fbpx

8,1% D’INFLATION : « LES INVESTISSEURS DOIVENT SÉRIEUSEMENT ENVISAGER L’EFFONDREMENT DE L’EUROPE »

« Nous avons toujours su combattre cette fragmentation : en 2010, en 2012, en 2020, à chaque fois avec des instruments différents », a déclaré Villeroy de la Banque centrale européenne.

« Personne ne doit douter, y compris sur les marchés, de notre volonté collective d’empêcher la fragmentation », a poursuivi le Français, les spreads des obligations d’État italiennes s’élargissant [écart de rendement actuariel entre une obligation et le rendement d’un emprunt non risqué pour une même durée].

« Nous avons la volonté, et personne ne devrait douter que nous aurons les instruments si et quand cela sera nécessaire. » Mais cela a bien sûr laissé ceux d’entre nous qui sont payés pour entretenir des doutes se demander ce qui marquera le point où il deviendra nécessaire pour la banque centrale européenne d’intervenir sur les marchés, de créer des euros pour ensuite acheter des obligations périphériques.

« Il n’y a pas de niveaux spécifiques d’augmentation des rendements, ni de taux de prêt ou de spreads obligataires qui peuvent déclencher inconditionnellement ceci ou cela », a expliqué Christine Lagarde, présidente de la BCE, lorsqu’on lui a demandé des détails.

« Nous déterminerons sur la base des circonstances, des pays, comment et quand ce risque est susceptible de se matérialiser et nous le préviendrons », a-t-elle affirmé, espérant qu’une telle ambiguïté découragera les spéculateurs de pousser les marchés au point où la banque centrale s’est engagée agir. « Mais nous sommes attachés – engagés – à une bonne transmission de notre politique monétaire et, par conséquent, la fragmentation sera évitée dans la mesure où elle nuirait à cette transmission », a déclaré Lagarde, confiante.

Mais il n’y a pas deux crises identiques. En 2010, 2012 et 2020, l’inflation européenne dans le nord de l’Europe était pratiquement inexistante. En 2012, lorsque le président Draghi a déclaré que la BCE ferait « tout ce qu’il faut », l’inflation européenne était de 2,35 %.

Dans un monde d’inflation perpétuellement faible, le pouvoir des banques centrales de créer de l’argent pour empêcher la fragmentation – également connu sous le nom de subventionner la cohésion – semble illimité, sans coût. Mais dans un monde où l’inflation est élevée et en hausse, les subventions risquent de stimuler l’inflation et de désancrer les attentes.

Les investisseurs doivent envisager tous les scénarios et doivent évaluer la probabilité que les Européens du Nord soient prêts à supporter de tels coûts au nom de leurs voisins du Sud maintenant que l’inflation de l’UE est de 8,1 %.

Le Canal AAA vise à surperformer l’inflation de manière sécurisée :

Source : Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.