fbpx

L’UKRAINE LICENCIE SON PROPRE CHEF DES DROITS DE L’HOMME POUR DÉSINFORMATION SUR LE « VIOL SYSTÉMATIQUE » DES TROUPES RUSSES

Au cours des deux derniers mois, une avalanche d’articles a frappé la presse occidentale qui prétendait documenter des cas de viols de masse perpétrés par les troupes russes contre des civils ukrainiens. Une histoire particulière dans Time a suscité l’indignation et la condamnation par les responsables occidentaux et recevant une couverture répétée sur CNN et d’autres grands réseaux américains.

L’article a allégué « une campagne systémique et coordonnée de violence sexuelle » – s’appuyant principalement sur les témoignages recueillis par le plus haut représentant des droits de l’homme de l’Ukraine. Il comprenait une histoire particulièrement choquante de 25 adolescentes violées collectivement par les troupes russes – dont neuf sont tombées enceintes. Selon le rapport :

La médiatrice ukrainienne des droits de l’homme, Lyudmyla Denisova, a déclaré que 25 adolescentes avaient été détenues dans un sous-sol à Bucha et violées collectivement; neuf d’entre elles sont maintenant enceintesDes femmes âgées ont parlé à la caméra d’avoir été violées par des soldats russes. Les corps des enfants ont été retrouvés nus, les mains attachées derrière le dos, les organes génitaux mutilés. Parmi ces victimes figuraient des filles et des garçons…

Comme cela a été le cas dans les guerres précédentes, que ce soit en Syrie ou en Libye, les affirmations des médias sont devenues de plus en plus sensationnelles et exagérées à mesure que le conflit s’intensifiait et que les puissances occidentales devenaient plus profondément impliquées, mais sans preuve concrète ou définitive.

Mais un détail cohérent dans la majorité des histoires est que la médiatrice des droits de l’homme ukrainienne susmentionnée, Lyudmyla Denisova, est souvent la figure centrale qui alimente les correspondants occidentaux les histoires choquantes de viol.

Par exemple, elle est présentée dans cet article de Newsweek d’avril :

Lyudmila Denisova, commissaire aux droits de l’homme du Parlement ukrainien, a affirmé vendredi que des soldats russes avaient violé des enfants lors de l’invasion en cours de l’Ukraine.

Dans un message sur Facebook, Denisova a affirmé qu’un garçon de 11 ans avait été violé par des Russes devant sa mère qui était attachée à une chaise et forcée de regarder ce qui se passait dans la ville ukrainienne de Bucha.

Lyudmyla Denisova, Ukrainian government image

Beaucoup de ces histoires qui présentaient des détails de plus en plus horribles au fur et à mesure que la guerre progressait sont rapidement devenues virales, en particulier parmi les militants pro-ukrainiens sur Twitter et d’autres médias sociaux, au point que d’éminents experts commençaient à convenir avec désinvolture entre eux que les Russes sont simplement des « animaux ».

Et voici un autre exemple parmi tant d’autres, qui avait tendance à être basé sur des « rapports » pour bon nombre des affirmations les plus centrales et les plus accablantes…

Mais récemment, au cours des deux dernières semaines, alors que les enquêteurs commençaient à approfondir les allégations, il semble que les reportages des médias aient commencé à se tarir. Le blog d’analyse géopolitique Moon of Alabama détaille ce qui s’est passé dans ce qui suit :

Cependant, un groupe d’ONG enthousiastes en Ukraine, espérant de nouveaux fonds « occidentaux » pour de nouveaux projets de « consultation et de récupération du viol », ont essayé de trouver de vrais cas de viol. Ils ont été déçus quand ils ont constaté qu’il n’y avait aucune preuve qu’un viol avait eu lieu.

Le 25 mai, un certain nombre de médias et d’ONG ont publié un appel ouvert à Lioudmila Denisova appelant à une meilleure communication sur les crimes sexuels pendant la guerre.

Les signataires insistent pour que Denisova ne divulgue que les informations sur lesquelles il existe suffisamment de preuves, évite le sensationnalisme et les détails excessifs dans leurs rapports, utilise une terminologie correcte et veille à la confidentialité et à la sécurité des victimes.

« Les crimes sexuels commis pendant la guerre sont des tragédies familiales, un sujet traumatisant difficile, pas un sujet de publication dans l’esprit de la « chronique scandaleuse ». Nous devons garder à l’esprit l’objectif : attirer l’attention sur les faits des crimes », peut-on lire dans l’appel.

Tout un mouvement militant mondial a même vu le jour qui s’est concentré sur la mise en évidence des crimes sexuels russes en Ukraine, basé sur la prémisse que l’armée russe utilise le « viol comme un outil » dans le cadre de son arsenal pour répandre une campagne de terreur…

Et maintenant, InterfaxPoliticoThe Wall Street Journal et d’autres rapportent que Lyudmyla Denisova a été licenciée – précisément pour avoir fait flotter et perpétuer des allégations fantastiques de viol de masse, mais sans fournir de preuves

« Les législateurs ukrainiens ont limogé la médiatrice des droits de l’homme du pays, Lyudmyla Denisova, lors d’un vote de défiance mardi, concluant qu’elle n’avait pas rempli ses obligations, notamment la facilitation des couloirs humanitaires et la lutte contre l’expulsion des Ukrainiens du territoire occupé », a rapporté le Wall Street Journal en fin de journée.

« Le législateur Pavlo Frolov a déclaré que Mme Denisova était également accusée de faire des déclarations insensibles et invérifiables sur les crimes sexuels présumés russes et de passer trop de temps en Europe occidentale pendant l’invasion », ajoute le rapport.

Frolov a déclaré dans un message sur Facebook annonçant son licenciement en tant que plus haut enquêteur sur les droits de l’homme du pays :

« L’accent peu clair du travail médiatique du Médiateur sur les nombreux détails des « crimes sexuels commis de manière contre nature » et des « viols d’enfants » dans les territoires occupés qui n’ont pas pu être confirmés par des preuves, n’a fait que nuire à l’Ukraine. »

Inutile de dire que c’est un coup absolument dévastateur porté à la « guerre de l’information » de l’Ukraine qui est en pleine force depuis l’invasion russe (comme naturellement dans la guerre, chaque partie entrera dans des campagnes de propagande contre l’autre en même temps que la guerre terrestre réelle, et tout en cherchant à influencer l’opinion mondiale).

La colère a déjà commencé quelques heures après la confirmation de la nouvelle de la destitution de Denisova, y compris à partir de comptes de l’ONU et d’experts des médias américains…

Le fait que le parlement ukrainien ait pris la mesure drastique de la renvoyer de manière aussi publique en dit long – suggérant fortement que les responsables ukrainiens eux-mêmes ne croient pas à la majeure partie des allégations de « viol systématique ».

Agir en période de tensions géopolitique et économique :

Source : Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *