fbpx

POURQUOI LES BANQUES CENTRALES ÉMETTENT DES MONNAIES NUMÉRIQUES ?

Reprendre la main sur le bitcoin ?

La valeur des bitcoins et des NFT a peut-être chuté au cours de l’année écoulée, mais une approche différente des crypto-monnaies gagne en popularité dans le monde entier tout en présentant un visage totalement différent de la blockchain.

Comme le détaille Katharina Buchholz de Statista ci-dessous, les monnaies numériques des banques centrales sont contrôlées par les gouvernements comme le sont les monnaies traditionnelles et représentent donc le contraire de l’idée des bitcoins décentralisés et non traçables. Plusieurs petites nations et – depuis octobre 2021, le Nigeria – ont lancé des monnaies numériques de banque centrale, et plusieurs pays plus peuplés s’apprêtent à sauter à bord d’un autre train de la hype crypto.

Selon le Central Bank Digital Currency Tracker de l’Atlantic Council, les CBDC [monnaie numérique de banque centrale] ont été lancées encore plus tôt qu’au Nigeria dans les pays des Caraïbes, par exemple aux Bahamas, à la Grenade, à la Dominique et à Sainte-Lucie. Le Sand Dollar des Bahamas a été la première monnaie numérique de banque centrale du monde dès son lancement en 2019 et a ouvert la voie à une adoption rapide autour des petites nations de la région.

Infographie : Où les banques centrales ont émis des monnaies numériques | Statista
Infographie :
Où les banques centrales ont émis des monnaies numériques / Statista

Le pilote chinois du yuan numérique a fait les gros titres en avril 2019, mais le projet n’a pas avancé depuis. Comme le Nigeria, la Chine dispose d’une solide infrastructure de paiement numérique et mobile. Une grande partie des populations des deux pays est passée directement de l’argent liquide aux options de paiement numérique, qui sont devenues extrêmement populaires – qu’il s’agisse d’applications ou de textes. Dans les pays en développement, les banques centrales tiennent également compte du potentiel des monnaies numériques pour atteindre les personnes non bancarisées.

La collecte de données est une autre raison pour laquelle certains gouvernements se font les champions des monnaies numériques officielles. L’omniprésence des paiements numériques et la surveillance étroite du gouvernement ont conduit à pléthore de données de paiement déjà disponibles pour les administrateurs chinois. Cette connaissance de la façon dont les gens dépensent leur argent ne fera que croître avec la mise en œuvre du yuan numérique, même si la banque centrale du pays a déclaré qu’elle limiterait la traçabilité et créerait ce qu’elle appelle un « anonymat contrôlable. »

Avec le lancement de la monnaie numérique, chaque yuan en circulation existera soit sous forme physique, soit sous forme de monnaie numérique. Les analystes s’attendent à ce que le gouvernement chinois augmente la quantité de monnaie numérique à l’avenir, réduisant ainsi la quantité de monnaie physique disponible sur le marché. Certains pensent même que la Chine envisage de rendre tous les yuans numériques à un moment donné.

D’autres pays sont en phase pilote de CBDC, notamment la Russie, la Thaïlande, la Malaisie, la Corée du Sud, la Suède, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. On ignore toutefois quel programme pourrait faire l’objet d’un lancement en bonne et due forme. Des plans concrets de lancement d’une CBDC ont été enregistrés par la source au Canada, en Australie, au Brésil et en Inde, entre autres.

L’euro numérique est également dans sa phase de développement, avec un pilote prévu pour 2023 dans les nations participantes.

Comme Brandon Smith d’Alt-Market l’a détaillé précédemment, avec l’introduction des CBDC à la suite d’un crash stagflationniste, les banques centrales pourraient appeler à la création d’un nouveau réseau mondial de monnaies pour « empêcher qu’une telle crise ne se reproduise. » La BRI [banque des règlements internationaux] et le FMI seront prêts et attendront avec le panier de DTS [droits de tirage spéciaux], ou quelque chose de très similaire. Les banquiers supprimeront tout l’argent physique sur une courte période et un système numérique mondial prendra le relais. Toute confidentialité dans les échanges commerciaux disparaîtra, sauf pour les personnes impliquées dans le troc, le marché noir et les matières premières.

L’avènement des CBDC pourrait également signifier que l’argent et la participation économique deviendront des privilèges et non des droits. Le commerce numérique pourrait être lié à un système de crédit social, un peu comme celui qui existe en Chine communiste.

Vous voulez avoir accès à vos comptes de chèques et d’épargne ? Mieux vaut ne rien dire de critique à l’égard de l’establishment, ou vous pourriez être dénoncé par un voisin ou un étranger au moyen d’une application et voir votre argent disparaître en quelques secondes. Il vous incombera alors de prouver que vous êtes « loyal » et de récupérer l’accès. Vous êtes coupable jusqu’à preuve du contraire. Peut-être ne voulez-vous pas prendre le prochain vaccin à ARNm non testé contre la prochaine menace de pandémie douteuse ? Vous n’aurez guère le choix si votre capacité à fonctionner économiquement est contrôlée numériquement.

C’est le monde auquel nous sommes confrontés si nous permettons aux banques centrales de numériser entièrement la monnaie et le commerce. C’est un environnement cauchemardesque d’autoritarisme complet. Le grand public n’est généralement pas conscient de l’incroyable danger inhérent aux CBDC et il doit être sensibilisé avant que la crise actuelle ne prenne une ampleur telle qu’il ne puisse plus se concentrer sur autre chose que ses propres problèmes.

Pour Sortir Son Argent du Système Bancaire et Financier

Source : ZeroHedge

Je partage maintenant !

One thought on “POURQUOI LES BANQUES CENTRALES ÉMETTENT DES MONNAIES NUMÉRIQUES ?

  • 12 septembre 2022 à 18h28
    Permalink

    Depuis 1971 les moutons travaillaient déjà pour des « images » ou des « bons points » adossés sur rien.
    Désormais ce sera encore plus infantilisant, on travaillera pour des « coins » de gamer et on aura un « green ranking » numériques.

    Demain matin on remplacera le mot « citoyen » (déjà hilarant depuis 1973) par « Joueur 1597823 »

    Je m’étais toujours demandé comment les gens d’ex-URSS avaient accepté tout ça sans broncher, désormais je sais, je l’ai vu de mes yeux, les crétins ne veulent pas être bien pour eux-mêmes, ils veulent fayoter pour avoir juste un peu plus que le voisin d’à côté pour se la péter, quitte à tuer père et mère pour cela .

    D’ailleurs il n’y a aucune vie intérieure dans la majorité des « citoyens », ils sont comme des disques durs, ils accumulent des données et les recrachent sans même y penser une seconde. (et encore moins remettre en question quoi que ce soit)
    Ceux-là sont inconscients, souvent très fiers à bras pour compenser leurs complexes intellectuels, car au fond d’eux ils savent ce qu’ils sont … limités .

    Les plus doués ont quelques algorithmes dans la tronche, ils ne tournent que sur ces algorithmes qu’ils appellent « connaissance » . (Souvent on les reconnait à leur question « quelles sont vos sources », qui est synonyme de « quel sont vos algorithmes »)
    En général ils sont ultra-trouillards, très sensibles intellectuellement, une simple pensée « hors des clous » peut les faire paniquer comme s’ils étaient co-responsables et que « l’oeil qui voit tout » allait les châtier qu’on ai pu évoquer tel ou tel sujet avec lui…

    Mais rares sont ceux qui savent s’afranchir et passer à la pensée autonome, le disque dur, quelques algorithmes primordiaux, capables de créer et de corriger leurs propres algorithmes en permanence.
    D’ailleurs les veaux de second niveau équipés de quelques algorithmes détestent les gens équipés d’une pensée autonome, d’instinct ça leur fout la trouille, ça heurte leur égo… Un type qui leur soumet des algorithmes non-préfabriqués « c’est suspect, c’est un fou ! » ^^
    C’est vrai, quand une machine sort des clous, de ce pourquoi elle a été prévue on dit « qu’elle devient folle », c’est dire si les moutons ont intégré leur état de machine et ont abandonné toute prétention à être des humains !
    Ceux là, s’ennuient énormément au contact de la première catégorie, absorbent les algorithmes de la seconde catégorie mais ne se sentent vraiment bien qu’avec les gens qui leur ressemblent, puisque ce sont les seuls avec qui il peut y avoir une émulation intellectuelle sans peur de la pensée.

    l’humanité c’est dépassé depuis longtemps, une grande partie a déjà abandonné (si elle a déjà eu) toute idée d’humanité.
    Ils se contentent d’erzats, de gages d’humanité qualifiés de « bienpensance » pour se rassurer sur l’humanité qu’ils n’ont pas ou n’ont plus.
    « Je suis bien intentionné donc je suis humain » , rien n’est plus faux : l’enfer est pavé de bonnes intentions et l’enfer est habité de démons et de damnés. ^^

    Où est-ce que cela nous mène ?
    Il suffit de regarder par sa fenêtre, les catégories 1 et 2 sont tellement remplaçables qu’on n’a pas vu la différence avec les « nouveaux Français » ^^
    Je sais ça fait mal, on a tous des familles et une famille n’est pas composée de flèches.
    Où est passée l’humanité, est-ce qu’elle a déjà existé, ou est-ce qu’on a toujours eu le même ratio de robots biologiques ?

    Si vous avez la réponse à cette question … mais se la poser c’est déjà répondre …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.