fbpx

VACCIN COVID-19 : DES INDEMNISATIONS DISCRÈTES À TRAVERS LE MONDE !

Y’en aura pas pour tout le monde…

Des programmes dans des pays du monde entier ont commencé à indemniser discrètement les personnes qui ont été blessées ou sont décédées à cause des vaccins COVID-19.

Vaccin Moderna lors d’une campagne de vaccination COVID-19 au Collège St. Lawrence à Kingston, en Ontario, le 2 janvier 2022. (The Canadian Press/Lars Hagberg)

Les êtres humains sont biologiquement diversifiés, tant sur le plan de la constitution génétique que des expositions environnementales passées. C’est pourquoi, explique le Dr Robert Lowry, neurologue, les gens peuvent réagir très différemment à un même médicament ou à un même vaccin. Chaque fois qu’un nouveau médicament ou produit biologique est mis sur le marché, certaines personnes ont de mauvaises réactions et d’autres peuvent même subir des effets indésirables graves.

Même dans les meilleures conditions de test, des réactions rares peuvent passer inaperçues. Cela est particulièrement vrai pour tout produit qui fait l’objet d’une procédure accélérée ou d’une autorisation d’utilisation d’urgence avant que toutes les phases des tests nécessaires ne soient terminées.

Les vaccins COVID-19 ne font pas exception. Malgré le fait que l’on nous assure constamment et avec constance que les vaccins COVID-19 sont sûrs et que les réactions indésirables graves sont  » très rares « , la FDA et le CDC avec son Comité consultatif sur les pratiques de vaccination, ainsi que les scientifiques et les cadres de chacune des entreprises pharmaceutiques participantes, savent que certaines personnes deviendront handicapées de façon permanente ou même mourront à la suite d’une vaccination.

En fait, en 2011, la Cour suprême des États-Unis (pdf) a réitéré l’idée que les vaccins, comme les autres produits pharmaceutiques, sont « inévitablement dangereux. »

Dans de nombreux pays du monde, les consommateurs qui sont blessés à la suite de vaccins sont couverts par des programmes d’indemnisation gouvernementaux. Aux États-Unis, il existe deux programmes financés par l’État qui sont conçus pour indemniser les consommateurs en cas de blessures, tout en protégeant les fabricants de vaccins de toute responsabilité en cas de blessures graves causées par leurs produits : Le programme national d’indemnisation des victimes de vaccins (VICP) et le programme d’indemnisation des préjudices causés par les médicaments (CICP).

Pas une seule réclamation indemnisée aux États-Unis

Au 1er juillet 2022, aucune demande n’a été indemnisée par le CICP. Toutefois, 31 demandes d’indemnisation au titre de la contre-mesure COVID-19 ont été rejetées, « parce que le niveau de preuve de la causalité n’a pas été atteint et/ou qu’une blessure couverte n’a pas été subie », selon le site Web du CICP. « Une demande de contre-mesure COVID-19, une demande relative au vaccin COVID-19 due à une réaction anaphylactique, a été jugée admissible à une indemnisation et est en attente d’un examen des dépenses admissibles. »

Dans le même temps, des pays du monde entier indemnisent discrètement les familles dont les proches ont été blessés ou sont décédés à cause des vaccins.

Le Japon indemnise la famille endeuillée d’une personne de 91 ans

Le Japan Times a rapporté cette semaine qu’une femme de 91 ans, décédée après avoir subi une réaction allergique et une crise cardiaque soudaine, est la première personne au Japon à être indemnisée pour une blessure causée par un vaccin COVID.

Un panel du ministère de la santé a jugé que la relation de cause à effet ne pouvait être niée dans son cas. Sa famille recevra une somme forfaitaire d’environ 325 000 dollars.

Le comité a examiné 11 autres cas, âgés de 20 à 90 ans, mais n’a pris aucune autre décision.

Selon l’article, jusqu’à présent au Japon, 3 680 personnes ont demandé une indemnisation, 820 ont été approuvées et 62 refusées, et les décisions concernant 16 autres cas ont été « reportées ».

Taïwan indemnise 10 requérants

Le 24 juin 2022, le Programme national d’indemnisation des dommages causés par les vaccins de Taïwan a tenu une réunion pour examiner 65 cas, selon le Taipei Times. Le programme taïwanais a accordé une indemnisation à 10 demandeurs. Parmi ces indemnités, une somme forfaitaire d’une valeur de 116 877 dollars a été versée à la famille d’une personne décédée après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca.

Ce patient avait été hospitalisé 10 jours après avoir reçu le vaccin en raison de maux de tête et de vomissements. Les tests ont révélé une thrombocytopénie, un trouble sanguin parfois mortel qui se caractérise par un faible taux de plaquettes.

Cependant, le patient est sorti de l’hôpital le lendemain, pour revenir le soir même après avoir perdu connaissance. Le patient est décédé d’une hémorragie intracérébrale, une cause fréquente d’accident vasculaire cérébral.

Lorsque le programme de vaccination a été déployé pour la première fois aux États-Unis, en décembre 2020, un gynécologue-obstétricien en bonne santé, le Dr Gregory Michael, 56 ans, de Miami Beach, en Floride, est également décédé de thrombocytopénie.

Bien que son décès soit survenu environ deux semaines après qu’il ait reçu le vaccin COVID-19 de Pfizer et qu’il ait donné lieu à un article sur cet effet secondaire dans le New York Times, le coroner a estimé qu’il n’y avait aucune certitude médicale que les complications de la thrombocytopénie immunitaire étaient dues au vaccin.

Le Royaume-Uni paie pour les blessures causées par les vaccins

Selon un article paru le 24 juin 2022 dans le British Medical Journal, Vicki Spit a été la première d’une poignée de personnes au Royaume-Uni à recevoir une indemnisation pour des blessures dues aux vaccins COVID.

Le partenaire de Spit, Zion, 48 ans, est tombé malade huit jours après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca et est décédé. Les victimes ont reçu le maximum : $150,000. En mai 2022, 1 681 demandes d’indemnisation pour préjudice vaccinal suite à la vaccination par le COVID-19 avaient été déposées.

Comme le cite le BMJ, Sarah Moore, porte-parole du cabinet d’avocats représentant les victimes ou leurs familles, a souligné que, même si les indemnités ne contribueront pas à alléger les difficultés financières causées par les blessures, elles constituent « la déclaration la plus claire à ce jour, de la part du gouvernement, selon laquelle, dans certains cas rares, les vaccins COVID-19 ont causé des blessures ou des décès très importants ».

Moore pense que la plupart des indemnisations concernaient la thrombocytopénie thrombotique induite par le vaccin (TTIP) ou la thrombose du sinus veineux cérébral.

Dans le même temps, Yahoo News a rapporté que 444 cas de TIV ont été enregistrés au Royaume-Uni à partir de 49 millions de doses du vaccin, avec 81 décès.

Le Canada a reçu plus de 700 demandes d’indemnisation et en a approuvé 8

Selon le Programme canadien de soutien aux victimes de traumatismes liés aux vaccins (VISP), 774 demandes ont été reçues entre le 1er juin 2021 et le 1er juin 2022. Huit de ces demandes ont été « approuvées par le Conseil d’examen médical », ce qui signifie que « ces demandes représentent des cas où le Conseil d’examen médical a déterminé qu’il existe un lien probable entre la blessure et le vaccin et que la blessure est grave et permanente. »

Selon le site Web du VISP, « les personnes admissibles peuvent recevoir des indemnités de remplacement du revenu, des indemnités pour blessure, des indemnités de décès, une couverture des frais d’obsèques, le remboursement des coûts admissibles tels que les frais médicaux autrement non couverts. »

Caillots sanguins après injection

La thrombocytopénie peut entraîner la formation de caillots sanguins ainsi que des hémorragies. La thrombose est un autre terme pour désigner les caillots sanguins. Comme il est très rare qu’une personne jeune et en bonne santé souffre de caillots sanguins, le lien entre les vaccins et cette blessure est difficile à réfuter.

Les pays scandinaves ont accordé plus d’attention aux lésions liées au vaccin COVID-19 que les autres pays. La Norvège a indemnisé ses trois premières victimes en juillet de l’année dernière, une femme de 40 ans qui est décédée, ainsi qu’un homme et une femme de 30 ans qui ont tous deux survécu à leurs lésions vaccinales.

Tous trois étaient des travailleurs de la santé qui avaient reçu le vaccin d’AstraZeneca, que la Norvège a cessé d’administrer le 11 mars 2021, en raison de rapports faisant état de graves caillots sanguins, de faibles taux de plaquettes et de saignements anormaux.

En fait, les médecins norvégiens ont été parmi les premiers à souligner le lien entre le vaccin et ces blessures.

Le Danemark, lui aussi, a traité rapidement et discrètement les demandes d’indemnisation liées aux vaccins. Le gouvernement danois a accordé une indemnisation pour son premier cas de TIV en mai 2021.

À l’époque, 158 personnes avaient déposé des demandes d’indemnisation pour des blessures liées au vaccin COVID-19. La directrice de la commission d’indemnisation des patients, Karen Inger-Bast, a déclaré : « En général, nous voyons souvent des blessures dues à la vaccination. Nous en voyons aussi, par exemple, pour la vaccination contre la grippe et les maladies infantiles. C’est également ce qui se passera avec le COVID-19, avec jusqu’à 5 millions de personnes vaccinées. »

Aucune aide financière pour les Américains

Pourtant, alors que d’autres pays indemnisent les personnes qui ont été blessées par les vaccins COVID-19, l’Amérique n’a pas encore aidé financièrement un seul demandeur. Selon l’administration des ressources et services de santé, au 1er juillet 2022, le CICP n’avait encore accordé aucune indemnisation à quiconque pour des dommages dus à un vaccin COVID-19.

N’attendez plus rien de la part des États !

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.