fbpx

L’HYSTÉRIE COVIDISTE DE LA CHINE : UNE EXPÉRIENCE DE CONDITIONNEMENT SOCIAL

Le second amendement : pouvoir d’opposition

Il y a beaucoup de gens qui diront que les Américains se sont « couchés » face aux restrictions du covid et aux pressions sur les vaccins, malgré les nombreuses preuves que ni les unes ni les autres n’ont eu d’effet sur la pandémie. Mais la notion de pacifisme américain est tout simplement fausse. Si c’était le cas, les États-Unis ressembleraient beaucoup plus à la Chine en ce moment.

L’opposition croissante aux verrouillages des covidés et aux passeports vaccinaux rendait l’application du gouvernement impossible. La tentative de Joe Biden d’introduire des règles fédérales pour les entreprises a échoué lamentablement, les États rouges ont défié les mesures de confinement quelques mois après le début de la pandémie et les États qui ont maintenu les restrictions en place ont connu des taux d’infection PLUS ÉLEVÉS tandis que leurs économies ont sombré. Lorsque l’establishment a compris que des millions d’Américains n’allaient pas s’y plier, il a dû faire marche arrière.

Même les États et les villes bleus ont été contraints de reconnaître que la farce est terminée ; le comté de Los Angeles a récemment tenté de réintroduire des mandats de port de masque et la mesure s’est soldée par un échec, de nombreuses municipalités ayant déclaré qu’elles prévoyaient d’ignorer toute nouvelle ordonnance. Le taux de létalité médian de 0,23 % n’était pas une menace suffisante pour convaincre le public d’abandonner ses droits constitutionnels.

Sans les millions de personnes courageuses qui ont refusé d’obtempérer, notre pays pourrait être très différent aujourd’hui. Le PCC a fait face à peu d’opposition publique concernant ses règles draconiennes, et lorsqu’il y en a, il ne s’inquiète pas beaucoup car la population est complètement désarmée. Cela a donné lieu à un véritable cauchemar pour les citoyens. En fait, cela ressemble presque à une expérience visant à déterminer le degré de torture psychologique et d’oppression que les êtres humains sont prêts à endurer.

Les pom-pom girls du mandat se sont vantées sans fin de la manière dont la Chine a efficacement arrêté la propagation et était prête à rouvrir ses portes alors que le monde occidental pataugeait parce que nous refusions de nous soumettre et d’accepter la tyrannie médicale « pour notre plus grand bien ». Aujourd’hui, ces mêmes personnes sont silencieuses alors que la Chine traverse une série d’épidémies et de blocages sans fin. Entre-temps, la plupart des pays occidentaux ont rouvert leurs portes et certains endroits (comme des dizaines d’États conservateurs) sont ouverts depuis plus de deux ans. Vous vous souvenez quand les gauchistes et les gouvernements étrangers disaient que nous allions mourir dans les rues et regretter notre décision de suivre la science plutôt que l’hystérie ? Oui, la grande purification des conservateurs qu’ils espéraient n’a jamais eu lieu.

Un cauchemar orwellien

Les systèmes autoritaires ouverts exigent une participation spectaculaire des personnes contrôlées. Ils doivent vouloir être enfermés, sinon le système ne peut pas continuer et il finira par être renversé. On peut se demander si le peuple chinois se souvient encore de la raison pour laquelle il est verrouillé ? Ou bien, ont-ils simplement accepté les mandats comme la nouvelle normalité ?

Actuellement, le dépistage massif des covidés est une pratique régulière dans la plupart des grandes villes Chinoise. Presque toutes les grandes entreprises ou les bâtiments gouvernementaux doivent prouver que le test est négatif. Ces tests incessants font partie de la politique chinoise du « zéro covid » et ont conduit à l’installation de cabines de dépistage dans presque tous les quartiers.

La Chine a perfectionné l’utilisation des codes QR et des applications de suivi pour garder le public catalogué ; sans ces applications et ces codes, un citoyen chinois se trouverait dans l’impossibilité de trouver un emploi ou de participer à l’économie. Ils mourraient de faim ; mourir du covid serait le cadet de leurs soucis.

Bien que le test PCR indique souvent que les cas asymptomatiques sont exactement les mêmes que les infections complètes, le PCC ne reconnaît pas la différence et traite chaque cas comme si chaque personne était le patient zéro d’une apocalypse de zombie. Par exemple, un garçon de six ans atteint et asymptomatique a été testé positif et on a découvert, grâce à des applications de suivi, qu’il avait visité un magasin IKEA à Shanghai quelques jours auparavant. Alors, plutôt que d’admettre que les tests et le suivi sont un système défaillant qui ne fait rien pour empêcher la propagation, les autorités ont essayé de verrouiller le bâtiment IKEA avec des centaines de personnes à l’intérieur pendant une semaine. Voici le résultat :

La folie des tests s’est même étendue aux animaux. Le gouvernement exige désormais des tests pour 5 millions de pêcheurs ainsi que des tests sur les poissons livrés par les navires de pêche commerciaux dans les ports chinois.

L’image d’un poisson soumis à un test de dépistage est plutôt hilarante, mais il est important de noter que le PCC n’est probablement pas assez stupide pour croire que le covid est transmis par les fruits de mer. Il est plus probable qu’il s’agisse de déclencher une tempête de conditionnement public pour convaincre la population que le covid est à chaque coin de rue et sous chaque lit pour toujours. L’objectif est de s’engager dans une campagne de peur constante pour rendre la population plus docile. C’est une évaluation pour voir ce que le gouvernement peut faire. Et, en Chine du moins, il peut s’en tirer à bon compte.

L’horreur orwellienne que représente la Chine a essentiellement tué son industrie touristique. Des millions de visiteurs étrangers potentiels craignent désormais d’être piégés à l’intérieur des frontières chinoises s’ils font coïncider leur visite avec un autre verrouillage de masse surprise. L’économie chinoise souffre énormément de cette culture du confinement, mais le PCC s’en moque. L’expérience est plus importante que tout le reste.

Cela ne finira jamais. Lorsqu’un gouvernement obtient ce genre de pouvoir omniprésent, rien ne l’arrêtera. Bien que les États-Unis aient de nombreux problèmes à régler et de nombreux élitistes en position d’autorité à déloger, nous avons au moins une chance.

Le contrôle social à la chinoise arrive chez vous ! Êtes-vous préparés ?

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

One thought on “L’HYSTÉRIE COVIDISTE DE LA CHINE : UNE EXPÉRIENCE DE CONDITIONNEMENT SOCIAL

  • 13 septembre 2022 à 12h32
    Permalink

    Personne ne trouve bizarre que loin d’aller « apporter la démocratie » au régime de Mao nos corrompus ont préféré leur offrir des transferts de technologie et par la même réduire nos avantages compétitifs ?

    La théorie dit que nous sommes (étions) en concurrence économique et sociale avec la Chine, la réalité des faits sur les 50 dernières années dit tout l’inverse, nous sommes les sponsors de la Chine et pas qu’un peu….

    Quel général d’armée ou quel économiste irait donner ses avantages compétitifs (ou stratégiques) à une personne avec qui il est en concurrence ? Personne !
    Si en plus on transfert ces avantages compétitifs pile au moment du chômage de masse, du choc pétrolier, et d’une immigration massive qui n’a jamais cessé, là il y &a de quoi se poser des questions .
    (je réfute le terme « immigration » le vrai mot est invasion, ou plus incontestablement « occupation » puisque les allemands ont « occupé la France avec seulement 40.000 hommes, là on nous fait entrer 300.000 personnes par an depuis 50 ans)

    Autre « bizarrerie » : Il est tout aussi délirant que nos corrompus ont pu accepter les deux doublements des prix du pétrole consécutifs sans avoir la moindre réaction.
    Les pays de l’OPEP, énergie vitale, ont pu continuer à bénéficier de nos technologies vitales médicales, informatiques, céréalières etc.. sans devoir subir aucun choc en retour sur les prix de ces produits !
    (n’importe qui de normal dans sa tête aurait pris des mesures, les pays concernés ne produisent QUE du pétrole et importent tout, ils n’avaient pas la main !)

    Pour la Chine, que font la LDH, l’ONU, et tous ces organismes de tarés qui imposent l’inadmissible aux européens depuis 1973 mais autorisent tout de tous les autres ….
    On se foutrait pas un peu de nos têtes ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.