fbpx

LES CRITIQUES DES MÉDECINS SUR LES IRRÉGULARITÉS MENSTRUELLES « TEMPORAIRES » DES VACCINS COVID-19

Les récents commentaires du Dr Anthony Fauci sur les irrégularités menstruelles ont suscité de sérieuses réfutations de la part des gynécologues. Ils affirment que les vaccins COVID-19 n’auraient pas dû être administrés sans tests de sécurité adéquats, en particulier sur les femmes enceintes.

« Le truc des menstruations est quelque chose qui semble être assez transitoire et temporaire », a déclaré Fauci à Fox News le 25 juillet, lorsqu’il a été interrogé sur l’effet des vaccins sur les cycles menstruels.

« Nous devons l’étudier davantage ».

Les cycles menstruels liés aux injections : un sérieux problème

Fauci est directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et a été l’un des principaux promoteurs de l’information sur le vaccin COVID aux États-Unis.

Le Dr. Christiane Northrup, ancienne membre de l’American College of Obstetricians and Gynecologists, n’est pas d’accord avec Fauci.

« Malheureusement, les problèmes menstruels que nous observons sont loin d’être transitoires et temporaires », a-t-elle déclaré à The Epoch Times. « De nombreuses femmes saignent quotidiennement ou ont des règles abondantes, irrégulières et douloureuses depuis une année entière. »

« Et certaines d’entre elles ont largement dépassé la ménopause. Il y a quelque chose qui cloche ici. »

D’autres experts se sont également exprimés

Le Dr James Thorp, un médecin certifié en obstétrique et en gynécologie, ainsi qu’en médecine maternelle et fœtale, qui a publié de nombreux articles, a déclaré à The Epoch Times : « Les changements significatifs et dramatiques des schémas menstruels survenant après la vaccination par le COVID-19 ne doivent pas être marginalisés. Ils sont révélateurs d’effets indésirables majeurs sur les femmes en âge de procréer. »

Les parties prenantes ont prétendu que le vaccin resterait sur le site d’injection, dans le muscle deltoïde. C’était de la désinformation.

Une nanoparticule lipidique est une particule extrêmement petite, une membrane liposoluble qui est la cargaison de l’ARN messager (ARNm).

« On sait maintenant que les nanoparticules lipidiques (NP) sont distribuées dans tout le corps et qu’elles sont concentrées dans les ovaires, selon au moins deux études. »

Documents internes de Pfizer

Les documents internes de Pfizer, obtenus via une demande au titre de la loi sur la liberté d’information, montrent que la concentration de LNP est multipliée par 118 entre le moment de l’injection du vaccin et 48 heures.

« On sait que les LNP contiennent des substances toxiques, notamment du polyéthylène glycol et de l’ARNm pseudo-ouridiné », a déclaré Thorp. « Le nombre limité d’ovules dans les ovaires (environ 1 million) est exposé à des substances potentiellement toxiques et pourrait potentiellement avoir des effets catastrophiques sur la reproduction humaine. »

Le vaccin COVID-19 de Pfizer est capable de pénétrer dans les cellules du foie humain et d'être converti en ADN.

« Les parties prenantes ont affirmé que l’ARNm pseudo-ouriné ne pouvait pas être transcrit de manière inverse dans l’ADN humain. C’était de la désinformation », a-t-il ajouté, en faisant référence à une étude suédoise publiée en février. Cette dernière a conclu que le vaccin COVID-19 de Pfizer est capable de pénétrer dans les cellules du foie humain et d’être converti en ADN.

Thorp, qui pratique l’obstétrique depuis plus de 42 ans, estime que le complexe médico-industriel disposait de preuves sans équivoque sur le danger du vaccin pour les femmes enceintes.

« Cela est prouvé non seulement par le VAERS, mais aussi par le document interne de Pfizer, ‘Pfizer 5.3.6 Postmarketing Experience », a déclaré Thorp.

VAERS est l’acronyme de Vaccine Adverse Event Reporting System, un programme géré par les Centers for Disease Control and Prevention et la Food and Drug Administration.

Les données montrent que dans les 90 premiers jours des essais, on a enregistré 1 223 décès, de multiples effets indésirables graves et un taux de complication de 45 % dans les cas de grossesse (274), survenus chez des mères vaccinées (124).

De multiples effets indésirables graves et un taux de complication de 45 % dans les cas de grossesse.

Dans une étude de 2012, indique Thorp, les chercheurs ont constaté « une forte accumulation locale de nanoparticules, de nanocapsules et de nanoémulsions dans des endroits spécifiques des ovaires », des différentes espèces de souris et de rats Wistar qui ont été étudiés « in vivo, in vitro et par imagerie microscopique sophistiquée. » Les LNP ont été trouvés dans tous les animaux.

Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, estime que l’industrie pharmaceutique « savait définitivement », depuis 2012, que les nanoparticules lipidiques s’accumuleraient dans les ovaires des femmes ayant pris les vaccins.

« Personne dans l’industrie ou dans les médias de premier plan ne pourrait prétendre ne pas être au courant de ces risques pour une grossesse réussie »
a déclaré Yeadon à The Epoch Times en avril.

Ces scientifiques qui fuient leurs responsabilités

Mme Northrup craint qu’il n’y ait beaucoup plus de données relatives aux dommages à la reproduction qui n’ont pas encore été découvertes.

La phrase « cela nécessite davantage d’études », tout en minimisant les preuves actuelles de dommages, est « une façon courante de ne pas tenir compte de l’expérience de milliers de femmes », a-t-elle déclaré. « Malheureusement, les médecins universitaires font cela tout le temps comme un moyen d’éluder la responsabilité des effets fâcheux de leurs traitements. »

Les médecins universitaires minimisent les preuves comme moyen d'éluder la responsabilité scientifique des effets des traitements vaccinaux contre le covid-19.

Dans une interview précédente, Northrup a déclaré à The Epoch Times : « Le cycle menstruel féminin est considéré comme un signe vital aussi important que la pression sanguine et la température corporelle lorsqu’il s’agit d’évaluer la santé. »

« Nos premières constatations de saignements et de perte de plâtre décidual chez les femmes qui ont été exposées à celles qui ont reçu l’injection expérimentale suggèrent que ce que nous avons vu jusqu’à présent n’est que la pointe de l’iceberg. » Une coulée déciduale est « la desquamation [peau qui pèle]de la totalité de l’intérieur de l’utérus en une seule fois ».

« Les effets de ce vaccin sur la reproduction pourraient être bien pires que ce que l’on nous a fait croire », a-t-elle ajouté.

Tiffany Parotto bouleversée par la censure et la suppression d'un groupe Facebook d'environ 
21 000 membres, qui parlait de leurs irrégularités menstruelles.

L’analyste de recherche Tiffany Parotto, fondatrice et directrice de MyCycleStory, une enquête qui suit les problèmes menstruels des femmes après la vaccination COVID, a déclaré à The Epoch Times en mai, qu’elle était bouleversée par la censure et la suppression d’un groupe Facebook d’environ
21 000 membres, dans lequel les femmes discutaient de leurs irrégularités menstruelles.

Parotto, Thorp et Northup sont les coauteurs d’une étude évaluée par des pairs sur les irrégularités menstruelles des femmes vaccinées, qui a été publiée en avril 2022.

Le bureau de Fauci n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Pour résister aux injonctions, voyez le Plan Anti Reset, ci-dessous :

Source : The Epoch Times

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.