fbpx

LES 5 ÉTAPES DU TOTALITARISME

De l’avènement du Nouvel Ordre Mondial

Les craintes d’une tendance totalitaire croissante aux États-Unis ont augmenté en 2020-2022. Mais à quel point sommes-nous vraiment proches d’un État totalitaire ? Comment de tels régimes sont-ils apparus historiquement et quels sont les signes avant-coureurs ? Cet article répondra à ces questions en examinant les régimes totalitaires aux XVIIIe et XXe siècles et le modèle par lequel ils sont arrivés au pouvoir.

Étape 1 : Mécontentement et grondements

Tout nouvel ordre se dresse sur les ruines de l’ancien.

Ceux qui veulent instaurer un nouveau régime doivent exploiter ou susciter le mécontentement à l’égard du statu quo. Même si ceux qui souhaitent une réinitialisation méprisent l’ancien ordre, ils ne peuvent pas accomplir grand-chose sans exploiter ou fabriquer une attitude similaire dans le public. Le totalitaire révolutionnaire apparaît alors comme la solution à ces problèmes.

Le règne de la Terreur dans la France révolutionnaire, par exemple, n’a pas commencé par le sang mais par le pain. Entre 1715 et 1800, la population de l’Europe a doublé, créant des pénuries alimentaires parmi les Français. De nombreux Français n’apprécient pas l’autorité centralisée croissante du roi. En outre, les idées des penseurs des « Lumières » suscitent un sentiment révolutionnaire. Enfin, le gouvernement français était massivement endetté en raison des nombreuses guerres du XVIIIe siècle, et il augmentait les impôts même sur les nobles.

Ce sont ces souffrances et ces craintes, combinées aux machinations des sociétés secrètes (reconnues par le marquis de Rosanbo lors de la séance de la Chambre des députés du 1er juillet 1904) qui ont conduit à la révolution et au gouvernement totalitaire des Jacobins. Le règne de la Terreur a suivi la chute du roi et de l’ancien régime, que les révolutionnaires ont accomplie en partie à cause des problèmes et des souffrances de la société française avant la révolution.

La révolution bolchevique de 1917 en Russie – qui a instauré un régime totalitaire si sanglant qu’il ferait passer le règne de la Terreur pour une simple goutte d’eau dans le seau de la guillotine – a suivi un schéma similaire. Les communistes bolcheviques ont exploité les souffrances du peuple russe à des fins révolutionnaires. Quelles étaient ces souffrances ? Le peuple russe n’avait plus confiance dans le tsar Nicolas II et son gouvernement, la Russie abritait des minorités ethniques agitées et les armées russes, mal équipées et mal dirigées, étaient en train de perdre contre les Allemands lors de la Première Guerre mondiale. En janvier 1917, les transports vers des villes comme Petrograd sont tombés en panne, ce qui a provoqué des pénuries de nourriture et de carburant et, finalement, des émeutes.

Peu de temps après la montée du bolchevisme en Russie, Adolf Hitler s’engage dans le parti nazi sous la République de Weimar. L’Allemagne d’après-guerre, en proie aux difficultés, bouillonne de mécontentement. Le traité de Versailles avait été sévère : L’Allemagne devait accepter l’entière responsabilité de la guerre, payer des indemnités massives aux Alliés, céder de vastes territoires, ne posséder aucune armée digne de ce nom et être surveillée par les troupes alliées. Dans les années qui suivent la guerre et le traité, l’économie allemande souffre énormément, notamment de l’hyperinflation. Lorsque l’Allemagne a fait défaut sur certains de ses paiements, les troupes françaises et belges ont occupé la région industrielle la plus riche d’Allemagne, le district de la Ruhr, ce qui n’a fait qu’appauvrir l’Allemagne et rendre la population plus furieuse.

Étape 2 : Le faux sauveur et la première révolution

Après avoir identifié et fait appel au mécontentement du peuple, le totalitaire se présente comme un sauveur. Au stade 2, le totalitaire révolutionnaire met en œuvre un changement radical pour « résoudre » les problèmes et le mécontentement du stade 1.

Pour trouver une solution à sa crise de la dette, le gouvernement français a convoqué l’assemblée des États généraux pour conseiller le roi sur la marche à suivre. Le troisième état a rapidement revendiqué la pleine autorité gouvernementale en tant qu' »Assemblée nationale ». L’Assemblée nationale voulait rédiger une nouvelle constitution qui changerait la nature du gouvernement pour faire face aux injustices. Après la prise de la Bastille, les paysans des zones rurales se révoltent contre leurs seigneurs. L’Assemblée nationale déclare l’abolition de la féodalité et introduit la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Avec l’exécution de Louis XVI le 21 janvier 1793, la première étape de la révolution est terminée. Le régicide laisse un grand vide au niveau du pouvoir. Divers groupes ont lutté pour combler ce vide, mais en fin de compte, les Jacobins – les radicaux – ont dominé le nouveau gouvernement révolutionnaire.

Dans la révolution russe, les bolcheviks ont profité des émeutes de la faim qui ont commencé au début de 1917. Lorsque les militaires ont commencé à se ranger du côté des ouvriers émeutiers, au lieu de rétablir la loi et l’ordre, le tsar Nicolas a compris que tout était perdu. Il a abdiqué le 2 mars 1917 (et a été fusillé par la suite). Le Soviet de Petrograd, dirigé par les bolcheviks, prend rapidement le contrôle de la Russie post-tsariste. Leur slogan – Paix, terre et pain – attirait vers eux, comme vers un sauveur, de nombreuses personnes effrayées et en colère. Les 6 et 7 novembre, ils ont organisé un coup d’État qui a finalement renversé le gouvernement provisoire.

La montée initiale du nazisme en Allemagne a été moins sanglante, mais elle était également fondée sur des promesses messianiques. Capitalisant sur le ressentiment en Allemagne dû au traité de Versailles et à la récession économique mondiale de 1929, le parti nazi a gagné en taille et en influence. Les nazis avaient tenté un coup d’État violent en novembre 1923 mais avaient échoué, et ils se sont tournés vers des moyens légaux pour prendre le contrôle du gouvernement. Grâce à l’habileté d’Hitler en matière de propagande, le parti nazi remporte de plus en plus de voix au début des années 1930. Il finit par devenir le deuxième plus grand parti politique du pays. À ce stade, on exige d’Hitler que le président Paul von Hindenburg le nomme chancelier, ce que Hindenburg accepte en 1933. Il ne s’agit pas d’une révolution violente, mais la tentative ratée de 1923 montre les tendances violentes du parti.

Étape 3 : Censure, persécution, propagande et fin de l’opposition

Au stade 3, le bouleversement initial du stade 2 est passé. L’ordre ancien a été fondamentalement modifié, et diverses forces commencent à réagir. Le nouveau gouvernement totalitaire doit faire face à de nombreux ennemis, souvent qualifiés de « contre-révolutionnaires » ou d' »extrémistes ». Le nouvel ordre, qui n’en est qu’à ses débuts, doit lutter pour acquérir davantage de pouvoir et conserver celui qu’il a acquis. C’est pourquoi il s’emploie à combattre ses ennemis par la censure et la persécution.

Dès qu’ils ont pris le contrôle de leur pays, les totalitaires comme Hitler et Vladimir Lénine ont commencé à censurer l’opposition et à faire de la propagande. Chacun de ces dirigeants totalitaires a également pris le contrôle de l’éducation et disposait de forces de police secrète pour surveiller et même tuer toute personne désignée comme ennemie. Une autre stratégie consistait à créer des organisations de jeunesse pour endoctriner les citoyens dans la propagande de l’État dès leur plus jeune âge et arracher leur loyauté à la famille ou à la religion. La religion était presque universellement persécutée une fois ces régimes arrivés au pouvoir.

Enfin, Hitler et Lénine ont interdit (de jure ou de facto) tous les partis et opinions politiques autres que les leurs après leur arrivée au pouvoir. Les totalitaires créent un système de parti unique qui maintient souvent une façade de démocratie.

Étape 4 : La crise

L’étape 4 prépare le terrain pour que le gouvernement totalitaire puisse exercer un contrôle total sur ceux qui sont sous sa coupe. Elle consiste en un moment de crise, qui peut être soit une menace réelle, soit un faux drapeau qui semble menacer la nation.

En 1793, la Révolution française était à un point de crise. Les défenseurs de l’ordre ancien se sont levés de toutes parts pour écraser le nouvel ordre. Les armées autrichienne et prussienne encerclent la France, tandis que les paysans vendéens se révoltent contre le gouvernement et l’armée révolutionnaires. Ainsi, au nom de la « sécurité publique », le gouvernement décide de prendre des mesures sévères contre tous les ennemis de la révolution. Et donc, bien sûr, ils avaient besoin de plus de contrôle. C’était la tâche du Comité de sécurité publique, et il ne souffrait d’aucun scrupule dans ses méthodes.

Le 3 août 1918, Lénine est abattu après avoir prononcé un discours dans une usine. Alors qu’il se rétablit à l’hôpital, il écrit à un subordonné : « Il faut secrètement – et de toute urgence – préparer la terreur. » C’est le début d’une campagne de meurtres et de détentions massives par le gouvernement, connue dans l’histoire comme la Terreur rouge. Comme toujours, la justification de ces actes était l' »urgence » indiquée par la tentative d’assassinat. Les « radicaux » et les « contre-révolutionnaires » étaient prétendument « à la porte » et il était nécessaire d’utiliser des mesures extrêmes pour faire face à cette « menace » imminente. Ainsi allait la rhétorique. Et c’est toujours le cas.

Hitler a également utilisé l' »état d’urgence » pour justifier sa répression. Le 27 février 1933, le Reichstag est la proie des flammes. En réponse, Herman Gorrin, ministre de l’intérieur, ordonne un raid sur les quartiers généraux communistes, prétendument à la recherche de preuves de sédition et d’un complot communiste visant à attaquer les bâtiments publics. Dans l’esprit d’Hitler, c’était le signal pour prendre le contrôle total. Le 28 février, le cabinet abolit la liberté d’expression, de réunion, de vie privée et de la presse. Environ quatre mille personnes sont arrêtées cette nuit-là. Cette « crise », accompagnée du discours habituel sur la sécurité et la lutte contre les menaces, marque le début du totalitarisme en Allemagne.

Étape 5 : Purges, génocide et contrôle total

Utilisant la crise du stade 4 comme excuse, le gouvernement totalitaire prend maintenant le contrôle absolu de la vie de ses citoyens. Le régime surmonte les ennemis des étapes 3 et 4. Il commence à imposer brutalement son « utopie » et son idéologie à la population. À ce stade, les plus grandes atrocités sont commises à l’encontre de la population, car la résistance au régime totalitaire a été écrasée. Le peuple est sans défense et démoralisé. Rien ne s’interpose entre le régime et ses victimes. Cette étape implique des massacres de masse, le régime liquidant tous les ennemis restants tout en cherchant à contrôler chaque détail de la vie des citoyens.

Au cours des dernières étapes de la Révolution française, le Comité de salut public a reçu des pouvoirs dictatoriaux pour vaincre quiconque s’opposait au gouvernement révolutionnaire. En 1793-94, le CPS élimine les groupes révolutionnaires rivaux avant d’adopter une loi qui suspend les droits des citoyens à un procès public ou à une assistance juridique et ne donne au jury que deux options, l’acquittement ou la mort. Le résultat est effrayant : dans toute la France, trois cent mille suspects sont arrêtés, dix-sept mille sont exécutés, et environ dix mille meurent en prison ou sans procès.

Mais ce n’est rien comparé à la Terreur rouge et aux purges de Joseph Staline. Le parti se sert de la tentative d’assassinat de Lénine pour justifier une persécution intense de ses ennemis. Des dizaines de milliers de personnes en sont victimes, comme l’explique Richard Pipes dans son ouvrage La Révolution russe de Richard Pipes. Mais l’œuvre de Lénine n’était qu’un précurseur des « purges » des ennemis politiques de Staline. Les historiens sont divisés sur le nombre de personnes que Staline a tuées, mais les estimations atteignent jusqu’à soixante millions.

Les estimations du nombre de personnes tuées par Hitler et son parti nazi varient également. Selon le United States Holocaust Memorial Museum, le chiffre s’élève à dix-sept millions, mais seul Dieu peut en être certain.

Outre les massacres, les régimes totalitaires établis cherchent à contrôler la vie quotidienne par des mesures telles que la censure, la propagande, le contrôle des armes à feu et les passeports intérieurs.

Les États-Unis en 2022

Les États-Unis se dirigent-ils donc vers le totalitarisme ? Nous passons ici des faits à la spéculation – une activité risquée. La réponse n’est pas simple. Mais si nous prenons soin d’éviter l’exagération, certaines comparaisons utiles peuvent être faites.

  • Des forces aux États-Unis ont-elles profité de problèmes réels ou imaginaires dans le pays pour susciter le mécontentement et même la violence ? La mort de George Floyd et les allégations associées de racisme systémique en 2020 ont donné lieu à des émeutes violentes et destructrices. Heureusement, cela s’est calmé, mais, comme dans la Russie pré-soviétique, les tensions persistantes autour des minorités raciales continuent de menacer de nouveaux troubles sociaux. Ces troubles pourraient s’intensifier si les prédictions de pénurie alimentaire et d’inflation croissante se réalisent dans les mois et années à venir.
  • Un personnage ou un groupe s’est-il présenté comme un sauveur apportant la solution à nos problèmes, une solution qui nécessitera la réduction des droits individuels ? La liberté de réunion, la liberté d’expression, l’application régulière de la loi ou les droits religieux sont-ils attaqués ? La pandémie de covidés a été utilisée par les gouvernements du monde entier pour justifier de vastes restrictions de la liberté individuelle, notamment des limitations de la liberté de réunion, la fermeture de centres religieux et la censure d’informations ou de points de vue qui s’opposent au récit et aux diktats officiels des covidés. Nombre de ces responsables publics se sont présentés comme des « experts » dont les politiques musclées étaient « nécessaires » à la « sécurité publique ». Des entités telles que le Forum économique mondial et de nombreux dirigeants mondiaux continuent de discuter de la nécessité d’une « grande réinitialisation », en partie en réponse à la « menace » du covid. Cette réinitialisation comprend tout, de la refonte des systèmes de santé et d’éducation à la mise en place de passeports vaccinaux. On nous présente cela comme notre « salut » contre le covid et d’autres dangers, dont le racisme.
  • Sommes-nous confrontés à la censure aux États-Unis ? Nos sources médiatiques sont-elles indépendantes et objectives ou contraintes et contrôlées ? Comme la récente débâcle Musk/Twitter l’a mis en évidence, Big Tech porte la responsabilité de la censure de certaines informations et opinions avec une régularité croissante ces dernières années, et notamment des voix conservatrices.
  • Les États-Unis vivent-ils sous le régime du parti unique ? Pour autant que l’on puisse dire, la réponse à cette question est non. Toutefois, si les allégations de fraudes électorales qui abondent depuis les élections de 2020 sont vraies et que ces fraudes ne sont pas corrigées, nous vivons effectivement dans un système de parti unique, puisqu’un parti peut se maintenir au pouvoir indéfiniment par des moyens illégaux. Mais il s’agit d’une hypothèse importante.
  • Sommes-nous en train d’assister à des arrestations ou à des meurtres de masse ? Il est clair que nous n’en sommes pas encore au stade 5 des arrestations et des tueries de masse, même si les données sur les réactions indésirables au vaccin contre le covid sont préoccupantes. Cependant, ces données, même si elles sont exactes, ne démontrent pas définitivement que la préméditation ou un régime totalitaire est le coupable derrière ces blessures et ces décès. Pourtant, je pense que cette possibilité ne doit pas être totalement écartée.

Une dernière remarque s’impose. Bien qu’il existe des similitudes troublantes entre la trajectoire des États-Unis et les exemples historiques de totalitarisme décrits ci-dessus, nous devons éviter à la fois les extrêmes d’un fatalisme alarmiste et d’un déni de la réalité. D’une part, les événements de ces dernières années dans notre pays sont sinistres. D’autre part, l’histoire ne fonctionne pas comme une machine, et de nombreux facteurs entrent en jeu. Je ne prétends pas connaître l’avenir, et je ne crois pas au déterminisme historique. En fin de compte, le fait que les États-Unis se dirigent ou non vers le totalitarisme dépend en grande partie de nous et de notre capacité à résister ou non à ces tendances.

Contre les totalitarismes en tout genre :

Source : mises.org

Je partage maintenant !

One thought on “LES 5 ÉTAPES DU TOTALITARISME

  • 1 juillet 2022 à 9h45
    Permalink

    Bon, on dirait un manuel d’histoire moderne laborieusement écrit par un recalé au bac…
    L’analyse des faits de société ayant conduit la société française à la Révolution est digne du discours lénifiant des autorités républicaines prodigué aux élèves de la communale.
    Et puis, que dire d’une phrase comme « À ce stade, on exige d’Hitler que le président Paul von Hindenburg le nomme chancelier » qui ressemble à ces traductions automatiques qui ne s’encombrent guère du sens et de la véracité du résultat de leurs opérations.
    Désolé, impossible d’accrocher à un tel travail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *