fbpx

LA RUSSIE EXIGE LE PAIEMENT EN ROUBLE POUR SES CÉRÉALES EN TANT QUE PLUS GRAND EXPORTATEUR DE BLÉ AU MONDE

Après avoir menacé de le faire pendant quelques mois maintenant, la Russie a appuyé sur la gâchette pour élargir la liste des produits pour lesquels elle exige un paiement en roubles pour inclure désormais les exportations de céréales, à compter de vendredi dernier selon un site Web juridique du gouvernement.

Alors maintenant, les céréales, l’huile de tournesol et les tourteaux extraits sont les prochains à suivre la décision de mars de facturer les clients des pays « inamicaux » – y compris les principaux clients en Europe – en roubles pour le gaz naturel au lieu des dollars et des euros normatifs.

En plus de cette décision, le ministre de l’Agriculture Dmitry Patrushev a récemment annoncé que les produits agricoles russes iraient uniquement aux « pays amis » et selon « qui en a le plus besoin » – une déclaration extrêmement importante qui ne manquera pas de continuer à semer l’incertitude et le chaos pour l’approvisionnement alimentaire mondial.

Via Farmdocdaily :

La Russie et l’Ukraine représentent 14% de la production mondiale de blé et se classent respectivement 1ère et 5ème. Les deux pays sont d’importants exportateurs, fournissant près de 30 % des exportations mondiales de blé. L’UE, les États-Unis et le Canada sont également d’importants producteurs et exportateurs de blé. La Chine et l’Inde sont de grands producteurs de blé, mais sont des importateurs nets et fournissent des parts relativement faibles des exportations mondiales de blé. Les autres pays dont la part des exportations de blé est assez importante sont l’Australie (8,4%), l’Argentine (6,6%), le Kazakhstan (4,1%) et la Turquie (3,4%).

Les médias d’État russes ont détaillé plus en détail le nouveau décret publié sur un portail de droit gouvernemental : « Il prévoit également une prolongation d’un an des droits à payer en monnaie nationale sur l’huile de tournesol et le tourteau de tournesol exportés jusqu’au 31 août 2023. »

Et plus loin, « Dans le cadre du nouveau mécanisme de paiement, le prix de base pour le calcul du droit d’exportation sur le blé sera de 15 000 roubles (plus de 267 dollars) par tonne. »

Alors que la Russie a accusé les sanctions occidentales visant à punir et à isoler l’économie russe d’avoir ravagé l’approvisionnement alimentaire mondial, et en particulier les pays du Moyen-Orient et d’Afrique déjà fortement dépendants des exportations de céréales de l’Ukraine et de la Russie, les pays du G7 il y a quelques jours lors de leur sommet en Allemagne ont fustigé Moscou dans un communiqué pour ce qu’il a appelé « une attaque à motivation géopolitique contre la sécurité alimentaire mondiale ».

Alors que ces accusations d' »attaque contre l’approvisionnement alimentaire » contre la Russie depuis l’Occident persistent, surtout au cours des deux derniers mois, alors que les exportations de céréales ukrainiennes sont restées bloquées dans les ports déchirés par la guerre, le Kremlin a également accusé l’exploitation militaire ukrainienne de son propre littoral d’avoir bloqué le grain. La soi-disant « hausse des prix de Poutine » – comme la Maison Blanche l’a surnommée – a également été un sujet de discussion central dans les discussions sur les craintes d’inflation croissante.

Dans des déclarations de vendredi dernier, le président russe Vladimir Poutine a blâmé les « actions irresponsables » des pays du G7 eux-mêmes. Il a déclaré à l’époque, selon une traduction des médias russes :

« La forte augmentation de l’inflation ne s’est pas produite hier – c’est le résultat de… de nombreuses années de politique macroéconomique irresponsable des pays du G7 »,  a déclaré Poutine lors de la réunion BRICS Plus.

« Nous sommes certainement prêts à continuer à remplir de bonne foi toutes nos obligations contractuelles pour la fourniture de produits agricoles, d’engrais, de vecteurs énergétiques et d’autres produits critiques », a souligné Poutine. Il a en outre critiqué ce que les dirigeants occidentaux appellent souvent le non-respect par la Russie de « l’ordre fondé sur des règles », interrogeant sarcastiquement : « Quelles règles ? Qui a inventé ces règles ? » 

Source : Farmdodaily

Farmdocdaily : L’Ukraine et la Russie sont les principaux producteurs et exportateurs d’huile de tournesol, qui représentent une part de production de 9 % et près de 2 % d’exportation pour le marché mondial des huiles végétales. Près de 60 % de la production mondiale d’huile de tournesol se produit en Ukraine et en Russie, et les deux pays représentent plus de 75 % des exportations mondiales.

Pendant ce temps, le New York Times a évalué plus tôt cet été où en étaient les efforts des États-Unis et de l’UE pour infliger des dommages graves et durables à l’économie russe, écrivant : « L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché une condamnation mondiale et des sanctions sévères visant à ébranler le trésor de guerre de Moscou. Pourtant, les revenus de la Russie provenant des combustibles fossiles, de loin sa plus grande exportation, ont atteint des records au cours des 100 premiers jours de sa guerre contre l’Ukraine, tirés par une aubaine provenant des ventes de pétrole dans un contexte de flambée des prix , selon une nouvelle analyse.

« La Russie a réalisé ce qui est très probablement un record de 93 milliards d’euros de revenus provenant des exportations de pétrole, de gaz et de charbon au cours des 100 premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par le pays, selon les données analysées par le Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur, un organisation de recherche basée à Helsinki, en Finlande », poursuit le rapport, basé sur l’étude.

Comprendre le marché agro-alimentaire :

Source : Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *