fbpx

QU’EST-CE QUI NOUS A RENDU SI COMPLAISANTS ENVERS LES POLITIQUES TYRANNIQUES COVIDISTES ?

Une société qui a peur acquiescera à toute politique qui promet la sécurité

Un homme, que j’appellerai Kyle, m’a raconté une histoire le week-end dernier. C’était un administrateur de maison de retraite qui, sans trop se poser de questions, parce que c’était nécessaire pour garder son emploi, a reçu les injections d’ARNm. Immédiatement après la deuxième, il a fait une réaction anaphylactique et a été transporté aux urgences. Il a survécu de justesse. Par la suite, il a dû quitter son emploi parce que l’entreprise exigeait que tout le personnel reçoive des injections de rappel. Il a partagé son expérience sur les médias sociaux, mais ses messages ont été supprimés pour violation des normes communautaires.

Des mois plus tard, il a consulté le système de notification des événements indésirables liés aux vaccins, ou VAERS, pour voir si son cas avait été signalé. Ce n’était pas le cas. Kyle ne semblait pas fâché de ce qui lui était arrivé, mais sa confiance dans le système ne sera probablement jamais rétablie.

D’autres personnes à qui j’ai parlé ne sont pas aussi sereines. Ils sont furieux, et leur fureur ne diminue pas quand on leur demande de pardonner et d’oublier, sans que les personnes qui ont appliqué les politiques de COVID-19 aient à rendre des comptes et sans qu’il y ait de raison de penser qu’une telle chose ne se reproduira pas. Cette fureur peut facilement être canalisée vers des cibles innocentes ou superficielles. Le risque que nous revenions allègrement à la normale comme si la pandémie n’avait jamais eu lieu est égal au risque que la fureur soit transformée en carburant pour la haine des uns envers les autres.

En effet, l’aspect le plus choquant de la pandémie a été la scission de la société, des églises, des clubs, des écoles et même des familles en camps rivaux. Pouvons-nous faire le point sur cette débâcle sans nous réfugier dans des explications superficielles et de faux reproches ? À mon avis, il ne suffit pas d’écarter les fonctionnaires corrompus du pouvoir ou de réformer les institutions médicales, pharmaceutiques et réglementaires. Ma question est la suivante : Qu’est-ce qui nous rend, en tant que société, si vulnérables à leur manipulation, pour commencer ?

Qu’est-ce qui nous a rendus si dociles à la folie de COVID-19

Si disposés à croire aux mensonges, si prêts à acquiescer à des politiques dégradantes, tyranniques et irrationnelles ?

Les deux premières conditions étaient la fixation sur les ennemis, la moralité de la foule et la formation de masse.

Tant que le débat autour de la politique de santé publique prend pour acquis l’hypothèse que son objectif est de minimiser la maladie et la mort, alors inévitablement, d’autres valeurs seront sacrifiées sur l’autel de la sécurité. Les libertés civiles ne garantissent pas la sécurité des personnes. Les fêtes et les raves ne protègent pas les gens. Les accolades et les poignées de main, les spectacles vivants, les festivals, les groupes de chant et les matchs de football ne protègent pas les gens. Les enfants sont plus en sécurité à la maison que sur le terrain de jeu. Ils sont plus en sécurité devant leur écran qu’à l’extérieur. Même sans COVID-19, tout cela est vrai.

Lorsque nous débattons de la question de savoir si les masques ou les confinements ont réellement fait une différence dans les maladies ou la mortalité liées à la COVID-19, nous acceptons tacitement l’idée que s’ils sont utiles, alors nous devrions les utiliser. Nous acceptons la minimisation des risques comme le principe directeur primordial de la politique publique. En acceptant cela, il s’ensuit que nous devrions masquer, éloigner et verrouiller pour toujours. Pourquoi pas, si la sécurité est notre raison de vivre ? Cela vous semble-t-il tiré par les cheveux ?

Plusieurs autorités sanitaires le conseillent, notamment la nouvelle présidente du groupe consultatif technique de l’Organisation mondiale de la santé, Susan Michie. Le Dr Anthony Fauci a estimé en 2020 que nous ne devrions plus jamais nous serrer la main. Si nous faisons tout pour la sécurité, ils ont probablement raison. En fait, je retire ce que j’ai dit : Ils ont probablement tort. L’ironie de la recherche de la sécurité est qu’elle apporte un succès temporaire mais, bien souvent, encore plus de danger à long terme.

Une bulle hermétique

Considérons l’extrême, dans lequel chaque personne vit dans une bulle aseptique. Aucun vecteur de maladie ne peut y pénétrer, ils sont donc parfaitement à l’abri des infections. D’un autre côté, sans défi, leur système immunitaire se détériore, ce qui les rend vulnérables à tout germe normalement inoffensif qui s’infiltre. Ils doivent maintenir une vigilance constante. Ils ne se sentiront jamais vraiment en sécurité. De plus, même si aucun microbe ne pénètre, ils souffriront d’autres maux, car le microbiote bénéfique ne sera pas reconstitué et modulé par des échanges constants avec le monde extérieur. La vie ne prospère pas dans l’isolement.

Pendant la pandémie de COVID-19, personne n’a vécu dans une bulle hermétique absolue, mais il semble néanmoins que la transmission réduite des rhumes et des grippes ait affaibli le système immunitaire des gens. De nombreuses personnes ont déclaré avoir attrapé « la mère de tous les rhumes » après la levée des mesures d’isolement. Les taux de mortalité plus élevés après la pandémie pourraient être dus non seulement aux dommages causés par le vaccin, mais aussi à la perturbation générale de l’immunité et du bien-être résultant de l’isolement. Autre ironie, il apparaît aujourd’hui que les vaccins ne protègent peut-être même pas les gens contre le COVID-19 voir ici.

En bref, l’obsession de la sécurité porte des fruits pervers. Il en va de même avec toutes les formes d’État sécuritaire. Les pays qui ont beaucoup de prisons, de grandes armées et de guerres étrangères ont tendance à avoir des niveaux élevés de criminalité, de violence domestique et de violence envers soi-même (suicide). Si nous faisons en sorte que tout soit une question de sécurité, le public sera facilement manipulé par des appels à toute menace qui le met en danger.

Pour nous immuniser contre cela, nous devons reconnaître d’autres valeurs, comme le plaisir, l’exploration des limites, l’aventure, la sociabilité, le toucher, le fait de rire ensemble, de pleurer ensemble, de respirer ensemble et de danser ensemble.

art de jouer natasza zurek
L’art du jeu. Crédit : Natasza Zurek

Vivre dangereusement ?

Une objection évidente à ce qui précède est la suivante : « Il est bien de prendre des risques soi-même, mais il est contraire à l’éthique de faire quoi que ce soit qui compromette la sécurité des autres. Personne n’a le droit de mettre les autres en danger ».

De plus, étant donné que prendre des risques soi-même utilise potentiellement des lits d’hôpitaux qui pourraient aller à des personnes gravement malades, tout comportement risqué met en fait les autres en danger également. C’est un faux argument. Il ne s’agit pas de la liberté maximale dans un mépris inconsidéré du bien-être des autres. Il s’agit de dire que, collectivement et individuellement, nous devons affirmer d’autres valeurs que la sécurité.

Dans l’essai du titre de ce nouveau livre, « Le Couronnement », je pose la question suivante :

« Est-ce que je demanderais à tous les enfants de la nation de renoncer à jouer pendant une saison si cela pouvait réduire le risque de décès de ma mère, ou d’ailleurs mon propre risque ? Ou encore : « Décréterais-je la fin des étreintes et des poignées de main, si cela pouvait sauver ma propre vie ? »

Ce que je veux dire, c’est que collectivement, c’est précisément ce que nous avons décrété. Nous l’avons fait parce que nous considérions la sécurité comme la vertu primordiale. Les contacts sociaux, les libertés civiles et le reste étaient considérés comme n’étant pas « essentiels », leur sacrifice étant un inconvénient mineur. Collectivement, du moins dans notre consensus politique, nous avons décidé de rester aussi sûrs que possible. Dans quelles circonstances serait-il judicieux de mener une vie de minimisation des risques ? Eh bien, cela pourrait avoir du sens si vous étiez autrement immortel, si en évitant les maladies et les blessures vous pouviez rester en vie pour toujours.

Chimère de la vie éternelle

Presque personne ne croit réellement qu’il peut vivre éternellement, mais beaucoup d’entre nous se comportent comme si c’était le cas. C’est pourquoi les expériences de mort imminente sont souvent si transformatrices. Il en va de même pour la mort d’un être cher, ou si l’on frôle soi-même la mort. Ces expériences détruisent l’illusion de permanence que la culture moderne cherche si assidûment à maintenir. Je n’en dirai pas plus, car j’ai beaucoup écrit sur la phobie de la mort dans « Le Couronnement » et j’en ai beaucoup parlé dans des podcasts, et je suis fatigué de répéter la même chose encore et encore.

Cela devrait être évident – le but de la vie ne peut pas être d’y survivre, et la tentative nous condamne à une demi-vie exiguë et effrayante. La manie de la sécurité et la phobie de la mort ne sont pas une folie soudaine et inexplicable. Elles font partie d’un état global de l’être humain qui a atteint son extrême dans la civilisation moderne. C’est le moi séparé, rejeté dans un monde matériel sans esprit, qui aspire à se protéger par-dessus tout. Ceux qui savent qu’ils font partie d’une histoire plus grande que leur biographie sont plus disposés à risquer leur vie pour elle. Le meilleur exemple en est tout simplement l’histoire d’amour. Aimer, c’est inclure les autres dans le cercle de soi. C’est s’étendre au-delà de son individualité. Votre douleur et votre joie sont inséparables de celles de vos bien-aimés. Bien sûr, nous voulons toujours rester en vie, mais pour l’amoureux, ce n’est pas la priorité absolue.

C’est pourquoi j’ai longtemps mis en garde le mouvement environnemental contre la rhétorique du « Nous devons changer nos habitudes, ou nous ne survivrons pas. » La véritable solution consiste à retomber en amour avec le monde vivant, à le voir comme un être aimé, et non comme une collection de ressources, une décharge ou un projet d’ingénierie. Alors, non seulement nous survivrons, mais nous nous épanouirons, comme une personne qui s’associe à son amant.

La manie de la sécurité et la phobie de la mort sont des signes de déconnexion du but et de la passion. Si vous n’avez rien de plus important que votre propre vie, alors préserver la vie reste le seul but. Parce que notre réponse civilisationnelle à la question « Pourquoi sommes-nous ici ? » s’est effilochée, beaucoup d’entre nous, individuellement, ont du mal à répondre à cette question aussi, car l’histoire individuelle puise dans le collectif.

Nous pouvons réduire notre susceptibilité générale à l’alarmisme en réduisant les niveaux de peur actuels dans la société. Une société rongée par la peur acquiescera à toute politique promettant la sécurité. Comment réduire les niveaux de peur ambiants ?

Il n’y a pas de réponse unique. D’ailleurs, chacun d’entre nous sait déjà comment le faire.

L’élite mondialiste n’en a pas encore fini avec vous ! On va y remédier :

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.