fbpx

AUDIMAT EN CHUTE LIBRE : HOLLYWOOD ET WARNER PURGENT LEUR CONTENU « WOKE » !

Le gauchisme n’est pas un modèle économique viable

Ils ne l’admettront jamais ouvertement, mais être « woke » ruine les entreprises. Hollywood a été ouvertement progressiste pendant des décennies, mais ce n’est rien comparé à l’invasion de la justice sociale depuis 2016. Après environ cinq ans d’un assaut gauchiste sans précédent sur l’industrie du divertissement, nous commençons enfin à voir le saccage perdre sa lueur. Il y a une faiblesse dans les productions « woke » que les médias alternatifs soulignent depuis longtemps – Ils ne font pas de profit parce qu’ils sont conçus pour apaiser une minorité de gauchistes qui n’ont pas d’argent. Ce n’est pas sur ce public qu’il faut compter.

Il est juste de dire que l’industrie du divertissement s’est partiellement fait avoir. Tout d’abord, il y a ces prêts ESG [Gouvernance environnementale, sociale et d’entreprise] alléchants qui peuvent être facilement obtenus tant qu’une entreprise déclare haut et fort sa fidélité à l’agenda de la justice sociale. Ensuite, bien sûr, il y a le fait que de nombreux PDG d’entreprise et responsables du marketing suivent les tendances de Twitter dans l’hypothèse ou celles-ci seraient le reflet du monde réel. La foule en colère sur Twitter est amplifiée par l’entreprise elle-même, tandis que la plupart des voix contraires sont étouffées et enterrées. Quiconque utilise la chambre d’écho de Twitter comme jauge marketing serait amené à croire que l’idéologie de gauche est l’idéologie dominante de la nation. C’est loin d’être le cas.

Certaines entreprises se rendent enfin compte de ce fait et prennent des mesures pour réduire leur exposition aux contenus de gauche, sous peine de périr d’une perte d’audience. Les gauchistes pourraient prendre le contrôle de toutes les plates-formes de distribution des médias (ils l’ont presque fait), mais ils ne peuvent toujours pas forcer le public à consommer du contenu « woke ». La perte de téléspectateurs et de profits finira par nuire à leurs résultats.

Warner Media (qui appartient maintenant à Discovery) semble être à l’avant-garde de la purge du contenu gauchiste. Sous la direction de David Zaslav, Discovery dissèque agressivement Warner pour comprendre pourquoi une société possédant tant de marques et de franchises emblématiques échoue continuellement au box-office et en streaming. Zaslav se débarrasse maintenant du contenu d’extrême gauche comme du poison qu’il représente.

Il est notamment à l’origine de l’implosion du service d’information CNN+ après moins d’un mois d’activité, qui n’a pas réussi à attirer des abonnés. Aujourd’hui, il a mis au placard le film « Batgirl », d’une valeur de 100 millions de dollars, une parodie de film pour non-initiés avec des réalisateurs non-initiés, que les spectateurs ont détesté. Il aurait également supprimé le film imminent Supergirl, dont les rumeurs indiquent qu’il a été conçu pour remplacer la franchise Superman bien-aimée par une version féminine jouée par une actrice d’origine colombienne ayant changé de race (la Supergirl originale est censée être blanche et blonde).

Autre événement qui a choqué les gauchistes : Netflix a mis un terme à « First Kill », une série de vampires lesbiens que personne n’a demandée et que personne n’a apparemment regardée.

Cela s’est produit après que Netflix ait annulé une foule de programmes wokes au cours des deux derniers mois, y compris une émission intitulée « Anti-Racist Baby » écrite par le propagandiste bien connu de la théorie critique de la race, Ibram X. Kendi, et une autre émission animée appelée « Q-Force » (Queer Force).

HBO Max a récemment annulé son émission « Gordita Chronicles » après seulement une saison ; cette émission, basée sur une famille d’immigrés dominicains, mettait fortement en avant les récits gauchistes sur le statut de groupe victime et dépeignait l’Amérique comme une nation raciste et oppressive. Aucune mention du fait que des millions de personnes non blanches essaient de se faufiler aux États-Unis chaque année, même si le pays est censé être « bigot ».

Les exemples de programmation woke purgée sont nombreux. Il s’agit d’une décision intelligente de la part des médias de divertissement, car le public fait clairement savoir, par son argent et son audimat, qu’il ne veut pas regarder des déchets gauchistes. Cependant, est-ce trop peu et trop tard ?

Certaines sociétés, comme Disney, ont choisi de doubler bêtement leur contenu woke (après de nombreux échecs au box-office) et d’autres, comme Warner, ont perdu beaucoup de bonne volonté de la part de leurs clients. Les entreprises et les spécialistes du marketing ont longtemps cherché à séduire en recherchant ce que le public veut. Mais, le nouveau modèle consiste à simplement dire aux clients ce qu’ils doivent acheter, et à faire honte aux publics pour qu’ils se conforment à un produit s’ils ne l’aiment pas. Depuis 2016, la stratégie des médias a été d’attaquer les clients en réponse aux critiques plutôt que d’écouter et d’apprendre. Cela ne s’est pas bien passé. Aujourd’hui, ces entreprises paient le prix de leurs intrusions contre le marché libre.

Il est peu probable qu’elles soient en mesure de reconquérir des audiences de sitôt, voire jamais.

Le Portefeuille Alternatif, investissement autrement plus solide que le wokisme

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.