fbpx

UN TRANSFERT D’OR PRÉVU EN 2015 DE LONDRES VERS LA SUISSE NE SERAIT TOUJOURS PAS ARRIVÉ

La confiance ne règne plus…

Un plan conçu par la banque centrale autrichienne en 2015 pour transférer 50 tonnes de son or de Londres vers la Suisse n’a toujours pas été mené à bien sept ans plus tard. Voici une introduction de ce qui a pu se passer.

Depuis 2007, la banque centrale autrichienne (Oesterreichische Nationalbank, ci-après « OeNB ») possède de l’or, soit 280 tonnes. Dans un rapport publié par la « cour des comptes » autrichienne (Rechnungshof, RH) en février 2015, il est indiqué que l’Autriche détient une trop grande partie de son métal (82 %) à Londres, dans la Banque d’Angleterre (BOE). La cour des comptes a conclu que tous les contrats entre OeNB et ses dépositaires externes, mais surtout en Angleterre, comportaient des lacunes et que les mesures d’audit faisaient défaut.

Peu après, la banque centrale autrichienne a annoncé un nouveau concept de stockage. Les contrats avec les dépositaires externes seraient revus et modifiés, 90 tonnes seraient rapatriées et stockées à l’OeNB, et 50 tonnes seraient transférées de Londres à la Suisse. Ce nouveau concept de stockage devait être achevé en cinq ans (2020).

En 2018, OeNB a annoncé avoir rapatrié 90 tonnes de Londres – en avance sur le calendrier. Jusqu’à cinquante pour cent de l’or d’OeNB a été rapatrié, réparti entre les propres coffres d’OeNB (90 tonnes) et les coffres de la Monnaie autrichienne (50 tonnes). Le transfert de l’or de Londres vers la Suisse n’était cependant pas encore terminé.

De janvier 2020 à janvier 2022, le site Web de l’OeNB affichait un graphique indiquant que tout le métal censé se trouver en Suisse était arrivé, mais il était précisé en petits caractères : « En 2020 au plus tard, l’OeNB aura achevé la mise en œuvre de sa politique de stockage de l’or en Suisse. »

Il est très probable que jusqu’à aujourd’hui, l’or qu’il était prévu de transférer de Londres à la Suisse n’est toujours pas arrivé. Quelque part après janvier 2022, le graphique ci-dessus a disparu site Web d’OeNB. On peut maintenant lire sur la page Web :

« Le transfert [de Londres vers la Suisse] a été reporté jusqu’à ce que les obstacles organisationnels et logistiques aient été résolus. »

Dans un courriel, OeNB m’a écrit :

« Nous pouvons confirmer que le transfert a été reporté. Cependant, nous ne sommes pas autorisés à divulguer des détails afin de respecter les obligations contractuelles et garder les secrets d’affaires des partenaires externes impliqués. »

En fait, OeNB savait que le transfert serait reporté bien avant 2022. Dans le rapport annuel 2015 d’OeNB le plan original est indiqué : 90 tonnes seraient rapatriées d’OeNB et 50 tonnes seraient transférées du Royaume-Uni vers la Suisse d’ici 2020 (pour stocker 50% en Autriche, 30% au Royaume-Uni et 20% en Suisse). La même échéance a été divulguée dans le rapport annuel 2016 de l’OeNB.

Le plan original a été adapté pour la première fois dans le rapport annuel 2017 d’OeNB. L’échéance a été abandonnée et remplacée par : « Nouvelle politique de stockage de l’or. » Entre-temps, zéro quantité d’or n’était arrivé en Suisse à ce moment-là. Encore 3% étaient stockés en Suisse, comme avant le nouveau concept.

Sur la base des dates de publication des rapports, OeNB a dû conclure que l’expédition vers la Suisse serait reportée entre mai 2017 et mai 2018. Le rapatriement de l’or de Londres s’est déroulé comme prévu.

Qu’est-ce qui a bien pu se passer entre mai 2017 et mai 2018 pour qu’OeNB doive attendre plus de six ans pour transférer son or de Londres en Suisse ?

Rien n’est moins sur qu’une banque dite « nationale » !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *