fbpx

TOUR D’HORIZON DU TABAGISME EN EUROPE

Le tabagisme reste très présent dans toute l’Europe

Selon Aube digitale :

Les dernières données d’Eurostat ont révélé que 18,4 % des résidents de l’UE âgés de 15 ans et plus étaient des fumeurs quotidiens en 2019.

Quelques chiffres :

Le tabac fait environ 6 millions de victimes par an dans le monde.

Ce chiffre pourrait atteindre 8 millions en 2030. En 2011 partout dans le monde, plus de 5 millions de personnes sont mortes des suites d’un infarctus, d’un accident vasculaire cérébral, d’un cancer, d’une pneumopathie ou d’une autre maladie liée au tabac.

Le tabac tue 1 adulte sur 9 sur la planète où il représente la 2ème cause de mortalité.

Selon l’OMS, le tabac, qui a fait 100 millions de morts au 20e siècle, pourrait en faire 1 milliard au 21ème siècle.

Le tabac fait environ 700 000 victimes par an en Europe. Un fumeur sur deux mourra prématurément d’une maladie due au tabac.

Le Covid n’a qu’à bien se tenir.

« Comme le détaille Anna Fleck de Statista ci-dessous, la Bulgarie arrive en tête pour la plus grande proportion de personnes conservant cette habitude, avec 28,7 % de résidents fumant quotidiennement, suivie par la Grèce (23,6 %), la Lettonie (22,1 %) et l’Allemagne (21,9 %).

À l’autre bout du spectre, seuls 6,4 % des Suédois déclarent fumer tous les jours.

Le Royaume-Uni ne faisant plus partie de l’UE, les données du pays n’ont pas été incluses par Eurostat, mais l’OPN (Opinions and Lifestyle Survey) a fourni ses propres données. Comme le montre le graphique ci-dessus de Statista, le Royaume-Uni se situe en dessous de la moyenne européenne, avec une part de 15,8 %.

Alors, le tabagisme est-il en baisse ? Bien que la moyenne européenne en 2019 (18,4 %) soit assez similaire à la précédente publication de données d’Eurostat sur le sujet en 2014 (19 %), il semble qu’avant la pandémie, la plupart des pays enregistraient une baisse générale du tabagisme.

Seuls quatre des pays étudiés ont connu une augmentation au cours des cinq années, avec une variation de +6,9 % en Allemagne, +1,4 en Bulgarie, +1,1 en Irlande et +0,5 à Malte. La Hongrie a enregistré la plus forte baisse, avec une variation de -6,5 % du nombre de fumeurs. »

Les effets variables du Covid-19 sur le tabagisme

« Il reste à voir quel impact la pandémie aura eu sur la part exacte de fumeurs quotidiens à l’échelle européenne.

Au Royaume-Uni du moins, les données de 2020 suggèrent que la tendance à la baisse a pu être exacerbée par la pandémie, puisque la BBC rapporte que plus d’un million de personnes auraient arrêté de fumer depuis la première vague. D’autres médias ont toutefois signalé depuis une augmentation du tabagisme dans différents pays, due à l’ennui et au stress. »

Il est à savoir aussi que les mauvaises habitudes (alimentaires, alcool, tabac, etc…) sont aussi très héréditaires, tout comme la condition sociale. Beaucoup de fumeurs on eut des parents qui l’étaient aussi.

De plus, cela se retrouvent aussi dans la hiérarchie sociale, fumer des cigarettes est une habitude très répandus chez les classes sociales les plus modestes, métiers de services (hôtelleries restauration, métiers physique et dangereux, BTP chauffeurs routier, etc…).

Les gens puissants quant à eux économisent leur temps et leur énergie, ou se dirigent vers des produits dits plus raffinés.

Avant de démarrer une cave à cigare, il faut en avoir les moyens. Comment ? En devenant libre :

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *