fbpx

LA VARIOLE DU SINGE OU LE NOUVEAU CORONAVIRUS

Première étape : une maladie exotique, mystérieuse et dont il va falloir se protéger

Les autorités sanitaires d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie ont commencé à enquêter sur une épidémie de monkeypox (variole du singe), ce qui fait craindre qu’une épidémie plus large de l’infection virale ne soit en cours en Occident.

Monkeypox est une maladie virale typiquement endémique d’Afrique centrale et occidentale, mais depuis début mai, des dizaines de cas confirmés ont été signalés dans plusieurs pays en dehors du continent. De nombreux autres cas suspects font l’objet d’enquêtes.

Une photo de 1971 du document du Center for Disease Control montre des lésions ressemblant à la variole du singe sur le bras et la jambe d’une fille à Bondua, au Libéria. (CDC/Getty Images)

Au moment d’écrire ces lignes, Nicholas Dolinger d’Epoch Times rapporte que la variole du singe a été signalée dans 13 pays : Australie, Canada, France, Allemagne, Italie, Portugal, Espagne, Suède, Royaume-Uni, Israël, Belgique, Pays-Bas et États-Unis. Parmi ceux-ci, le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni ont confirmé le plus grand nombre de cas, les autres n’ayant confirmé que des cas à un chiffre.

Deuxième étape : la maladie arrive en Europe, mais se cantonne à des groupes restreints

L’Europe devrait s’attendre à une vague de cas de monkeypox dans les mois à venir, selon Hans Kluge, haut responsable de l’Organisation mondiale de la santé sur le continent.

« Alors que nous entrons dans la saison estivale… avec des rassemblements de masse, des festivals et des fêtes, je crains que la transmission [de la variole du singe] ne s’accélère », a déclaré Kluge vendredi.

Le nombre de personnes infectées pourrait augmenter car « les cas actuellement détectés font partie de ceux qui se livrent à une activité sexuelle », et beaucoup ne reconnaissent pas les symptômes, a-t-il ajouté.

La propagation actuelle du virus en Europe occidentale est « atypique » car elle était auparavant principalement réduite à l’Afrique centrale et occidentale, a ajouté le directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

« Tous les cas récents sauf un n’ont pas d’antécédents de voyage correspondant aux zones où la variole du singe est endémique », a déclaré Kluge.

Les inquiétudes de Kluge ont été partagées par la conseillère médicale en chef de l’Agence britannique de sécurité sanitaire, Susan Hopkins, qui a déclaré qu’elle s’attendait à ce que « cette augmentation se poursuive dans les prochains jours et que davantage de cas soient identifiés dans la communauté au sens large ».

Le CDC a noté que dans le cas du Royaume-Uni, il y avait un « groupe de cas impliquant quatre personnes qui s’identifient comme homosexuels, bisexuels ou hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ».

« Certaines preuves suggèrent que les cas [parmi les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes] peuvent être épidémiologiquement liés ; les patients de ce groupe ont été identifiés dans des cliniques de santé sexuelle », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’une enquête en cours et les autorités de santé publique espèrent en savoir plus sur les voies d’exposition dans les prochains jours. »

Les symptômes d’un cas de virus monkeypox sont montrés sur la main d’un patient le 27 mai 2003. (CDC/Getty Images)

Troisième étape : On prépare le terrain à la généralisation d’un vaccin

Le Center for Disease Control and Prevention (CDC) a publié vendredi dernier un avis demandant aux médecins des États-Unis d’être à l’affût du monkeypox.

Le CDC demande aux médecins « d’être vigilants face à l’éruption cutanée caractéristique associée au monkeypox » et décrit l’éruption cutanée comme impliquant « des vésicules ou des pustules profondes, fermes ou dures et bien circonscrites », ajoutant que les lésions « peuvent devenir confluent et évoluer en croûtes ».

« Les lésions peuvent être disséminées ou localisées sur la seule région génitale ou périanale », a également déclaré le CDC.

« Certains patients peuvent présenter une proctite, et leur maladie peut être cliniquement confondue avec une infection sexuellement transmissible (IST) comme la syphilis ou l’herpès, ou avec une infection par le virus varicelle-zona », ajoute l’agence. 

La proctite est une inflammation de la muqueuse du rectum et peut provoquer des douleurs rectales, de la diarrhée, des saignements et des écoulements.

L’administration Biden a passé le 18 mai une commande de millions de doses d’un vaccin destiné à protéger contre la variole et le monkeypox à Bavarian Nordic, une société de biotechnologie basée au Danemark. Le vaccin est approuvé sous le nom de Jynneos aux États-Unis, disponible pour les personnes à haut risque de variole et de monkeypox.

Mimi Nguyen Ly écrit à The Epoch Times que, selon le CDC, parce que le virus de la variole du singe est lié au virus qui cause la variole, le vaccin pourrait protéger les gens contre la variole du singe.

« Les données africaines suggèrent que le vaccin contre la variole est efficace à au moins 85 % contre la variole du singe », a déclaré le CDC.

« L’efficacité de [Jynneos] contre la variole du singe a été conclue à partir d’une étude clinique sur l’immunogénicité de Jynneos et de données d’efficacité provenant d’études animales ».

Les vaccins contre la variole et le monkeypox sont efficaces pour protéger les personnes contre le monkeypox lorsqu’ils sont administrés avant l’exposition au monkeypox. Les experts pensent également que la vaccination après une exposition au monkeypox peut aider à prévenir la maladie ou à la rendre moins grave.

Vous le sentez venir la nouvelle poule aux œufs d’or de Big Pharma ? Ce lobby surpuissant pourra nous inventer ce qu’il veut, pondre le même scénario à chaque fois, nous retomberons toujours dans le panneau. Un moyen de s’en sortir, l’indépendance financière !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.