais besoin d’amour, de soutien et de patience.  

Mais personne ne s’enrichit en fournissant ces choses ! Les actions de personne dans les entreprises de défense n’augmentent lorsque nous nous aimons et nous soutenons les uns les autres. La plupart des gens préfèrent investir leur argent dans des solutions high-tech coûteuses plutôt que de mettre leur énergie émotionnelle dans des solutions low-tech.  

Nous ne voulons pas nous traiter comme des frères et sœurs de la terre. Nous voulons nous traiter les uns les autres comme des équations à résoudre ou comme des machines à pirater. La DARPA a fait des progrès en manipulant la fonction cérébrale via des électrodes implantées chirurgicalement. Ils recherchent également des méthodes non chirurgicales pour faire de même.

La dépression affaiblit de nombreuses personnes chaque année. Avoir une autre façon de traiter les malades nous profiterait tous. La DARPA affirme qu’elle mène des recherches en pensant uniquement à la santé et au bien-être du public, mais surtout aux soldats blessés. Cependant, en tant qu’individu qui a passé environ cinq ans en étant accusé de maladie mentale, je dois vous demander : qui décide quand le cerveau de quelqu’un est dysfonctionnel ?  

Et chaque nouvelle technologie s’accompagne de nouveaux risques.

Quel est le véritable projet derrière les innovations de la DARPA ?

Lorsque nous ouvrons des canaux entre le cerveau humain et les appareils électroniques, nous créons de nouvelles voies de communication. Dans son livre Propaganda de 1928, Edward Bernays déclare : « Il n’y a aucun moyen de communication qui ne soit aussi un moyen de propagande délibérée ». Chaque fois que nous ouvrons de nouvelles voies de communication, nous ouvrons également de nouvelles façons d’être manipulés.

Indépendamment de mes propres sentiments à ce sujet, la technologie vers l’interfaçage cerveau-numérique a beaucoup progressé. Et nous avons le même argument qui accompagne chaque explosion de nouvelles technologies. Les risques l’emportent-ils sur les gains ? 

La plupart du temps, nous pensons que non.  

L’exemple d’Internet

L’Internet a créé une révolution dans les communications, comme nous n’en avons pas vu depuis l’invention de l’imprimerie. Et ne sommes-nous pas soumis à plus de propagande que jamais ? Ne faut-il pas de plus en plus d’efforts pour séparer la vérité des demi-vérités et des mensonges éhontés ?

C’est largement reconnu, même si je pense que nous nous dirigeons dans la mauvaise direction. Regardez la dernière création de Biden, le Disinformation Governance Board. Créé en apparence pour réprimer la désinformation russe et la contrebande à la frontière américano-mexicaine, la DGB finira par étouffer la dissidence. Beaucoup de gens dans les médias alternatifs s’inquiètent des implications de cela. Si vous êtes plus préoccupé par la vérité que par le récit officiel actuel, vous devriez l’être aussi.

Pour l’instant, aussi omniprésent qu’Internet soit, on peut toujours le désactiver. Je peux toujours fermer mon ordinateur portable et aller parler à mes enfants ou travailler dans mon jardin au besoin. Au fur et à mesure que la capacité des humains à manipuler les ondes cérébrales via la stimulation électronique progresse, il sera de plus en plus difficile de « s’en sortir ».  

Encore une fois, pensez à ce qu’était la vie avant Internet. Dans les années 1980, quand papa rentrait du travail, il rentrait du travail. Vingt ans plus tard, il n’a jamais été « off ». 

Les notifications par e-mail n’ont jamais cessé. À l’ère numérique, de nombreuses personnes ne sont jamais vraiment en arrêt de travail. L’ouverture de canaux de communication entièrement nouveaux n’est qu’un pas de plus sur cette voie d’interconnexion constante. Sommes-nous vraiment prêts ?

Il serait naïf de penser que les recherches de la DARPA ne puissent être utilisées à des fins néfastes.

La DARPA ne discute que des aspects pacifiques et médicaux de leurs recherches neuroscientifiques. Mais une chose amusante est apparue dans une demande sous FOIA (loi d’accès à l’information) en 2018.

Un journaliste du magazine Muckrock a envoyé une demande FOIA concernant l’activité Antifa/BLM (Black Lives Matter). En plus des informations qu’il demandait, un autre dossier a été accidentellement glissé avec tout le reste.

Le journaliste de Muckrock a été choqué par sa découverte accidentelle, c’est le moins qu’on puisse dire, et ils l’ont publié en 2018. On ne sait pas combien de progrès ont été réalisés dans la militarisation de l’interface homme-numérique, mais les gens y réfléchissent, et il semble que ils le font depuis longtemps.

Maintenant, la DARPA est peut-être pleine des fonctionnaires les plus désintéressés qui ne se consacrent qu’à la sécurité et au bien-être du peuple américain. Mais une chose amusante à propos de la technologie, c’est qu’elle a un moyen de nous échapper, et il y a beaucoup de groupes là-bas qui n’ont absolument pas le bien-être du peuple américain à l’esprit. Je peux imaginer qu’ils sont également fortement intéressés par la cartographie et la manipulation du cerveau.

Les humains : des machines à « pirater » selon le Dr Yuval Harari. 

Il a participé à une table ronde sur le Hacking Humans organisée par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).

Le fait que cet homme, ou quiconque avec son état d’esprit, puisse avoir le contrôle sur d’autres humains est extrêmement dérangeante. Le Dr Harari croit en la supériorité inhérente des algorithmes. Il insiste sur le fait que les humains tuent tout ce qui les entoure et que la majorité n’est capable de penser qu’à court terme.

Pour avoir la moindre chance de sur vie, nous devrions compter sur des algorithmes pour prendre des décisions à notre place. Le Dr Harari affirme que les humains n’ont jamais été aussi libres que nous le pensons et que le concept de liberté n’est principalement qu’un ensemble de facteurs bio-culturels. Il poursuit en disant que les personnes ayant un sens aigu de leur libre arbitre sont dangereuses mais faciles à manipuler.   

Le mépris du Dr Harari pour les individus humains et leurs cultures respectives n’a pas de limites. Dans son article de 2017 écrit pour The Guardian, il discute de l’avenir de la « classe inutile », le grand nombre de personnes qui seront bientôt inemployables en raison de la supériorité inhérente des robots. 

Le Dr Harari travaille avec le Forum économique mondial et, malheureusement, la DARPA

Alors que la DARPA prétend travailler principalement avec les intérêts des États-Unis à cœur, la façon dont leur budget de 3,8 milliards de dollars par an est utilisé témoigne d’une autre histoire. L’argent coule en direction des mêmes entreprises de bio-ingénierie que le WEF (Forum Economique Mondial). Si la DARPA parvient à savoir comment faire quelque chose, manipuler de telle ou telle façon, il est logique de supposer que les démons du WEF le sauront bientôt aussi.

Le mythe des hommes à l’origine d’une création et finissant par l’adorer remonte à l’Ancien Testament. Les hommes adoraient les statues de Dagon et Moloch. Aujourd’hui, au lieu de la statuaire, nous avons des algorithmes omniscients. Cette impulsion à vénérer les œuvres de nos mains demeure. La nature humaine ne change jamais.

Et la tendance du pouvoir à corrompre ne change jamais non plus. Nous acquérons progressivement le pouvoir de manipuler les fonctions cérébrales. Pouvons-nous croire que ce genre de pouvoir ne sera jamais corrompu ?

Pouvoir se sortir de ce système, qui nous transforme progressivement en robot, est un luxe. Un luxe que vous pourrez vous payer le moment venu si vous êtes indépendant financièrement ! Pour cela, suivez nous :

Source : TheOrganicPrepper

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *