fbpx

LE DIRECTEUR DU CDC ÉMET UNE ALERTE SUR LA PILULE COVID-19 DE PFIZER

La directrice des Centers for Disease Control and Prevention, Rochelle Walensky, a averti que la pilule COVID-19 de Pfizer, Paxlovid, peut entraîner un rebond des symptômes.

« Si vous prenez Paxlovid, vous pourriez avoir à nouveau des symptômes », a déclaré Walensky à CBS News mardi. « Nous n’avons encore vu personne qui est revenu avec des symptômes nécessitant d’aller à l’hôpital. Donc, généralement, un cours plus doux.

Un autre chercheur non affilié au CDC a déclaré avoir observé un tel scénario.

« Les personnes qui subissent un rebond risquent de transmettre à d’autres personnes, même si elles sont en dehors de ce que les gens acceptent comme la fenêtre habituelle pour pouvoir transmettre », a déclaré mardi à CNN le Dr Michael Charness du Veterans Administration Medical Center de Boston. .

Après qu’un patient se soit rétabli de COVID-19, le rebond susmentionné s’est produit entre deux et huit jours plus tard, selon le CDC. L’agence, cependant, a déclaré à CBS que les avantages de la prise de Paxlovid l’emportent sur les risques de COVID-19, à savoir parmi ceux qui courent un risque élevé de développer des symptômes graves du virus.

Epoch Times Photo
Un technicien de Pfizer manipule la pilule COVID-19 de l’entreprise, connue sous le nom de Paxlovid, sur une photo d’archive. (Pfizer via AP)

Il y a environ une semaine, l’agence a lancé une alerte aux prestataires de soins de santé concernant le rebond, affirmant que les patients qui ont pris du Paxlovid sont soit testés positifs pour le virus après avoir été testés négatifs, soit présenteront des symptômes de COVID-19.

« Un bref retour des symptômes peut faire partie de l’histoire naturelle de l’infection par le SRAS-CoV-2 chez certaines personnes, indépendamment du traitement par Paxlovid et quel que soit le statut vaccinal », a déclaré l’agence fédérale de la santé à l’époque. Le SRAS-CoV-2 est un autre nom du virus du PCC (Parti communiste chinois) , qui cause le COVID-19.

« Les informations limitées actuellement disponibles à partir des rapports de cas suggèrent que les personnes traitées avec Paxlovid qui subissent un rebond du COVID-19 ont eu une maladie bénigne ; il n’y a pas de rapports de maladie grave. Il n’y a actuellement aucune preuve qu’un traitement supplémentaire soit nécessaire avec Paxlovid ou d’autres thérapies anti-SRAS-CoV-2 dans les cas où un rebond du COVID-19 est suspecté », a ajouté le CDC.

Epoch Times a contacté Pfizer pour un commentaire. Pfizer a déclaré à CBS qu’il observait un taux de rebond d’environ 2% et continuait de surveiller les patients.

« Nous n’avons vu aucune résistance [COVID-19] émerger à ce jour chez les patients traités avec Paxlovid », a déclaré un porte-parole de la société à Reuters.

Depuis quelques semaines, les médecins prescrivent de plus en plus de Paxlovid, autorisé à soigner les personnes à risque. Mais certains travailleurs de la santé ont déclaré à Reuters qu’ils retardaient la prescription du médicament.

« J’hésite à le donner aux personnes à très faible risque et qui ne sont pas très malades, en particulier les personnes vaccinées et boostées », a déclaré le Dr Bruce Farber, chef de la santé publique et de l’épidémiologie pour Northwell Health, dans un entretien avec l’agence de presse. Il prescrira toujours la pilule aux personnes qui ont des problèmes de santé importants ou qui sont âgées de 75 ans et plus.

Il reste toujours l’Ivermectine !

Source : The Epoch Times

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *