fbpx

POUTINE ASSURE À LA TURQUIE QU’IL N’A « RIEN À VOIR » AVEC L’ATTAQUE DU PORT D’ODESSA

Alors que la Maison Blanche et les alliés européens, ainsi que le gouvernement ukrainien, étaient d’accord pour condamner comme scandaleuse une série de frappes aériennes russes signalées sur le port d’Odessa le matin après la signature de l’accord d’exportation de céréales à Istanbul, le Kremlin nie apparemment être à l’origine de l’attentat :

Le ministre turc de la Défense a déclaré samedi que des responsables russes avaient déclaré à Ankara que Moscou n’avait « rien à voir » avec les frappes sur le port ukrainien d’Odessa.

« Lors de nos contacts avec la Russie, les Russes nous ont dit qu’ils n’avaient absolument rien à voir avec cette attaque et qu’ils examinaient la question de très près et en détail », a déclaré le ministre de la Défense Hulusai Akar dans un communiqué.

« Le fait qu’un tel incident se soit produit juste après l’accord que nous avons conclu hier nous a vraiment inquiétés », a-t- il ajouté.

L’Ukraine, pour sa part, a déclaré qu’elle préparait toujours ses exportations agricoles malgré la menace de nouvelles grèves. Les principales infrastructures du port d’Odessa n’ont pas été endommagées, selon les responsables locaux.

L’UE s’est jointe aux États-Unis pour blâmer la Russie et condamner l’attaque, le président ukrainien Zelensky accusant Moscou d’avoir délibérément tenté de contrecarrer l’accord qu’il vient de signer.

* * *

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné samedi dernier une nouvelle attaque au missile contre le port ukrainien clé d’Odessa, survenue quelques heures à peine après la conclusion d’un accord majeur entre la Russie et l’Ukraine négocié par l’ONU pour débloquer le transit des exportations de céréales ukrainiennes. Les médias et les responsables occidentaux l’appellent largement une attaque délibérée continue contre l’infrastructure vitale d’exportation de céréales de l’Ukraine par la Russie, malgré l’accord révolutionnaire signé à Istanbul la veille au soir.

« Le secrétaire général condamne sans équivoque les frappes signalées aujourd’hui dans le port ukrainien d’Odessa », a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à la suite des frappes, dont certaines ont été filmées.

La déclaration de l’ONU, cependant, s’est abstenue d’attribuer le blâme ou que l’attaque a violé l’accord d’exportation de céréales convenu par la Russie. 

« L’ennemi a attaqué le port de commerce maritime d’Odessa avec des missiles de croisière Kalibr ; 2 missiles ont été abattus par les forces de défense aérienne ; 2 ont touché les infrastructures du port », a écrit samedi le Commandement opérationnel Sud sur Telegram.

L’ambassadeur américain à Kiev a qualifié les attaques de « scandaleuses » et a exigé que la Russie rende des comptes…

Haq a poursuivi :  « Hier, toutes les parties ont pris des engagements clairs sur la scène mondiale pour assurer la circulation en toute sécurité des céréales ukrainiennes et des produits connexes vers les marchés mondiaux » , ajoutant que « ces produits sont désespérément nécessaires pour faire face à la crise alimentaire mondiale et atténuer la souffrance de millions de personnes dans le besoin à travers le monde. Une mise en œuvre complète par la Fédération de Russie, l’Ukraine et la Turquie est impérative ».

Et le New York Times s’est demandé si cela ferait échouer l’accord avant même qu’il ne soit lancé : « La Russie n’a peut-être pas techniquement violé l’accord, puisqu’elle ne s’est pas engagée à éviter d’attaquer les parties des ports ukrainiens qui ne sont pas directement utilisé pour les exportations de céréales, selon un haut responsable de l’ONU.

Les deux parties ont conclu que ce que Kiev tenait à souligner était des accords séparés mais « miroirs » avec l’ONU. Le gouvernement ukrainien a déclaré qu’il ne négocierait pas directement avec la partie russe tant que tout son territoire national ne lui serait pas rendu. Il n’y a même pas eu de séances de photos impliquant des responsables russes et ukrainiens dans le même voisinage dans la même pièce.

Cérémonie de signature de l’accord sur les céréales de vendredi, via EPA-EFE

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, étaient présents pour l’accord finalisé au somptueux palais de Dolmabahce à Istanbul.

Guterres a déclaré : « Aujourd’hui, il y a un phare sur la mer Noire – un phare d’espoir, un phare de possibilité, un phare de soulagement » – alors que plus de 20 millions de tonnes de céréales, dont un certain nombre de pays du Moyen-Orient et d’Afrique dépendent fortement, on s’attend à ce qu’ils soient libérés.

Le ministre ukrainien des Infrastructures, Oleksandr Kubrakov, a déclaré plus tard dans la journée que les frappes russes n’avaient pas causé de dommages importants et a annoncé : « Nous poursuivons les préparatifs techniques pour le lancement des exportations de produits agricoles depuis nos ports ».

Le secteur hyper stratégique de l’agroalimentaire :

Source : Zero Hedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.