fbpx

QUI ACHÈTE ENCORE DES COMBUSTIBLES FOSSILES EN RUSSIE ?

Le juteux commerce des combustibles fossiles

Malgré les sanctions imminentes et les interdictions d’importation, la Russie a exporté pour 97,7 milliards de dollars de combustibles fossiles au cours des 100 premiers jours depuis son invasion de l’Ukraine, à une moyenne de 977 millions de dollars par jour.

Alors, quels combustibles fossiles sont exportés par la Russie et qui importe ces combustibles ?

L’infographie ci-dessous, via Niccolo Conte et Govind Bhutada de Visual Capitalist, suit les plus grands importateurs de combustibles fossiles venant de Russie au cours des 100 premiers jours de la guerre sur la base des données du Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA).

qui-achète-encore-des-combustibles-fossiles-à-la-russie-liste-des-clients
Qui a osé continuer d’acheter des combustibles fossiles pendants les 100 premiers jours de la guerre ?

En demande : l’or noir de la Russie

Le marché mondial de l’énergie a connu plusieurs chocs cycliques au cours des dernières années.

La baisse progressive des investissements pétroliers et gaziers en amont, suivie des réductions de production induites par la pandémie, a entraîné une baisse de l’offre tandis que les gens consommaient plus d’énergie à mesure que les économies rouvraient et que les hivers se refroidissaient. Par conséquent, la demande de combustibles fossiles augmentait avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce qui a exacerbé le choc du marché.

La Russie est le troisième producteur et le deuxième exportateur de pétrole brut. Au cours des 100 jours qui ont suivi l’invasion, le pétrole était de loin l’exportation de combustibles fossiles la plus précieuse de la Russie, représentant 48 milliards de dollars, soit environ la moitié du total des recettes d’exportation.

qui-achète-encore-des-combustibles-fossiles-à-la-russie-volume-de-produits-pétroliers-vendus-sur-100-premiers-jours-de-guerre-avec-ukraine
Presque 100 milliards en 100 jours, c’est énorme !

Alors que le pétrole brut russe est expédié par pétroliers, un réseau de pipelines transporte le gaz russe vers l’Europe. En fait, la Russie représente 41 % de toutes les importations de gaz naturel vers l’UE, et certains pays dépendent presque exclusivement du gaz russe. Sur les 25 milliards de dollars exportés en gazoduc, 85 % sont allés vers l’UE.

Les principaux importateurs de combustibles fossiles russes

Le bloc de l’UE a représenté 61 % des revenus d’exportation de combustibles fossiles de la Russie au cours de la période de 100 jours.

L’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas, membres à la fois de l’UE et de l’OTAN, figuraient parmi les plus gros importateurs, seule la Chine les dépassant.

qui-achète-encore-des-combustibles-fossiles-à-la-russie-plus-gros-importateurs-sur-100-premiers-jours-de-guerre-avec-ukraine
Malgré les sanctions qu’ils imposent, nombre de pays de l’UE continuent d’acheter des combustibles fossiles en masse à la Russie.

La Chine a dépassé l’Allemagne en tant que premier importateur, important près de 2 millions de barils de pétrole russe à prix réduit par jour en mai, soit une hausse de 55 % par rapport à l’année précédente. De même, la Russie a dépassé l’Arabie saoudite en tant que premier fournisseur de pétrole de la Chine.

La plus forte augmentation des importations est venue de l’Inde, achetant 18 % de toutes les exportations de pétrole russe au cours de la période de 100 jours. Une quantité importante du pétrole importé en Inde est réexportée sous forme de produits raffinés vers les États-Unis et l’Europe, qui tentent de devenir indépendants des importations russes.

Réduire la dépendance à l’égard de la Russie

En réponse à l’invasion de l’Ukraine, plusieurs pays ont pris des mesures strictes contre la Russie par des sanctions sur les exportations, y compris les combustibles fossiles. 

Les États-Unis et la Suède ont entièrement interdit les importations russes de combustibles fossiles, avec des volumes d’importation mensuels en baisse respectivement de 100 % et 99 % en mai par rapport au début de l’invasion.

qui-achète-encore-des-combustibles-fossiles-à-la-russie-plus-grosse-réductions-d'imports-sur-100-premiers-jours-de-guerre-avec-ukraine
Certains pays ont drastiquement réduit leurs importations.

À l’échelle mondiale, les volumes mensuels d’importations de combustibles fossiles en provenance de Russie ont diminué de 15 % en mai, signe du sentiment politique négatif à l’égard du pays.

Il convient également de noter que plusieurs pays européens, dont certains des plus grands importateurs, ont réduit leurs importations de combustibles fossiles russes sur la période de 100 jours. Outre la décision collective de l’UE de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie, certains pays ont également refusé le système de paiement en roubles du pays, entraînant une baisse des importations.

La réduction des importations devrait se poursuivre. L’UE a récemment adopté un sixième ensemble de sanctions contre la Russie, interdisant complètement tous  les produits pétroliers russes transportés par voie maritime. L’interdiction, qui couvre 90 % des importations de pétrole de l’UE en provenance de Russie, atteindra probablement son plein impact après une période de six à huit mois permettant l’exécution des contrats existants.

Alors que l’UE élimine progressivement le pétrole russe, plusieurs pays européens dépendent fortement du gaz russe. Un boycott à part entière des combustibles fossiles de la Russie nuirait également à l’économie européenne. Par conséquent, l’élimination sera probablement progressive et soumise à l’évolution de l’environnement géopolitique.

Cette crise de l’énergie est le prélude à des temps sombres, prenez les devants en mettant votre argent à l’abri :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.