fbpx

POURQUOI L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE EST PLUS PERTINENTE QUE JAMAIS

  • L’énergie nucléaire a longtemps été jugée trop dangereuse, trop chère et trop lente à construire, les gouvernements et les entreprises ont renoncé à l’énergie nucléaire pour le solaire et l’éolien.
  • Plus récemment, l’énergie nucléaire a connu une renaissance alors que des pays du monde entier tentent d’atteindre leurs ambitieux objectifs climatiques.
  • Aujourd’hui, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et d’une pénurie mondiale d’énergie, l’importance de l’énergie nucléaire en termes de sécurité énergétique est mise en évidence.

Le marché mondial de l’énergie est en plein bouleversement, avec des factures d’électricité qui montent en flèche dans le monde entier et peu d’options lorsqu’il s’agit de garantir un nouvel approvisionnement. Une combinaison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des années de sous-investissement dans de nouveaux projets et du retour rapide de la demande après que la covid ait submergé le marché de l’énergie. Le prix de tout, du charbon au gaz naturel, en passant par le pétrole et même le lithium, monte en flèche. Et s’il est peut-être impossible de créer de nouveaux approvisionnements à court terme, le moment est certainement venu de reconsidérer la meilleure façon d’investir dans nos infrastructures énergétiques à l’avenir afin de les protéger contre les crises futures. En particulier, il est temps de revisiter le débat sur l’énergie nucléaire, de se demander pourquoi elle est tombée en disgrâce et s’il est temps de la ramener.

L’état du nucléaire aujourd’hui

Après la catastrophe de Fukushima en 2011, l’énergie nucléaire est tombée en disgrâce dans le monde. Plus particulièrement, le Japon et l’Allemagne ont décidé d’éliminer complètement l’énergie nucléaire. Puis, suite au boom du schiste aux États-Unis et à la remarquable réduction des coûts de l’énergie solaire et éolienne, l’économie de l’énergie nucléaire est devenue de moins en moins attrayante. Plus récemment, cependant, l’intérêt pour l’énergie nucléaire rebondit. La Chine s’est engagée à construire 150 nouveaux réacteurs au cours des 15 prochaines années, l’administration Biden investit 6 milliards de dollars pour sauver des réacteurs nucléaires en difficulté financière et la Commission européenne a déclaré que certains investissements dans l’énergie nucléaire seraient étiquetés comme « verts »..Cette précipitation soudaine à soutenir le nucléaire n’est peut-être pas surprenante si l’on considère que la feuille de route de l’AIE pour atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050 avait presque doublé la production d’énergie nucléaire. Malgré cette feuille de route, le nucléaire peine à gagner des appuis.

À l’échelle mondiale, l’énergie nucléaire représentait 10 % de la production mondiale d’électricité en 2021, contre 17 % en 2000. Elle a cependant enregistré une augmentation de 4 % par rapport à l’année précédente, ajoutant 100 TWh pour atteindre un total de 2 736 TWh. Il semble que l’énergie nucléaire pourrait être au bord d’une renaissance, et l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait bien accélérer cela, mais il y a encore de nombreuses raisons de se méfier de la source d’énergie.

L’argument contre le nucléaire

En fin de compte, l’argument contre l’énergie nucléaire se résume à trois facteurs clés : la sécurité, le coût et le temps.

Le problème le plus visible avec l’énergie nucléaire est le danger d’une fusion nucléaire. Le fait qu’en nommant simplement deux villes, Fukushima et Tchernobyl, on puisse évoquer des images d’une catastrophe nucléaire est une preuve suffisante de la peur qui est associée à l’énergie nucléaire. Une fusion nucléaire et les radiations qui en résultent peuvent empoisonner le milieu environnant, obliger les citoyens à fuir définitivement leur domicile et coûter la vie. Au-delà de cette menace plus directe, il y a aussi l’aspect sécurité du stockage des déchets nucléaires. Environ 3 % des déchets nucléaires est tellement radioactif qu’il doit être stocké en toute sécurité pendant 50 ans. Bien qu’il n’y ait pas un énorme volume de déchets à traiter pour le moment, une expansion de l’énergie nucléaire ne fera qu’ajouter à ce risque. Du risque d’explosion ou de fusion nucléaire au problème très réel et non résolu de la gestion des déchets nucléaires, l’énergie nucléaire présente indéniablement un certain degré de risque.

La deuxième faiblesse, et sans doute la plus importante, de l’énergie nucléaire est le coût initial élevé associé à l’achèvement d’un projet. Les défenseurs de l’énergie nucléaire prétendent depuis longtemps que les coûts vont baisser, mais projet après projet a dépassé son budget. Le dernier exemple en date est celui des centrales nucléaires Vogtle 3 et 4 en Géorgie, qui devraient maintenant dépasser de 250 % le budget. En 2017, deux réacteurs nucléaires inachevés en Caroline du Sud ont été abandonnés en raison de dépassements de coûts, gaspillant environ 9 milliards de dollars. Les projets nucléaires qui ont réussi aux États-Unis ont été soutenus par la recherche, le développement et l’assurance du gouvernement. De manière réaliste, le financement d’un projet nucléaire dépasse largement la capacité du bilan de la plupart des services publics aux États-Unis. Alors que les promoteurs peuvent promettre que les prix chuteront, il est difficile de contester le bilan des projets d’énergie nucléaire dépassant le budget.

Enfin, les opposants à l’énergie nucléaire souligneront fréquemment le temps qu’il faut pour mettre en service des projets d’énergie nucléaire. Oui, nous avons besoin d’énergie maintenant, oui nous voulons une énergie à faible émission de carbone, et oui nous avons besoin qu’elle soit fiable, mais si nous approuvons la construction d’une centrale nucléaire aujourd’hui, il faudra 10 ans ou plus pour produire sa première goutte de énergie. Les centrales nucléaires de Géorgie, qui dépassent de 250 % leur budget, ont également six ans de retard. C’est bien de vendre le rêve de l’énergie nucléaire, mais pourquoi gaspiller de l’argent sur un projet énergétique qui, s’il n’est pas abandonné, fournira de l’énergie pour un marché qui sera très différent de celui d’aujourd’hui ?

Depuis une décennie, cet argument est difficile à contrer, mais le contexte géopolitique, environnemental et technologique ayant évolué, il est devenu nécessaire de revisiter le débat.

Pourquoi il est temps pour une renaissance nucléaire

Les principaux atouts de l’énergie nucléaire sont qu’elle est propre, fiable et peu encombrante. Ce sont ces caractéristiques qui en ont fait la source dominante d’électricité propre aux États-Unis. En fin de compte, la raison pour laquelle elle ne s’est pas développée au cours de la dernière décennie est que les coûts et les risques associés à l’énergie nucléaire ont été jugés supérieurs aux avantages de cette énergie propre et fiable. Aujourd’hui, avec la flambée des prix de l’énergie, la hausse des émissions mondiales et la baisse potentielle des coûts du nucléaire, ce calcul a changé. Premièrement, si les gouvernements du monde entier sont sérieux quant à leur engagement à réduire les émissions, l’énergie nucléaire devra être un élément central de leur mix énergétique. Deuxièmement, l’instabilité géopolitique et les problèmes de chaîne d’approvisionnement que connaît actuellement le monde ont mis en évidence l’importance de la sécurité énergétique. Enfin, les nouvelles technologies et approches de production d’énergie nucléaire pourraient contrer certaines des préoccupations des critiques en matière de coût et de temps.

Si les gouvernements et les organisations internationales prennent au sérieux les objectifs agressifs de réduction des émissions qu’ils se sont fixés, ils auront alors besoin d’un approvisionnement énergétique propre et constant. Cela signifie un système énergétique qui utilise des énergies renouvelables combinées à des batteries de stockage, des combustibles fossiles combinés à la capture du carbone, de l’énergie géothermique ou de l’énergie nucléaire. Parmi ces options, l’énergie nucléaire est la seule qui puisse fournir de l’énergie à grande échelle actuellement. Cela signifie que chaque gigawatt d’énergie nucléaire que nous perdons est un gigawatt d’énergie propre susceptible d’être remplacé par du charbon ou du gaz naturel. C’est un phénomène qui a été observé à New York lors de la fermeture de l’usine d’Indian Point. L’argument en faveur de l’énergie nucléaire est encore plus convaincant si l’on y ajoute la nécessité de décarboniser les transports et l’industrie, une tâche qui nécessitera d’énormes quantités de nouveaux approvisionnements énergétiques pour créer de l’hydrogène et de l’ammoniac. Enfin, il y a l’empreinte physique de l’énergie nucléaire, une empreinte qui est amenée à se réduire avec l’avènement des petits réacteurs modulaires. Alors que les mégaprojets d’énergies renouvelables font face à une résistance en raison de la menace qu’ils représentent pour les écosystèmes, les réacteurs nucléaires modernes représentent une menace relativement faible pour l’environnement immédiat. D’un point de vue environnemental, le monde se porte indéniablement mieux avec l’énergie nucléaire qu’il ne le serait sans elle.

Il y a peu d’événements dans l’histoire moderne qui ont souligné l’importance de la sécurité énergétique plus que l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le fait que la Russie soit à la fois en guerre contre l’Ukraine et paie Kiev pour les flux de gaz naturel est difficile de se faire une idée. En fin de compte, l’accès à l’énergie est existentiel. L’Europe ne peut pas se permettre d’arrêter d’importer du gaz naturel et la Russie ne peut pas se permettre d’arrêter d’en vendre. Si l’on considère le nucléaire dans ce contexte, il représente un mix énergétique plus diversifié et donc plus résilient. La Russie est un important exportateur d’uranium, de sorte que toute expansion de l’énergie nucléaire devrait inclure une chaîne d’approvisionnement diversifiée et sécurisée. Mais si l’Europe et les États-Unis avaient soutenu l’énergie nucléaire il y a dix ans, il ne fait aucun doute que les marchés de l’énergie seraient dans une situation très différente aujourd’hui. Une autre question géopolitique d’importance est l’influence qu’un grand acteur de l’énergie nucléaire peut avoir sur la prolifération nucléaire. Selon la trajectoire de l’AIE vers des émissions nettes nulles d’ici 2050, les deux tiers des nouveaux réacteurs nucléaires seront construits dans les marchés émergents et les économies en développement. Pendant ce temps, sur les 72 réacteurs nucléaires construits hors de Russie, moins de 3 % sont construits par des entreprises américaines. La Chine et la Russie construisent respectivement 20 % et 50 % de ces réacteurs. En bref, cela signifie que la Russie et la Chine sont dans une position incroyablement forte pour influencer l’industrie nucléaire internationale. Entre les préoccupations de sécurité énergétique mises en évidence par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les préoccupations de sécurité nationale associées à l’influence sur le régime nucléaire mondial, le rôle géopolitique de l’énergie nucléaire est de plus en plus important.

La dernière raison de reconsidérer le rôle de l’énergie nucléaire à l’ère moderne est les progrès technologiques que l’industrie a subis au cours de la dernière décennie. L’énergie nucléaire devient plus petite, plus sûre et plus rapide. S’il faut prendre les promesses des nouvelles technologies nucléaires avec des pincettes, des projets comme le SMR de Rolls Royce devraient permettre de réduire significativement le prix de l’énergie nucléaire. Comme on pouvait s’y attendre , Bill Gates se lance également dans l’action avec un SMR qui devrait réduire le coût du nucléaire de 50 %. D’autres approches incluent de nouvelles technologies pour réduire la quantité de déchets créés, de nouveaux dispositifs de sécurité qui éliminent le besoin d’électricité hors site et de nouveaux réfrigérants tels que l’hélium ou le sel fondu. Bien que l’on puisse affirmer que les promesses d’une nouvelle technologie nucléaire sont tout aussi valables que les promesses de batteries miracles et de fusion nucléaire, le développement des SMR est considérablement plus avancé que l’une ou l’autre de ces innovations énergétiques. Il est important, lorsqu’on envisage l’avenir de l’énergie nucléaire, de reconnaître que l’industrie elle-même se développe et que les coûts et les délais pourraient bien baisser.

En fin de compte, alors que la promesse d’une nouvelle technologie nucléaire ne convaincra peut-être pas les critiques, la nécessité de réduire les émissions et d’augmenter l’énergie et la sécurité nationale va devenir de plus en plus difficile à ignorer.

La meilleure façon d’adopter l’énergie nucléaire

Si nous voulons adopter l’énergie nucléaire, le problème le plus difficile à surmonter sera le coût. Pour faire face à ce problème, il faut repenser le rôle de l’énergie nucléaire dans notre société. Il faudra, comme argumenté dans un précédent article sur Oilprice.com, traiter notre nucléaire de la même manière que nous traitons les jets militaires. Ceux-ci sont nécessaires, quel qu’en soit le coût. Un entrepreneur du secteur privé soumettra une offre, la fera approuver, puis construira le système. Le premier projet peut dépasser le budget, mais il sera terminé et les projets suivants seront probablement de moins en moins chers, ce qui réduira le coût moyen. C’est une question de sécurité énergétique, de protection de l’environnement et d’influence géopolitique. Il n’est pas nécessaire que ce soit, et ce ne sera probablement jamais, une source d’énergie commercialement viable.

Alors que les prix de l’énergie, les tensions géopolitiques et les émissions mondiales de carbone montent en flèche, l’appel à l’énergie nucléaire ne fera que croître. Selon Voltaire, le mieux est l’ennemi du bien et le nucléaire apparaît comme une solution de plus en plus bonne.

L’énergie est un secteur clé à découvrir (et investir) dans le Portefeuille Alternatif :

Portefeuille alternatif solution d'investissement
Cliquez sur la couverture !

 

Source : Oil Price

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.