fbpx

LE PDG DE MODERNA DÉPLORE « JETER 30 MILLIONS DE DOSES À LA POUBELLE PARCE QUE PERSONNE N’EN VEUT »

Vers un éveil des consciences ?

Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, se plaint de devoir « jeter » 30 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 parce que « personne n’en veut ».

« C’est triste de dire que je suis en train de jeter 30 millions de doses à la poubelle parce que personne n’en veut. Nous avons un gros problème de demande », a déclaré Bancel à un auditoire du Forum économique mondial, ajoutant que les tentatives de contacter divers gouvernements pour voir si quelqu’un voulait prendre le relais étaient un échec total.

« Nous avons essayé de contacter tous les pays, par l’intermédiaire des ambassades à Washington. Mais personne ne veut les prendre. »

« Le problème dans de nombreux pays est que les gens ne veulent pas de vaccins. »

Les commentaires de Bancel interviennent quelques jours après que Bloomberg ait rapporté que les responsables de la santé de l’UE souhaitaient modifier les contrats avec Pfizer et d’autres fabricants de vaccins afin de réduire les approvisionnements.

Lors d’une réunion virtuelle organisée par le ministre polonais de la Santé, Adam Niedzielski, les gouvernements ont partagé une lettre conjointe à la Commission européenne : « Nous espérons que la discussion entre la Commission et les États membres permettra une flexibilité dans les accords sur les vaccins », ajoutant « Nous comptons également sur les producteurs de vaccins pour faire preuve de compréhension face aux défis exceptionnels auxquels la Pologne est confrontée en soutenant l’Ukraine et en offrant un abri à des millions de citoyens ukrainiens fuyant la guerre ».

Certains pays cherchent à modifier les accords dits d’achat anticipé signés avec les producteurs, alors que la demande diminue et que les budgets sont mis à rude épreuve par les retombées de la guerre en Ukraine et les coûts d’accueil des réfugiés.

L’ajustement des accords avec les fournisseurs pourrait accorder aux États membres le droit de « refaire, suspendre ou annuler complètement les livraisons de vaccins avec une courte durée de conservation », ont écrit les Premiers ministres estonien, letton et lituanien dans une lettre conjointe à la présidente de la Commission, Ursula Von Der Leyen, à la fin du mois dernier.

Dans le même temps, dans une lettre distincte, le ministère bulgare de la Santé a appelé à un « dialogue ouvert » avec la commission et les sociétés pharmaceutiques, affirmant que l’arrangement actuel oblige les États membres à « acheter des quantités de vaccins dont ils n’ont pas besoin ».

Ces Etats ont tardé à réagir, ne faites pas la même erreur !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.