fbpx

LA GRANDE RÉINITIALISATION DU CAPITALISME

Dis Jamy, c’est quoi le Great Reset ?

Qu’est-ce que le Great Reset et pourquoi devrions-nous nous en soucier ? Au milieu d’une crise médico-sociétale tumultueuse, probablement orchestrée par le Parti Communiste Chinois et encouragée par l’aide financière « gain de fonction » du America’s National Institutes of Health à l’Institut de virologie de Wuhan, pourquoi le Forum Économique Mondial (WEF) basé en Suisse prône une « réinvention » complète des structures sociales, économiques et morales du monde occidental ? Et pourquoi maintenant ? Quelles sont ses aspirations, ses prescriptions et ses interdictions, et comment cela nous affectera-t-il prospectivement ? C’est une question que les hommes et les femmes du WEF espèrent que vous ne poserez pas.

Ce livre cherche à fournir les réponses. Il y a de nombreux précédents historiques, depuis les fulminations de Démosthène contre Philippe II de Macédoine (le père d’Alexandre le Grand), les Philippiques de Cicéron dénonçant Marc Antoine, l’Adversus Marcionem¸ du chasseur hérétique de Tertullien et le Nietzsche contra Wagner du philosophe Friedrich Nietzsche. Les questions historiques importantes sont souvent mieux débattues rapidement, quand quelque chose peut encore être fait à leur sujet; entre-temps, les historiens du futur peuvent au moins appréhender les enjeux tels que les participants eux-mêmes les ont vus et vécus. Reste à savoir si le monde autrefois libre des démocraties occidentales succombera au totalitarisme paternaliste des Resetters oligarchiques. Mais c’est notre tentative de l’arrêter.

se-dresser-contre-great-reset-élites-mondiales-projet-micheal-walsh
Michael Walsh, l’auteur de ce texte, aurait-il été inspiré ?

L’insatisfaction perpétuelle de l’humanité à l’égard de sa situation actuelle, quelle qu’elle soit, est si grande que l’envie de refaire le monde est aussi ancienne que l’histoire écrite. Eve est tombée sous le charme du serpent et, en cueillant une pomme, a cherché à améliorer sa vie dans le jardin d’Eden en devenant, selon les mots de Milton, « comme des dieux, connaissant à la fois le bien et le mal comme eux ». Le fruit défendu était un cadeau qu’elle partageait avec Adam ; à quel point cela s’est avéré être l’histoire de la race humaine depuis. De hautes aspirations, des résultats désastreux.

L’expulsion du Jardin, cependant, n’a pas découragé les autres d’essayer. En effet, toute la chronique de la civilisation occidentale est mieux considérée comme une lutte sans fin et inéluctable pour la supériorité culturelle et politique, le plus souvent exprimée militairement (puisque c’est ainsi que les humains décident généralement des choses) mais s’étendant à toutes choses à la fois spirituelles et physiques. L’insatisfaction à l’égard du statu quo n’est peut-être pas universelle — les cultures asiatiques intemporelles et statiques, comme celle de la Chine, se l’ont vu imposer par des forces occidentales extérieures, y compris les Britanniques et les marxistes-léninistes — mais c’est une caractéristique de l’Occident et son roulement civilisationnel régulier qui remonte au moins à Homère, Platon, Eschyle, Hérodote, Périclès et Alexandre le Grand, avec qui l’histoire occidentale commence proprement.

Tuer Dieu pour faire sauter les barrières

Le philosophe Friedrich Nietzsche, évaluant l’inélégant Koine, ou démotique, grec du Nouveau Testament dans Par-delà le bien et le mal, a observé : « C’est un raffinement particulier que Dieu ait appris le grec quand il a voulu devenir écrivain — et qu’il ne l’ait pas mieux appris ». Nietzsche, le fils du prédicateur qui est devenu par pure volonté un athée dévoué, se moquait de la croyance fondamentaliste selon laquelle les Écritures chrétiennes étaient les paroles littérales de Dieu lui-même (les musulmans, bien sûr, croient la même chose à propos du Coran, si ce n’est plus). Si quelque chose d’aussi élémentaire, d’aussi essentiel à la pensée occidentale que l’authenticité de la Bible, sans parler de la capacité linguistique de Dieu, pouvait être remis en question et même moqué, alors tout était discutable, y compris, dans le cas de Nietzsche, Dieu lui-même.

Avec la mort de Dieu — ou d’un dieu — Nietzsche cherchait à se libérer du Ju-Jitsu moral de Jésus : que la faiblesse était une force ; que la victimisation était noble ; que le renoncement — à l’amour, au sexe, au pouvoir, à l’ambition — était la plus haute forme d’accomplissement. Que le rejet de Dieu par Nietzsche ait été accompagné par son rejet de Richard Wagner, dont les drames musicaux sont basés sur l’élévation morale du rejet, n’est pas une coïncidence ; les grandes figures du XIXe siècle, dont Darwin et Marx, tous nés à quelques années d’intervalle, n’étaient pas seulement des révolutionnaires, mais incarnaient en eux-mêmes des forces antithétiques qui, d’une manière ou d’une autre, ont évolué en grandes synthèses hégéliennes de l’effort humain avec lesquelles nous sommes encore aux prises aujourd’hui.

se-dresser-contre-great-reset-élites-mondiales-philisophes-allemands-révolte
Les philosophes allemands du XIXème siècle.

Wagner, l’athée schopenhauerien qui est revenu vers le christianisme et l’antisémite qui engagea le juif Hermann Levi comme le seul homme capable de diriger son ode finale à la transfiguration chrétienne, Parsifal. Charles Darwin, étiqueté comme un presbytérien anglican mais qui est devenu l’auteur de De l’origine des espèces, La descendance de l’homme, et jusqu’à La formation de la moisissure végétale par l’action des vers. Karl Marx, le rejeton de rabbins dont le père s’est converti au luthéranisme et, comme Wagner pendant un certain temps, un rebelle apatride qui a prêché que le dépérissement de l’État lui-même était « inévitable » – et pourtant l’État perdure, aussi meurtri qu’il puisse être à le moment.

Il est normal que la « Grande réinitialisation du capitalisme » soit une idée originale du WEF, qui organise une conférence annuelle dans le village alpin de Davos, le site du sanatorium pour tuberculeux auquel le naïf Hans Castorp rend compte au début du chef-d’œuvre de Thomas Mann, La Montagne Magique. Prévoyant de rendre visite à un cousin malade pendant trois semaines, il finit par rester sept ans, « progressant » d’individu en bonne santé à patient lui-même alors que sa perception du temps ralentit et s’arrête presque. Le purgatoire personnel de Castorp ne se termine que lorsqu’il se réveille pour partir — son Bildungsreise  complet — au déclenchement de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle nous supposons qu’il rencontrera la mort, aléatoire et insensée, qu’il a si soigneusement évitée tout en courtisant simultanément au Berghof.

L’Europe centrale, semble-t-il, est le lieu où les contradictions internes de la civilisation occidentale naissent et, comme Martin Luther à Eisleben, rentrent chez elles pour mourir. Et c’est là que la dernière tentative synthétique de remplacer Dieu par son conquérant, l’Homme, a vu le jour : au village de Davos, dans le canton des Grisons, en Suisse : le site de la réunion annuelle du WEF dirigé par l’ingénieur et économiste d’origine allemande Klaus Schwab, né à Ravensburg en 1938, l’année avant qu’Hitler et Staline ne commencent à dépecer la Pologne et les pays baltes.

se-dresser-contre-great-reset-élites-mondiales-klaus-schwab
Il parait que Dark Schwab a un plan pour sauver le monde.

Les seizes mercenaires

Un de plus dans la brèche, alors : voici le présent volume. En chargeant seize des meilleurs penseurs et écrivains, les plus persuasifs et les plus puissants du monde entier de contribuer à notre joint-venture, ma principale préoccupation a été d’offrir de multiples analyses des nostrums du WEF et, ce faisant, d’aller dans le sens du poème de Wallace Stevens « Treize façons de regarder un merle ». Là encore, étant donné le nom de famille du chef du WEF, peut-être qu’une meilleure et plus puissante citation littéraire pourrait être la petite chansonnette de Margret de l’opéra expressionniste de Büchner/Alban Berg, Wozzeck  (1925) : In’s Schwabenland, da mag ich nit — « Je ne veux pas aller à Schwab-land. » De même, comme l’illustre le voyage de Hans Castorp, personne ne devrait souhaiter visiter le pays de Davos s’il tient à sa liberté, à ses possessions et à sa santé mentale. Pour les Great Resetters, nous sommes tous malades, tous de futurs patients en attente, tous ayant un besoin urgent d’un régime correctif drastique pour guérir ce qui nous afflige.

Dans ces pages, nous examinerons le Great Reset sous toutes ses coutures. L’éminent historien américain Victor Davis Hanson commence notre étude par « La grande régression », situant la vision de Schwab dans son contexte historique propre. Il est suivi par le canadien Conrad Black et l’américain Michael Anton et leurs points de vue sur le capitalisme et le socialisme, avec pas mal d’attaques contre la sagesse osmotique conventionnelle qui surprendront et captiveront à la fois. Le britannique Martin Hutchinson trace les contours de la « révolution anti-industrielle » de la réinitialisation, alors même que l’économiste américain David Goldman confronte à la fois la notion de Schwab de la « quatrième révolution industrielle » et l’immanentisation de son eschaton en temps réel par la Chine, ainsi que l’engagement du Dragon rouge dans le bouleversement de la civilisation occidentale et sa propre formation d’un monde post-occidental.

se-dresser-contre-great-reset-élites-mondiales-chine-monde-post-occidental
Méfiez-vous du chinois qui dort, lui aussi a un plan.

L’écrivain et éditeur américain Roger Kimball aborde les implications d’une réinitialisation néofasciste dans son essai « La souveraineté et l’État-nation », dont les deux concepts sont attaqués au nom de « l’égalité », de son successeur totalitaire « l’équité », et les conséquences politiques de notre réappropriation des concepts rousseauistes appliqués aux gouvernements. L’historien britannique Jeremy Black discute des abus auxquels l’étude de l’histoire a été et sera destinée par les Resetters. Le regretté Angelo Codevilla contribue à ce qui est hélas devenu son dernier essai, « Réinitialiser la réinitialisation de l’éducation », pour sonner le tocsin sur le dangereux virage à gauche du système éducatif américain autrefois vanté, maintenant réduit à une coquille stridente et sinistre de son ancienne gloire sans passion.

Avec Down Under, le philippin Richard Fernandez jumelle deux religions éternellement concurrentes, la religion et la science ; le sociologue politique d’origine américaine et basé en Australie, Salvatore Babones, apporte une explication remarquablement claire des types de transport réalisables dans le cadre du régime « d’énergie verte » que le Reset cherche à nous imposer, ainsi que de ses implications pratiques et sociales. Écrivant de Milan, Alberto Mingardi, directeur général de l’Istituto Bruno Leoni, entre au cœur du programme économique trompeur du Great Reset avec un essai sur les faux-capitaliste, « capitalisme des intervenants », et son remplacement subreptice du capitalisme des actionnaires au nom de « justice sociale. »

Le Great Reset, cependant, ne se limite pas strictement aux questions financières, pécuniaires ou macroéconomiques. Les sphères sociales et culturelles sont d’égale importance. James Poulos examine la relation impie de la réinitialisation avec les sociétés prédatrices de la Big Tech qui abrogent actuellement le premier amendement en agissant en tant que censeurs gouvernementaux sans être réellement commandées par un acte du Congrès ou, de plus en plus, par un mandat présidentiel arbitraire. De la Colombie-Britannique, la célèbre auteure et universitaire canadienne Janice Fiamengo se penche sur les effets destructeurs du féminisme sur notre culture occidentale commune tandis que, du côté plus léger, Harry Stein examine l’histoire de l’humour américain – qui correspond en fait l’humour mondial — et comment la prise de contrôle par les gauchistes de nos morceaux de rire partagés a abouti à une vision sévère et stalinienne de ce qui est et de ce qui n’est pas autorisé à être drôle.

e-dresser-contre-great-reset-élites-mondiales-humour-censuré
Veuillez mettre un Trigger Warning devant vos blagues.

L’écrivain britannique Douglas Murray s’essaie à l’avenir permis de la Realpolitik sous la supervision panoptique du Reset, du Parti Communiste Chinois et des hystériques de Covid, tandis que le journaliste américain John Tierney trace la voie du servage civilisationnel que la panique injustifiée provoquée par la « pandémie » de Covid-19 a déclenchée lors de sa course médiatique entre 2019 et 2022. Ma contribution, en plus de cette introduction, est un examen des effets délétères du Great Reset — et, historiquement, de la tyrannie élitiste — sur la culture occidentale : chose même qui a donné naissance à nos notions de moralité et de liberté.

Le wokisme au service du Great Reset

En son cœur, le Great Reset est un blitzkrieg vaniteux et dégoûtant de l’Europe centrale contre l’héritage culturel, intellectuel, religieux, artistique, physique et, surtout, moral que nous avons reçu de nos ancêtres gréco-romains. Cela a été dernièrement abrégé, avec la montée de la wokisme sur la culture « blanche ». Typiquement racistes, sinon carrément racistes, les marxistes culturels derrière le wokisme insistent pour réduire l’humanité à ses nuances de couleur de peau et prétendent ensuite que bien que toutes les couleurs de peau devraient atteindre exactement les mêmes proportions par rapport à leur part dans une population donnée, certaines couleurs de peau sont meilleures que d’autres et toute couleur de peau est préférable au blanc.

Le but, comme toujours, est le pouvoir — l’éternelle fixette de la gauche socialiste…

La résistance au Great Reset se met en place, rejoignez-là dès maintenant.

Source : The American Mind

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.