fbpx

LA MAISON BLANCHE MODÉLISE DISCRÈTEMENT LE « CHOC » PÉTROLIER À 200 $

Naufrage des démocrates

Alors que l’administration Biden espère et prie pour que quelqu’un – n’importe qui – regarde le tribunal comique du « 6 janvier » qui se déroule au Congrès et qui a pour but d’empêcher Trump de se présenter à la présidence en 2024 tout en faisant oublier à des centaines de millions d’Américains que l’administration actuelle pourrait bien être la pire de l’histoire des États-Unis, elle se prépare discrètement au pire.

Comme le rapporte CNN, le maître à penser de la propagande pro-Biden, lorsqu’il s’agit de ce qui compte vraiment (du moins selon Gallup), à savoir l’économie, et plus particulièrement les prix galopants de l’essence, la Maison-Blanche est dans un désordre historique.

Pour une administration qui, à la fin de l’année dernière, prévoyait une stabilisation de l’inflation à son niveau le plus élevé depuis 40 ans et qui s’est empressée de vanter la rapidité historique de la reprise après la crise économique due à une pandémie, il y a un niveau de frustration qui accompagne un moment extrêmement périlleux. Interrogé par CNN sur les progrès réalisés sur un défi apparemment insoluble, un autre haut responsable de la Maison Blanche a répondu sèchement : « Lequel ? »

Les suspects à l’origine de cette implosion historique sont bien connus : « la flambée des prix, les sondages qui vacillent et les majorités du Congrès qui semblent être au bord du gouffre ne manquent pas de raisons de s’inquiéter. Les prix de l’essence oscillent autour de 5 dollars le gallon, affichés sur les panneaux d’affichage dans tout le pays comme un rappel symbolique quotidien de la réalité – dont les responsables de la Maison Blanche sont extrêmement conscients – que l’opinion du pays sur l’économie s’assombrit et entraîne avec elle l’avenir politique de Biden ».

« Il ne faut pas être une personne très sophistiquée pour savoir comment les lignes d’approbation présidentielle et les prix de l’essence évoluent historiquement aux États-Unis », a déclaré un haut responsable de la Maison Blanche à CNN.

Selon la moyenne des sondages de CNN, 39 % des Américains approuvent le travail de M. Biden à la présidence. Ses chiffres sur l’économie, le prix de l’essence et l’inflation en particulier sont encore plus mauvais dans les sondages récents. Ce que CNN ne vous dira pas, c’est que Biden est maintenant bien en dessous de Trump dans les sondages à ce stade de son mandat.

L’expertise de CNN expert

L’article de CNN se lance ensuite dans une longue analyse des causes de la crise actuelle de l’essence (ceux qui ont beaucoup de temps à tuer peuvent le lire ici) et tente également d’expliquer, sans vraiment le dire, que la seule chose qui puisse résoudre le problème est une augmentation de l’offre, mais comme nous l’avons d’abord expliqué, cela ne peut pas se produire et ne se produira pas parce que les fanatiques verts et les environnementalistes socialistes ne seront jamais d’accord pour augmenter la production.

Ce qui nous amène à la chute : comme l’écrit Phil Mattingly de CNN, « au lieu de gérer une économie au milieu d’une rotation naturelle qui l’éloigne de la reprise et l’amène à une période stable de croissance, les responsables économiques analysent et modélisent les pires scénarios, comme ce que le choc d’un prix du pétrole atteignant 200 dollars le baril pourrait signifier pour l’économie ».

Eh bien, dans un article intitulé « Donnez-nous un plan ou donnez-nous quelqu’un à blâmer« , cela semble être à la fois un plan, et quelqu’un à blâmer.

Mais malheureusement pour Biden – et CNN qui espère réinitialiser les attentes – les choses ne vont faire qu’empirer, car comme nous l’avons noté il y a quelques instants, alors que personne n’y prêtait attention, les stocks sont tombés à seulement 1 million de barils du plancher opérationnel d’environ 20 millions de barils. Cela signifie que les États-Unis râclent officiellement les fonds de réservoir.

Mais attendez, il y a plus… ou plutôt, c’est encore pire, car comme le note même le gourou en chef de l’énergie de Bloomberg, Javier Blas, au cours des 2 dernières semaines, le gouvernement américain a drainé 13,7 millions de barils de la SPR [réserves stratégiques de pétrole], « et pourtant, les stocks de pétrole commerciaux ont encore chuté de 3 millions de barils au cours de la période ».

Imaginez, demande Blas pour la forme, « si le SPR n’existait pas. Ou ce qui se passerait après octobre, lorsque les ventes prendront fin. »

Et voici la chute : au rythme record actuel de drainage du SPR, d’une manière ou d’une autre, l’administration Biden devra mettre fin à ses tentatives artificielles de maintenir le prix du pétrole plus bas à un moment donné en octobre (ou risquer d’entrer en guerre avec la Chine pour Taïwan avec pratiquement aucune réserve de pétrole). Cela signifie que, à moins que Poutine ne mette fin à sa guerre au cours des cinq prochains mois, il y a une chance non négligeable que le pétrole atteigne un prix record d’environ 200 dollars – précisément le prix auquel la Maison Blanche se prépare – quelques jours avant les élections de mi-mandat. Ce qui se traduit par une essence à plus de 10 dollars.

Et tandis que l’on peut se demander combien de temps encore les démocrates peuvent continuer à faire le spectacle du « 6 janvier » alors que l’économie entière implose autour d’eux, comment l’Amérique votera en novembre lorsque le prix de l’essence sera à deux chiffres ne devrait être un mystère pour personne.

Crise de l’énergie, êtes-vous prêt pour le black-out !?

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.