fbpx

UNE FÉMINISTE NORVÉGIENNE RISQUE 3 ANS DE PRISON POUR AVOIR DÉCLARÉ QUE LES HOMMES BIOLOGIQUES NE PEUVENT PAS ÊTRE LESBIENNES

La police norvégienne enquête sur des tweets offensants

Une féministe norvégienne risque jusqu’à trois ans de prison pour avoir déclaré que les hommes biologiques ne peuvent pas être lesbiennes.

Oui vraiment.

Christina Ellingsen, de l’organisation féministe mondiale Women’s Declaration International (WDI), fait l’objet d’une enquête policière pour avoir formulé cette affirmation dans un tweet dans lequel elle critiquait le groupe d’activisme trans FRI.

« Pourquoi FRI enseigne-t-elle aux jeunes que les hommes peuvent être lesbiennes ? N’est-ce pas une thérapie de conversion ? » Ellingsen aurait tweeté.

Elle a également remis en question la légitimité de la conseillère de RRI Christine Jentoft s’identifiant comme lesbienne bien qu’elle soit née un homme biologique.

« Jentoft, qui est un homme et un conseiller au RRI, se présente comme une lesbienne – c’est comme ça que l’organisation qui travaille soi-disant pour protéger les intérêts des jeunes lesbiennes est dingue. Comment cela aide-t-il les jeunes lesbiennes lorsque les hommes prétendent être lesbiennes aussi ? » Ellingsen aurait dit.

« Vous êtes un homme. Vous ne pouvez pas être une mère », aurait déclaré Ellingsen à Jentoft.

« Normaliser l’idée que les hommes peuvent être mères est une forme définie de discrimination à l’égard des femmes. »

« Amnesty International accuse également Ellingsen de harcèlement pour avoir dit que Jentoft est un homme à la télévision nationale », rapporte Reclaim the Net.

Les lois norvégiennes sur les crimes de haine ont été rendues plus draconiennes l’année dernière pour faire de la critique de l’idéologie de genre un crime et Ellingsen risque jusqu’à trois ans de prison si elle est reconnue coupable.

« Pour certains groupes, le fait que les femmes et les filles soient des femmes et que les hommes ne puissent pas être des femmes, des filles, des mères ou des lesbiennes, est considéré comme haineux », a déclaré Ellingsen à Reduxx , ajoutant que la police enquêtait sur elle pour « avoir fait campagne pour les droits des femmes ». ”

« Le fait que la police soit légalement en mesure d’enquêter et de persécuter les femmes qui défendent les droits des femmes est préoccupant », a déclaré Ellingsen .

« C’est un nouveau territoire en Norvège, donc le résultat de l’enquête est important, à la fois si l’affaire est classée et si elle mène à un procès », a-t-elle ajouté.

Cependant, le précédent a déjà été créé par une affaire de 2021 où un Norvégien a été emprisonné pendant trois semaines et condamné à une amende pour avoir « mal interprété » quelqu’un qui s’identifie comme transgenre sur Facebook.

Alors que les Américains sont simplement confrontés à des interdictions de médias sociaux pour avoir dit que les hommes ne peuvent pas être des femmes, dans certains pays européens, faire une réclamation risque une peine d’emprisonnement.

Des menaces similaires sont également proférées contre ceux qui critiquent le mouvement LGBT

L’ancienne ministre finlandaise Päivi Räsänen a été accusée de discours de haine pour avoir cité des versets bibliques décrivant l’homosexualité comme « honteuse » et « contre nature », bien qu’elle ait été acquittée par la suite.

L’année dernière, un pasteur chrétien au Royaume-Uni a été arrêté par la police dans les rues de Londres après qu’un membre du public l’ait dénoncé pour le commentaire « homophobe » selon lequel le mariage était entre un homme et une femme.

L’année dernière, des agents du Merseyside ont participé à une campagne publicitaire électronique à l’extérieur d’un supermarché qui affirmait que « être offensant est un délit ».

En 2019, la police britannique a enquêté sur le potentiel «crime de haine» d’une femme transgenre refusée pour un rôle dans la pornographie parce qu’elle a toujours un pénis.

Une vidéo publiée par le ministère de l’Intérieur du gouvernement britannique en 2020 a également suggéré qu’insulter l’apparence de quelqu’un constitue désormais un «crime de haine», bien que ce ne soit pas la loi.

Pour se préserver de ce monde de fou :

Source : Summit News

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *