fbpx

POURQUOI L’UNION EUROPÉENNE POURRAIT DISPARAÎTRE D’ICI UN AN

Le vassal sacrifié

L’Allemagne s’est montrée très puissante au sein de l’Union européenne et qui a imposé l’austérité aux économies européennes les plus faibles comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie et le Portugal. Berlin demande maintenant que les autres pays membres de l’UE renflouent les Allemands de ce qui sera bientôt inévitablement une urgence énergétique résultant du fait que l’Allemagne s’est conformée à la demande des États-Unis de non seulement se joindre aux sanctions américaines contre la Russie, mais aussi de mettre fin au gazoduc russe Nord Stream 2, qui était censé augmenter – au lieu de diminuer (comme ce sera le cas maintenant) – l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel russe.

L’Allemagne était, jusqu’à récemment, le moteur industriel de l’UE, et c’est donc elle qui a le plus à perdre d’une réduction et d’un renchérissement considérable de ses approvisionnements en énergie. Au fur et à mesure que ces approvisionnements en énergie seront réduits, les prix de l’énergie augmenteront, puis monteront en flèche, et l’économie allemande sera écrasée. Les dirigeants allemands (comme ceux des autres pays de l’UE) se sont pliés aux exigences des sanctions américaines contre la Russie (qui sont fondées sur des « informations » truquées) ; en conséquence, le peuple allemand sera bientôt gelé, alors même que l’Allemagne dépensera pour l’énergie à des prix astronomiquement plus élevés que ceux qu’elle payait auparavant. La chute des approvisionnements en énergie en provenance de Russie sera remplacée par une augmentation des approvisionnements en provenance d’autres pays (y compris l’Amérique) dont l’énergie est beaucoup plus coûteuse que celle de la Russie ; et seule une petite fraction de ces approvisionnements réduits en provenance de Russie pourra être remplacée. Quelque chose devra céder, probablement l’UE elle-même, car l’escalade rapide des hostilités internes entre les nations de l’UE qui en résultera – en particulier entre l’Allemagne et les nations dont elle attend maintenant qu’elles la sortent de cette crise – pourrait faire éclater l’UE elle-même de manière irrévocable.

Écologie à géométrie variable

Cela se produira au moment même où l’UE – qui s’était fortement engagée à réduire, voire à éliminer, les combustibles nucléaires et fossiles, en particulier le charbon – s’empresse soudainement d’accroître considérablement son utilisation de ces sources de combustibles non écologiques. Les électeurs européens n’apprécieront pas de voir leurs dirigeants faire un virage à 180 degrés, celui du réchauffement climatique. De nouvelles questions non anticipées seront inévitablement soulevées. En outre, la transition vers le retour aux combustibles fossiles ne peut même pas se faire aussi rapidement que les dirigeants européens le promettent ; et, par conséquent, non seulement les Européens auront froid au cours de l’hiver prochain, mais leurs dirigeants devront s’expliquer sans admettre qu’ils ont eu tort – terriblement tort et qu’ils n’étaient pas préparés – et ce fait indéniable provoquera un chaos politique, car les récriminations mutuelles sur leurs multiples échecs susciteront chez les Européens la remise en question de l’ensemble du projet de l’UE, ce projet de création d’une seule et unique Union européenne incompréhensiblement bureaucratique satellite des États-Unis. La nostalgie du passé, des belles nations européennes indépendantes, et l’amertume de l’avenir, du « nord contre le sud » (etc.) en Europe, prendront le dessus, affaiblissant le tissu de l’UE et remettant en question toute l’alliance transatlantique de l’après-Seconde Guerre mondiale (asservie, en fait, au gouvernement américain qui déteste la Russie), à la fois l’OTAN des États-Unis et sa jumelle politique, l’UE dominée par les États-Unis et ses milliers de serviteurs américains à Bruxelles.

L’évaluation complète la plus récente des besoins énergétiques des nations de l’UE est le rapport de septembre 2008 intitulé « La dépendance de l’Europe à l’égard du gaz naturel russe : Perspectives et recommandations pour une stratégie à long terme » de Richard J. Anderson du Centre européen d’études de sécurité George C. Marshall, financé par les gouvernements américain et allemand. Il a clairement indiqué que le combustible le moins cher et dont la croissance est la plus rapide en Europe (à moins que les pays de l’UE ne mettent en place des politiques pour changer cela, ce qui ne s’est pas produit) était le gaz naturel russe acheminé par gazoduc, et que c’était particulièrement vrai pour la production d’électricité, les utilisations industrielles et les matières premières chimiques pour les plastiques, etc.

C’est ce qui s’est passé – la domination russe sur les approvisionnements énergétiques (et industriels) de l’Europe – et, en 2008, les pays les plus dépendants du gaz naturel russe bon marché étaient (voir cette image) : l’Allemagne, la Pologne, la Slovénie, la Hongrie, la Turquie, l’Autriche, la République tchèque, la Grèce, la Finlande, la Slovaquie, la Bulgarie, le Belarus, la Moldavie, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie.

On peut supposer qu’il s’agit des nations qui seront particulièrement « frileuses » l’hiver prochain, afin de poursuivre la domination politique de l’Amérique sur l’Europe.

Le prétendu impératif moral qui a soi-disant déclenché ce « refroidissement » est l’invasion de l’Ukraine en février 2022, réponse inévitable de la Russie au coup d’État américain en février 2014 et à l’insistance insultante de l’OTAN. Ce nouveau régime ukrainien, créé par les États-Unis et haïssant la Russie, s’octroyant le droit souverain de placer Moscou à portée de missiles nucléaires. Ce sont là les prétendues raisons morales et impératives de l’UE pour refuser à la Russie le statut de fournisseur d’énergie de l’Europe.

Mais, en coupant les robinets d’énergie de la Russie en Europe, l’UE elle-même pourrait être détruite économiquement, culturellement, industriellement, simplement pour qu’elle reste une nation vassale de l’Amérique (ses nations « dispensables« , comme toutes les autres), au lieu de devenir ce qu’elle aurait toujours dû être, et aurait naturellement été – la gloire rayonnante du plus grand continent du monde : l’Eurasie, une Europe qui inclut la Russie, au lieu de la mettre en danger.

La gloire de l’Europe est finie. La seule vraie question maintenant est de savoir quand ? Pourquoi les dirigeants européens ont-ils fait cela ? Cette question signe l’arrêt de mort de l’UE.

L’Europe qui était, n’est plus – tuée par le régime de Washington, par l’intermédiaire de ses nombreux agents de l’OTAN en Europe.

Le plan : détruire les nations et les peuples pour laisser la place au Great Reset

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.