fbpx

RISQUE MAXIMUM : 22 AVIONS DE COMBATS CHINOIS SONT ENTRÉS DANS LA ZONE DE DÉFENSE AÉRIENNE DE TAÏWAN

Le Détroit maudit

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Mme Pelosi, est donc passée à Taïwan…

Ce n’est pas vraiment une surprise, compte tenu des antécédents de Mme Pelosi – elle s’est rendue sur la place Tiananmen en 1989 et a été arrêtée et détenue – et compte tenu du fait qu’y aller était le meilleur choix géostratégique, à savoir maudit si vous le faites ou maudit si vous ne le faites pas.

Que se passera-t-il ensuite ? Personne ne le sait – mais cela ne semble pas bon du tout. Expliquons pourquoi.

Tout d’abord, ceux qui ont gardé la tête dans le sable sont obligés de se réveiller. Il y a eu beaucoup de cela en 2022. Il y a beaucoup de choses à venir encore, par exemple,

  • « Il n’y a pas de risques de guerre à propos de Taïwan. » Non, il y en a toujours eu. Tant que la géopolitique ne sera pas résolue (comment ?), il y en aura toujours.
  • « Les marchés ont tort de lier la Russie-Ukraine à la Chine-Taïwan. » Parce que je ne veux pas avoir à déplacer une plus grande partie de mon portefeuille ou de ma chaîne d’approvisionnement.
  • « Les marchés n’ont pas encore bougé. » Comme je l’ai dit dans un chat de travail, ils le feront dès que Pelosi arrivera ou confirmera son arrivée. Et nous y sommes.

Deuxièmement, ceux qui étaient au courant des problèmes susmentionnés mais qui n’étaient pas dans la boucle de l’information doivent rapidement se rattraper. Cela inclut apparemment le secrétaire d’État américain Blinken, qui a déclaré : « Nous ne savons pas si la présidente Pelosi prévoit de se rendre à Taïwan ou non. » La Maison Blanche est-elle également dans le noir ?

Troisièmement, nous devons nous demander qui est responsable de cette crise.

S’agit-il d’une erreur ou d’une escalade délibérée des tensions ? Difficile à dire, car cette administration souffle le chaud et le froid.

Elle a flirté avec la suppression des droits de douane sur la Chine pour une contrepartie absolument nulle. Dans le même temps, elle parle de « transfert d’amis » de la Chine, de soutien au Quad, d’AUKUS, de rivalité du G7 avec l’initiative chinoise BRI, d’un nouveau bloc commercial indo-pacifique pour exclure la Chine, de la loi Blue Pacific Act pour s’opposer à la Chine et du nouveau groupe I2U2 pour attirer l’Inde au Moyen-Orient comme contrepoids à la Chine. Sans oublier les menaces ouvertes de ce qui se passera si la Chine aide la Russie en Ukraine, et la promesse publique du président Biden de défendre Taïwan en cas d’attaque, qui a dû être annulée par la Maison Blanche à chaque fois.

D’un autre côté, la Chine. Elle sait que les États-Unis envoient sans cesse des hauts fonctionnaires à Taïwan. Elle sait que des marines américains ont formé des troupes taïwanaises. Elle sait que les États-Unis vendent des armes à Taïwan. Elle sait que les États-Unis viennent de réaffirmer leur engagement envers la politique de la « Chine unique ». Elle sait que le président Biden s’oppose à l’indépendance de Taïwan, mais Pékin affirme maintenant qu’une visite de Pelosi à Taïwan compromet cette ligne rouge critique pour l’indépendance, que tout le monde considère comme un déclencheur d’action.

De même, la Chine sait que si elle fait un énorme tapage, les États-Unis ne pourront pas faire marche arrière. Alors pourquoi fait-elle une montagne d’une taupinière de la taille de Pelosi ? S’agit-il du Congrès du Parti de novembre ? Est-ce que cela contraint Xi – ou au contraire le libère pour qu’il agisse de manière plus agressive sur de nombreux fronts ?

Gardez ce cadre à l’esprit alors que nous examinons enfin ce qui pourrait se passer ensuite.

« La Chine n’agira pas militairement parce que son économie est en difficulté », ai-je entendu. Ce qui, historiquement, peut aussi signifier tout le contraire. Surtout lorsque les messages de politique étrangère – « Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus ! » – sont les mêmes qu’avant les guerres contre l’Inde et le Vietnam, et lorsque ce parallèle est souligné en anglais pour les experts de la Chine qui ne savent pas lire le chinois ou son histoire. Il faut également tenir compte du fait que l’opinion publique chinoise semble fermement favorable à une réponse nationaliste forte à la « provocation » américaine. Je viens de recevoir un message d’un ami qui suit la Chine et qui a des contacts étroits sur le continent et qui suit les médias sociaux locaux : « L’odeur de la guerre est si forte. »

Vingt-deux avions de combat chinois sont brièvement entrés jeudi 4 août dans la zone de défense aérienne taïwanaise, selon le ministère de la Défense de l’archipel. Les systèmes de défense anti-aériens ont traqué les avions chinois, a-t-il ajouté sur le site internet gouvernemental. Et la Chine a entamé dans la matinée de grandes manœuvres militaires dans les eaux entourant Taïwan en réaction à la visite de l’élue américaine Nancy Pelosi.

Le marché réagi

Revenons du côté des États-Unis : « Nous ne mordrons pas à l’hameçon et ne nous engagerons pas dans des manœuvres de sabre », déclare le secrétaire de presse de la Maison Blanche.  » Dans le même temps, nous ne nous laisserons pas intimider.  » Ça sent le roussi aussi.

Alors, attachez vos ceintures, buckaroos. En résumé, une volatilité beaucoup plus importante est à prévoir cette semaine : les rendements vont probablement baisser ; les actions peuvent essayer de s’en servir comme excuse pour rebondir – à moins qu’elles n’aient un lien direct ou indirect avec la Chine, ce qui signifie à peu près tout le monde aux États-Unis ; les devises refuges vont devenir plus refuges. Et quiconque utilise les chaînes d’approvisionnement chinoises a sans doute encore plus besoin d’envisager de ne pas le faire dès que possible.

En outre, la volatilité devrait durer bien plus longtemps que cette semaine, même si la durée d’attention de nombreux acteurs des marchés ne le fera pas. En effet, la visite de Pelosi risque de se transformer rapidement en une quatrième crise du détroit de Taïwan.

Pour ceux qui pensent que Taïwan est la Thaïlande, la première crise du détroit de Taïwan (1954-1955) a vu des combats ouverts entre le continent et Taïwan, et la Chine n’a reculé qu’après l’intervention nucléaire des États-Unis. La deuxième crise (1958) a donné lieu à une nouvelle série de combats et, là encore, il y a eu des risques d’escalade nucléaire avant que la Chine ne fasse marche arrière. Lors de la troisième crise (1995-1996), la Chine a lancé des missiles et les États-Unis ont envoyé un porte-avions pour l’obliger à faire marche arrière.

Comment résoudre une quatrième crise face à une Chine beaucoup plus forte qui exige le retour de Taïwan sur le continent et menace de recourir à la force pour y parvenir ? Les porte-avions américains ne semblent plus intimider,… alors l’escalade nucléaire ? Ou la menace d’une guerre économique ? Si oui, de quel côté ?

C’est comme la Russie et l’Ukraine et la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande réunies en un seul problème : un problème insoluble qui n’a pas de bonne solution une fois que les compromis politiques clés sont délibérément retirés de la table. La seule question est de savoir si nous obtiendrons une « résolution » de type Russie-Ukraine ou Royaume-Uni-UE à court et à long terme. Ou la couleur du sable dans lequel vous voulez mettre votre tête pour ignorer ce fait inconfortable et continuer à commercer malgré tout.

\

Pendant ce temps, les choses sont également loin d’être heureuses dans l’économie mondiale en général – mais encore une fois, cela ne signifie pas que des choses pires ne peuvent pas arriver juste parce que cela ruinerait vos vacances d’août.

Les ventes au détail allemandes viennent de connaître l’effondrement le plus important jamais enregistré, avec une baisse de 9,4 % par rapport à l’année précédente en termes de valeur et de 8,8 % par rapport à l’année précédente en termes de volume. Si cette tendance se poursuit, il ne s’agit pas d’une récession, mais d’une dépression. L’indice PMI de l’industrie manufacturière de l’UE est à nouveau passé sous la barre des 50, et si l’enquête ISM américaine a progressé à 52,5, les prix payés se sont effondrés, passant de 74,3 à 60. En effet, la Fed d’Atlanta est sur le point de montrer que les États-Unis sont sur le point de connaître trois trimestres consécutifs de croissance négative : Paul Krugman expliquera alors (par fax) qu’il ne s’agit toujours pas d’une récession, et que cela n’a toujours pas d’importance si c’est le cas.

Dans le même ordre d’idées, je viens de relire un article du New York Times Magazine (« On Language« ) datant de 1982, qui semble être une époque, un monde et des médias très différents. On y note :

« [En 1977] Lorsque Alfred Kahn, le chef de la lutte contre l’inflation de Jimmy Carter, a utilisé le mot politiquement tabou de « dépression » dans une déclaration de la Maison Blanche, l’économiste a été pris à partie par divers communicateurs et apaiseurs ; en conséquence, l’infortuné mais heureux homme s’est engagé à remplacer le mot « dépression » par « banane » dans tout message économique futur.

Nous voici, cinq ans plus tard, et beaucoup de gens craignent une banane profonde, à part entière. En fait, certains auteurs qui écrivent sur l’économie ont brisé le tabou : nous assistons à un boom dans l’utilisation franche du mot « dépression »… Cette utilisation publique non dissimulée du mot le plus sale en économie a conduit à son adoption rapide par les médias…

Le lancement d’un tel mot est une nouvelle à la fois politique et linguistique. Lorsque le mot a été lancé contre Franklin Roosevelt au milieu des années 1930, il a fait un signe du doigt à ses opposants et leur a dit de ne pas parler de corde dans la maison d’un homme qui avait été pendu :  »Si j’étais un leader républicain s’adressant à un public mixte, le dernier mot du dictionnaire que je pense utiliser est le mot  »dépression ». C’est à peu près à cette époque que le mot « récession » est apparu, remplaçant l’odieux « dépression », un mot que Henry Vansittart a appliqué pour la première fois à un ralentissement en 1793 et qu’Aldous Huxley a ressuscité en 1934.

Le professeur John Kenneth Galbraith m’informe que le premier mot largement utilisé à cet égard était « panique » ; Karl Marx a ensuite préféré « crise » ; finalement, un terme beaucoup plus doux — « dépression » — a été choisi, afin de ne pas paniquer les personnes sujettes aux crises. Cependant, l’euphémisme « dépression » a fini par devenir le surnom de l’époque terrible qu’il décrivait, et a ainsi acquis un caractère effrayant qui lui est propre. Une dépression », dit le Dr Galbraith, « est quelque chose qui, dans la mémoire sociale, a pris la dimension d’un désastre ».

Depuis lors, les périodes difficiles ont été euphémisées en « réajustements continus », « mouvements de crabe » et « effondrements saisonniers prolongés », mais il semblait que l’ordre linguistique était sur le point de s’instaurer lorsque le National Bureau of Economic Research [bureau national des recherches économiques] a défini une récession comme « une période récurrente de déclin de la production totale, du revenu, de l’emploi et du commerce, qui dure généralement de six mois à un an et qui est marquée par des contractions généralisées dans de nombreux secteurs de l’économie ». Le raccourci journalistique a réduit cette définition à « une baisse de deux trimestres du produit national brut ».

Et puis tout s’est à nouveau emballé.

En effet, certains essaient de vendre ce qui se passe maintenant comme une « transition ».

Pelosi déroule le plan du Great Reset, êtes vous prêt ?

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *